Archives par mot-clé : thèse

[Séminaire Deuxième Vie des Objets] Compte-rendu de la 2ème séance

EHESS – 190 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Jeudi  8 décembre 2011 – de 9h30 à 13h (salle 587, 5ème étage)

  • Déchet et produit recyclé dans les sociétés industrielles
    • V. Moulinié (CNRS, IIAC) – De l’épave au chef d’œuvre : l’auto biographique, à propos des “oeuvriers”
    • E. Anstett (CNRS, Iris) – Gérer la pénurie en contexte industrialisé, le cas soviétique.
    • Discutant : T. Bonnot (CNRS, Iris)

Comme la dernière fois, je suis arrivée sur Paris la veille. C’est plus confortable et plus sûr quand on connait les caprices ferroviaires.

Le compte-rendu sera plus court que la dernière fois. Tout d’abord n’ayant pas à régler les affaires administratives universitaires car prenant en charge mon déplacement. Ensuite car j’utilise la même méthode que précédemment à savoir prise de notes et enregistrement audio. A ce propos, je signale que ces enregistrements sont à des fins personnelles uniquement dans le cadre de ma recherche en cours. De plus, je présente ici mes excuses aux précédents participants de la 1ère séance. Pensant rentrer dans le cadre de la citation, j’ai mis en ligne quelques extraits audio (très courts) sans en faire une demande préalable auprès des personnes concernées. Je l’ai fait non pour vous offenser mais parce que je me référais à la loi sur la citation et à voir, on m’a signalé que je me trompais (je remercie d’ailleurs la personne d’avoir soulevé ce point crucial). De ce fait et pour éviter tout quiproquo par la suite, je fais suivre  désormais une demande préalable par mail. Merci de votre compréhension.

La séance

Cette fois-ci, la salle est au 5ème étage. J’apprécie ce voyage en vertical dans cette cabine de verre : pour peu qu’on ne soit pas atteint d’acrophobie, on se surprend l’espace de quelques secondes à rêver d’Icare. Mais pas le temps de se brûler les ailes : nous sommes arrivés au 5ème ciel ! Je suis en avance : j’en profite pour prendre un bon café bien chaud (la femme du Sud que je suis à toujours autant de mal à s’habituer au froid humide de Paris) et consomme de bonnes viennoiseries (je conseille d’ailleurs les pains aux raisins bien crémeux). Chacun arrive petit-à-petit, les invités et le public. La salle sera-t-elle assez grande pour contenir tout ce beau monde ? Oui ! Quelques chaises pliantes deci-dela, disposées de façon stratégique et tout le monde trouve sa place.

> Thierry Bonnot
Notre discutant nous présente son projet actuel. Toujours autour de l’objet de collection mais cette fois-ci autour des moules((“Objet solide, façonné en creux, destiné à être rempli d’une substance plus ou moins fluide qui, en se solidifiant, prend la forme exacte de ce creux.” – http://www.cnrtl.fr/definition/moule)). Les photos projetées sont fascinantes. On découvre toutes ces formes sous la terre : c’est étrange mais je me surprends à penser à l’excavation de cadavres dans les cimetières… On fait ressurgir de la terre tout un passage de l’histoire de cette région, toute une époque pas si lointaine mais qui semble déjà oubliée. Tous ces objets ont été entassés là puis enterrés : d’objets utiles, ils sont devenus futiles. On les a dissimulés, cachés, enfouis… de façon intentionnelle. On les a rejetés, abandonnés : d’objets, ces moules sont devenus déchets. Un vaste dépotoir où git une masse de poteries, de moules, de ratés de cuisson qui “croustillent sous le pied”. Voilà ce qu’il reste : un magma boueux, un mélange de choses enlisées dans le végétal. Nous sommes proches du travail de l’archéologue. Ce cimetière d’objets voués à un oubli certain se voit soudainement éventré, révélant ses entrailles au grand jour : ces objets seront d’une toute autre utilité que celle déterminée pour eux au départ, mais ils nous marqueront de nouveau de la trace de leur présence.
Je repense au choix du titre provisoire de ma thèse : “La réanimation des objets mourants”. C’est un peu de cette magie dont il est question : de celle qui fait sortir de l’oubli les objets voués à une mort certaine en leur proposant une autre utilité, une autre façon d’exister au grand jour.

T.Bonnot – Intervention

> Véronique Moulinié
Je ne sais pas si vous avez déjà eu la chance d’écouter Véronique Moulinié, mais je vous invite à ne pas manquer ses interventions quand elles ont lieu. Outre le fait que son propos est riche de son expérience, son discours est des plus captivant ! Je m’excuse d’avance car je ne pourrai certainement pas rendre l’effervescence de ses mots dans ce texte mais les histoires de G. et de T. étaient palpitantes. Il a été question de dons, tant d’objets que de savoirs-faires. De l’inutilité d’un objet naît un nouvel usage : ces objet mis au rebut sont donnés. Mais pas à n’importe qui et pas à n’importe quel “prix”. Il n’est certes pas question d’argent mais plutôt de service. Ces objets qui transitent, engendrent une circulation des savoir-faires mais aussi du service rendu. L’expression “à service rendu, service tenu” prend ici tout son sens. Pas question de rendre aussi vite que l’on reçoit : on sait ce qui a été donné et par qui il a été donné. Ce service sera rendu en son temps et son heure. J’ai aussi apprécié l’originalité du terme “œuvriers”. Très belle tournure pour qualifier ces ouvriers qui créent des objets pour “affirmer” leur savoir-faire. Je vous laisse à la lecture de l’excellent article paru dans la revue Terrain n°32 de mars 1999 consacrée au “Beau”.
De l’intervention de Véronique, j’ai réalisé plusieurs choses concernant ma thèse. Impossible de ne pas parler de mon père au milieu de tous ces objets. Mon père dont le bricolage n’a jamais eu de secret. Nous aussi nous avions un garage pour deux voitures qui n’en contenait qu’une parce que l’autre place était occupée par l’établi de mon père. Il y réparait tout, même mes jouets. Et puis il récupérait tout, toujours l’oeil à terre à ramasser le moindre écrou et la moindre vis. Il allait souvent à la décharge du coin, à l’époque où l’on pouvait encore accéder aux objets-déchets. Il y allait pour récupérer quelques pièces nécessaires à la réparation de la machine à laver ou de la tondeuse. De rien, il faisait tout comme ma maison en carton d’emballage de frigo. On l’avait peint ensemble, enfin c’est ce que je vois sur la photo (j’étais vraiment petite… 3 ans peut-être ?). Je me souviens aussi des ballades dans les brocantes le dimanche à la campagne… Peut-être que c’est à partir de ce moment que tout à commencer : le geste de la récupération comme le geste qui sauve, qui préserve, qui transforme et offre une autre vie.

