Archives par mot-clé : objets

[Séminaire Deuxième Vie des Objets] Compte-rendu de la 1ère séance

EHESS – 190 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Jeudi  13 octobre 2011 – de 9h30 à 13h (salle du conseil)

 

 

  • Présentation générale : « La deuxième vie des objets », objectifs et enjeux :
    • Nathalie Ortar (MEDDTL, Entpe) – État de l’art et points aveugles
  • Présentation de l’ouvrage Vide-greniers, Créaphis éditions 2011, en présence de :

Arrivée sur Paris la veille au soir, j’avais grand hâte d’assister à cette première séance du séminaire sur la deuxième vie des objets. Mais avant de vous en livrer le compte-rendu, voici un petit sommaire de la lecture à suivre :

  1. La méthodologie
  2. Le séminaire
  3. Ce qu’il reste

1. La méthodologie

Avant

C’était un vendredi, le 7 octobre ! Je m’en souviens car je revenais de chez le coiffeur après 4 mois de lutte vaine à laisser pousser mes cheveux. Mais là n’est pas la question ((Mais si jamais vous êtes malgré tout du genre à vous couper les cheveux en quatre ou à vous les arracher au moindre doute capillaire existentiel, vous pouvez toujours lire “Trichologiques” de Christian Bromberger.)) !

Mélodie Faury m’avait fait suivre un lien sur twitter. C’était un carnet de recherche hypotheses intitulé “La deuxième vie des objets”. Mélodie avait raison : on ne pouvait pas faire plus raccord avec le sujet de ma thèse en cours. Je parcours le carnet de recherche et accède rapidement au calendrier du séminaire. Je me rends compte que la première séance se déroulera le jeudi 17 octobre sur Paris (comme toutes les autres séances d’ailleurs). Je peux encore y assister !

  1. Je contacte rapidement un collègue doctorant par téléphone pour connaître la démarche à suivre afin de demander à mon laboratoire de prendre en charge les déplacements nécessaires pour assister au séminaire. (Je vous épargnerai ici toute la démarche administrative qui a mis mes nerfs et ma patiente à rude épreuve…)
  2. Je contacte mon directeur de thèse par mail pour le tenir informé de mes intentions concernant ce séminaire : il me répond par l’affirmative, m’invitant fortement à y assister.
  3. Je contacte ensuite Elisabeth Anstett en laissant mon mail par le biais d’un commentaire directement posté sur le carnet de recherche de la deuxième vie des objets. Très rapidement, je reçois de sa part un mail fort sympathique auquel je réponds que j’espère pouvoir venir à la première séance du séminaire.
  4. Le directeur de mon laboratoire ayant accepté de donner son accord au service gestion pour prendre en charge mon déplacement, je peux donc monter sur Paris pour être présente à cette première séance tant attendue ! Je réserve mes billets de train en ligne et contacte une amie qui m’hébergera pour cette occasion : à moi le séminaire et ses objets en tout genre !

Pendant

  • Comme à mon accoutumée, j’ai préparé mon dictaphone afin d’enregistrer chacun des intervenants à leur passage : E. Anstett, N. Ortar, Ph. Gabel, O. Debary et H. S. Becker. Vous pourrez retrouver quelques extraits au fur-et-à-mesure de la lecture de ce billet. Malheureusement, je m’excuse d’avance auprès de Howard S. Becker mais s’exprimant plutôt doucement et mon dictaphone n’étant pas d’excellente qualité en matière d’enregistrement, son intervention n’est pas exploitable en l’état.
  • J’ai pris quelques notes sur mon carnet d’enquête : des mots et des phrases clés, des références bibliographiques, ainsi que les coordonnées des participants.
  • J’ai aussi réalisé 3 clichés avec l’apps instagram installée sur mon iPhone : les intervenants (N. Ortar n’apparaît pas sur la photo car se trouvant à mes côtés, je n’avais pas le recul nécessaire pour l’inclure dans le champs et je m’en excuse.), les livres à découvrir ainsi que ce qu’il reste d’un séminaire à savoir quelques viennoiseries.
  • Je n’ai pas twitté durant la séance car je voulais garder toute mon attention aux interventions des participants autour de cette table : présentations, questions, réflexions, etc. Je savais aussi que je ferais un compte-rendu à mon retour sur mon carnet de recherche hypotheses : une autre façon de partager avec vous ce séminaire !

2. Le séminaire

Après quelques minutes dans la rame de la ligne 6 du métro parisien, je descends station “Quai de la gare”. Je trouve rapidement la rue grâce au plan de quartier de la station. En 2 minutes, j’y suis. A l’accueil, on m’indique qu’il faut que je descende au sous-sol, salle des congrès. Une porte ouverte, de la lumière, une dame qui installe un buffet de petit-déjeuner glorieux : “C’est bien ici qu’à lieu le séminaire sur la deuxième vie des objets ?” “Oui, entrez, entrez !” C’est Elisabeth Anstett ! Premier contact agréable et chaleureux. Le séminaire s’annonce prometteur. Je rencontre deux jeunes étudiants, Romain et Estelle Fleur, avec lesquels nous échangeons quelques points de vue sur les objets autour d’un thé et au milieu des viennoiseries. Les gens se pressent, s’installent : la séance va commencer. Cahiers et stylos émergent sur les tables.

> Elisabeth Anstett ouvre la séance. Une correspondance bien trouvée avec Nathalie Ortar (très joliment habillée en “Antoine et Lili”). Leur projet est ambitieux et plus qu’intéressant. Il ne cesse de faire écho à mon projet de thèse. Des histoires d’objets, de déchet à oeuvre d’art, de rebut à souvenir, de vide à plein, de prévention à consommation, etc. Nathalie Ortar abordera la notion du Développement Durable, bâtie sur un oxymore et qui en 1986 est rentrée dans les agendas politiques. Le Développement Durable a pour préoccupations la rareté des ressources, la pauvreté, les changements climatiques, la biodiversité, etc. Il se bâtit sur le même impératif de solidarité entre les générations dans une même optique, celle de préserver la planète dans une démarche écocitoyenne. On assiste à un changement de modèle, à une autre façon de penser le développement. Nathalie Ortar nous présentera quelques exemples labelisés de mouvements émergents en parallèle aux pratiques politiques. Emergence donc d’une multiplicité de pratiques d’autoproduction, de recyclage, de réutilisation, de réappraopriation, de transformation d’objets comme :

(Cet extrait n’est plus disponible – Modification du 11.12.2011)

Tout cela pose questions. Et ces questions seront abordées au cours du séminaire :

    1. Les acteurs : Qui recycle ? Qui offre une seconde vie aux objets ? Quelle place occupent-ils dans la société qui les entourent ?
    2. Les pratiques : Comment recycle-t-on ? Comment offre-t-on une deuxième vie aux objets ? Quel est leur statut ?
    3. Les systèmes symboliques : Selon quels principes et quelles logiques recyle-t-on et offre-t-on une deuxième vie aux objets ? Sur quel système de valeur et quel système symbolique prennent appui ces nouveaux usages de la culture matérielle ?


