Archives par mot-clé : reste

[Séminaire] Requalifier les restes : de la poubelle au musée

En collaboration avec les chercheurs de l’équipe ODORR, le MuCEM organise un séminaire qui porte sur “les processus de requalification des restes, qu’il s’agisse de déchets, d’objets d’occasion, de scories ou de matières”. J’aurais l’opportunité d’intervenir au côté de Delphine Corteel et Christian Bessy à la séance du 23 mai 2014 et j’en profite pour remercier chaleureusement l’équipe ODORR ainsi que Denis Chevallier pour leur invitation.

Rendez-vous donc le 18 octobre 2013 à 13h30 au MuCEM à Marseille, pour la séance d’introduction animée par Denis Chevallier (directeur adjoint du MuCEM) et Stéphane Le Lay (sociologue, CNAM).

SÉMINAIRE

Requalifier les restes : de la poubelle au musée

Ce séminaire porte sur les processus de requalification des restes, qu’il s’agisse de déchets, d’objets d’occasion, de scories ou de matières. Nous cherchons à comprendre les épreuves qui permettent à ces restes d’accéder à de nouveaux régimes de valeur. Nous tentons également de saisir ce qui, en même temps que les objets et à travers eux, circule entre les personnes – pratiques, histoires, argent, paroles… Nous nous penchons pour cela sur les organisations qui permettent la circulation des objets, leur conservation et leur exposition. Nous nous intéressons enfin au travail des personnes qui ont à faire avec les restes (collecte, tri, valorisation ou rejet) et participent donc à leur requalification ou à leur disqualification.

Les exemples abordés sont tirés d’enquêtes de terrains menées principalement en Europe et dans le bassin méditerranéen, et qui permettent d’inscrire cette réflexion dans le temps. En suivant les processus de requalification de ces restes, les lieux où ceux-ci circulent et s’échangent, nous souhaitons appréhender les modalités par lesquelles ils persistent à être encore (réemplois) ou à être à nouveau (recyclages) ainsi que les enjeux sociaux de leurs retours, de la poubelle au musée.

Programme

Vendredi 18 octobre 2013 (13h30 – 16h)

Introduction : Les enjeux de la requalification des restes

Denis Chevallier (directeur adjoint du MuCEM) et Stéphane Le Lay (sociologue, CNAM) 16h : Visite du MuCEM

Vendredi 29 novembre 2013 (13h30 – 17h30)

Les archives comme restes : des matériaux pour l’histoire

Philippe Artières (historien, CNRS/Lahic), autour de l’ouvrage Le dossier Bertrand (Manuella Éditions, 2008) Philippe Bernardi (historien, CNRS/LaMOP) : « Des scories d’archives pour raconter l’histoire »

Vendredi 24 janvier 2014 (13h30 – 17h30)

Les dispositifs de mise en valeur des déchets

Luc Boltanski (sociologue, EHESS/GSPM) : « Les collections et les collectionneurs » Arnaud Esquerré (sociologue, EHESS/GSPM), autour de l’ouvrage Les os, les cendres et l’État (Fayard, 2011)

Vendredi 28 mars 2014 (13h30 – 17h30)

Exposer les restes, du jardin au musée

Octave Debary (anthropologue, Université Paris Descartes/Lahic) et Marc-Olivier Gonseth (Musée d’ethnographie de Neuchâtel, Suisse)

Vendredi 23 mai 2014 (13h30 – 17h30)

L’identification et l’authentification des objets

Christian Bessy (économiste, CNRS/IDHE), à propos de l’ouvrage Experts et faussaires (Métailié, 1995), Delphine Corteel (anthropologue, Université de Reims/IDHE) et Stéphanie Messal (anthropologue, Université d’Aix-Marseille/IDEMEC)

Vendredi 20 juin 2014 (13h30 – 17h30)

Le travail sur les restes

Natalie Benelli (sociologue, Hochschule Luzern – Soziale Arbeit), Bénédicte Florin (géographe, Université de Tours/CITERES) et Agnès Jeanjean (ethnologue, Université de Nice Sophia Antipolis/MSHS-LAPCOS)

Organisation :

Denis Chevallier (MuCEM) et les chercheurs de l’équipe ODORR (Objets – Déchets – Objets : Recyclage et Réemploi), programme « Déchets et Société » de l’ADEME : Natalie Benelli (Hochschule Luzern – Soziale Arbeit) ; Delphine Corteel (Université de Reims) ; Octave Debary (Université Paris Descartes) ; Bénédicte Florin (Université de Tours) ; Stéphane Le Lay (CNAM) ; Sophie Rétif (CNRS)

Contacts :

delphine.corteel@univ-reims.fr
marie.labrot@mucem.org

[Journée d’étude] Déchet d’hier et d’aujourd’hui

Samedi 8 juin 2013, j’ai été invitée par Philippe Hameau à participer à la journée d’étude “Déchet d’hier et d’aujourd’hui” qui se tenait en la salle polyvalente de Néoules. Cette journée d’étude était organisée par l’association ASER du Centre-Var avec la collaboration du SIVED.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un programme riche, une journée fort intéressante, des rencontres passionnantes ! Bref, une journée d’étude qui m’a réconciliée avec les séminaires et autres colloques en tout genre. Les exposés étaient rondement menés, dans le temps imparti et avec un contenu très appréciable : scientifique, bien raconté, qui reste en mémoire.