> Elisabeth Anstett
Après la Seconde Guerre Mondiale, la Russie va se reconstruire doucement. Les objets issus de l’importation sont en limitation. Comment vivre avec la pénurie ? Comment vivre avec un déficit d’objets ? Beaucoup d’astuces se dessinent au milieu de ce climat tendu. On se réapproprie les objets de rebut. On les réinvente dans leur utilité au quotidien. Tous ces objets sont de véritables supports et expressions sur les rapports sociaux. La valeur à cette époque n’est pas attachée à l’argent mais au réseau social, aux interconnaissances qui donnent accès à des services. Ces objets ont fait “l’objet” d’un ouvrage devenu très rare : “Home-made” par Vladimir Arkhipov. Un site existe aussi sur les objets issus du bricolage à l’usage domestique : vous y trouverez des idées, des liens et vous pouvez même participer en soumettant votre objet. En 2008, le Projet Russian Povera regroupait des oeuvres d’art réalisées par des artistes issues d’objets du quotidien pour certains devenus rebuts pour offrir “un regard critique sur la culture matérielle de l’époque soviétique”.

Les rencontres

Le séminaire c’est aussi des rencontres. J’ai pu mettre un visage sur Valérie Guillard dont j’ai pu lire la thèse en ligne. Je ne pouvais pas passer à côté de son sujet : “La tendance de certains consommateurs à tout garder.” J’ai aussi pu rencontrer Aurélie Dehling dont le sujet de thèse semble très prometteur et autour duquel nous aurons sûrement beaucoup de choses (objets) à échanger via skype, mail et pourquoi pas directement à Toulouse. Olivier Bonjean, architecte DPLG était aussi présent et nous a présenté son livre “De l’or dans nos poubelles”.

Ce qu’il reste…

C’est l’espoir un peu fou que Thierry Bonnot croisera Christian Bobin quelque part dans Le Creusot et qu’il lui dira merci de ma part…

Prochaine séance

Jeudi 9 février 2012 – de 9h30 à 13h
Tri et systèmes de valeurs

S. Tabois (Université de Savoie) et S. Beldjerd (Université de Poitier) : Appropriation et redécouverte de la valeur des objets familiers
N. Ortar (MEDDTL, Entpe) : Jeter ou garder ? Le contenu des garages aux USA.
Discutant : A. Gagnebien (Université Paris 13).

Toutes les informations sur le carnet de recherche hypotheses de la Deuxième Vie des Objets – Anthropologie et sociologie des pratiques de récupération

Bibliographie du séminaire

ARKHIPOV Vladimir, 2006. Home-made. Hardcover.

BONNOT Thierry, 2002. La vie des objets, MSH et Mission du Patrimoine ethnologique, collection Ethnologie de la France.

MOULINIÉ Véronique, 1999. « Des “œuvriers” ordinaires. Lorsque l’ouvrier fait le/du beau… » Terrain, n° 32, pp. 37-54.

SCHÜSSLER Alexandra, 2009. Villa Sovietica, Objets soviétiques : import-export. Infolio.

[Passage] Voyage de noces

“Il est des objets qui loin de nous river au présent nous permettent de nous échapper dans le temps […]”
Pierre Sansot (2006 ; p.78.)

Au RECYCLODROME s’amassent les objets : cette ressourcerie marseillaise prend de temps en temps des allures de caverne d’Ali Baba. Mais plus que de s’entasser sur les rayonnages, les objets se déplacent. C’est un point essentiel de la vente : en changeant de place régulièrement, les objets se donnent à voir sous un jour nouveau. Ceux qui étaient passés inaperçus un jour se trouvent auréolés de lumière un autre. C’est ainsi qu’un objet précis a attiré toute mon attention dans ces voyages réguliers d’une étagère à l’autre : un couple de mariés ! S’il y a bien une expression qui figure en bonne place dans le registre du mariage, c’est le fameux “voyage de noces”. Il était amusant de voir ainsi voyager ce petit couple moulé dans la résine. De ce couple “solide” est née une histoire, celle que je me propose de vous raconter aujourd’hui…

Les Mariés - 02.07.2011

1. L’invitation au voyage

Il m’est impossible de vous dire avec exactitude quand ce couple de mariés en résine est entré au RECYCLODROME. Peut-être était-il là bien avant mon arrivée sur le terrain ? Même les membres de l’association ne pouvaient me répondre sur leur date d’arrivée et encore moins sur le lieu de leur provenance. Qui avait décidé de se séparer de ce bibelot ? Plusieurs questions se sont succédées à la première… Mais avant d’aller plus loin dans mes hypothèses, une description de l’objet s’impose.

  • Il mesure environ 20 cm de haut.
  • Il est en résine moulée.
  • A sa base, on peut lire cette inscription : “XM(ou H ?)BA39562” (sûrement le numéro de référence du produit).
  • Le prix de vente estimé au RECYCLODROME est de 16€.
  • Un jeune marié blond vêtu d’un costume noir se tient au côté d’une jeune mariée à la robe blanche tenant un bouquet.

On trouve ce type de décoration dans tous les sites en ligne de mariage. Il se place régulièrement sur le sommet de la fameuse pièce-montée (ou parfois il sert encore à embellir une table bien dressée pour l’évènement). Plus qu’un simple élément de décoration, c’est un objet-signe, témoin d’un évènement important dans une vie et représentatif de celui-ci : le mariage. Il symbolise l’union de cet homme et de cette femme. Les traditions autour du mariage sont encore très vivaces : la robe blanche, les alliances, le bouquet de la mariée, etc. Le petit couple en résine tient toujours une place de choix à trôner au milieu de la chantilly et des petits choux à la crème. Rappelez-vous que c’est à la mariée de couper la première part sous peine de stérilité et qu’aucun des invités ne saurait refuser la part qu’on lui offre. Il faut à tout prix éviter que le couple décoratif ne tombe de son piédestal avant qu’il ne soit déposé sur la table, signe de mariage malheureux. Et ne vous amusez pas à jouer avec l’équilibre de ce petit couple en porte-à-faux, cela serait très mal vu et pourrait peut-être faire de vous la cible de mauvais augures… Mais qui garde le couple finalement ? Normalement les mariés ! Cet objet témoigne de leur union (comme les alliances), de ce moment spécifique dans leur vie : il sera mise en évidence dans une place de choix dans le foyer ou au contraire gardé comme un trésor dans un endroit discret où seuls les concernés pourront le regarder.

