3 [Publications] in Réflexivité(s)

En 2019, j’ai eu le plaisir d’assister à la réunion de présentation  du livre liquide Réflexivité(s) (ESBC), dirigé par Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau.  Dans cet ouvrage, vous trouverez trois articles en mon nom dont les origines remontent à la Villa réflexive

A lire en ligne :

Edito


L’idée du livre liquide (Liquid Book) est de proposer des livres d’un nouveau genre : nés de textes moissonnés sur des carnets de recherche et des blogs, ils présentent des modes d’écriture native du web, hypertextuelle, augmentée et multimédiatique. Comme les blogs, les ouvrages permettent de naviguer de fenêtre en fenêtre, de regarder tout en lisant, de lire tout en écoutant. Comme les blogs, ils font entendre plusieurs voix, celles des auteur.e.s des billets devenus textes, mais aussi celle des commentateur.trice.s qui ont augmenté l’écriture initiale en la rendant interactive.En lien direct avec le contexte d’une mise en valeur de la recherche en ligne en sciences humaines et sociales sur la plateforme Hypothèses, ce livre liquide propose des textes soigneusement sélectionnés dans les contenus du carnet de recherche Les Espaces réflexifs, et éditorialisés de manière à constituer un livre fluide, ouvert  aux commentaires et augmenté, notamment par les liens hypertextes et la circulation qu’ils permettent.Liquide, cela veut dire multiple dans les formes d’expression (texte, hypertexte, image, son), polyphonique dans la nature de l’écriture (l’augmentation par les commentaires) et évolutif dans les contenus de la recherche. Un livre liquide accueille la variété des approches, des écritures et des langues. Il a l’ambition de photographier l’état de la science en ligne à un moment donné de sa diffusion, en la rendant accessible par l’éditorialisation et le partage.

[Publication] Le terrain comme laboratoire

En 2016, je publie dans le premier numéro du Contour Journal lancé par l’EPFL : « Divergences in architectural research ».

Résumé


Voici un sujet qui ne peut me laisser indifférente. À 24 ans, j’obtenais mon diplôme d’architecte DPLG (diplômé par le gouvernement). Je commençais alors ma carrière de cabinet en cabinet d’architecture aux quatre coins de la France. Au bout de quelques années, je décidais d’arrêter mon activité d’architecte. Quelque chose manquait à ce travail, quelque chose qui me pesait véritablement : concevoir des bâtiments ne faisait pas tout et les vicissitudes administratives ont eu raison de ma créativité, pire encore, je me demandais à qui étaient destinées ces réalisations. Pensait-on vraiment aux futurs habitants ? Plus tard, je repris mes études pour obtenir un doctorat un anthropologie : la place de l’homme m’avait à ce point manquée en architecture… Aujourd’hui, je me sens enfin complète et j’appréhende l’architecture différemment : ce pas de côté m’a permis de la découvrir sous une autre perspective. De même, je m’interroge véritablement sur ce que l’architecture peut apporter à l’humain dans son quotidien en tant qu’habitant mais aussi sur ce qu’elle nous enseigne en tant que chercheur. Dans cet article, j’aimerais mettre en lumière en quoi l’architecture est à la croisée des sciences et en quoi elle est vecteur de transdisciplinarité : la géographie, l’histoire, les mathématiques entre autres et aussi dans le cas qui m’intéresse ici l’anthropologie. Elle est aussi ce vecteur de transdisciplinarité par cette rencontre spécifique de la science et de la technique avec les arts. Je rajouterai que les  » bâtiments […] sont façonnés par l’esprit humain. C’est l’Esprit fondamental de l’architecture  » (Wright, 2003 : 61). Et c’est bien l’esprit humain qui  » façonne  » aussi la science. L’approche de cet article sera de type autobiographique, s’appuyant sur mon expérience d’architecte et d’anthropologue désormais, mais aussi en faisant référence à quelques ouvrages scientifiques et/ou d’architecture.

A lire en ligne http://contourjournal.org/index.php/contour/article/view/53 dans Contour Journal (EPFL).