> Philippe Gabel
 est photographe. Il vient de collaborer avec Octave Debary à l’ouvrage “Vide-greniers”. C’est à la base un photographe du voyage. Ses premiers pas le portent au Maroc. Puis, il ira au Pakistan, au Nicaragua et de retour en France, il photographiera les autoroutes et plus particulièrement les aires de repos : “Le voyage, c’est la vie qui continue”. Plus tard, il passera du temps sur Paris. Il arpentra la ville à pied ou en vélo, il se perdra dans son dédale pour en découvrir tous les amoncellements de cartons qui pour la plupart sont habités : ce sont des bivouacs urbains. Après Paris, direction le Morvan… à cheval ! C’est donc dans l’Yonne qu’il découvrira les vide-greniers (environ 500 par ans). “Les vide-greniers sont les nouveaux supermarchés, une économie parallèle, une forme de pèlerinage.” Au début, Philippe Gabel rejette l’idée de cette profusion de vide-greniers. Il veut retourner à une vie plus “slow”. Mais quelques temps plus tard, alors qu’il tient compagnie à un ami sur un stand de vide-grenier, il trouve un vieil écran de projection. Il propose à un autre ami qui passait par là de lui tirer le portrait en déroulant cet écran sur un fond de paysage rural. Puis,c’est au tour d’une jeune femme qui venait d’acquérir un objet sur ce même vide-grenier. C’est là que commence le voyage imaginaire dans le monde des objets étalés dans les vide-greniers. Un jour, il se décide à poser une question simple à tous ces gens :“Présentez-moi vos objets, imaginez une histoire aux objets que vous venez d’acheter !” Il a réalisé une série de portraits qu’il a présenté à Philippe Bonnin dans un premier temps. Celui-ci lui a conseillé de rencontrer Pierre Gaudin. Quand ce dernier a vu son travail photographique, il a immédiatement pensé à Octave Debary.


> Octave Debary
, celui par qui j’ai décidé de me lancer dans une thèse après avoir lu “Objets et mémoires”. Voici quelqu’un qui serait sûrement intéressé par la réflexivité car il aborde la question autobiographique dans sa recherche : “Je suis né sur un vide-grenier.” Les vide-greniers, les Emmaüs, les ressourceries, le musée du Creusot… lieux de mémoire où circulent des histoires… Etudier les objets, c’est réaliser une anthropologie de la mémoire. Les objets cassés, usés ont la forme de cette présence incertaine : disparition, réapparition, un jeu de cache-cache, un jeu de passe-passe. Fragiles ou brisés, ils sont présents et absents tout à la fois. Ils sont dans un entre-deux ténus et sont en quelque sorte au passage de ce qui fut et sera. Mais en attendant, voilà ce qu’il reste… Un étrange rapport au temps et plus particulièrement à notre mémoire plus ou moins amnésique devant ces objets aphasiques. Interdits de destruction, résistants à la disparition, ils trônent comme témoins. On peut pourtant leur offrir une autre vie en les requalifiant ou en les réemployant : objets de musée, objets de collection, objets fétiches, etc. Quand on donne un objet, on transmet son histoire en même temps qu’on s’en sépare : telle est la difficulté de ce geste. La perte et/ou la culpabilité nous empêche de jeter ou de donner certains objets qui finissent souvent au grenier ou à la cave. Mais alors, comment se débarrasser d’objets qu’on s’interdit de détruire ? Conserver un objet, c’est préserver son identité, s’en débarrasser (de quelque façon que ce soit), c’est accepter l’altérité : de soi, on passe à l’autre. C’est entre les deux que se positionne l’objet comme passage. De ce don, de cet abandon que reste-t-il ? Le temps qui passe, l’altération de son identité, autre chose, un petit rien mais en tout cas quelque chose…

O. Debary – Intervention 1

Pour Octave Debary, l’anthropologie est une fascination aux restes, notamment dans la notion archivistique du reste : la mémoire. Quel avenir donné aux objets en fin de vie ? Et d’ailleurs, comment se détermine la fin de vie d’un objet ? C’est une décision personnelle ou accidentelle mais au final on ne s’en sépare pas n’importe comment. On les range dans les musées, les garages, les greniers, les caves, etc. Des lieux de stockages, de mis au rebut. Le pouvoir des objets résident sûrement dans leur “agency” (agencivité), cette force dont ils se parent lorsqu’ils sont proches de la fin de leur vie. C’est un moment critique de requalification, de séparation ou de transmission dans une seconde main (d’ailleurs les friperies dans les pays anglo-saxons sont appelées “second hand clothes”). Cette expression désormais commune, a à voir avec les objets d’occasion ayant déjà appartenus à quelqu’un et de ce fait trouvant leur valeur marchande souvent dévaluée, alors qu’aux yeux de leur ancien propriétaire, la valeur n’est plus marchande mais affective. Dans les vide-greniers, on échange des histoires. Elles accompagnent les objets sur la route de la séparation. C’est un travail de deuil : un au revoir de son vivant. Parlant de deuil, pendant longtemps dans la Somme, il était interdit  de détruire les objets d’un défunt. Il fallait pourtant les faire sortir de la maison. Mais comme on ne pouvait pas préjuger de la valeur que le défunt porter à ces (ses) objets, on les exposer dehors à l’attention des gens ou on se les transmettait en les partageant en famille. Il n’était ici nullement question de gain ou de profit. L’affection que l’on porte à un objet a surtout à voir avec l’histoire que l’on place, voit et projette sur celui-ci : il est un support à notre mémoire. Ce ne sont que des objets ordinaires : usés, surannés, pauvres, cassés, dépassés, etc. Et pourtant, ces objets sont des réserves de sens. Ils ne sont plus uniquement des objets d’usage, mais ces fameux objets de mémoire : le passé a le pouvoir de dire quelque chose parce qu’il décroche de l’usage. Tournant autour de ces objets, on sent la présence de leurs différents vécus comme une résurrection.

O. Debary – Intervention 2

La deuxième vie des objets c’est tout un art de la reprise, une véritable pratique appropriative. Sur les vide-greniers, on trouve des objets déplacés de leur contexte initial pour être théâtralisés sur un espace de ventes. On y croise autant d’objets d’occasion que de vendeurs d’occasion, personnes qui comme vous et moi jouent au marchand pendant un temps donné. La règle d’or est de ne jamais afficher les prix. Ici le temps est à la parole verbale propice à la négociation qui va bon train : c’est un véritable débat pour s’entendre sur la traversée de l’histoire de cet objet… Car telle est la différence entre un objet neuf et un objet d’occasion. L’objet neuf n’a pas d’histoire et son prix est clairement affiché. L’objet de seconde main est riche de son histoire : au négoce d’en décider la valeur.

> Howard S. Becker était aussi de la partie. Tout le monde l’a chaleureusement remercié pour sa présence et son intervention. J’ai découvert qu’avant de devenir sociologue, Howard S. Beker était pianiste. Il se qualifie de “musicien ordinaire”. Quel parcours épatant ! Il jouait dans les clubs de jazz aux Etats-Unis et rencontrait d’autres musiciens. Ils ne se connaissaient pas la plupart du temps mais ils connaissaient tous la majorité des chansons connues de l’époque, tout du moins de ce qui se jouait. Il suffisait de déterminer l’accord sur lequel démarrer (le temps de la négociation). C’était facile au final : on apprenait en jouant, en accompagnant les autres et en partageant leurs expériences. Et puis, il y avait les fameux “Fake Book”. Des livres dans lesquels étaient compilés des partitions de musiques qui permettaient de pouvoir jouer rapidement une chanson ou mélodie populaire. On y trouvait la mélodie, les accords harmoniques et les paroles. Rien que le minimum musical… Au musicien d’improviser autour de cette base ! C’est de son Fake Book qu’Howard S. Becker est venu nous parler. C’est un objet précieux ! Bien plus que les pages dans lesquelles se compilent des mélodies, ce sont des histoires, des rencontres et des évènements qui résident désormais dans cet ouvrage.