D’objet-signe, ce couple de mariés en résine devient avec le temps objet-souvenir.1 Pour le distinguer du souvenir colifichet de lieux exotiques, nous emploierons l’appellation objet-mémoire,2 représentant un instant de vie. A quel moment décide-t-on de s’en débarrasser ? Quand le poids de ce souvenir se fait trop lourd, trop encombrant, trop douloureux ? (GUILLARD, 2009 ; p.40) Ou a contrario quand le souvenir ne nécessite plus qu’un objet soit présent pour rappel ? (Ibid., p.36) L’évidence facile laisse à penser que l’on donne ces mariés quand le couple se brise pour diverses raisons :

  • Pourquoi garder un objet qui ne fait plus sens ? Il représente l’union alors que le couple est brisé.
  • Qui va garder l’objet ? C’est la déchirure au moment du partage. Mais a-t-on seulement envie d’en garder une trace ?
  • Le changement… Cet objet représente une époque révolue : s’en débarrasser, c’est passer à autre chose.

Pour autant, ce genre de comportements auraient plutôt une tendance à entrainer l’objet dans les poubelles : on le jette aux oubliettes ! En l’occurrence, il n’a pas été jeté mais donné. Quelles sont les raisons qui poussent à donner un objet-mémoire porteur d’un symbole vivace ?

  • Le renouvellement de voeux. Un autre objet-signe a-t-il remplacé celui-ci un peu désuet ?
  • Ce ne sont pas les mariés qui possédaient l’objet mais quelques relations qui aujourd’hui décident de le donner pour faire de la place chez eux.3
  • L’un des deux conjoints est décédé. Alors l’objet-mémoire, rappel d’un moment heureux se transforme en objet-mémoire rappel de l’absence, du manque de l’autre, de sa disparition… C’est une séparation non choisie : pas de confrontation ou de colère mutuelle. Il ne devient pas objet de rancoeur : il rentre dans le monde de la nostalgie. Certaines personnes pour avancer dans leur vie vont alors se séparer de certains objets. Cela passe plus par le don que par le jet : c’est un acte symbolique. On ne les veut plus à ses côtés mais on ne veut pas les voir “mourir”. Alors on les donne : on prolonge ainsi leur destinée sans savoir ce qu’ils deviendront, l’important étant de savoir qu’ils sont toujours en vie quelque part.4

Beaucoup d’hypothèses sur le geste qui a mené ce couple de mariés en résine sur les étagères de la ressourcerie. Je pourrais encore me laisser aller à toutes sortes de divagations concernant la genèse de cet objet mais en tant qu’anthropologue, je dois rester dans le champs de ce qui m’est donné à observer et non à imaginer.

2. Le voyage immobile

J’ai remarqué cet objet grâce à la couronne de fleurs en bois. Cette couronne avait été donnée au cours d’une collecte. Comme à l’accoutumée, le mercredi5 qui suit la journée de collecte, est un jour où les nouveaux objets s’exposent et par cet évènement c’est tout ce petit monde inanimé dans la boutique qui se retrouve ébranlé : on bouge, on circule, on se déplace. Ainsi la couronne de fleurs fut mise en avant sur la table à côté du comptoir6 et juste devant elle, les jeunes mariés.7 Au début, je les ai pris en photo comme je prends en photo régulièrement quelques objets du RECYCLODROME.8 C’est un peu plus tard qu’est venue l’idée que ce couple statique voyageait, prolongeant ainsi le mariage comme un voyage de noces éternel.

Le 7 juillet 2011 commençait le festival MIMI sur les Îles du Frioul à Marseille. Le RECYCLODROME était de la partie et venait exposer quelques uns de ces objets. C’est là que j’ai retrouvé les mariés, quelques jours à peine après ma première prise de vue. C’est à ce moment très précis que j’ai pensé au voyage de noces.9 Je les imaginais au milieu des objets traversant la mer en bateau pour rejoindre les Îles. Une vision certes poétique mais qui m’a servie pour la suite de mes réflexions. De retour au RECYCLODROME le 8 juillet,  je les ai retrouvés sagement installés après cette longue traversée proportionnellement à leur taille. Ils n’avaient pas l’air d’avoir trop soufferts du voyage. Ils étaient toujours en tenue d’apparat. Ils se tenaient élégamment près des boîtes à bobines de film. Je me suis alors souvenue du mariage de mes parents qui comme beaucoup d’autres avait été filmé en super 8…

 – 

Le 13 juillet, ils se se retrouvaient sur le buffet, à l’avant de la boutique au milieu des tableaux et des cadres photos, juste derrière une théière en céramique. Parfois, quand je regarde ces photos et si je fais abstraction de mon terrain d’enquête, je pourrais presque croire que nous sommes chez quelqu’un. Les objets et leur agencement sont propices à stimuler l’imagination. Ils nourrissent notre quotidien et nous accompagnent dans nos vies et nos expériences : leur pouvoir évocateur n’en est que renforcé. Le 2o juillet, c’est à côté d’un étrange candélabre qu’ils se tenaient fièrement sous le regard fixe d’un félin aux allures “fauvistes” étrangement naïf.

 – 

Le 27 juillet, avant que le RECYCLODROME ne ferme ses portes en Août pour les vacances d’été, j’ai pu une dernière fois les prendre en photo ou plus exactement deux fois. Au matin, ils étaient encore debout sur l’étagère contre la vitrine et dans l’après-midi, ils avaient rejoint les bouteilles vides (vestiges d’une noce bien arrosée où tout le monde a beaucoup trinqué). Je soupçonne les membres de l’équipe de les avoir déplacés un peu plus souvent qu’à l’accoutumée : de voyage de noces improvisé, nos mariés réalisaient désormais un voyage organisé !