Je passais en fin de matinée, juste avant le repas, il fallait donc que je mette en bouche toutes ces personnes1 et que je ne les écoeure pas avec tous ces déchets. Je décidais donc de parler de ce que j’ai nommé “Les beaux restes”.

Retrouvez directement la présentation Prezi !

Des projets à venir pour 2014 suite à cette belle journée d’étude, des collaborations aussi et cerise sur le gâteau, André Guiol (maire de Néoules) m’a annoncé l’ouverture prochaine d’une ressourcerie dans sa commune. Suite à mon intervention, il m’a demandé s’il lui serait possible de l’appeler “Les beaux restes”, ce que j’ai accepté avec grand plaisir.

Bibliographie

  • CORTEEL Delphine et alii., 2011. Les travailleurs des déchets. Villematier, Erès.
  • DEBARY Octave, TELLIER Arnaud, 2004. « Objets de peu, Les marchés à réderies dans la Somme », L’Homme, 170 : 117-13.
  • DEBARY Octave et GABEL Philippe, 2010. « Seconde main et deuxième vie », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 30 juin 2013. URL : http://mcv.revues.org/3343
  • DESJEUX Dominique, GARABUAU-MOUSSAOUI Isabelle, 2000. Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales. Paris, L’Harmattan.
  • GUILLARD Valérie, 2009. La tendance de certains consommateurs à tout garder. Paris,  Thèse.
  • LÉVI-STRAUSS Claude, 1990. La pensée sauvage. Paris, Pocket.
  • PAVEAU Marie-Anne, 2011. Série de Printemps. Ce que disent les objets. Carnet de recherche La pensée du discours. URL : http://penseedudiscours.hypotheses.org
  • PIGEAT Jean-Paul, 1984. Déchets, l’art d’accommoder les restes : revue de presse. Paris, Centre de Création Industrielle.
  • SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.
  • VIGOUROUX François, 2008. L’âme des objets. Paris, Hachette Littératures.
  1. Entre 30 et 40 personnes étaient présentes au cours de la journée. []

[JRCD] Percevoir le déchet comme un reste

Dans le cadre des Journées Régionales de la Concertation sur les Déchets (JRCD) qui ont eu lieu le 17 et 18 Octobre 2012 à Marseille, l’association Arènes m’avait proposé d’intervenir à la Table Ronde “Quelles concertations, quelles participations autour des déchets et de leur prévention?”.

Après mon intervention, plusieurs personnes sont venues me solliciter et m’ont demandé s’il était possible de retrouver ce texte quelque part. C’est pour cela que je poste ici, l’intégralité de mon propos dans le cadre de cette intervention. En vous souhaitant une bonne lecture.

Introduction – Le rapport entre l’homme et ses déchets

Nous sommes une machine à fabriquer du déchet : nos propres excréments, notre urine, nos cheveux, notre peau par le renouvellement cellulaire, etc. Et puis notre propre mort. Notre corps devenu inerte retournera à la terre.

La mort, la perte, la disparation… Je ne suis pas venue ici pour vous faire une psychanalyse en règle sur nos rapports à la mort : Freud et ses successeurs le font très bien. Malgré tout, le déchet est ce qui représente au mieux notre dégradation, voué à une mort certaine. Et c’est sûrement là qu’il faut aussi regarder : du côté de ce qui fait peur, de ce qui dégoûte, de ce que l’on dénie. La présence des déchets en devient gênante, dérangeante, tant pas leur aspect difforme, compactés, entassés, amalgamés que par leur odeur de pourrissement. Alors, le geste le plus simple (mais pas nécessairement le plus efficace et nous sommes là pour en débattre) est encore de les éloigner de soi, de les dégager hors de sa vue, de les cacher. Ainsi non visibles, ils disparaissent et n’existent plus. Tout du moins en théorie car dans la pratique, les poubelles débordent.

Alors que faire ? Je n’ai pas de solution à vous offrir aujourd’hui, mais je vous propose des pistes de réflexion qui pourront peut-être permettre je l’espère d’aborder la notion du déchet sous un autre jour

Le déchet qu’est-ce que c’est ? 

 C’est le sale et l’impropre, l’impur, le malsain, l’inutile. Voilà ce qu’à développer dans l’esprit du public toutes les théories hygiénistes de la fin du 19ème siècle. Il s’oppose au propre, au pur, au sain et à l’utile.  Il est une menace pour la triade « propreté, ordre et beauté » pour reprendre ici l’expression de Dominique Lhuilier1.  Un peu plus loin, il rajoute : « Le déchet est le produit d’une condamnation à mort. » De nouveau, cette notion de déchéance, et d’ailleurs, parler d’une personne en tant que déchet est, nous le savons bien, d’une connotation des plus négatives.

Mais le déchet n’est pas que cela. Il est selon le code de l’environnement ce que l’on abandonne par le jet. Devient donc déchet ce qui n’a plus de valeur à nos yeux et ces objets ainsi « refroidis »2 ne trouvent alors plus de grâce à nos yeux et finissent au fond d’une poubelle ou sur le bord d’un trottoir, ou encore dans un collecteur ou une déchetterie. Ce qui ne nous atteint plus, ne nous touche plus émotionnellement parlant, est bon à disparaître et à être jeté ! Plus que le jet en tant que geste, c’est tout le rejet qui est à prendre en compte : c’est un jet double, physique et moral à la fois ! On jette l’objet dans son esprit et le geste se joint à la pensée. Jet et rejet !