3. Ce qu’il reste

Cette première séance de séminaire fut riche en rencontres, histoires, expériences et bibliographies.

Rencontres entre autres avec Elisabeth Anstett, Nathalie Ortar, Octave Debary, Philippe Gabel, Howard S. Becker les intervenants, mais aussi avec certains membres de l’auditoire comme Romain Barré qui souhaite réaliser une thèse sur les marché aux puces, Estelle Fleur Galateau actuellement doctorante, Delphine Corteel rattachée au projet ODORR (ainsi qu’Octave Debary). Nos discussions furent un peu brèves mais se poursuivront par la suite grâce à l’échange de nos mails et sites respectifs.

Ce qu’il reste, c’est le goût de ces viennoiseries autour du thé, du café et du jus d’orange. Un accueil chaleureux, un séminaire prometteur, des échanges bien à propos entre chacun de nous. Tout le monde avait beaucoup à dire et les murs, le mobilier, les cahiers et les stylos se sont chargés de ce moment. Ils pourraient en dire long mais resterons discrets, emportant l’instant avec eux dans leur matière muette.

Ce qu’il reste, ce sont les voix, les regards, les visages, les allures. Des empreintes de chacun dans notre mémoire. Des petits riens qui nous auront marqué plus que d’autres. L’élégance de certain(e)s, les sourires d’autres, les conseils à droite et à gauche, les rires aussi ! Mais les voix je crois, sera ce qui me restera le plus. Après avoir découvert certains intervenant par l’écrit (E. Anstett, N. Ortar, O. Debary), je les entends enfin parler. J’imagine qu’à les relire, ma lecture aurait alors une sonorité bien différente. Rencontrer les auteurs, c’est donner une autre dimension à leurs textes car désormais ils se personnalisent.

Ce qu’il reste, ce sont les photos prises par Philippe Gabel et projetées sur cet écran. Ces photos d’hommes et de femmes et d’objets prises avec un écran de projection en fond se retrouvent elles-mêmes prises dans un écran de projection. La boucle est bouclée ! Projet, projeter, projection, tout autant de mots qui se rapportent à l’objet du séminaire mais aussi à nos objets du quotidien. Octave Debary le disait, nous projetons sur les objets nos désirs, nos rêves, nos histoires et tout ce que nous voulons bien y voir. L’objet serait alors lui aussi écran de projection ?

Prochaine séance

Jeudi 8 décembre 2011 – de 9h30 à 13h
Déchet et produit recyclé dans les sociétés industrielles

V. Moulinié (CNRS, IIAC) – De l’épave au chef d’œuvre : l’auto biographique, à propos des oeuvriers
E. Anstett (CNRS, Iris) – Gérer la pénurie en contexte industrialisé, le cas soviétique.
Discutant : T. Bonnot (CNRS, Iris)

Toutes les informations sur le carnet de recherche hypotheses de la Deuxième Vie des Objets – Anthropologie et sociologie des pratiques de récupération

Bibliographie du séminaire

BAUDRILLARD Jean, 1968. Le système des objets. Paris, Gallimard.

BONNOT Thierry, 2002. La vie des objets. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

CORTEEL Delphine, LE LAY Stéphane, 2011. Les travailleurs des déchets. Paris, Erès.

DASSIE Véronique, 2010. Objets d’affection. une ethnologie de l’intime. Paris, CTHS.

DEBARY Octave, GABEL Philippe, 2011. Vide-greniers. Paris, Créaphis.

DEBARY Octave, TELLIER Arnaud, 2004. « Objets de peu, Les marchés à réderies dans la Somme. »L’Homme, 170 : 117-13.

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Paris, Payot et Rivages.

WATEAU Fabienne, 2011. Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues. Paris, De Boccard.

Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues

[Passage] Avis

… de Passage

Au cours de mon séjour au RECYCLODROME, j’ai récupéré quelques objets et pas n’importe lesquels.

Quand j’y pense, j’ai essentiellement choisi des objets de type “sentimental”, ceux qui faisaient vibrer ma corde sensible, ceux qui parlaient d’un temps passé, ceux qui avaient un vécu mais dont l’histoire, je le savais, ne se révèlerait vraiment jamais. Mais, ils me parlent, ils font écho à quelque chose d’enfoui dans “le sombre abîme du temps”. Ils existaient dans le passé de mes prédécesseurs, ils existent dans mon présent, ils existeront, je le leur souhaite, dans le futur des acquéreurs. Ces objets traversent le temps et l’espace. Certains gardent des traces de vies : signatures, écritures, annotations, déchirures, salissures, pliures, etc. Ils sont les gardiens des temps, ils sont des Janus immobiles gardant précieusement au présent le secret de leurs destinées passées et à venir. Lorsque je touche ces objets, j’ai conscience de leur matière vieillie, usée, patinée… Et de savoir que je les touche comme ont pu les toucher tous mes prédécesseurs m’émeut toujours. Ces objets sont le réceptacle de tant de vies, de tant d’époques qui se mélangent dans l’instant. Ils catalysent tous les temps et les espaces dans un même lieu au présent. Je les trouve fascinants, forts, troublants… Ils contiennent tout ce qui nous échappe au plus près, ils contiennent toute la fragilité de nos âmes fugaces. Ils sont les temples où reposent nos vies finies. En les transmettant, c’est bien plus qu’un objet que l’on donne, c’est un miracle !

Je ressens cette même sensation quand je traverse les villes. Je regarde ces bâtiments qui me dominent et je sais qu’ils me survivront bien des siècles encore après ma mort. Ils sont magnifiques ! Ils traversent les âges comme des paquebots échoués. Les marques du temps ne sont que salissures ou fissures. Je les regarde et je lis des livres d’histoire sur  la ville et son patrimoine, etc. J’apprends certaines choses précises mais pas l’essentiel. Que se passait-il entre ses murs ? Les chagrins d’amour et les naissances, les joies et les peines, les fêtes et les moments de solitude… Voilà ce que j’aimerais (re)voir ! Mais cela est impensable aujourd’hui. Peut-être les pierres comme les objets émettent-ils des échos du passé. Peut-être ne sommes-nous pas encore en mesure de les écouter et de pouvoir les comprendre. Peut-être un jour, les échos du passé s’ouvriront à nos âmes et entendrons-nous les voix dans les couloirs, les rires dans les pages, le souffle du temps dans l’espace.

J’ai longuement hésité sur le titre à donner à cette réflexion, mais au final le mot “passage” était évident. Le passage comme un couloir, une rue, un pont ; le passage comme un début, un milieu, une fin ; le passage comme un fragment, un morceau, une partie. Il représente finalement le temps et l’espace et les indices qu’ils nous livrent. Et ces indices, ces traces, ces ruines sont à reconstruire pour en découvrir toutes les histoires.