 – 

3. Le départ

Le 7 septembre, veille de mon anniversaire, je suis de retour sur mon terrain. Je cherche du regard mes petits mariés. J’ai quelque fois pensé à eux pendant les vacances et je me demandais où est-ce que j’allais les retrouver quand je rentrerais. J’hésite à me les approprier comme cadeau d’anniversaire car petit-à-petit et à force de les avoir suivis dans leur voyage, je m’y suis attachée. Ils sont les compagnons muets d’un voyage en parallèle. Ils continuent de m’intriguer et je me demande souvent qui est cette personne qui les a déposés au RECYCLODROME. Je suis tiraillée entre mon moi et mon statut d’anthropologue. J’aimerais pourtant qu’ils finissent leur voyage à la maison. Mais ce serait prédire de leur avenir et détruire le travail que je cherche à réaliser : découvrir qui seront les futurs acquéreurs… Si c’était moi, l’histoire serait moins intéressante à raconter : elle ne parlerait que d’états d’âme personnels et cet objet ne serait plus que le souvenir d’un terrain d’enquête. S’il y a bien quelque chose que j’ai appris là-bas, c’est à accepter la destinée des objets et leur rencontre avec leurs nouveaux propriétaires. Autant il faut parfois savoir s’approprier les choses, autant il faut savoir aussi les laisser venir à soi. Si cet objet m’est destiné alors le temps viendra où il sera mien. La précipitation n’est que l’apanage d’une société de consommation trop pressée de posséder. Bien mal acquis ne profite jamais ! Savoir être patient et prendre le temps sont des façons d’être plus reconnaissant face à ce que l’on possède désormais. On en prendra sûrement plus soin. Il faut savoir laisser monter le désir : objet de nécessité et objet de plaisir n’aspirent pas aux mêmes fins. Et mes petits mariés sont objet de plaisir… Alors laissons faire les choses car elles sont parfois plus douées que nous à choisir le bon propriétaire : le leur.

Les Mariés - 07.09.2011

Un couple est affairé au rayon livre et disque. Ils trouvent pas mal d’ouvrages littéraires et de vinyles qui leur conviennent. La femme fait un petit tour dans la boutique. Elle me voit prendre nos mariés en photo. “Oh ! Ils sont marrants ces petits mariés !” s’exclame-t-elle. Elle s’en saisit, elle les prend en main. Et par ce geste, à ce moment très précis, je comprends que la roue du destin est en marche et que les mariés ont trouvé “leur” nouveau propriétaire. Elle les regarde en souriant : elle va les prendre à n’en pas douter. Ils vont partir pour un autre voyage, très bientôt. Elle continue son tour dans la boutique, le couple toujours dans sa main. Elle se saisit d’un hibou en peluche et armée de ces deux objets, elle se dirige vers le comptoir. Elle les dépose avec le reste de ses trouvailles. La curiosité du chercheur me pousse à l’interroger sur l’acquisition prochaine des mariés. Elle demande à son mari de la rejoindre pour me raconter leur histoire, une histoire autant inattendue qu’inespérée !

Lui : On est des jeunes mariés retraités.
Elle : Et je viens de marier mon fils, il y a 15 jours et j’ai marié mon filleul en juillet. Donc juin, juillet, août : 3 mois, 3 mariages !
Lui : Comment dire… C’est complètement kitsch mais c’est justement ça qui est intéressant.
Elle : Parce qu’on s’est senti un peu kitsch quand on a annoncé notre mariage à nos amis. Il y en a beaucoup qui étaient surpris !
Lui (en montrant le couple) : Ils le voyaient comme ça et on ne s’est pas du tout marié comme ça. Mais puisqu’ils l’ont vu comme ça…
Elle : Je pense que c’est intéressant de l’avoir à la maison pour qu’on puisse en rire : un petit clin d’oeil !
Lui : Ne serait-ce que pour faire jaser !
Elle : Mon fils non plus ne s’est pas marié comme ça (en montrant le couple). D’abord on a quelques années de plus ! (rires)
Lui : On est aussi élégant et aussi beau mais…
Elle : Mais autrement ! Pas du tout chantilly !
Lui : Les gens, dès que vous dites “mariage” tout de suite ils s’imaginent ça !
Elle : Certains amis qui nous avaient dit : “On ne viendra pas !” sont venus quand même et ont été agréablement surpris.
Lui : Oui, ils étaient contre tout ça.
Elle : Et dernièrement toute une succession de mariages… Contagieux, c’est contagieux !
Lui : Ce qui est drôle, c’est qu’on était anti-mariage quand on avait 20 ans et maintenant qu’on en a 60…
Elle : … On en est à notre troisième mariage chacun quand même. Et du coup, celui-là (le couple de mariés) je l’aimerais bien ! On a voulu faire un mariage un peu révolutionnaire, citoyen avec une manif’ ! Voilà, c’était sur ce thème-là. On n’a pas du tout été mariés par Gaudin mais par une copine qui est communiste. C’était notre histoire et l’objet… c’est vraiment pour le clin d’oeil !

Les Mariés - 07.09.2011

Après avoir réglé leurs achats, le mari et la femme viennent me dire au revoir. Ils précisent qu’ils installeront les mariés dans une place de choix chez eux. Quand ils en auront l’occasion, ils viendront déposer une photo au RECYCLODROME ou l’enverront par mail pour me montrer le couple de mariés dans leur nouveau foyer : un lieu de villégiature en attendant de continuer leur perpétuel voyage nuptial.

Les Mariés - 07.09.2011

Bibliographie

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

GUILLARD Valérie, 2009. La tendance de certains consommateurs à tout garder. Paris,  Thèse.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.

VIMONT Jean-Claude, 2010. “Objets-souvenirs, objets d’histoire ?” Sociétés et représentations, 30 : 221-228.

Retrouvez les mariés sur Flickr !

  1. Non pas comme le souvenir acheté au cours de voyages dépaysants le temps de quelques vacances pour se rappeler du lieu (VIMONT, 2010 ; p.223-224.) mais plus comme le rappel d’un évènement passé : dans cet objet-souvenir il est question de temps plus que d’espace. Ou plutôt nous dirons que dans le premier cas l’espace prime sur le temps et dans l’autre cas c’est le temps qui prime sur l’espace car l’un ne peut aller sans l’autre. []
  2. Là aussi, le terme est délicat : un dictaphone, un appareil photo, une caméra, une cassette ne sont-ils pas les véritables objets-mémoires car mémorisant parfaitement sans en altérer le contenu – le temps et l’espace – l’instant enregistré ? A ce propos, Laurier Turgeon (2007 ; p.26-30.) propose trois axes autour de l’objet-mémoire : “l’objet comme support mnémonique, les manières dont les objets construisent la mémoire, les objets et l’oubli”. []
  3. Plus qu’un symbole d’union, il représentait un geste symbolique de partage comme ma tante l’avait fait avec moi. J’émets quelques réserves malgré tout car bien souvent le gens ne donnent pas les objets qu’ils ont reçu en cadeau à cause du fameux poids de la culpabilité bien ancré grâce au pouvoir de la bienséance qui nous a inculqué que c’était impoli de jeter un cadeau. Toutefois, certaines personnes dépassent ce stade et s’approprient totalement l’objet leur donnant ainsi le droit d’en disposer comme ils l’entendent. (GUILLARD, 2009 ; p.40-41.) []
  4. Impossible pour le donateur anonyme de savoir ce qu’en fait exactement le donataire inconnu qui peut parfaitement s’en être très vite débarrasser à son tour ou l’avoir transformé, etc. Ce qui importe c’est l’idée qu’il puisse subsister quelque part. (Ibid., p.190.) []
  5. Unique jour d’ouverture du RECYCLODROME en semaine. []
  6. Cet endroit est stratégique pour deux raisons. D’abord, il est au milieu de la boutique et ensuite, étant juste à côté du comptoir, au moment de payer les clients jettent toujours un dernier coup d’oeil sur les objets à proximité. []
  7. Jeunes d’aspect mais peut-être déjà assez âgés dans le temps, la résine ayant déjà commencé à jaunir et quelques petits éclats apparaissant deci-delà. []
  8. Ces photos illustrent la profusion et les différents types d’objets que l’on peut trouver dans une ressourcerie. []
  9. J’ai d’ailleurs soulevé cette idée avec Mathieu qui tenait le stand ce jour-là. C’est avec amusement que je l’ai vu réagir : il a pris l’initiative de déplacer le couple à droite et à gauche et d’en faire quelques photos. Il était surpris que je ne les prenne pas une fois de plus en photo. Je lui ai expliqué que dans cet exercice, je voulais laisser faire le destin. La capture de photo devait se faire à l’endroit où ils se trouvaient sans qu’il y est une véritable volonté de déplacement pour enrichir mon propos, sinon cela reviendrait à fausser mes données. []