Le déchet à entendre le discours et les définitions qu’on nous en fait arbore des allures bien ingrates aux connotations négatives voire péjoratives. Mais que nous ont donc fait ces déchets pour mériter un tel châtiment ? L’évolution linguistique a sûrement joué un rôle à ce niveau. « Decet », de decere en latin est l’action de convenir : on peut dire que notre déchet à une lettre près ne nous convient plus alors changement de décor ! Quant à l’homophonie entre « décès » et « déchet », elle ne tient qu’à un léger chuintement.

Pour parler étymologie, « déchiet » dans le dictionnaire du moyen français signifiait, chute ou encore perte. (XIIIème siècle), dérivé de déchoir dont l’origine latine est cadere. De cette même racine naît une famille lexicale très intéressante. Bien sûr, tout le monde va immédiatement penser à des mots comme : choir, chute, décadence, déchéance, rechute. Mais auriez-vous pensé à ces mots-là ? Méchanceté, s’enchoir, cadence et étrangement chance ? Qu’est-ce que la chance a à voir avec le déchet ? Histoires de sort ou d’occasions à saisir ? La chance, c’est avant tout un jeu de dés. « Coup de dé; point(s) que donne un dé en tombant. » est la définition que nous pouvons trouver sur le site du cnrtl3. Par extension, cette chance s’est appliquée à tous les jeux et plus encore, la chance a commencé à prendre place dans les actes du quotidien : on croise les doigts avant d’aller passer un entretien d’embauche pour invoquer la chance, on dit qu’on a eu de la chance lorsque l’on sort indemne d’un accident, on trouve que certains sont vraiment chanceux surtout lorsqu’ils gagnent au loto ! Quelle chance pour le déchet que d’être né sous la même étoile de la fortune étymologique. Et peut-être qu’au final, il n’y a pas de hasard…

La chance, c’est le possible en devenir, faveur ou défaveur accordée par le sort ce que d’autres nomment encore le destin. Et quelle est la destinée du déchet ? Est-il irrémédiablement voué au jet, à l’abandon, à la destruction ? Non. Parce qu’avant d’être un objet abandonné, le déchet est aussi mais surtout « ce qui tombe d’une matière que l’on travaille. » C’est la première définition que nous en donne le cnrtl. Et la lecture continue par : « On considère que le déchet peut être réutilisé. », synonyme alors de reste. Et ce qui reste est parfois loin d’être en reste pour reprendre l’expression d’Octave Debary.

Le reste en devenir

Le reste possède en son sein son possible devenir. « Le reste est potentiellement réassimilable dans le cycle de la vie. » nous dit Dominique Lhuilier en opposition complète avec ce qu’il écrivait précédemment sur le déchet. Des restes d’un repas, on fera un autre dîner. Des restes d’un bâtiment, on parlera de ruine ou de vestige que l’on classera au patrimoine. Des restes d’objets anciens deviendront objets muséographiques. Les exemples sont nombreux et vous aussi avez sûrement un jour accommodés vos restes. Nous sommes proches d’un discours archéologique notamment concernant les ruines, les vestiges, les reliques, toutes ces choses du passé enfouies et qui ressurgissent au présent. Ces restes parlent d’un temps, d’une époque, dans certains cas d’une civilisation. Ils sont les traces d’un passé vécu et la mémoire qui continue de se construire. Mais sans aller aussi loin dans des ères reculées et pour parler de façon plus terre à terre, que reste-t-il d’une vie ? Pierre Sansot a écrit à ce sujet4. Et au final, il reste beaucoup ou peu selon le point de vue de chacun. Le reste est difficilement quantifiable : il peut être tout et rien à la fois. Il est aussi parfois difficilement qualifiable et on l’englobe dans un tout qui est rien : « C’est tout le reste ! » Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a un reste, un restant, un excédant, quelque chose de présent ou tout du moins de tangible.

Et si nous décidions de regarder les déchets comme des restes et non comme des objets abandonnés… Nous pourrions alors émettre l’hypothèse que ces objets sont en reste. Ils n’attendent que nous pour retrouver leur utilité potentielle. Nous pourrions aussi imaginer que le jet de l’objet par l’usager pourrait être transformé, et plutôt que de penser que l’objet gêne, le percevoir plutôt comme un « plus qu’il n’en faut» ce qui revient à dire « avoir du reste ». Ce reste serait alors échangeable, transformable, donnable, en quelque sorte réutilisable par soi ou par un tiers (famille, voisin, ami, association, entreprise, etc.) C’est une façon de repenser la société par le reste et non plus par le déchet.

Le reste… du gaspillage ?

Pour autant, il ne faudrait pas oublier ce que nous dit Jean Baudrillard dans son ouvrage La société de consommation : « Nous vivons le temps des objets : je veux dire que nous vivons à leur rythme et selon leur succession incessante. C’est nous qui les regardons aujourd’hui naître, s’accomplir et mourir, alors que, dans toutes les civilisations antérieures, c’étaient les objets, instruments ou monuments pérennes, qui survivaient aux générations d’hommes. »5 Pierre Sansot nous rappelle aussi ceci : « Dans la mesure où nous produisons plus intensément donc industriellement et où nous consommons de plus en plus, les déchets ne peuvent que s’accumuler. » Et Delphine Corteel et Stéphane Le Lay de rajouter : « La société d’abondance issue de la seconde guerre mondiale accélérait considérablement le cycle de production/consommation/rejet et augmentait la production de déchets. »

Lavoisier l’avait prouvé : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » L’objet devient déchet. Mais la boucle ne se boucle pas et nous croulons sous nos objets déchus trop lents à se décomposer. L’équilibre est rompu.