Parmi les prochains billets à venir, il y aura au passage des histoires de poupées, des partitions jaunies, des photographies oubliées, des mariés partis en voyage de noce, etc.

Bibliographie

AGACINSKI Sylviane, 2000. Le passeur de temps, Modernité et nostalgie. Paris, Seuil.

BENJAMIN Walter, 1997. Paris, capitale du XIXème siècle : le livre des passages. Paris, Cerf.

CHOAY Françoise, 1992. L’allégorie du patrimoine. Paris, Seuil.

CHOUQUER Gérard, “Une année d’exception pour l’archéogéographie”, Études rurales, Palestine, http://etudesrurales.revues.org/document3111.html

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

GUILLAUD Dominique, « L’archéogéographie : pour une reconnaissance du passé dans l’espace », EchoGéo [En ligne], Numéro 4 | 2008, mis en ligne le 13 mars 2008. URL : http://echogeo.revues.org/2278

HAINARD Jacques, KAEHR Roland, 1985. Temps perdu, temps retrouvé. Voir les choses du passé au présent. Neuchâtel, Musée d’ethnographie.

HEINICH Nathalie, 2009. La fabrique du patrimoine. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

JEUDY Henri Pierre, 1990. Patrimoines en folie. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

OLIVIER Laurent, 2008. Le sombre abîme du temps, Mémoire et archéologie. Paris, Seuil.

PEREC Georges, 1965. Les Choses. Paris, René Julliard.

PEREC Georges, 1989. L’infra-ordinaire. Paris, Seuil.

RICOEUR Paul, 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli.  Paris, Seuil.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.

VIGOUROUX François, 2008. L’âme des objets. Paris, Hachette Littératures.

[Objets (f)utiles] – Ép. 4

Episode 4 – Memento mori

 « Trois déménagements, un incendie ! »

Au cours des collectes, il arrive que les histoires se déballent pendant que les objets s’emballent. Bien souvent, les donateurs en profitent pour vous souffler un peu de l’histoire de ces objets, comme s’ils souhaitaient perpétuer leurs mémoires, comme s’ils espéraient qu’à leur tour les membres du RECYCLODROME allaient raconter tous ces souvenirs aux futurs acquéreurs.

Depuis que je suis les membres de l’association dans leurs collectes, la plupart du temps, les donateurs sont en situation de changement de logement : soit ils viennent d’aménager, soit ils vont déménager. Puis, il y a ceux qui font un tri régulier, prévoient un espace de stockage et quand il y a un tas suffisant, ils font appel au service du RECYCLODROME. Pour d’autres, le moment du don est plus tragique et suit un deuil. C’est le cas de cette femme, venue en Mars dernier à la boutique pour faire un don (un apport volontaire). Lorsque que l’équipe lui a demandé de décrire le contenu de son sac afin de remplir la fiche de don, elle a éclaté en sanglots. « Ces moments-là sont rares mais on est toujours autant désemparé. » me confie Cyrille. Elle se ressaisit et nous explique qu’il s’agit des affaires de son compagnon. Il est mort il y a deux mois. Aujourd’hui, elle se décide à donner quelques unes de ses affaires, quelques unes seulement pour commencer. C’est sa façon d’accepter la mort de son conjoint et de continuer son deuil.  Ce moment est important pour elle : c’est une véritable prise de conscience du « plus jamais ». Il est temps de se détacher car garder les affaires de l’autre ne le ramènera en aucune façon. « Autant que cela serve à d’autres ! » nous dit-elle avec un léger sourire. Sûrement d’imaginer que les affaires de son compagnon s’animeront de nouveau dans un futur, et avec elles les souvenirs qu’elles portent, peut être une douce consolation en attendant que passe le chagrin.

Collecte à Marseille – 7ème arrondissement
Retraitée 

Au cours d’une collecte, j’ai rencontré une femme, retraitée, ancienne militaire de carrière. Actuellement sur le point de déménager, elle a fait appel au RECYCLODROME afin de récupérer une bonne partie de ses objets de famille. Elle nous accueille chaleureusement et ne se fait pas prier lorsque je lui demande de me raconter son histoire et de m’expliquer ce qui a motivé son don.

Elle nous amène d’abord à la cave où mobilier et cartons remplis s’entassent. Elle nous indique les éléments à emporter sauf le lit de laiton, en parfait état et trouvé dans la rue !

« Pourquoi je donne tout cela ? C’est très simple mais ça me fend le cœur parce que je suis une conservatrice. Je déménage à la campagne. Ici, je vivais dans une 100 m2 avec 3 enfants. Ils se sont tous envolés. Et aujourd’hui, je suis retraitée. »

Elle nous montre tout un vrac de partitions contenu dans un carton.

« Mes enfants ont tous fait de la musique ! Dans la famille, ils  en faisaient aussi. C’est pour ça qu’il y a autant de partition. Ça me fend un peu le cœur mais qu’est ce que vous voulez que je fasse ! Ils ont pris ce qu’ils ont voulu, ce qu’ils ont pu surtout : ils n’ont pas de grande maison, on n’a plus de grande maison de famille. Alors on essaie de garder ce qu’on peut mais bon… il y a des choses, il faut s’en séparer. »

Elle est très émue et dans la voix parfois, il y a quelques larmes. Mais le fait de pouvoir nous raconter son histoire et le vécu contenu dans ces objets l’apaise. Au final, elle nous invite à rentrer dans son appartement. Elle parle, se confie, nous montre des bibelots et autres objets de famille. Elle s’arrête plus particulièrement sur deux objets en porcelaine : il s’agit de serviteurs dont l’un est cassé.

« Je voulais vous les montrer. C’est dans la famille depuis toujours et on nous a toujours dit de les conserver. Je l’ai montré dans l’état où c’est, et on m’a dit de ne surtout pas les jeter car ça avait encore de la valeur. Mais moi, je n’en veux plus. Moi, je ne vois plus rien à en faire. On m’a dit de les porter au Musée de la faïence, ce que je n’arriverai jamais à faire.  Ce sont des trucs… que… plus personne n’aime ça maintenant ! C’est un serviteur et je l’ai toujours vu dans la famille, celle du côté de ma mère. »

Au final, les membres du RECYCLODROME ne prendront pas ces objets. Ils sont cassés et impossible à réparer dans leur structure. Face à ces serviteurs, c’est une époque révolue que nous a confié notre hôtesse. Celle de son enfance ainsi que celle de la famille de sa mère. A ces yeux, le futur n’existe pas pour ce type d’objet devenu obsolète face à une autre modernité. Elle les emballe tristement, sans conviction. Les jettera-t-elle ou les conservera-t-elle ?