« Contour is peer-reviewed journal for interdisciplinary research in architecture, urban design and planning. Its themes emerge from a common interest to explore the environments of everyday life and the many, often overwhelming tools, methods and theories for investigating their complexities. Disciplinary divides need to be dissolved and traditions questioned. Placing the next generation of researchers at its centre, the journal seeks to explore the epistemological and ontological multiplicity that makes up the sciences today and that comprises the boundary, the periphery, the contour of research in architecture and the sciences of the city. As a journal based in Switzerland in the heart of Europe, Contour embraces linguistic multiplicity while questioning the hegemony of one single scientific language or mode of expression: how do we harness the communicative potential of images, video, drawings? In combination with print, the journal maintains a presence on the web, allowing for readers and editors to communicate in near real-time, blurring the lines between traditional publication and the participation afforded by evolving information and communication technologies. Contour recognizes the need to move beyond the self-referentiality of architectural research and the idea that the social and natural sciences are foreign territory.  The contour is not comprised of spaces of separation, but places of a collective desire to investigate and understand our shared world. »
ISSN 2297-6906

[Publication] Des objets et des déchets loin d’être en reste

Je viens de me rendre compte que j’avais laissé aux oubliettes cette section sur mes publications. Quel dommage ! Il est temps de remettre un peu d’ordre dans tout cela.

Je reprends avec cette publication qui date de 2015, dans la revue Géographie et cultures (CNRS) intitulée pour l’occasion « Géographie des objets ». Je remercie l’équipe pour leur patience et leur gentillesse.

Résumé 


L’étude d’une « ressourcerie » m’a conduite à interroger la place de l’objet vis-à-vis du déchet. Le déchet est partout, nos poubelles débordent, affirment les média ! On nous parle de sa prolifération et des modes de prévention à mettre en place contre cet indésirable. Mais ne faudra-t-il pas s’interroger avant tout sur ce qu’est le déchet : un détritus ou un reste ? Quel avenir peut-on lui réserver : un sort funeste pour cet inutile, voué à être détruit et enseveli, ou un « encore » possible qui le destine à une réutilisation ? En circulant, cette triade objet-détritus-reste se confond et se mélange : l’objet chute et se perd ou se donne à d’autres.

Plan


Introduction
Définir le déchet
– Définition donnée par le CNRTL
– Définition donnée par le Code de l’environnement
– DÉCHET dans l’imaginaire populaire
L’ambivalence du déchet
Sur quoi se construit l’activité de la « ressourcerie » ?
– Collecter
– Valoriser
– Distribuer
Conclusion
 

A lire en ligne https://journals.openedition.org/gc/3437 dans la revue Géographie et cultures.

[Vivre avec les Démons] Surdité psychosomatique

Pendant plus de dix ans, tous les mots qui sont arrivés à mes oreilles n’étaient que mensonges. Tous, sans exception aucune, puisque même la parole la plus sympathique ou la plus aimable n’était en fait que l’expression manifeste d’une psychopathologie : l’assujettissement (subjugation en anglais).

Assujettissement
Le comportement, l’expression des émotions, les décisions sont totalement soumis aux autres parce ce qu’on se sent forcé d’agir ainsi, en général pour éviter colère, représailles ou abandon. Selon nous, nos propres désirs, opinions et sentiments ne comptent pas pour les autres. En général, on montre une docilité excessive mais nous réagissons vivement si on se sent pris au piège. Il existe presque toujours, une colère refoulée contre ceux à qui on se soumet, provoquant des troubles de personnalité (comportement passif/agressif, explosion de colère, symptômes psychosomatiques, troubles affectifs, drogues).
Schémathérapie par Jeffrey Young

J’ai longtemps cherché à quel moment les mensonges ont commencé, à quel moment tout a basculé. Ce moment n’existe pas ou plutôt si : dès notre première rencontre. De fait, il n’y a jamais eu de revirement de situation puisqu’il en était ainsi dès le début. Et si je me remémore certains événements du passé, je comprends comment je suis passée complètement à côté de cela : simplement car il mentait comme il respirait pour reprendre l’expression consacrée. « Je sais que je mens trop facilement. » « J’ai réalisé que je mens trop souvent, de manière trop automatique. J’ai résolu de me débarrasser de cette vilaine manie. » Mais peut-on se débarrasser du mensonge dès lors qu’il est une manie ? Et quand la parole n’est plus que mensonges, affabulations, simulations afin de tordre la réalité à son compte et cela même en instrumentalisant l’entourage, il est alors question de mythomanie. Il est très difficile de déceler le mensonge du mythomane1. Déjà que ce n’est pas toujours évident de confondre les petits mensonges du quotidien, avec le mythomane cela devient quasiment impossible tant cela lui est parfaitement naturel. Il ne faut que quelques semaines pour prendre une habitude et cela qu’elle soit bonne ou mauvaise. Mais combien de temps faut-il pour se défaire de la langue fourchue du serpent ? 