[Séminaire Deuxième Vie des Objets] Compte-rendu de la 1ère séance

EHESS – 190 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Jeudi  13 octobre 2011 – de 9h30 à 13h (salle du conseil)

 

 

  • Présentation générale : « La deuxième vie des objets », objectifs et enjeux :
    • Nathalie Ortar (MEDDTL, Entpe) – État de l’art et points aveugles
  • Présentation de l’ouvrage Vide-greniers, Créaphis éditions 2011, en présence de :

Arrivée sur Paris la veille au soir, j’avais grand hâte d’assister à cette première séance du séminaire sur la deuxième vie des objets. Mais avant de vous en livrer le compte-rendu, voici un petit sommaire de la lecture à suivre :

  1. La méthodologie
  2. Le séminaire
  3. Ce qu’il reste

1. La méthodologie

Avant

C’était un vendredi, le 7 octobre ! Je m’en souviens car je revenais de chez le coiffeur après 4 mois de lutte vaine à laisser pousser mes cheveux. Mais là n’est pas la question ((Mais si jamais vous êtes malgré tout du genre à vous couper les cheveux en quatre ou à vous les arracher au moindre doute capillaire existentiel, vous pouvez toujours lire “Trichologiques” de Christian Bromberger.)) !

Mélodie Faury m’avait fait suivre un lien sur twitter. C’était un carnet de recherche hypotheses intitulé “La deuxième vie des objets”. Mélodie avait raison : on ne pouvait pas faire plus raccord avec le sujet de ma thèse en cours. Je parcours le carnet de recherche et accède rapidement au calendrier du séminaire. Je me rends compte que la première séance se déroulera le jeudi 17 octobre sur Paris (comme toutes les autres séances d’ailleurs). Je peux encore y assister !

  1. Je contacte rapidement un collègue doctorant par téléphone pour connaître la démarche à suivre afin de demander à mon laboratoire de prendre en charge les déplacements nécessaires pour assister au séminaire. (Je vous épargnerai ici toute la démarche administrative qui a mis mes nerfs et ma patiente à rude épreuve…)
  2. Je contacte mon directeur de thèse par mail pour le tenir informé de mes intentions concernant ce séminaire : il me répond par l’affirmative, m’invitant fortement à y assister.
  3. Je contacte ensuite Elisabeth Anstett en laissant mon mail par le biais d’un commentaire directement posté sur le carnet de recherche de la deuxième vie des objets. Très rapidement, je reçois de sa part un mail fort sympathique auquel je réponds que j’espère pouvoir venir à la première séance du séminaire.
  4. Le directeur de mon laboratoire ayant accepté de donner son accord au service gestion pour prendre en charge mon déplacement, je peux donc monter sur Paris pour être présente à cette première séance tant attendue ! Je réserve mes billets de train en ligne et contacte une amie qui m’hébergera pour cette occasion : à moi le séminaire et ses objets en tout genre !

Pendant

  • Comme à mon accoutumée, j’ai préparé mon dictaphone afin d’enregistrer chacun des intervenants à leur passage : E. Anstett, N. Ortar, Ph. Gabel, O. Debary et H. S. Becker. Vous pourrez retrouver quelques extraits au fur-et-à-mesure de la lecture de ce billet. Malheureusement, je m’excuse d’avance auprès de Howard S. Becker mais s’exprimant plutôt doucement et mon dictaphone n’étant pas d’excellente qualité en matière d’enregistrement, son intervention n’est pas exploitable en l’état.
  • J’ai pris quelques notes sur mon carnet d’enquête : des mots et des phrases clés, des références bibliographiques, ainsi que les coordonnées des participants.
  • J’ai aussi réalisé 3 clichés avec l’apps instagram installée sur mon iPhone : les intervenants (N. Ortar n’apparaît pas sur la photo car se trouvant à mes côtés, je n’avais pas le recul nécessaire pour l’inclure dans le champs et je m’en excuse.), les livres à découvrir ainsi que ce qu’il reste d’un séminaire à savoir quelques viennoiseries.
  • Je n’ai pas twitté durant la séance car je voulais garder toute mon attention aux interventions des participants autour de cette table : présentations, questions, réflexions, etc. Je savais aussi que je ferais un compte-rendu à mon retour sur mon carnet de recherche hypotheses : une autre façon de partager avec vous ce séminaire !

2. Le séminaire

Après quelques minutes dans la rame de la ligne 6 du métro parisien, je descends station “Quai de la gare”. Je trouve rapidement la rue grâce au plan de quartier de la station. En 2 minutes, j’y suis. A l’accueil, on m’indique qu’il faut que je descende au sous-sol, salle des congrès. Une porte ouverte, de la lumière, une dame qui installe un buffet de petit-déjeuner glorieux : “C’est bien ici qu’à lieu le séminaire sur la deuxième vie des objets ?” “Oui, entrez, entrez !” C’est Elisabeth Anstett ! Premier contact agréable et chaleureux. Le séminaire s’annonce prometteur. Je rencontre deux jeunes étudiants, Romain et Estelle Fleur, avec lesquels nous échangeons quelques points de vue sur les objets autour d’un thé et au milieu des viennoiseries. Les gens se pressent, s’installent : la séance va commencer. Cahiers et stylos émergent sur les tables.