« C’est déchirant… C’est très difficile pour moi… Il y a des décès qui sont attachés à tout ça : il y a eu ma mère, mon frère… Il y a beaucoup de choses qu’on garde et en fait… Ça fait 10 ans déjà, alors il faut arriver à faire un deuil comme on dit… oui, c’est ce qu’on dit… Mais je ne sais pas à quoi ça correspond. C’est comme ça qu’on dit, c’est tout ! Il faut tourner la page ! Tout cela, tous ces objets correspondent à des tas de choses, des tas d’histoires et de souvenirs. Voyez, je donne le bureau de ma fille : c’est leur père qui l’avait fait, leur père qui ne les a jamais revu en fait… Mais ça, c’est encore une autre histoire. Il y a toujours une histoire pour chaque objet. »

Que dire ? Rien ! Etre à l’écoute de ses histoires est déjà bien. Et pour cette femme, garder ces objets et une façon de préserver son patrimoine familial. Tous ces objets sont les réceptacles d’un vécu : d’abord de leur propre existence matérielle qui s’use et se patine avec le temps, mais aussi de celles de leurs propriétaires et utilisateurs. Ils sont intimement liés, mêlés et quand un deuil survient, au-delà de la disparition, reste l’objet : cet objet trace unique, preuve de l’existence du défunt ; cet objet-mémoire, signe d’un temps passé qui se conjugue encore au présent. L’attachement se crée comme un besoin, une nécessité : il faut conserver l’objet  à tout prix comme pour se rassurer et savoir que l’autre à exister. Il devient une sorte de totem, objet-relique que l’on conserve non plus pour son utilisation mais pour raviver le souvenir et évoquer une époque révolue. Une façon de perpétuer la vie au-delà de la mort dans un objet certes inanimé mais capable de déclencher et d’activer notre mémoire. On ne tombe pas certes dans un culte, mais il est réconfortant de le savoir à nos côtés. Et l’on sent bien au travers du discours de cette femme toute la difficulté qui réside dans la séparation face à ce patrimoine. « Ça me fend le cœur. » reviendra plusieurs fois au cours de l’entretien achevant d’affirmer l’affection et l’attachement qui s’est lié entre elle, l’objet et le disparu.

«Ça fait un moment déjà que j’ai commencé à trier. Je m’y suis prise à l’avance. Changement de vie complet ! Ah oui, c’est un grand changement : tout y est ! Deux de mes enfants sont revenus et ils ont fait leur tri. Ça me fait penser que le troisième a vécu en Australie pendant 6 ans. Lui, il a pratiquement tout vendu ! Il est parti avec deux malles et il m’a dit : « Bien, tout est là ! ». Mais au final, des objets il en reste toujours ! »

L’anticipation du tri à l’avance et la visite de ses enfants pour l’aider dans ce travail révèlent toute la difficulté à distinguer ce qui sera conservé de ce qui sera donné. Le choix est cornélien quand on est attaché à ce point par le poids du souvenir. Dans d’autres propos, le poids de la culpabilité se faisait aussi entendre. L’histoire des serviteurs en est le parfait exemple. Elle nous a détaillé toute leur histoire et a bien insisté sur la valeur de ces objets dignes de rentrer dans un musée. Elle ne les veut plus mais le doute reste de mise : ce sont des objets de famille, transmis de génération en génération. Les donner ne serait-ce pas alors commettre un sacrilège ? Cela reviendrait à rompre l’histoire familiale matriarcale car ces objets sont les témoins historiques d’une famille qui a pris soin de les désigner comme tels. En les donnant, notre hôtesse rompt un pacte tacite. Le destin (ou le hasard) a voulu que les membres du RECYCLODROME ne prennent pas ces objets. Y a-t-il un quelconque signe à voir ? Rien ne saurait le dire, seule compte la décision que prendra notre retraitée.

La mort d’un être cher est un événement violent dans la vie. La mort est soudaine : tout va si vite ! Un instant, il est là et l’instant d’après, il a disparu ne laissant derrière lui que ses affaires personnelles. Tout est vide et plein à la fois. L’absence est lourde et pesante, d’autant plus pesante que tout objet est un rappel à l’autre. Mais d’un autre côté, c’est consolant. Quand quelqu’un part si vite, retrouver son parfum, sa trace, son écriture peut être réconfortant… Alors certains gardent. Ils gardent parce que ces objets parlent de l’absent et le rendent présent. Ils sont l’ensemble des souvenirs qui jouent à cache-cache dans le quotidien de la vie en prenant forme dans des objets. Sorte de sceaux scellés, seule la parole peut en révéler tous les secrets et toutes les histoires personnelles, intimes et confidentielles…

Quant à notre hôtesse, nous lui souhaitons un bon déménagement. Elle part vivre à la campagne : c’est une amoureuse de la nature. Et c’est un autre chapitre de sa vie qui commence.

Bibliographie

AGACINSKI Sylviane, 2000. Le passeur de temps, Modernité et nostalgie. Paris, Seuil.
BRUSSET Bernard, 2005. Psychanalyse du lien. Paris, Presses Universitaires de France.
DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.
FREYMANN Jean-Richard, 2006. Eloge de la perte, Perte d’objets, formation du sujet. Strasbourg, Arcanes. Ramonville Sainte-Agne, Erès.
HAINARD Jacques, KAEHR Roland, 1985. Temps perdu, temps retrouvé. Voir les choses du passé au présent. Neuchâtel, Musée d’ethnographie.
OLIVIER Laurent, 2008. Le sombre abîme du temps, Mémoire et archéologie. Paris, Seuil.
RICOEUR Paul, 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli.  Paris, Seuil.
SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.
VIGOUROUX François, 2008. L’âme des objets. Paris, Hachette Littératures.

[Objets (f)utiles] – Ép. 3

Episode 3 – Quod abundat non vitiat

Au RECYCLODROME les objets abondent. Que ce soit par les dons ou les collectes, les objets arrivent jour après jour à la ressourcerie. Leur abondance en ce lieu est le reflet de l’énorme quantité d’objets qui transitent de mains en mains et dont le flux est toujours un peu plus croissant. Les objets du désir ont remplacé les objets utiles et pour se tenir à la page, il faut vite acquérir l’objet à la une sous peine de passer de mode. On entasse, on entasse, on entasse et puis un jour, on trie ! Après le tri, on jette la plupart du temps, mais d’autres revendent sur des sites appropriés comme “leboncoin” ou “ebay“. D’autres donnent à la famille ou aux amis, et à Emmaüs ou aux ressourceries. Mais certains conservent malgré tout : “Sait-on jamais, on pourrait manquer. Et puis, ça peut toujours servir !

Collecte à Marseille – 6ème arrondissement
Une costumière

La famille a fait appel aux membres du RECYCLODROME pour les débarrasser d’un certain nombre d’objets. Elle va déménager dans un appartement plus grand.

“Nous déménageons pour beaucoup plus grand donc on vide, ce qui est normal. Les espaces vont être complètement différents donc il faut faire le point avec ce qui cadre.”

Il y a un bureau, un sommier à lattes, une chaîne hifi, un téléviseur, un château de bois pour enfant, des peluches, des jeux de société, etc.
L’équipe s’occupe de charger les objets dans le véhicule de l’association en passant par la cave. La cave ne manque pas d’objets et pas n’importe lesquels : des costumes à première vue ! Puis en y regardant de plus près tout un nécessaire à couture digne d’une mercerie : machine à coudre, fils, boutons, aiguille, etc. Ils sont tous en abondance dans cette petite cave. Pour l’étrangère que je suis, tout me semble encombré et entassé. Mais pour la propriétaire des lieux tout est parfaitement à sa place : elle déniche et dégote chaque bouton ou tissu dont elle me parle en un tour de main. Je me permets de lui demander si ce lieu va aussi subir un tri face au déménagement prochain.