C’est au cours de la thérapie de couple que tout s’est éclairé. Bas les masques ! Je l’ai vu tel qu’il était : un menteur pathologique. Jamais je n’oublierai avec quelle facilité il mentit à notre thérapeute et cela en ma présence. Peut-être pensait-il qu’une fois de plus il pouvait encore se permettre de semer le doute car il en resterait toujours quelque chose ? Que ce serait sa parole contre la mienne ? Que cela allait me déstabiliser ? Rien de tout cela. C’est au cours de cette séance que j’eus la révélation et que je pris la décision qu’à la prochaine crise de fin de cycle (qui avait déjà commencé) s’il me demandait encore une fois de divorcer2, je dirais oui et même s’il ne me le demandait pas, j’en prendrais l’initiative. Je reviendrai sur l’épisode de ce mensonge en particulier dans un prochain billet. 

La demande de divorce était désormais établie et maintenant que je voyais clairement qui était Marabout (ni un mari si ce n’est sur le plan légal et encore moins un ami), j’étais effondrée. Comment avais-je pu ne pas voir ce qui était si évident à présent ? Comment avais-je pu accorder ma confiance à cet individu ? Comment avais-je pu me laisser duper à ce point ? Et je m’en voulais beaucoup d’avoir été si naïve. Et je lui en voulais beaucoup de m’avoir ainsi trompée. J’oscillais entre tristesse et colère, déprime et révolte, peur et revanche. Mais comment en étais-je arrivée là ? Et pourquoi y-a-t’il sur cette terre des gens aussi mal intentionnés ? Tout autant de questions qui m’apparaissent quelque peu « cruchettes » avec le recul mais il en fut ainsi. C’était un moment étrange : mélange de prise de conscience et de libération avec le goût amer de la trahison, de la manipulation et du dégoût.  Je m’en voulais tout autant que je lui en voulais. Ce double mouvement de culpabilité (de l’autre et de soi) est un point sur lequel je reviendrai dans un prochain billet.

Il était terrible de pleurer et d’être consolée par son bourreau. Cela ravivait des fausses espérances doublement entretenues ; par lui qui utilisait ces moments « déprimés » comme moyen de m’ébranler toujours plus dans mes convictions et ma personnalité, procédant à un décervelage (cf. Paul-CLaude Racamier, auteur de ce concept) en règle grâce à un énième comportement paradoxal ; et par moi qui, barbotant depuis plusieurs années déjà dans la marmite du paradoxe avais bien du mal à refuser l’inacceptable en en faisant encore quelque chose d’acceptable par banalisation, normalisation et en trouvant toujours des excuses à ses actes, ou bien en y apposant l’espoir désespéré et fou3 que tout allait s’arranger alors que ma petite voix intérieure me soufflait depuis des années déjà qu’il fallait fuir. Décidément, lorsque le mensonge s’invite à notre table, on finit par se le servir soi-même ! « Peut-être n’était-il pas si mauvais ? Peut-être réalise-t’il enfin tout le mal qu’il m’a fait ? Peut-être va-t’il prendre conscience de son problème ? Et puis, au final, tout va s’arranger et on continuera notre vie ensemble parce que après tout, s’il me console, c’est peut-être qu’il m’aime alors… tout n’est peut-être pas perdu ?! » Je vous écris mes pensées de l’époque tel qu’elles étaient. Je ne cherche pas un quelconque apitoiement mais bien à montrer mon tempérament crédule car c’est là-dessus que Marabout a pu construire toute son illusion. Je ne cherche pas à faire de moi la victime à tout prix et de Marabout le bourreau impitoyable. Je veux avant tout vous expliquer que la perversion narcissique tel que définit par Paul-Claude Racamier est quelque chose qui se « joue à deux » :

1. Le mouvement pervers narcissique : façon organisée de se défendre de toutes douleur et contradiction internes et de les expulser pour les faire couver ailleurs, tout en se survalorisant, tout cela aux dépens d’autrui et non seulement sans peine mais avec jouissance (p.284).