Jean Baudrillard replace la notion du gaspillage dans la société : que ce soit par sacrifice ou rituel, pour des raisons religieuses, politiques ou sociétales, il y a toujours eu du gaspillage. « C’est dans la consommation d’un excédent, d’un superflu que l’individu, comme la société se sentent non seulement exister mais vivre. » Parce que le gaspillage est synonyme d’abondance. « L’abondance n’a de sens que dans le gaspillage ». Le gaspillage, c’est la consommation au-delà du nécessaire. C’est le « quelque chose en plus » qui crée la différence de soi sur l’autre. Ce qui est nouveau, c’est que ce gaspillage n’a plus de fonction symbolique. « Cette dilapidation spectaculaire a pour fonction la relance économique de la consommation des masses. » Ce qui augmente ainsi la fréquence du cycle production/consommation/rejet : le rythme est plus effréné que jamais. De plus, « ce qui est produit aujourd’hui ne l’est pas en fonction de sa valeur d’usage ou de sa durée possible, mais au contraire en fonction de sa mort. » Le discours de Jean Baudrillard peut sembler pessimiste et sombre mais il nous dit surtout que de nos jours, les objets manufacturés sont déjà des déchets avant même d’avoir existés.

Conclusion – Que reste-t-il de nos objets ?

Pourrait-on dire que nous n’achetons plus des objets mais que nous ne consommons plus que du déchet ? Que reste-t-il de nos objets ? Quelle valeur leur accordons-nous encore ? Celle de celui à venir ?

Il faudrait repenser l’objet avec tout son potentiel en devenir. Cet objet qui n’est pas en reste et qui n’attend que notre envie ou notre désir pour lui redonner vie. Réemploi ou réutilisation, deux formes de recyclages simples, à la portée de chacun. On voit naître de plus en plus de ressourceries en France. Ces ressourceries bien nommées ont su voir  et se servir de toute les ressources que contiennent ces objets et ces restes d’objets. D’autres ont ouvert des forums sur internet pour s’entraider dans la réparation de leurs biens. Ces personnes souhaitent dans un premier temps agir en harmonie avec leurs convictions et leurs idéaux écologiques. Ce ne sont que quelques exemples d’un mouvement qui a toujours été présent mais qui a juste été étouffé un temps par le grondement de la machine à consommer. Aujourd’hui, il retrouve sa place et son sens.

La valeur accordée à un bien n’est pas uniquement marchande, elle est aussi sentimentale. On aime garder, protéger et choyer ce qu’il reste d’une personne chère, ce qu’il reste d’un doux souvenir, ce qu’il reste d’une vie. Des évènements comme un décès ou un déménagement sont toujours le moment-clé d’un tri. Et l’on découvre combien un simple objet peut raviver de façon magique quasi instantané tout ce qui semblait être oublié. Quant à ce que l’on ne veut plus… Offrons lui une autre chance ! Donnons-lui la possibilité d’être en reste !

Je repense à Paul Deffontaine du CNR6. Il soulevait cette idée que la distance à parcourir entre chez soi et le lieu de don ne doit pas être trop grande sinon la personne n’ira pas au bout de son geste. C’est quelque chose que j’ai aussi retrouvé dans la thèse de Valérie Guillard, La tendance de certains consommateurs à tout garder. Elle nous explique ceci : « La décision de se séparer d’un objet est le résultat d’un arbitrage entre son coût et son bénéfice. Les individus sont réticents à l’idée de se séparer d’un objet dès lors que le coût perçu de ne plus avoir l’objet excède le bénéfice perçu de s’en séparer. » Et plus loin : « Pour se débarrasser des objets, il est donc nécessaire d’y consacrer une certaine énergie. »7 Energie qui ne doit donc pas excéder un certain seuil. Si cela demande trop de temps, trop d’investissement ou que cette action devient longue et fastidieuse, alors à coup sûr, la majorité des personnes garderont cet objet dans un coin au rebut ou le jetteront à la poubelle sans autre forme de procès. L’objet sera en quelque sorte sanctionné par la peine de mort, reportant sur lui tout l’agacement, l’énervement et la frustration que cette envie inassouvie de s’en débarrasser n’ait pu être réalisée. Une fois encore la mort, au lieu du potentiel.

Pour conclure je dirais qu’il faut réapprendre à aimer, à écouter et à regarder ses restes. Observer ce qui change dans ce qui reste et ne plus rejeter ce qui reste. Comprendre que l’objet n’est que « le produit d’activité humaine » (J. Baudrillard) et que nous sommes encore capables dans contrôler les flux, les formes, les fonctions, etc. Que nous pouvons les transformer à volonté, les adapter, les modeler. Que loin d’être des déchets à entasser en montagne ou à enfouir de trou en trou, ils sont un excédant, une matière première de restes en devenir. Il ne tient qu’à nous d’en redéfinir les contours, les sens et les valeurs.