“Je garde mes costumes ! Je suis très malheureuse en ce moment parce que je ne les vois plus. C’est atroce ! Mais vous savez pour moi ce n’est pas du matériel, c’est du devenir. Le costume ne vit pas en soi, il vivra dans la lumière.”

Je lui demande alors comment a-t-elle réussi à trouver autant de matériel nécessaire à la confection des costumes.

“Le collectage d’objet est primordial ! Dans la rue, je trouve des breloques d’un bracelet qui a du se casser. J’ai tous ces tiroirs (tous bien alignés) dans lesquels je classe les choses que j’ai trouvées par hasard ou qui ont été abandonnées. Elles sont comme échouées et j’ai l’impression d’être une arche de Noé. Tous les tiroirs que vous avez là, je les ai aussi trouvé dans la rue. Tous les boutons qu’ils contiennent et que j’ai trié par couleur, je les ai récupéré dans une mercerie qui fermait. A l’époque, je travaillais bénévolement pour “Enfance et Partage” mais j’avais un papier qui officialisait la situation. Je m’étais adressée à la propriétaire de la boutique pour savoir si je pouvais récupérer de façon officielle toutes ces petites choses. Et là, elle m’a expliqué qu’elle préférait tout faire brûler ! Je suis peut-être mal tombée, elle devait être attachée à sa boutique. Je ne me suis pas offusquée et je suis partie. Mais le soir, elle jetait tout à la poubelle, alors j’attendais qu’elle parte pour aller récupérer le matériel.”

Notre couturière ne voit pas cette profusion d’objets comme un entassement inutile et vain. Bien au contraire. Chaque petit bouton, chaque fil de couleur ou galon viendra sublimer un tissu choisi pour un costume de reine ou de troubadour. Ils ont tous une utilité en devenir mais à chacun son heure. Cette abondance d’objets est nécessaire au métier de costumière. La créativité est à ce prix car ce qui semble inutile pour les uns et utile aux autres. Et la plus petite perle perdue dans un fouillis multicolore au fin fond d’un tiroir peut être l’élément le plus flatteur et le plus crucial d’un costume !

“A l’école de mes enfants, chaque année pour le carnaval je m’occupe de l’atelier costume. Les élèves doivent fabriquer leur costume uniquement avec des objets trouvés dans la rue ou les poubelles. Rien ne doit être acheté ! C’est toujours un gros travail mais c’est très gratifiant : les enfants découvrent qu’ils ont une imagination folle et qu’ils peuvent faire plein de choses avec ce qu’ils trouvent.”

Mon hôtesse me montre quelques-unes de ses pièces : c’est magnifique ! Elle continue de farfouiller dans les tiroirs pour me montrer la beauté des objets trouvés dans la rue : perles, breloques ou dentelles d’une autre époque. Au moment de récupérer son nécessaire dans les poubelles, elle se demande ce qui a motivé l’abandon. Beaucoup de merceries sont encore en parfait état ! Au moins, ils auront une deuxième vie dans les mains expertes de la costumière au vélo, outil indispensable pour parcourir les rues de Marseille à la recherche de petits boutons.

ABONDANCE, subst. fém.
Ce qui est disponible en très grande quantité (ressources, richesses, choses nécessaires ou utiles à la vie, etc.).
http://www.cnrtl.fr

L’abondance a donc bien à voir avec le nécessaire et l’utilité. Lorsqu’une chose abonde, on est sûr de ne pas en manquer. La nature est abondance. La Terre nous fournit tout ce qui est nécessaire au bien-être de notre vie à commencer par l’eau et la nourriture. Tout y règne en abondance et dans un cycle régulier (notamment celui des saisons qui permet d’avoir fruits et légumes variés propices à des apports spécifiques). Cette vision peut paraître bien simpliste mais ainsi est Mère Nature : abondante, généreuse et riche. Le jour où nous manquerons sera un jour de faim et de misère.
Par extension, pour notre couturière avoir une abondance de merceries est nécessaire pour mener à bien la fabrication de ses costumes. Si elle manquait d’aiguille ou de fil, elle devrait d’abord se ravitailler et peut-être perdrait-elle au même moment l’énergie et la spontanéité de l’envie de créer. C’est pourquoi avoir le matériel nécessaire à son activité ou à ses besoins est primordial pour ne pas se retrouver dans une attitude frustrante où le geste est arrêté à cause du manque engendrant démotivation et déception.
Sans aller très loin, n’en est-il pas de même chez nous ? En prenant  l’exemple le plus connu de nous tous : les toilettes et la tragédie du papier ! Cette vision humoristique en dit bien long sur l’abondance. L’abondance n’a rien à voir avec l’entassement ou la profusion ou l’accumulation. La Terre n’étouffe pas sous le poids de ses fruits, la couturière ne se laisse pas submerger par sa mercerie et aux toilettes pas la peine de construire un château fort de rouleaux ! L’abondance est continue : elle est cyclique. L’arbre pousse, bourgeonne, produit des fruits puis perd ses feuilles pour mieux grandir et reproduire l’année qui suit. La couturière collecte son nécessaire et l’utilise pour la confection des costumes : le bouton se transforme en atour. Et aux toilettes ? Soyez prévoyant et pensez à racheter du papier quand vous utilisez le dernier rouleau de façon à avoir un stock continu.

Abondance de bien ne nuit pas !” quand il s’agit de choses nécessaires et utiles en prévision d’une action (ou d’une création). Et même s’il semblerait qu’il y ait déjà suffisamment de boutons et de cordons dans les tiroirs, pour l’esprit créatif d’une couturière chaque petit morceau recueilli peut toujours servir un jour !

Bibliographie

BUYSE Frédéric, 2008. « Quelques journées à Emmaüs », Revue de MAUSS, 32 : 323-353.
CLOT Yves, GORI Roland, 2003. Catachrèse : éloge du détournement. Nancy, Presses universitaires de Nancy.
PAVEAU Marie-Anne, 2011. Série de Printemps. Ce que disent les objets. Carnet de recherche La pensée du discours, http://penseedudiscours.hypotheses.org
PEREC Georges, 1965. Les Choses. Paris, René Julliard.
PEREC Georges, 1989. L’infra-ordinaire. Paris, Seuil.

[Objets (f)utiles] – Ép. 2

Episode 2 – Utile dulci

Les soucis
Ne vous inquiétez donc pas, en disant : “Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous boire ? de quoi allons-nous nous vêtir ?” – tout cela les païens le recherchent sans répit – il sait bien votre Père céleste, que vous avez besoin de toutes ces choses.
Evangile selon Matthieu – 6, 31-33

1. Mathieu

Ce marseillais de 34 ans travaille au sein de l’association RECYCLODROME, ressourcerie implantée au centre de Marseille dans le quartier Noailles.
Au cours d’un entretien, nous parlons des objets du quotidien : ceux que l’on trouve au Recyclodrôme dans l’attente de leur nouvelle vie mais aussi de ses objets personnels. Sans me convier à visiter son appartement situé à proximité de l’association, Mathieu énumère précisément les meubles qui aménagent son intérieur.