> Elisabeth Anstett ouvre la séance. Une correspondance bien trouvée avec Nathalie Ortar (très joliment habillée en “Antoine et Lili”). Leur projet est ambitieux et plus qu’intéressant. Il ne cesse de faire écho à mon projet de thèse. Des histoires d’objets, de déchet à oeuvre d’art, de rebut à souvenir, de vide à plein, de prévention à consommation, etc. Nathalie Ortar abordera la notion du Développement Durable, bâtie sur un oxymore et qui en 1986 est rentrée dans les agendas politiques. Le Développement Durable a pour préoccupations la rareté des ressources, la pauvreté, les changements climatiques, la biodiversité, etc. Il se bâtit sur le même impératif de solidarité entre les générations dans une même optique, celle de préserver la planète dans une démarche écocitoyenne. On assiste à un changement de modèle, à une autre façon de penser le développement. Nathalie Ortar nous présentera quelques exemples labelisés de mouvements émergents en parallèle aux pratiques politiques. Emergence donc d’une multiplicité de pratiques d’autoproduction, de recyclage, de réutilisation, de réappraopriation, de transformation d’objets comme :

(Cet extrait n’est plus disponible – Modification du 11.12.2011)

Tout cela pose questions. Et ces questions seront abordées au cours du séminaire :

    1. Les acteurs : Qui recycle ? Qui offre une seconde vie aux objets ? Quelle place occupent-ils dans la société qui les entourent ?
    2. Les pratiques : Comment recycle-t-on ? Comment offre-t-on une deuxième vie aux objets ? Quel est leur statut ?
    3. Les systèmes symboliques : Selon quels principes et quelles logiques recyle-t-on et offre-t-on une deuxième vie aux objets ? Sur quel système de valeur et quel système symbolique prennent appui ces nouveaux usages de la culture matérielle ?


> Philippe Gabel
 est photographe. Il vient de collaborer avec Octave Debary à l’ouvrage “Vide-greniers”. C’est à la base un photographe du voyage. Ses premiers pas le portent au Maroc. Puis, il ira au Pakistan, au Nicaragua et de retour en France, il photographiera les autoroutes et plus particulièrement les aires de repos : “Le voyage, c’est la vie qui continue”. Plus tard, il passera du temps sur Paris. Il arpentra la ville à pied ou en vélo, il se perdra dans son dédale pour en découvrir tous les amoncellements de cartons qui pour la plupart sont habités : ce sont des bivouacs urbains. Après Paris, direction le Morvan… à cheval ! C’est donc dans l’Yonne qu’il découvrira les vide-greniers (environ 500 par ans). “Les vide-greniers sont les nouveaux supermarchés, une économie parallèle, une forme de pèlerinage.” Au début, Philippe Gabel rejette l’idée de cette profusion de vide-greniers. Il veut retourner à une vie plus “slow”. Mais quelques temps plus tard, alors qu’il tient compagnie à un ami sur un stand de vide-grenier, il trouve un vieil écran de projection. Il propose à un autre ami qui passait par là de lui tirer le portrait en déroulant cet écran sur un fond de paysage rural. Puis,c’est au tour d’une jeune femme qui venait d’acquérir un objet sur ce même vide-grenier. C’est là que commence le voyage imaginaire dans le monde des objets étalés dans les vide-greniers. Un jour, il se décide à poser une question simple à tous ces gens :“Présentez-moi vos objets, imaginez une histoire aux objets que vous venez d’acheter !” Il a réalisé une série de portraits qu’il a présenté à Philippe Bonnin dans un premier temps. Celui-ci lui a conseillé de rencontrer Pierre Gaudin. Quand ce dernier a vu son travail photographique, il a immédiatement pensé à Octave Debary.


> Octave Debary
, celui par qui j’ai décidé de me lancer dans une thèse après avoir lu “Objets et mémoires”. Voici quelqu’un qui serait sûrement intéressé par la réflexivité car il aborde la question autobiographique dans sa recherche : “Je suis né sur un vide-grenier.” Les vide-greniers, les Emmaüs, les ressourceries, le musée du Creusot… lieux de mémoire où circulent des histoires… Etudier les objets, c’est réaliser une anthropologie de la mémoire. Les objets cassés, usés ont la forme de cette présence incertaine : disparition, réapparition, un jeu de cache-cache, un jeu de passe-passe. Fragiles ou brisés, ils sont présents et absents tout à la fois. Ils sont dans un entre-deux ténus et sont en quelque sorte au passage de ce qui fut et sera. Mais en attendant, voilà ce qu’il reste… Un étrange rapport au temps et plus particulièrement à notre mémoire plus ou moins amnésique devant ces objets aphasiques. Interdits de destruction, résistants à la disparition, ils trônent comme témoins. On peut pourtant leur offrir une autre vie en les requalifiant ou en les réemployant : objets de musée, objets de collection, objets fétiches, etc. Quand on donne un objet, on transmet son histoire en même temps qu’on s’en sépare : telle est la difficulté de ce geste. La perte et/ou la culpabilité nous empêche de jeter ou de donner certains objets qui finissent souvent au grenier ou à la cave. Mais alors, comment se débarrasser d’objets qu’on s’interdit de détruire ? Conserver un objet, c’est préserver son identité, s’en débarrasser (de quelque façon que ce soit), c’est accepter l’altérité : de soi, on passe à l’autre. C’est entre les deux que se positionne l’objet comme passage. De ce don, de cet abandon que reste-t-il ? Le temps qui passe, l’altération de son identité, autre chose, un petit rien mais en tout cas quelque chose…

O. Debary – Intervention 1

Pour Octave Debary, l’anthropologie est une fascination aux restes, notamment dans la notion archivistique du reste : la mémoire. Quel avenir donné aux objets en fin de vie ? Et d’ailleurs, comment se détermine la fin de vie d’un objet ? C’est une décision personnelle ou accidentelle mais au final on ne s’en sépare pas n’importe comment. On les range dans les musées, les garages, les greniers, les caves, etc. Des lieux de stockages, de mis au rebut. Le pouvoir des objets résident sûrement dans leur “agency” (agencivité), cette force dont ils se parent lorsqu’ils sont proches de la fin de leur vie. C’est un moment critique de requalification, de séparation ou de transmission dans une seconde main (d’ailleurs les friperies dans les pays anglo-saxons sont appelées “second hand clothes”). Cette expression désormais commune, a à voir avec les objets d’occasion ayant déjà appartenus à quelqu’un et de ce fait trouvant leur valeur marchande souvent dévaluée, alors qu’aux yeux de leur ancien propriétaire, la valeur n’est plus marchande mais affective. Dans les vide-greniers, on échange des histoires. Elles accompagnent les objets sur la route de la séparation. C’est un travail de deuil : un au revoir de son vivant. Parlant de deuil, pendant longtemps dans la Somme, il était interdit  de détruire les objets d’un défunt. Il fallait pourtant les faire sortir de la maison. Mais comme on ne pouvait pas préjuger de la valeur que le défunt porter à ces (ses) objets, on les exposer dehors à l’attention des gens ou on se les transmettait en les partageant en famille. Il n’était ici nullement question de gain ou de profit. L’affection que l’on porte à un objet a surtout à voir avec l’histoire que l’on place, voit et projette sur celui-ci : il est un support à notre mémoire. Ce ne sont que des objets ordinaires : usés, surannés, pauvres, cassés, dépassés, etc. Et pourtant, ces objets sont des réserves de sens. Ils ne sont plus uniquement des objets d’usage, mais ces fameux objets de mémoire : le passé a le pouvoir de dire quelque chose parce qu’il décroche de l’usage. Tournant autour de ces objets, on sent la présence de leurs différents vécus comme une résurrection.