Il y a donc a minima deux personnes pour que le mouvement pervers narcissique puisse prendre corps. Si je me suis laissée piégée, c’est parce que j’étais crédule (mais pas que) et ayant fini de lire Mentir, la vie et son double de Mériam Korichi, je développerai ma réflexion sur ce trait de caractère prochainement. Etant une personne honnête et franche par nature, méprisant le mensonge, disant ce que j’ai à dire, j’ai la fâcheuse tendance à penser que les gens font aussi preuve de droiture. Cette expérience m’aura permis d’équilibrer cela et d’accepter enfin qu’il convient de ne pas accorder sa confiance à tout le monde car oui, assurément, il y a dans ce monde des personnes malveillantes à notre égard. Bien sûr, la crédulité  n’est pas la seule cause mais concernant le mensonge, il est très facile de manipuler une personne naïve et de lui faire avaler des couleuvres en guise de loyauté. Mais enfin, alors que la séparation était toute proche, toutes ses consolations sonnaient très faux et même lorsqu’il me prenait dans ses bras, je ne ressentais alors rien d’aimant ou d’affectueux venant de sa part, sensation désagréable qui a toujours été présente ou en tout cas que mon instinct ressentait clairement mais que ma raison refusait d’admettre. Combien de fois ai-je énoncé sur le ton ampoulé de la comédie : « Je vois bien que tu ne m’aimes plus ! De toutes façons, tu ne m’as jamais aimée. » Mon instinct le savait mais ma raison préférait en faire une plaisanterie : on se joue bien des tours à soi-même… On se ment. 

Un matin, je me suis réveillée sourde d’une oreille. Quel horrible effet ! D’autant lorsque cela arrive subitement. Je me sentais complètement décalée avec moi-même. La perception de l’espace m’en semblait toute perturbée. J’ai pris un anti-inflammatoire le soir avant d’aller me coucher. Miracle, le lendemain matin, tout était rentré dans l’ordre ! Quelques jours plus tard, je suis redevenue sourde mais cette fois-ci de l’autre oreille. Et avec, j’avais des vertiges terribles ! Cela m’a duré plusieurs jours. J’ai contacté mon ORL qui m’a prescrit des médicaments pour contrecarrer les vertiges. Et puis, je suis allée le voir en consultation. Le diagnostic ne révéla rien : pas de virus, pas de bactérie, non, rien. L’ORL m’a alors simplement et fermement demandé : « Que se passe-t’il ? » J’ai compris à son ton qu’il soupçonnait qu’un événement m’avait suffisamment perturbée émotionnellement, psychiquement pour qu’il déborde sur mon corps. Je lui annonçais alors que j’allais divorcer. Il était gêné et pour tenter de minimiser ma peine dans cette situation, il fit un trait d’esprit concernant le mariage : « C’est une erreur de se marier, mais une encore plus énorme de divorcer.« 

Au final, tout s’est arrêté quand la procédure de divorce fut clairement lancée. 

Que nous dit ce trouble psychosomatique de surdité soudaine partie aussi vite qu’elle arriva, sur le rapport qu’il existe entre le corps et l’esprit ?4 Et bien, et j’utiliserai là une expression imagée et fort à propos : j’ai fermé les écoutilles ! Ou plutôt, mon inconscient l’a fait pour moi car assurément, je n’ai pas choisi en toute conscience de devenir sourde. Et je pense qu’au plus profond de mon esprit, il n’était plus question de supporter cela plus longtemps. Assez des mensonges ! En fermant les écoutilles, les paroles fausses ne pouvaient plus entrer en mon esprit en passant par mon corps et donc ne pouvaient plus altérer mon âme. Mais dans ce moment de surdité, j’entendais parfois quelques sifflements (acouphènes). Un écho de la langue fourchue du serpent peut-être… Allez savoir…

Mais pourquoi à ce moment-là précisément et pourquoi pas plus tôt ? 1) Parce qu’il y avait eu cette prise de conscience nette et définitive que Marabout n’était en fait qu’un mythomane, qu’il n’avait fait que me mentir et me bercer d’illusions en jouant sur mes rêves et mes espoirs. 2) Parce que ses excuses, ses mots doux ou encore sa franchise pour se faire passer encore et toujours pour une victime n’étaient que des mensonges et que même si au milieu de tout cela il y avait eu une infime part de vérité, elle se trouvait désormais ensevelie sous le poids des mensonges et rien ne pouvait plus être cru. Adieu la confiance ! Tout le monde se souviendra de cette fable d’Ésope :

LE BERGER MAUVAIS PLAISANT
 

Un berger, qui menait son troupeau assez loin du village, se livrait constamment à la plaisanterie que voici. Il appelait les habitants du village à son secours, en criant que les loups attaquaient ses moutons. Deux ou trois fois les gens du village s’effrayèrent et sortirent précipitamment, puis ils s’en retournèrent mystifiés. Mais à la fin il arriva que des loups se présentèrent réellement. Tandis qu’ils saccageaient le troupeau, le berger appelait au secours les villageois ; mais ceux-ci, s’imaginant qu’il plaisantait comme d’habitude, se soucièrent peu de lui. Il arriva ainsi qu’il perdit ses moutons.