“La première des choses est d’avoir une liste de besoins. Dans la vie on a besoin d’une table, d’une chaise, d’un lit, d’une gazinière: tout ce qui est utile. Il faut cocher les cases au fur et à mesure qu’on acquiert ces objets. Puis, on comble les manques qui s’ajoutent à notre quotidien comme par exemple se procurer un meuble pour ranger la paperasse. Ma priorité est de m’équiper sur un plan utilitaire.”

Tel que Mathieu nous décrit son foyer, on suppose un lieu austère où seul règne la loi de l’utile et du pratique laissant peu de place à la fantaisie. Se soucier du nécessaire et proscrire le superflu tel pourrait être son leitmotiv. Pourtant, continuant la description de son foyer, il souligne l’importance de l’esthétisme.

“Mais à l’utilitaire s’ajoute l’esthétique que l’on aime. Je choisis des meubles qui correspondent à mes goûts, qui créent une cohérence et qui me ressemblent. Je me rends compte que je prends des meubles qui ont le même style et le même esprit. J’aime mes meubles : je les ai quasiment tous trouvés dans la rue. Ils sont bruts et rustiques !”

L’esthétique, le style ou encore l’esprit de l’objet trouve sa place au-delà de la simple fonction. Malgré tout Mathieu s’entoure certes d’un minimum de mobilier à l’intérêt pratique mais accorde une importance notable à l’aspect physique de ses biens. Il n’irait pas prendre n’importe quel type de meubles ou alors il le transformerait pour qu’il soit conforme à ses goûts, pour qu’il s’adapte à sa personnalité. Utile au style futile, le meuble est un objet social qui nous parle de son propriétaire. Il nous donne des indices sur son mode de vie et sur ses préférences. Il se doit d’être à l’image de son propriétaire, de lui ressembler afin que celui-ci se l’approprie au mieux.

L’absence de style est d’abord absence d’espace, et la fonctionnalité maximale d’infortune où le chez-soi, sans perdre sa clôture, perd son organisation intérieure.(1)

Un espace sans style, sans la trace ou l’empreinte laissée par son résident en fait un lieu impersonnel complètement vide de sens, créant une incohérence entre l’occupant et l’occupé. Par son propos, Mathieu nous explique que le fond est indissociable de la forme et que joindre l’utile à l’agréable est nécessaire pour se sentir “chez-soi”. Notre maison ou notre appartement sont notre antre, notre tanière ou encore notre refuge et ne peut que parler de nous. La sélection des couleurs, des matières, des formes et leur agencement sont rarement anodins. Même si le meuble a pour vocation première de remplir sa fonction – s’asseoir sur une chaise, dormir dans un lit, manger sur une table – il a aussi cette disposition à jouer le rôle du miroir : il est le support où se projette nos indiscutables goûts et couleurs, sorte de psyché de notre âme.

Les tables

“Moi j’aime bien les tables qu’elles soient simples ou petites. Des fois je me retrouve à en récupérer une de plus. Maintenant j’en ai trois alors que je ne m’en sers que d’une. Il y a des petits doublons de ce genre, des choses que l’on aime bien et que l’on prend en double : je craque un peu !”

“Craquer” comme céder à ses caprices et ses envies. Est-ce vraiment un mal ? Mathieu en rit. Quelques tables de plus nuisent-elles réellement à son bien-être ? A voir non. Elles sont même plutôt propices à quelques amusements, quelques plaisanteries entre amis où l’on se tourne en dérision pour ne pas trop se prendre au sérieux. L’utile certes mais pas au nom d’une déshumanisation.

2. Charles

Arrivé il y a deux ans sur Marseille à 24 ans, il rejoint l’association du RECYCLODROME comme technicien du réemploi. Sa vision des objets rejoint en partie celle de Mathieu.

“J’essaie de ne pas m’embarrasser avec les objets, de ne pas acheter des choses inutiles qui vont rester des années sur une table sans jamais ne savoir quoi en faire. Les objets de la vie courante ne sont pas si nombreux que ça : je parle bien sûr des objets pratiques !”

Au moment du choix, Charles privilégie donc la fonction de l’objet : quel en sera son utilité, quel usage en fera-t-il, etc. L’accumulation d’objets et autres bibelots n’est pas son mode de vie au prime abord. Cependant, il se projette dans un hypothétique avenir plus accommodant.

“Si je veux m’installer quelque part, que j’achète une maison et que je trouve des objets qui me plaisent comme un cadre de miroir à l’ancienne, en bois, je les prends. C’est de l’ameublement et de la décoration ! Les tableaux, les fauteuils, le mobilier, etc. Mais les petits objets, non pas vraiment !”

Il nous confirme son aversion pour les bibelots mais ouvre la porte à l’acquisition de différents types de meubles et cela sans limite de quantité. S’ils lui plaisent, il les prend. Le sentimental a donc à voir avec le choix : goût et dégoût sont dans la nature. Tel objet suscitera un intérêt notoire chez l’un et une indifférence totale chez l’autre. Charles comme Mathieu aménage son intérieur à sa convenance. Ils pensent tous les deux être dans l’utile avant le futile mais il n’en est rien. L’utile et le futile se mélangent subtilement pour créer l’alchimie parfaite en adéquation avec nos besoins qu’ils soient de l’ordre du pratique ou de l’esthétique.

La boîte à souvenirs

Charles lutte contre elle et aimerait ne plus en avoir. Pour quelqu’un qui méprise les bibelots, il conserve malgré tout une foule de petits objets “inutiles”.

“J’ai un bloc-lettres pour bureau réalisé par mes petites sœurs : c’est un galet qu’elles ont peint en chat. Je me saisis du caillou et demande à mon amie : “Mais qu’est-ce que j’en fais de ça ?” “Garde-le !” me répond-elle. Je l’ai gardé… Il y en a plein des comme ça ! Le ticket de cinéma par exemple : tu as envie de le garder, tu ne veux pas t’en séparer parce qu’il te rappelle ce que tu as vécu à ce moment-là. J’essaie vraiment de lutter contre ça, de me convaincre que je n’en ai pas besoin, que ça ne sert à rien mais j’y suis attaché. C’est le souvenir d’un jour et d’un évènement précis. J’aimerais bien ne pas avoir cette boîte à souvenirs mais elle est là. Ça ne sert à rien pourtant : il y a des choses que je n’ai pas touché en 3 ans.”

L’objet est ici perçu comme une trace historique, le vestige d’un passé ou encore le réceptacle des souvenirs. Quelle est sa fonction désormais ? Elle est au passée quand on parle de son utilité première mais au présent quand il s’agit de réveiller la mémoire et d’évoquer un moment particulier. Ce ticket de cinéma périmé est obsolète aujourd’hui : pas question de pouvoir assister à la prochaine séance grâce à lui. Il a été utile un autre jour pour une séance passée. Pourtant il sert encore : il est le déclencheur qui ravive le souvenir de ce jour précis.

Pratique et esthétique, d’usage et usagé, utile et futile, etc. Les objets n’ont pas fini de nous révéler à nous-mêmes. Ils nous parlent de nous au présent et au passé et parfois au futur. Ils oscillent de la fonction à la contemplation. Cette dichotomie se retrouve dans les études anthropologiques : alors qu’en France, nous privilégions la technologie, les pays Anglo-saxons exploraient le domaine de la consommation. Mais au cœur même de ces objets se placent le sujet. Les objets ne sont pas uniquement techniques ou esthétiques : ils sont inhérents à l’homme. Mathieu et Charles eux unissent l’utile et le futile en un agrément à leur vie trouvant ainsi leur équilibre intrinsèque.