O. Debary – Intervention 2

La deuxième vie des objets c’est tout un art de la reprise, une véritable pratique appropriative. Sur les vide-greniers, on trouve des objets déplacés de leur contexte initial pour être théâtralisés sur un espace de ventes. On y croise autant d’objets d’occasion que de vendeurs d’occasion, personnes qui comme vous et moi jouent au marchand pendant un temps donné. La règle d’or est de ne jamais afficher les prix. Ici le temps est à la parole verbale propice à la négociation qui va bon train : c’est un véritable débat pour s’entendre sur la traversée de l’histoire de cet objet… Car telle est la différence entre un objet neuf et un objet d’occasion. L’objet neuf n’a pas d’histoire et son prix est clairement affiché. L’objet de seconde main est riche de son histoire : au négoce d’en décider la valeur.

> Howard S. Becker était aussi de la partie. Tout le monde l’a chaleureusement remercié pour sa présence et son intervention. J’ai découvert qu’avant de devenir sociologue, Howard S. Beker était pianiste. Il se qualifie de “musicien ordinaire”. Quel parcours épatant ! Il jouait dans les clubs de jazz aux Etats-Unis et rencontrait d’autres musiciens. Ils ne se connaissaient pas la plupart du temps mais ils connaissaient tous la majorité des chansons connues de l’époque, tout du moins de ce qui se jouait. Il suffisait de déterminer l’accord sur lequel démarrer (le temps de la négociation). C’était facile au final : on apprenait en jouant, en accompagnant les autres et en partageant leurs expériences. Et puis, il y avait les fameux “Fake Book”. Des livres dans lesquels étaient compilés des partitions de musiques qui permettaient de pouvoir jouer rapidement une chanson ou mélodie populaire. On y trouvait la mélodie, les accords harmoniques et les paroles. Rien que le minimum musical… Au musicien d’improviser autour de cette base ! C’est de son Fake Book qu’Howard S. Becker est venu nous parler. C’est un objet précieux ! Bien plus que les pages dans lesquelles se compilent des mélodies, ce sont des histoires, des rencontres et des évènements qui résident désormais dans cet ouvrage.

3. Ce qu’il reste

Cette première séance de séminaire fut riche en rencontres, histoires, expériences et bibliographies.

Rencontres entre autres avec Elisabeth Anstett, Nathalie Ortar, Octave Debary, Philippe Gabel, Howard S. Becker les intervenants, mais aussi avec certains membres de l’auditoire comme Romain Barré qui souhaite réaliser une thèse sur les marché aux puces, Estelle Fleur Galateau actuellement doctorante, Delphine Corteel rattachée au projet ODORR (ainsi qu’Octave Debary). Nos discussions furent un peu brèves mais se poursuivront par la suite grâce à l’échange de nos mails et sites respectifs.

Ce qu’il reste, c’est le goût de ces viennoiseries autour du thé, du café et du jus d’orange. Un accueil chaleureux, un séminaire prometteur, des échanges bien à propos entre chacun de nous. Tout le monde avait beaucoup à dire et les murs, le mobilier, les cahiers et les stylos se sont chargés de ce moment. Ils pourraient en dire long mais resterons discrets, emportant l’instant avec eux dans leur matière muette.

Ce qu’il reste, ce sont les voix, les regards, les visages, les allures. Des empreintes de chacun dans notre mémoire. Des petits riens qui nous auront marqué plus que d’autres. L’élégance de certain(e)s, les sourires d’autres, les conseils à droite et à gauche, les rires aussi ! Mais les voix je crois, sera ce qui me restera le plus. Après avoir découvert certains intervenant par l’écrit (E. Anstett, N. Ortar, O. Debary), je les entends enfin parler. J’imagine qu’à les relire, ma lecture aurait alors une sonorité bien différente. Rencontrer les auteurs, c’est donner une autre dimension à leurs textes car désormais ils se personnalisent.

Ce qu’il reste, ce sont les photos prises par Philippe Gabel et projetées sur cet écran. Ces photos d’hommes et de femmes et d’objets prises avec un écran de projection en fond se retrouvent elles-mêmes prises dans un écran de projection. La boucle est bouclée ! Projet, projeter, projection, tout autant de mots qui se rapportent à l’objet du séminaire mais aussi à nos objets du quotidien. Octave Debary le disait, nous projetons sur les objets nos désirs, nos rêves, nos histoires et tout ce que nous voulons bien y voir. L’objet serait alors lui aussi écran de projection ?

Prochaine séance

Jeudi 8 décembre 2011 – de 9h30 à 13h
Déchet et produit recyclé dans les sociétés industrielles

V. Moulinié (CNRS, IIAC) – De l’épave au chef d’œuvre : l’auto biographique, à propos des oeuvriers
E. Anstett (CNRS, Iris) – Gérer la pénurie en contexte industrialisé, le cas soviétique.
Discutant : T. Bonnot (CNRS, Iris)

Toutes les informations sur le carnet de recherche hypotheses de la Deuxième Vie des Objets – Anthropologie et sociologie des pratiques de récupération

Bibliographie du séminaire

BAUDRILLARD Jean, 1968. Le système des objets. Paris, Gallimard.

BONNOT Thierry, 2002. La vie des objets. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

CORTEEL Delphine, LE LAY Stéphane, 2011. Les travailleurs des déchets. Paris, Erès.

DASSIE Véronique, 2010. Objets d’affection. une ethnologie de l’intime. Paris, CTHS.

DEBARY Octave, GABEL Philippe, 2011. Vide-greniers. Paris, Créaphis.