Cette fable montre que les menteurs ne gagnent qu’une chose, c’est de n’être pas crus, même lorsqu’ils disent la vérité.

3) Parce que maintenant que cette prise de conscience avait eu lieu, mon corps ne voulait donc plus entendre le son patelin produit par sa voix qui en sortant de sa bouche n’était que fausseté et tromperie. Mon corps ne voulait plus l’entendre et s’enfermait en lui-même, où tout ce qui arrivait de l’extérieur était comme ouaté et lointain. C’était une sensation désagréable, perturbante, provoquant une gêne terrible. Une fois de plus ma raison tentait de rééquilibrer tout cela. Je faisais des recherches sur internet sur les maladies potentielles qui pouvaient provoquer ce trouble. Il n’y avait rien comme l’annonça le spécialiste. Il y a des maux que la raison ne peut pas soigner ou plutôt, qu’elle pourra soigner mais plus tard, avec le temps et la distance nécessaire à cela. Mais pour l’heure, mon corps m’indiquait que s’en était trop et qu’il ne fallait plus écouter toutes ces fadaises. Bref, je décompensais…

A cela, se rajoutaient les vertiges qui vont souvent de paire avec les problèmes auditifs. « Ce n’est pas possible, j’ai fatalement quelque chose, non ? Rationalise, rationalise ! Cherche sur internet (encore) tu vas trouver. » Perte auditive subite, maladie de meunière ? Une fois de plus, rien de tout cela. Je crois que simplement, je tombais de haut, de vraiment très haut. Je voyais désormais clairement dans quel guêpier je m’étais fourrée. C’était comme si j’avais pris beaucoup de distance avec cette situation, que je la surplombais à une hauteur vertigineuse. Je la voyais dans sa totalité. Comme si cette décennie se matérialisait tel un plan au sol et que je pouvais en voir l’ensemble dans le moindre détails. D’aussi haut j’étais montée pour ainsi voir l’ampleur des dégâts, d’aussi haut je chutais. Tout cela était vertigineux : tant dans la quantité de mensonges et de fait la piètre qualité de cette relation que dans la chute en elle-même. Je réalisais que je n’étais rien pour Marabout, si ce n’est que quelque chose qui se situe entre l’objet et le truc, un vague machin, mais surtout un déchet dont il convenait de se débarrasser et cela qu’importait le prix. 

Lorsque nous nous sommes rendus chez l’ORL (je ne pouvais pas conduire à cause de mes vertiges), je me souviens encore de ses mots dans le parking en sous-sol : « Mais j’en veux plus de ton amitié, j’en ai jamais voulu. Casse-toi ! » Mais quel genre d’ami dit cela ? Est-ce qu’un ami peut vraiment dire cela ? Et qu’ai-je fait en tant qu’amie pour mériter d’entendre la dureté de ces mots ? L’ai-je trompé ? Non. L’ai-je haï ? Non. L’ai-je humilié ? Non. Ne l’ai-je pas soutenu dans tous ses choix ? N’ai-je pas accepté toutes ses tromperies ? Ne l’ai-je pas constamment pardonné ? Mais c’était bien là ma plus grande erreur. N’avoir pas su garder mes limites fermes et lui avoir toujours plus cédé du terrain. Le pardon est un acte tout particulier et dans un prochain billet, j’expliquerai pourquoi je fais le choix de ne jamais lui pardonner. 