Pour citer cet article
Messal S. (18 octobre 2012). [JRCD] Percevoir le déchet comme un reste. Misanthropologue [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://misanthropologue.hypotheses.org/

  1. Lhuilier D. (2011) Souillure et transgression : le travail sur le négatif psychosocial In D. Corteel et S. Le Lay (Eds.), Les travailleurs des déchets (pp. 35-43). Villematiers : érès. []
  2. François T.V. et Desjeux D. (2000) L’alchimie de la transmission sociale des objets. In I. Garabuau-Moussaoui et D. Desjeux (Eds.), Objet banal, objet social (pp. 83-116). Condé-sur-Noirot : L’Harmattan. []
  3. Centre national de ressources textuelles et lexicales – http://cnrtl.fr/ []
  4. Sansot P. (2009). Ce qu’il reste. Dijon-Quetigny : Rivages poches. []
  5. Baudrillard J. (2010). La société de consommation. Saint-Amand : folio essais. []
  6. Centre national du recyclage – http://www.cercle-recyclage.asso.fr/ []
  7. Guillard V. (2009). La tendance de certains consommateurs à tout garder. Paris :  Thèse. []

[Séminaire] Out of Culture

Aujourd’hui, j’ai assisté à la séance de présentation du séminaire intitulé “Out of Culture”, un  séminaire co-dirigé par Agnès Jeanjean et Frédéric Joulian et où l’on traite des déchets et des restes. Une mise en bouche pleine de saveurs qui ouvre l’appétit sur le menu à suivre.

Retrouvez tout le programme ici : un programme bien rempli jusqu’à début juin.

Rendez-vous les lundis matins aux dates indiquées sur le programme, de 10h00 à 13h00 au 3ème étage en salle de réunion.

EHESS
La Vieille Charité

2, rue de la Charité
13002 Marseille

#soocult sur twitter

Faisant écho à la prochaine séance du séminaire “Out of Culture” du lundi 16 avril avec A. Jeanjean, F. Joulian, I. Sénépart sur “L’habitat et la bricole”, ne manquez pas le prochain séminaire “Conflits et Confluences” organisé par l’IDEMEC sur “Habiter le temporaire” avec A. Jeanjean, M. Bordigoni et L. Anteby-Yemini.

Vendredi 16 Mars à 14h00
Salle P.A.F. à la MMSH d’Aix-en-Provence.

MMSH
5, rue du Château de l’Horloge
BP647
13094 Aix-en-Provence Cedex 2 

[Séminaire Deuxième Vie des Objets] Compte-rendu de la 1ère séance

EHESS – 190 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Jeudi  13 octobre 2011 – de 9h30 à 13h (salle du conseil)

 

 

  • Présentation générale : « La deuxième vie des objets », objectifs et enjeux :
    • Nathalie Ortar (MEDDTL, Entpe) – État de l’art et points aveugles
  • Présentation de l’ouvrage Vide-greniers, Créaphis éditions 2011, en présence de :

Arrivée sur Paris la veille au soir, j’avais grand hâte d’assister à cette première séance du séminaire sur la deuxième vie des objets. Mais avant de vous en livrer le compte-rendu, voici un petit sommaire de la lecture à suivre :

  1. La méthodologie
  2. Le séminaire
  3. Ce qu’il reste

1. La méthodologie

Avant

C’était un vendredi, le 7 octobre ! Je m’en souviens car je revenais de chez le coiffeur après 4 mois de lutte vaine à laisser pousser mes cheveux. Mais là n’est pas la question ((Mais si jamais vous êtes malgré tout du genre à vous couper les cheveux en quatre ou à vous les arracher au moindre doute capillaire existentiel, vous pouvez toujours lire “Trichologiques” de Christian Bromberger.)) !

Mélodie Faury m’avait fait suivre un lien sur twitter. C’était un carnet de recherche hypotheses intitulé “La deuxième vie des objets”. Mélodie avait raison : on ne pouvait pas faire plus raccord avec le sujet de ma thèse en cours. Je parcours le carnet de recherche et accède rapidement au calendrier du séminaire. Je me rends compte que la première séance se déroulera le jeudi 17 octobre sur Paris (comme toutes les autres séances d’ailleurs). Je peux encore y assister !

  1. Je contacte rapidement un collègue doctorant par téléphone pour connaître la démarche à suivre afin de demander à mon laboratoire de prendre en charge les déplacements nécessaires pour assister au séminaire. (Je vous épargnerai ici toute la démarche administrative qui a mis mes nerfs et ma patiente à rude épreuve…)
  2. Je contacte mon directeur de thèse par mail pour le tenir informé de mes intentions concernant ce séminaire : il me répond par l’affirmative, m’invitant fortement à y assister.
  3. Je contacte ensuite Elisabeth Anstett en laissant mon mail par le biais d’un commentaire directement posté sur le carnet de recherche de la deuxième vie des objets. Très rapidement, je reçois de sa part un mail fort sympathique auquel je réponds que j’espère pouvoir venir à la première séance du séminaire.
  4. Le directeur de mon laboratoire ayant accepté de donner son accord au service gestion pour prendre en charge mon déplacement, je peux donc monter sur Paris pour être présente à cette première séance tant attendue ! Je réserve mes billets de train en ligne et contacte une amie qui m’hébergera pour cette occasion : à moi le séminaire et ses objets en tout genre !