DEBARY Octave, TELLIER Arnaud, 2004. « Objets de peu, Les marchés à réderies dans la Somme. »L’Homme, 170 : 117-13.

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Paris, Payot et Rivages.

WATEAU Fabienne, 2011. Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues. Paris, De Boccard.

Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues

[Passage] Avis

… de Passage

Au cours de mon séjour au RECYCLODROME, j’ai récupéré quelques objets et pas n’importe lesquels.

Quand j’y pense, j’ai essentiellement choisi des objets de type “sentimental”, ceux qui faisaient vibrer ma corde sensible, ceux qui parlaient d’un temps passé, ceux qui avaient un vécu mais dont l’histoire, je le savais, ne se révèlerait vraiment jamais. Mais, ils me parlent, ils font écho à quelque chose d’enfoui dans “le sombre abîme du temps”. Ils existaient dans le passé de mes prédécesseurs, ils existent dans mon présent, ils existeront, je le leur souhaite, dans le futur des acquéreurs. Ces objets traversent le temps et l’espace. Certains gardent des traces de vies : signatures, écritures, annotations, déchirures, salissures, pliures, etc. Ils sont les gardiens des temps, ils sont des Janus immobiles gardant précieusement au présent le secret de leurs destinées passées et à venir. Lorsque je touche ces objets, j’ai conscience de leur matière vieillie, usée, patinée… Et de savoir que je les touche comme ont pu les toucher tous mes prédécesseurs m’émeut toujours. Ces objets sont le réceptacle de tant de vies, de tant d’époques qui se mélangent dans l’instant. Ils catalysent tous les temps et les espaces dans un même lieu au présent. Je les trouve fascinants, forts, troublants… Ils contiennent tout ce qui nous échappe au plus près, ils contiennent toute la fragilité de nos âmes fugaces. Ils sont les temples où reposent nos vies finies. En les transmettant, c’est bien plus qu’un objet que l’on donne, c’est un miracle !

Je ressens cette même sensation quand je traverse les villes. Je regarde ces bâtiments qui me dominent et je sais qu’ils me survivront bien des siècles encore après ma mort. Ils sont magnifiques ! Ils traversent les âges comme des paquebots échoués. Les marques du temps ne sont que salissures ou fissures. Je les regarde et je lis des livres d’histoire sur  la ville et son patrimoine, etc. J’apprends certaines choses précises mais pas l’essentiel. Que se passait-il entre ses murs ? Les chagrins d’amour et les naissances, les joies et les peines, les fêtes et les moments de solitude… Voilà ce que j’aimerais (re)voir ! Mais cela est impensable aujourd’hui. Peut-être les pierres comme les objets émettent-ils des échos du passé. Peut-être ne sommes-nous pas encore en mesure de les écouter et de pouvoir les comprendre. Peut-être un jour, les échos du passé s’ouvriront à nos âmes et entendrons-nous les voix dans les couloirs, les rires dans les pages, le souffle du temps dans l’espace.

J’ai longuement hésité sur le titre à donner à cette réflexion, mais au final le mot “passage” était évident. Le passage comme un couloir, une rue, un pont ; le passage comme un début, un milieu, une fin ; le passage comme un fragment, un morceau, une partie. Il représente finalement le temps et l’espace et les indices qu’ils nous livrent. Et ces indices, ces traces, ces ruines sont à reconstruire pour en découvrir toutes les histoires.

Parmi les prochains billets à venir, il y aura au passage des histoires de poupées, des partitions jaunies, des photographies oubliées, des mariés partis en voyage de noce, etc.

Bibliographie

AGACINSKI Sylviane, 2000. Le passeur de temps, Modernité et nostalgie. Paris, Seuil.

BENJAMIN Walter, 1997. Paris, capitale du XIXème siècle : le livre des passages. Paris, Cerf.

CHOAY Françoise, 1992. L’allégorie du patrimoine. Paris, Seuil.

CHOUQUER Gérard, “Une année d’exception pour l’archéogéographie”, Études rurales, Palestine, http://etudesrurales.revues.org/document3111.html

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

GUILLAUD Dominique, « L’archéogéographie : pour une reconnaissance du passé dans l’espace », EchoGéo [En ligne], Numéro 4 | 2008, mis en ligne le 13 mars 2008. URL : http://echogeo.revues.org/2278

HAINARD Jacques, KAEHR Roland, 1985. Temps perdu, temps retrouvé. Voir les choses du passé au présent. Neuchâtel, Musée d’ethnographie.

HEINICH Nathalie, 2009. La fabrique du patrimoine. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

JEUDY Henri Pierre, 1990. Patrimoines en folie. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

OLIVIER Laurent, 2008. Le sombre abîme du temps, Mémoire et archéologie. Paris, Seuil.

PEREC Georges, 1965. Les Choses. Paris, René Julliard.

PEREC Georges, 1989. L’infra-ordinaire. Paris, Seuil.

RICOEUR Paul, 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli.  Paris, Seuil.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.

VIGOUROUX François, 2008. L’âme des objets. Paris, Hachette Littératures.

Misanthropologue

Doctorante en Anthropologie, rattachée au laboratoire de l’IDEMEC implanté à la MMSH.

Directeur de thèse : M. Christian Bromberger.

Sujet de la thèse : La réanimation des objets mourants – Objets d’une ou plusieurs vies, une ou plusieurs vies d’objets.

Terrain d’enquête : Association RECYCLODROME – Marseille
Mots-clés : objet, ressourcerie, recyclerie, mémoire, reste, don, Emmaüs, transmission, histoire, vide-greniers, restauration, renovation, transformation, réparation, collecte, lien, appropriation, etc.

Titre provisoire de la thèse : La réanimation des objets mourants.
De l’abandon au don, les objets transitent de main en main véhiculant avec eux leur histoire et celle de l’autre. Dans une société de consommation, il existe encore des lieux où les objets retrouvent une seconde vie. Après avoir été mis au rebut par leur ancien propriétaire, là ils seront valorisés par une réparation : restauration ou requalification selon leur état. Puis, ils seront mis en vente, prêts à partir pour une nouvelle vie dans les mains d’un nouveau propriétaire. Une ou plusieurs vies de l’objet, objets d’une ou plusieurs vies, tel pourrait être le sous-titre de cette thèse. Le lieu d’études est une ressourcerie, nouveau lieu de requalification des objets ayant pour vocation de « ressourcer » ces derniers, dans une optique de développement durable et d’éco-citoyenneté. Ces associations sont fleurissantes en France et rejoignent depuis 10 ans le réseau des ressourceries en remplissant les conditions d’accessibilité et en acceptant la charte en vigueur.