Quelques fois il admettait avoir menti mais c’était pour mieux faire le mal car je ne peux croire à une telle innocence d’esprit dans une tête si bien faite quand il s’agit de manipuler son prochain.  C’est ainsi qu’un jour, pour justifier une fois de plus sa demande de divorce, il m’expliqua que notre mariage était un mensonge. Qu’il n’avait jamais voulu de ce mariage. Qu’il l’avait fait pour me faire plaisir. « Je pense vraiment que je t’ai fait cette demande pour répondre à tes attentes en me disant que ça serait que du bonheur après mais ça n’a pas été le cas. » Relisez bien cette phrase avec attention. Cette phrase vise à me faire purement et simplement culpabiliser. Si ma mémoire n’était pas certaine de ce qu’il s’est passé l’année de cette demande en mariage, il me serait facile de m’accabler de tous les mots/maux. 1) Je n’ai jamais demandé à Marabout de m’épouser. Comme n’importe qui, j’ai parlé de mes rêves et désirs sur le sujet comme on peut en discuter avec ses amis. 2) C’est Marabout qui a procédé à cette demande en mariage et pour cela, il n’a pas manqué d’idées. 3) Etant tout à fait consciente de notre différence d’âge (j’étais la plus âgée), je lui ai proposé à plusieurs reprises de bien prendre le temps de la réflexion, qu’il était encore jeune et peut-être avait-il des choses à vivre avant. Que rien ne nous obligeait à se marier si tôt. Et que s’il voulait revenir sur sa décision, je ne lui en voudrais nullement. Un jour, qu’il me rabâchait encore qu’il ne voulait pas de ce mariage et ne trouvant plus d’arguments à opposer aux miens, il me dit alors fort énervé : « C’était toi l’adulte, c’est toi qui aurais du dire non !!! » Intéressante comme formule… C’était moi l’adulte ? Mais alors, qu’était-il, lui ? Un enfant ? Assurément non. Il était parfaitement en âge de se marier comme un adulte responsable. Mais cette phrase eut au moins le mérite de me faire réaliser à quelle niveau de conscience, Marabout se situait : celui d’un enfant. Quoiqu’il en soit, cette intention de me faire plaisir répondait à un de ses schémas (pattern en anglais) : celui d’assujetissement tel que définit en préambule de ce billet. Comprenez par là que ce schéma était régulièrement utilisé (quasiment à chaque fois) pour justifier de son comportement, en guise d’excuse, une espèce de caution morale à ses actes. « Tout ça ne sont que des schémas que j’ai inscrit : subjugation et auto-sacrifice. » « Si tu te demandes pourquoi, c’est parce que mon schéma de sacrifice/subjugation est à l’oeuvre. » Pour résumer, le mal que je recevais était justifié de part un schéma psychopathologique. La responsabilité incombait à ce schéma mais certainement pas à celui qui en était porteur. Et plus encore, c’était bien à cause de ma présence et de toutes mes attentes (lesquelles, je n’en sais rien moi-même, mais il s’agit là de simples projections d’idéalisation) que ce schéma s’enclenchait aussi j’étais la coupable toute désignée. Ainsi je me retrouvais à porter la responsabilité de cette situation, pire encore à devoir endosser la responsabilité de l’autre. Sans m’en rendre compte, j’étais devenue « la méchante » de l’histoire… 

Il est bien malvenu de mentir. Après la lecture de Mériam Korichi, et même si je suis d’accord avec le droit romain « extravaguer est un droit des gens », il convient de ne pas oublier à quel moment le mensonge devient problématique et de ce fait amoral. La langue française est riche d’un vocabulaire qui permet de mieux définir les couleurs du mensonge : tromperie, erreur, ruse, affabulation, diffamation, mythomanie, etc. Employons-les comme il convient ! Mais ce qui fait que le mensonge se teinte de sombres couleurs, c’est bien au moment où il devient préjudiciable. S’il peut l’être pour l’autre par des procédés de diffamation par exemple, ou dans l’optique d’escroquer, etc., il l’est aussi pour celui qui ment. Un mensonge en entraîne un autre. Et plus tôt on a pris le pli de mentir, plus fréquemment on l’emploie, et c’est ainsi que de Charybde en Scylla, on finit par se mentir à soi-même et c’est en ce sens que le mensonge est pernicieux. Car mentir à l’autre, c’est d’abord se mentir à soi-même. Et je pense que c’est Fiodor Dostoïevski qui l’énonce le mieux dans la bouche du starets Zosime dont j’ai publié quelques extraits dans un billet précédent. C’est aussi Gérard Lenclud qui l’écrit en ces mots : 

Le « vrai » mensonge n’habite pas tout entier dans le rapport qu’instaure intentionnellement son auteur avec son destinataire. En faisant un « vrai » mensonge à autrui, le menteur altère la relation qu’un homme se doit d’entretenir avec lui-même. L’épreuve de vérité se déroule alors dans l’intimité. Son couperet, le menteur le fait tomber lui-même et sur lui-même. 

J’ai entendu bien des choses que mon esprit n’a plus supporté. Mes oreilles ont fermé les écoutilles pour me protéger. Il est difficile d’imaginer combien des problématiques psychopathologiques non résolues peuvent devenir un lourd fardeau à porter pour celui/celle qui vit tout à côté. L’on devient un simple déversoir, recevant un trop-plein de négativité, un trop-plein de problèmes qui ne sont en rien les nôtres. Tout se vit dans la confusion, et le mensonge participe de cela.