Pendant

  • Comme à mon accoutumée, j’ai préparé mon dictaphone afin d’enregistrer chacun des intervenants à leur passage : E. Anstett, N. Ortar, Ph. Gabel, O. Debary et H. S. Becker. Vous pourrez retrouver quelques extraits au fur-et-à-mesure de la lecture de ce billet. Malheureusement, je m’excuse d’avance auprès de Howard S. Becker mais s’exprimant plutôt doucement et mon dictaphone n’étant pas d’excellente qualité en matière d’enregistrement, son intervention n’est pas exploitable en l’état.
  • J’ai pris quelques notes sur mon carnet d’enquête : des mots et des phrases clés, des références bibliographiques, ainsi que les coordonnées des participants.
  • J’ai aussi réalisé 3 clichés avec l’apps instagram installée sur mon iPhone : les intervenants (N. Ortar n’apparaît pas sur la photo car se trouvant à mes côtés, je n’avais pas le recul nécessaire pour l’inclure dans le champs et je m’en excuse.), les livres à découvrir ainsi que ce qu’il reste d’un séminaire à savoir quelques viennoiseries.
  • Je n’ai pas twitté durant la séance car je voulais garder toute mon attention aux interventions des participants autour de cette table : présentations, questions, réflexions, etc. Je savais aussi que je ferais un compte-rendu à mon retour sur mon carnet de recherche hypotheses : une autre façon de partager avec vous ce séminaire !

2. Le séminaire

Après quelques minutes dans la rame de la ligne 6 du métro parisien, je descends station “Quai de la gare”. Je trouve rapidement la rue grâce au plan de quartier de la station. En 2 minutes, j’y suis. A l’accueil, on m’indique qu’il faut que je descende au sous-sol, salle des congrès. Une porte ouverte, de la lumière, une dame qui installe un buffet de petit-déjeuner glorieux : “C’est bien ici qu’à lieu le séminaire sur la deuxième vie des objets ?” “Oui, entrez, entrez !” C’est Elisabeth Anstett ! Premier contact agréable et chaleureux. Le séminaire s’annonce prometteur. Je rencontre deux jeunes étudiants, Romain et Estelle Fleur, avec lesquels nous échangeons quelques points de vue sur les objets autour d’un thé et au milieu des viennoiseries. Les gens se pressent, s’installent : la séance va commencer. Cahiers et stylos émergent sur les tables.

> Elisabeth Anstett ouvre la séance. Une correspondance bien trouvée avec Nathalie Ortar (très joliment habillée en “Antoine et Lili”). Leur projet est ambitieux et plus qu’intéressant. Il ne cesse de faire écho à mon projet de thèse. Des histoires d’objets, de déchet à oeuvre d’art, de rebut à souvenir, de vide à plein, de prévention à consommation, etc. Nathalie Ortar abordera la notion du Développement Durable, bâtie sur un oxymore et qui en 1986 est rentrée dans les agendas politiques. Le Développement Durable a pour préoccupations la rareté des ressources, la pauvreté, les changements climatiques, la biodiversité, etc. Il se bâtit sur le même impératif de solidarité entre les générations dans une même optique, celle de préserver la planète dans une démarche écocitoyenne. On assiste à un changement de modèle, à une autre façon de penser le développement. Nathalie Ortar nous présentera quelques exemples labelisés de mouvements émergents en parallèle aux pratiques politiques. Emergence donc d’une multiplicité de pratiques d’autoproduction, de recyclage, de réutilisation, de réappraopriation, de transformation d’objets comme :

(Cet extrait n’est plus disponible – Modification du 11.12.2011)

Tout cela pose questions. Et ces questions seront abordées au cours du séminaire :

    1. Les acteurs : Qui recycle ? Qui offre une seconde vie aux objets ? Quelle place occupent-ils dans la société qui les entourent ?
    2. Les pratiques : Comment recycle-t-on ? Comment offre-t-on une deuxième vie aux objets ? Quel est leur statut ?
    3. Les systèmes symboliques : Selon quels principes et quelles logiques recyle-t-on et offre-t-on une deuxième vie aux objets ? Sur quel système de valeur et quel système symbolique prennent appui ces nouveaux usages de la culture matérielle ?


> Philippe Gabel
 est photographe. Il vient de collaborer avec Octave Debary à l’ouvrage “Vide-greniers”. C’est à la base un photographe du voyage. Ses premiers pas le portent au Maroc. Puis, il ira au Pakistan, au Nicaragua et de retour en France, il photographiera les autoroutes et plus particulièrement les aires de repos : “Le voyage, c’est la vie qui continue”. Plus tard, il passera du temps sur Paris. Il arpentra la ville à pied ou en vélo, il se perdra dans son dédale pour en découvrir tous les amoncellements de cartons qui pour la plupart sont habités : ce sont des bivouacs urbains. Après Paris, direction le Morvan… à cheval ! C’est donc dans l’Yonne qu’il découvrira les vide-greniers (environ 500 par ans). “Les vide-greniers sont les nouveaux supermarchés, une économie parallèle, une forme de pèlerinage.” Au début, Philippe Gabel rejette l’idée de cette profusion de vide-greniers. Il veut retourner à une vie plus “slow”. Mais quelques temps plus tard, alors qu’il tient compagnie à un ami sur un stand de vide-grenier, il trouve un vieil écran de projection. Il propose à un autre ami qui passait par là de lui tirer le portrait en déroulant cet écran sur un fond de paysage rural. Puis,c’est au tour d’une jeune femme qui venait d’acquérir un objet sur ce même vide-grenier. C’est là que commence le voyage imaginaire dans le monde des objets étalés dans les vide-greniers. Un jour, il se décide à poser une question simple à tous ces gens :“Présentez-moi vos objets, imaginez une histoire aux objets que vous venez d’acheter !” Il a réalisé une série de portraits qu’il a présenté à Philippe Bonnin dans un premier temps. Celui-ci lui a conseillé de rencontrer Pierre Gaudin. Quand ce dernier a vu son travail photographique, il a immédiatement pensé à Octave Debary.