“Omne tulit punctum, qui miscuit utile dulci.”
HORACE, Art poétique, vers 343.

Bibliographie

La Bible, L’Ancien et le Nouveau Testament. Nouvelle édition revue, 1996. Paris, Alliance Biblique Universelle et les Editions Cerf.
BAUDRILLARD Jean, 1968. Le système des objets. Paris, Gallimard. (1)
DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.
DESJEUX Dominique, GARABUAU-MOUSSAOUI Isabelle, 2000. Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales. Paris, L’Harmattan.
PEREC Georges, 1965. Les Choses. Paris, René Julliard.
SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.

[Objets (f)utiles] – Ép. 1

Pour information : à la demande de Gil Bartholeyns, les citations sont modifiées conformément au texte qu’il m’a fait suivre. Depuis le 14 avril 2015, le texte est donc modifié comme suit.

Episode 1 – De la necessitas

Objets utiles, objets futiles !
Objets nécessaires, objets éphémères !
Objets d’études, objets de mon cœur !

Objets encore et toujours, réels ou virtuels… vous êtes partout ! Combien de fois utilisons-nous le mot objet au cours d’une vie ou plus humblement en une journée ?  Sans compter tous ses remplaçants : choses, trucs, machins, bidules, ustensiles, outils, propos, thèmes, substances, matières à toucher ou à penser…

Mon enquête de terrain au sein d’une ressourcerie ainsi que les quelques manifestations scientifiques auxquelles j’ai pu assister apportent quelques réponses concernant mon “objet” d’études.
Dans une société d’hyper consommation où l’offre en matière d’objets est toujours plus croissante, quels objets trouvent grâce à nos yeux ? De l’utile au futile, quels sont ceux auxquels on épargne une vie de déchet par l’abandon ? De l’utile au futile, quels sont ceux  au contraire que l’on jettera sans regret ? Comment se détermine le choix délicat de la conservation ou de la séparation ? Question d’utilité ou de futilité ?

Au colloque des Irremplaçables du 22 mai dernier, Gil Bartholeyns, historien et professeur à l’Université de Lille, nous a offert quelques définitions fort à propos autour de l’objet.

Les mots remplaçable et irremplaçable n’apparaissent qu’au XIXe siècle. Le verbe remplacer est attesté au XVIe siècle et au début du XVIIe dans le sens d’une chose ou d’une personne qu’on met ou qui se met à la place d’une autre, ou de faire jouer à quelque chose ou quelqu’un le rôle d’une autre.

Mais alors quels mots remplaçaient l’irremplaçable en son absence ?

[…] le terme indispensable […] prend le sens qu’on lui connaît au XVIIe siècle et signifie d’abord « ce dont on ne peut être dispensé » au sens d’exempté, en empruntant au verbe latin dispensare, dont un des sens est « distribuer ».

Mais alors, qu’est-ce qui est nécessaire ? Qu’est-ce qui relève de la necessitas ou de la nécessité, puisque ce mot signifie exactement, dès 1155, « ce dont on ne peut pas se passer » ? Ces mots sont associés aux besoins naturels tels que dormir et manger. Dans la tradition biblique, la nourriture, le vêtement et l’habitation sont les trois choses matérielles jugées les plus « nécessaires ». Les évangiles et les écrits de Paul sont traversé par le leitmotiv ne vous souciez que du nécessaire, tout le reste est superflu (Mtt 6,34, Mc 12,44, Ph 4,6, etc.). Le couple utile/superflu ou fonctionnel/superflu des sagesses gréco-romaines se durcit au passage du christianisme en une opposition nécessaire/superflu.

Ainsi utile, fonctionnel, nécessaire, indispensable rejoignent ce même mot : le besoin, ce dont on a besoin pour vivre, en l’occurrence de la façon la plus stricte qui soit. C’est ce qu’on pourrait appeler aujourd’hui dans le jargon populaire le minimum vital ou le strict minimum.

Mais revenons à notre objet : l’irremplaçable. Il transporte avec lui son antonyme “remplaçable” lequel avant même d’exister se voyait déjà remplacé par d’autres. Quelle ironie !

Il semble que ce soit du côté de la notion de substitution qu’il faille chercher des éléments de réponse. Car, si les médiévaux semblent avoir penser l’irremplaçabilité sur le mode du nécessaire et du minimum vital, sur un registre essentiellement moral, il ont pensé au fait même du remplacement, au sens de mettre une chose à la place d’une autre, par le terme bas latin substitutio et le mot substitution à partir du XIIIe siècle (l’équivalent donc de remplacement trois siècles plus tard). Mais pour notre affaire il manque un antonyme à substitution, et un adjectif pour indiquer l’impossibilité du remplacement, c’est-à-dire l’objet qui, pour une raison ou pour une autre, ne peut être échangé avec un autre. Quoi qu’on pourrait dire que le terme « substitution » porte en lui l’idée d’une certaine irremplaçabilité, puisque le préfixe sub- indique implicitement l’infériorité du substitut par rapport au substitué, le non-équivalence. Ceci étant dit, ce qui se rapproche finalement le plus de la désignation d’un objet irremplaçable, si on fait abstraction du champ d’usage éthique, c’est la chose qui sera qualifiée de nécessaire à une action ou à un état.

Aujourd’hui, irremplaçable a pris une dimension plus sacrée (même dans le domaine du profane) : il est unique et précieux selon ses synonymes. On le retrouve souvent au cœur de nombreux rituels et de cérémonies car sans lui, rien ne pourrait se passer comme il le faudrait : la bougie ou la couronne ou encore le sceptre, etc.

De très nombreux objets sont souvent impliqués dans les rites d’institution et d’installation des personnes de manière apparemment inconditionnelle. […] Je prends l’exemple du sacre du roi de France au XIIIe siècle tel qu’il est censé se dérouler selon les ordines, c’est-à-dire les textes prescriptifs de la cérémonie. (…)Il faut 34 objets et substances pour faire un roi. Les paroles redoublent l’action des objets. […]

Mais quels objets étaient vécus comme indispensables, faisaient « ce que ni les gestes ni les mots ne suffisent à faire »?
(Cette dernière phrase est un extrait de l’article “Les biens non substituables dans l’occident médiéval” de G. Bartholeyns, publié dans la revue Techniques et Cultures n°58, 2012.)

Tout autant d’objets futiles aux yeux du néophyte qui n’en voit que la forme mais utiles à ceux qui en connaissent l’histoire et les implications. L’ours en peluche qui nous tourne le dos sur l’affiche nous rappelle ce “nounours” ou “doudou” de notre enfance, ce jouet aimé plus que tout, qu’aucun autre n’aurait pu remplacer : qu’il fut beau ou laid, que nous importait ! Utile comme une objet cérémoniel ou futile comme un ours en peluche, l’irremplaçabilité de l’objet se cache alors peut-être dans l’attachement, dans le lien indéfectible que l’on crée entre lui et nous.

A suivre…