Pour conclure ce billet, un peu de Paul-Claude Racamier :

[…] comment il se peut faire que les mensonges des pervers – jusqu’aux plus monstrueux mensonges – franchissent avec une certaine aisance les barrières de la croyance chez autrui. Ce n’est pas qu’autrui soit sot, ni certes que le pervers soit intelligent, il est seulement habile, mais il est d’autant plus habile à tromper que pour lui la vérité n’a aucune valeur en soi, le résultat seul étant ce qui compte. Il est vrai que le souci de la vérité est un frein, en même temps qu’un stimulant, pour ceux qui n’aiment guère la « mal-pense » ; le pervers, lui, ne connaît pas de ces freins, mais, de leur fécondité, il ne connaît rien non plus. (p.296)

Room in New York – Edward Hopper // J’illustre ce billet par un tableau d’Edward Hopper parce que sûrement sa surdité lui aurait-elle permis de faire passer dans ses œuvres une ambiance toute particulière.


Bibliographie

Dostoïevski F., (1934). Les frères Karamazov. Librairie Gallimard, Bruges. Janov, A. (1982). Prisonniers de la souffrance. Laffont. Paris.

Korichi M. (2019). Mentir, la vie et son double. Autrement. Paris.

Lenclud G. (2011). « L’acte de mentir. Remarque sur le mensonge », Terrain, n°57, pp-4-19. [En ligne] https://journals.openedition.org/terrain/14277 

Racamier P.-C. (1992). Le génie des origines. Payot et Rivages. Paris.

Thomas-Lamotte P.-J. (2016). L’interprétation des maladies qui compensent les petites et grandes blessures de l’âme et comment les guérir. Le jardin des livres.

Young J. (2006). Schema Therapy. Guilford publications. New York.

  1. Le blog de Sylvia Bréger, criminologue, traite dans certains articles de ce sujet. Vous pouvez aussi la retrouver sur LinkedIn où elle poste régulièrement. []
  2. Cette demande de divorce répétée n’était qu’un odieux chantage affectif, une technique manipulatoire jouant sur la peur de l’abandon et la perte de l’être aimé impliquant ainsi une grande dévaluation de soi du type « je suis rejetée parce que ceci ou cela, c’est normal, je ne mérite pas d’être aimée », etc.). []
  3. En fait, il ne s’agit plus d’espoir à ce niveau-là. On se berce juste d’illusions et quelques part en ce sens, on se ment à soi-même. []
  4. Je suis en pleine recherche sur le sujet et dois encore consulter les ouvrages de quelques auteurs comme Arthur Janov ou encore Pierre-Jean Thomas-Lamotte afin de développer ma réflexion sur le sujet. []

[Vivre avec les Démons] La mythomanie

Définition – […] la tendance pathologique, plus ou moins volontaire et consciente, au mensonge et à la création de fables imaginaires. […] une tendance constitutionnelle qui pousse certaines catégories d’individus à mentir, à simuler et à inventer, par l’activité pathologique de l’imagination créatrice, des fables et des situations dépourvues de réalité objective. (p. 5)

La mythomanie pathologique […] représente un stigmate majeur de dégénérescence mentale, […], étroitement associée à d’autres marques de déséquilibration psychique. […] l’activité mythique est mise au service, chez les sujets anormaux, de tendances vicieuses, de perversions instinctives ou d’appétits morbides ; […] et représente alors, non plus un instrument de jeu, mais bien une arme de guerre, d’autant plus dangereuse que le malade est plus intelligent. (p. 16)

Certains dégénérés atteints de perversion des instincts affectifs, que leur tempérament, fait de faiblesse et de lâcheté, éloigne des actes de violence et de brutalité, sont incités, par leur malignité, à des manœuvres insidieuses de ruse et de dissimulation, parmi lesquelles le mensonge et la fabulation s’offrent naturellement au choix électif des mythomanes. L’activité mythopathique aboutit, chez eux, à la médisance, à la calomnie, à l’hétéroaccusation, et à des œuvres complexes de simulation et de fabulation dirigées contre autrui et destinées à perdre la victime choisie par l’auteur du complot. (p.19) […] ces sujets pervers […] s’attaquent ainsi à des personnes qui n’ont en rien mérité leur rancune ou leur animosité. (p.21)

La mythomanie, Messieurs, est le résultat de la persistance, chez l’adulte, de l’activité mythique infantile : elle représente un mode d’infantilisme intellectuel qui, par ses manifestations tardives, contraste avec le reste de la mentalité et détone avec l’ensemble de la personnalité adulte. […] si l’on devient menteur, on naît mythomane. […] le sujet qui, sans mobiles pressants ou durables, manifeste toute sa vie, dans les occasions les plus diverses, le plus souvent sans utilité et même contre ses intérêts et ceux d’autrui, des tendances à altérer la vérité, à mentir, à simuler et à créer des fables imaginaires, celui-là est mythomane. (p.28)

[…] chez l’adulte mythomane, on peut reconnaître chez lui les impulsions vaniteuses, les impulsions malignes, et, parmi les impulsions perverses, celles qui ont trait à la cupidité […], et celles qui relèvent des appétits génitaux […]. (p.30)

Mythomanie maligne. – […] s’associe aux formes si variées de l’instinct de destruction, depuis la simple malice jusqu’à la férocité la plus acharnée. (p.43)

Le mobile incitateur de l’activité mythopathiques est souvent la haine. (p.47)

Mythomanie perverse. – […] est celle dans laquelle la fabulation est mise en oeuvre dans une mentalité amorale par des mobiles vicieux, tend à satisfaire une intention soit cupide, soit lubrique, soit simplement passionnelle ou intéressée. L’activité mythopathique se déploie au service de la fraude sous toutes ses formes, de la perversion génitale, d’appétits vicieux en général. Très souvent, sur le fonds commun de l’égoïsme et de la débilité morale, l’élément pervers, dans le complexus mythopathique, s’associe à l’élément vaniteux et surtout à l’élément malin. (p.50-51)

[…] la forme lubrique […] pousse le mythomane à faire de la tromperie et du mensonge la règle de sa conduite amoureuse. […] les séducteurs professionnels, qui recommencent incessamment auprès de leurs victimes successives, le même manège de fausse chevalerie. (p.54)

Dupré E., (1905). « La mythomanie. Etude psychologique et médico-légale du mensonge et de la fabulation morbides. » Clinique des maladies mentales. Institut de Médecine légale et Psychiatrie. Paris. [En ligne] https://archive.org/details/BIUSante_156766x10/page/n2/mode/2up 

[Vivre avec les Démons] Les frères Karamazov

Si le péché, le mensonge, la tentation sont autour de nous, il y a cependant quelque part sur terre un saint, un être supérieur ; il possède la vérité, la connaît cette vérité ; c’est donc qu’elle ne meurt pas sur terre, c’est donc qu’un jour elle sera parmi nous et régnera sur le monde, ainsi qu’il est promis ! (tome 1, p. 52)

Ne vous mentez pas à vous-même. Celui qui se ment à lui-même et écoute son propre mensonge en arrive à ne plus distinguer aucune vérité ni en soi, ni autour de soi. Et alors il n’a plus de respect ni envers soi, ni envers autrui. Ne respectant plus personne, il cesse d’aimer. N’ayant plus d’amour, il cherche à s’occuper, à se distraire, se livre aux passions, aux plaisirs grossiers et tombe dans ses vices jusqu’à la bestialité. Et tout cela vient de ce qu’il ment continuellement, à soi-même et aux autres. Celui qui se ment à lui-même est le premier à s’offenser. Car il est très agréable parfois de se sentir offensé, n’est-ce pas ? Vous savez bien que personne ne vous a offensé, que vous avez vous-même imaginé cette offense, que vous mentez pour embellir les choses, que vous exagérez en vous accrochant à quelque parole, en faisant une montagne d’un grain de poivre ; vous savez tout cela vous-même, et néanmoins, vous vous offensez, jusqu’à en tirer une certaine satisfaction, jusqu’à en éprouver un grand plaisir et une haine réelle… (tome 1, p. 74)

Et surtout, fuyez tout mensonge et tout particulièrement vis-à-vis de vous-même. Observez votre mensonge, et soyez-y attentive à toute heure, à tout instant. Évitez la répugnance à l’égard des autres ainsi qu’à l’égard de vous-même. Ce qui vous paraît vil en vous-même, se purifie déjà du fait que vous l’avez remarqué. Évitez aussi la crainte, bien que la crainte ne soit que la conséquence du mensonge. (tome 1, p. 95)

Collégien, méprise le mensonge, et d’un ; même si c’est dans un but louable, et de deux. (tome 3, p. 25)

Dostoïevski F., (1934). Les frères Karamazov. Librairie Gallimard, Bruges.