> Octave Debary
, celui par qui j’ai décidé de me lancer dans une thèse après avoir lu “Objets et mémoires”. Voici quelqu’un qui serait sûrement intéressé par la réflexivité car il aborde la question autobiographique dans sa recherche : “Je suis né sur un vide-grenier.” Les vide-greniers, les Emmaüs, les ressourceries, le musée du Creusot… lieux de mémoire où circulent des histoires… Etudier les objets, c’est réaliser une anthropologie de la mémoire. Les objets cassés, usés ont la forme de cette présence incertaine : disparition, réapparition, un jeu de cache-cache, un jeu de passe-passe. Fragiles ou brisés, ils sont présents et absents tout à la fois. Ils sont dans un entre-deux ténus et sont en quelque sorte au passage de ce qui fut et sera. Mais en attendant, voilà ce qu’il reste… Un étrange rapport au temps et plus particulièrement à notre mémoire plus ou moins amnésique devant ces objets aphasiques. Interdits de destruction, résistants à la disparition, ils trônent comme témoins. On peut pourtant leur offrir une autre vie en les requalifiant ou en les réemployant : objets de musée, objets de collection, objets fétiches, etc. Quand on donne un objet, on transmet son histoire en même temps qu’on s’en sépare : telle est la difficulté de ce geste. La perte et/ou la culpabilité nous empêche de jeter ou de donner certains objets qui finissent souvent au grenier ou à la cave. Mais alors, comment se débarrasser d’objets qu’on s’interdit de détruire ? Conserver un objet, c’est préserver son identité, s’en débarrasser (de quelque façon que ce soit), c’est accepter l’altérité : de soi, on passe à l’autre. C’est entre les deux que se positionne l’objet comme passage. De ce don, de cet abandon que reste-t-il ? Le temps qui passe, l’altération de son identité, autre chose, un petit rien mais en tout cas quelque chose…

O. Debary – Intervention 1

Pour Octave Debary, l’anthropologie est une fascination aux restes, notamment dans la notion archivistique du reste : la mémoire. Quel avenir donné aux objets en fin de vie ? Et d’ailleurs, comment se détermine la fin de vie d’un objet ? C’est une décision personnelle ou accidentelle mais au final on ne s’en sépare pas n’importe comment. On les range dans les musées, les garages, les greniers, les caves, etc. Des lieux de stockages, de mis au rebut. Le pouvoir des objets résident sûrement dans leur “agency” (agencivité), cette force dont ils se parent lorsqu’ils sont proches de la fin de leur vie. C’est un moment critique de requalification, de séparation ou de transmission dans une seconde main (d’ailleurs les friperies dans les pays anglo-saxons sont appelées “second hand clothes”). Cette expression désormais commune, a à voir avec les objets d’occasion ayant déjà appartenus à quelqu’un et de ce fait trouvant leur valeur marchande souvent dévaluée, alors qu’aux yeux de leur ancien propriétaire, la valeur n’est plus marchande mais affective. Dans les vide-greniers, on échange des histoires. Elles accompagnent les objets sur la route de la séparation. C’est un travail de deuil : un au revoir de son vivant. Parlant de deuil, pendant longtemps dans la Somme, il était interdit  de détruire les objets d’un défunt. Il fallait pourtant les faire sortir de la maison. Mais comme on ne pouvait pas préjuger de la valeur que le défunt porter à ces (ses) objets, on les exposer dehors à l’attention des gens ou on se les transmettait en les partageant en famille. Il n’était ici nullement question de gain ou de profit. L’affection que l’on porte à un objet a surtout à voir avec l’histoire que l’on place, voit et projette sur celui-ci : il est un support à notre mémoire. Ce ne sont que des objets ordinaires : usés, surannés, pauvres, cassés, dépassés, etc. Et pourtant, ces objets sont des réserves de sens. Ils ne sont plus uniquement des objets d’usage, mais ces fameux objets de mémoire : le passé a le pouvoir de dire quelque chose parce qu’il décroche de l’usage. Tournant autour de ces objets, on sent la présence de leurs différents vécus comme une résurrection.

O. Debary – Intervention 2

La deuxième vie des objets c’est tout un art de la reprise, une véritable pratique appropriative. Sur les vide-greniers, on trouve des objets déplacés de leur contexte initial pour être théâtralisés sur un espace de ventes. On y croise autant d’objets d’occasion que de vendeurs d’occasion, personnes qui comme vous et moi jouent au marchand pendant un temps donné. La règle d’or est de ne jamais afficher les prix. Ici le temps est à la parole verbale propice à la négociation qui va bon train : c’est un véritable débat pour s’entendre sur la traversée de l’histoire de cet objet… Car telle est la différence entre un objet neuf et un objet d’occasion. L’objet neuf n’a pas d’histoire et son prix est clairement affiché. L’objet de seconde main est riche de son histoire : au négoce d’en décider la valeur.

> Howard S. Becker était aussi de la partie. Tout le monde l’a chaleureusement remercié pour sa présence et son intervention. J’ai découvert qu’avant de devenir sociologue, Howard S. Beker était pianiste. Il se qualifie de “musicien ordinaire”. Quel parcours épatant ! Il jouait dans les clubs de jazz aux Etats-Unis et rencontrait d’autres musiciens. Ils ne se connaissaient pas la plupart du temps mais ils connaissaient tous la majorité des chansons connues de l’époque, tout du moins de ce qui se jouait. Il suffisait de déterminer l’accord sur lequel démarrer (le temps de la négociation). C’était facile au final : on apprenait en jouant, en accompagnant les autres et en partageant leurs expériences. Et puis, il y avait les fameux “Fake Book”. Des livres dans lesquels étaient compilés des partitions de musiques qui permettaient de pouvoir jouer rapidement une chanson ou mélodie populaire. On y trouvait la mélodie, les accords harmoniques et les paroles. Rien que le minimum musical… Au musicien d’improviser autour de cette base ! C’est de son Fake Book qu’Howard S. Becker est venu nous parler. C’est un objet précieux ! Bien plus que les pages dans lesquelles se compilent des mélodies, ce sont des histoires, des rencontres et des évènements qui résident désormais dans cet ouvrage.

3. Ce qu’il reste

Cette première séance de séminaire fut riche en rencontres, histoires, expériences et bibliographies.

Rencontres entre autres avec Elisabeth Anstett, Nathalie Ortar, Octave Debary, Philippe Gabel, Howard S. Becker les intervenants, mais aussi avec certains membres de l’auditoire comme Romain Barré qui souhaite réaliser une thèse sur les marché aux puces, Estelle Fleur Galateau actuellement doctorante, Delphine Corteel rattachée au projet ODORR (ainsi qu’Octave Debary). Nos discussions furent un peu brèves mais se poursuivront par la suite grâce à l’échange de nos mails et sites respectifs.

Ce qu’il reste, c’est le goût de ces viennoiseries autour du thé, du café et du jus d’orange. Un accueil chaleureux, un séminaire prometteur, des échanges bien à propos entre chacun de nous. Tout le monde avait beaucoup à dire et les murs, le mobilier, les cahiers et les stylos se sont chargés de ce moment. Ils pourraient en dire long mais resterons discrets, emportant l’instant avec eux dans leur matière muette.

Ce qu’il reste, ce sont les voix, les regards, les visages, les allures. Des empreintes de chacun dans notre mémoire. Des petits riens qui nous auront marqué plus que d’autres. L’élégance de certain(e)s, les sourires d’autres, les conseils à droite et à gauche, les rires aussi ! Mais les voix je crois, sera ce qui me restera le plus. Après avoir découvert certains intervenant par l’écrit (E. Anstett, N. Ortar, O. Debary), je les entends enfin parler. J’imagine qu’à les relire, ma lecture aurait alors une sonorité bien différente. Rencontrer les auteurs, c’est donner une autre dimension à leurs textes car désormais ils se personnalisent.

Ce qu’il reste, ce sont les photos prises par Philippe Gabel et projetées sur cet écran. Ces photos d’hommes et de femmes et d’objets prises avec un écran de projection en fond se retrouvent elles-mêmes prises dans un écran de projection. La boucle est bouclée ! Projet, projeter, projection, tout autant de mots qui se rapportent à l’objet du séminaire mais aussi à nos objets du quotidien. Octave Debary le disait, nous projetons sur les objets nos désirs, nos rêves, nos histoires et tout ce que nous voulons bien y voir. L’objet serait alors lui aussi écran de projection ?

Prochaine séance

Jeudi 8 décembre 2011 – de 9h30 à 13h
Déchet et produit recyclé dans les sociétés industrielles

V. Moulinié (CNRS, IIAC) – De l’épave au chef d’œuvre : l’auto biographique, à propos des oeuvriers
E. Anstett (CNRS, Iris) – Gérer la pénurie en contexte industrialisé, le cas soviétique.
Discutant : T. Bonnot (CNRS, Iris)

Toutes les informations sur le carnet de recherche hypotheses de la Deuxième Vie des Objets – Anthropologie et sociologie des pratiques de récupération

Bibliographie du séminaire

BAUDRILLARD Jean, 1968. Le système des objets. Paris, Gallimard.

BONNOT Thierry, 2002. La vie des objets. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

CORTEEL Delphine, LE LAY Stéphane, 2011. Les travailleurs des déchets. Paris, Erès.

DASSIE Véronique, 2010. Objets d’affection. une ethnologie de l’intime. Paris, CTHS.

DEBARY Octave, GABEL Philippe, 2011. Vide-greniers. Paris, Créaphis.

DEBARY Octave, TELLIER Arnaud, 2004. « Objets de peu, Les marchés à réderies dans la Somme. »L’Homme, 170 : 117-13.

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Paris, Payot et Rivages.

WATEAU Fabienne, 2011. Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues. Paris, De Boccard.

Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues