Archives par mot-clé : anthropologie

[Anthropobotic] Comment ? Du bruit dans la télépsychologie

Avec ma collègue Aurore Caffier, psychologue clinicienne, doctorante au PCPP (Université de Paris), nous avons participé le 7 et 8 octobre 2021 au colloque international pluridisciplinaire La communication numérique au prisme des transformations numériques organisé par le laboratoire Communication et Sociétés à l’Université Clermont Auvergne. 

Nous y présentions notre travail de recherche réalisé pendant l’année 2020/2021 dans le cadre du diplôme universitaire de cyberpsychologie dirigé par Serge Tisseron. 

Vous trouverez ci-dessous notre présentation. Le texte n’est pas l’article définitif qui lui sera publié dans un prochain ouvrage collectif (2022). Cet ouvrage reprendra l’ensemble des interventions des invités à ce colloque.


Introduction

Depuis plusieurs années, lorsque cela était nécessaire, les thérapeutes ont pu trouver un relais grâce aux outils de téléconsultation afin d’éviter les ruptures dans le travail en cours. Parmi les raisons qui motivent ce passage de la thérapie en cabinet à la thérapie via les TIC, nous pouvons citer entre autres l’expatriation. Faisant suite aux problématiques engendrées par les confinements successifs depuis mars 2020 et à la nécessité de mettre en place un protocole de suivi à distance pour ne pas arrêter le travail thérapeutique en cours, nous avons constaté une augmentation significative des travaux sur la télépsychologie.

Si les TIC se sont techniquement améliorées, il n’en reste pas moins qu’il est toujours possible de se retrouver confronté à quelques problèmes comme un arrêt brutal de l’application. Comment gérer la relation à son patient lorsque surgit ce genre d’incidents inopinés ? Nous proposons de fournir quelques éléments théoriques de compréhension du problème technique des TIC et de questionner la place de ce phénomène dans un cadre thérapeutique. De quelle manière le bruit peut-il être considéré comme un matériel clinique à intégrer au travail d’interprétation du clinicien ?  Continuer la lecture de [Anthropobotic] Comment ? Du bruit dans la télépsychologie

[Anthropobotic] Robomania, Robophobia

En fin de juin 2021, j’ai eu le grand plaisir de participer à la conférence SPT 2021 (Society for Philosophy and Technology). Le thème en était : “Technological Imaginaries”. C’est autour de la peur des robots que mon choix de sujet s’est porté. Le robot fascine tout autant qu’il inquiète. Mon intervention était en anglais (conférence internationale oblige). Trois jours sur Zoom, je vous avoue, j’ai trouvé que c’était beaucoup trop. Mais la qualité des intervenants a compensé cela. 

Je vous partage la vidéo de mon intervention :


Le texte dans son intégralité :

Robomania, Robophobia

Introduction 

As André Leroi-Gourhan had written in his famous book Le geste et la parole“Le robot hante l’esprit humain depuis des siècles à travers les automates.”

From Iliad by Homer to The robot series by Isaac Asimov; from Metropolis to iRobot; through fictions, robots have always been a constant keen interest for ages. The future may be in space and certainly full of robots! The forbidden planet, Lost in space, Astroboy and of course Star wars are odes to the technology, filled with our hopes. However some robots seem threatening like the Terminator or the Cybermen in Dr Who. Remember how HAL 9000 easily discards Frank Poole in 2001, a space odyssey. And what about the Matrix which harnesses humans as energetical ressource. All the previous examples were some fictions from literature and cinema. But we can observe the same dichotomy in reality. If Nao, Pepper or Paro looks cute and “kawai” other robots as Atlas, Spot or Sofia look frightening. 

Where does this fear come from? Where does this uncanny feeling that Sigmund Freud defined, come from? Why do we feel uncomfortable,  terrified or threatened when facing robots?

Continuer la lecture de [Anthropobotic] Robomania, Robophobia

[Anthropobotic] Un cyborg à fleur de peau – Publication

C’est désormais du côté de l’intelligence artificiel, du numérique, des TIC et des robots que j’ai tourné mon regard d’anthropologue.

Voici ma première publication sur le sujet : “Un cyborg à fleur de peau. Le major Motoko Kusanagi dans Ghost in the shell à retrouver dans la revue en ligne La Peaulogie #6 – Peaux artificielles. La technologie aura‑t‑elle la peau de l’être humain ?

Résumé

L’étude du personnage Motoko Kusanagi (héroïne cyborg du long métrage d’animation Ghost in the shell de 1995), aux prises avec un « super tank », nous permettra de développer une réflexion anthropologique et (cyber)psychologique sur l’utilité et la signification de sa peau de synthèse. De quelles matières se compose cette peau synthétique ? Quelles sont ses spécificités techniques ? Quelles similitudes et différences peut‑on repérer entre cette peau artificielle et la peau organique ? Ces interrogations nous mèneront sur les traces de la sensibilité et de la douleur dont semble dépourvu le major Motoko Kusanagi. Les nombreuses aptitudes (combat au corps à corps, et hacking) dont est doté ce cyborg le rendent exceptionnel. Pourtant, il atteint ses limites dans un ultime combat. Que nous révèle ce corps démembré sous la peau déchirée ?

Bonne lecture !

3 [Publications] in Réflexivité(s)

En 2019, j’ai eu le plaisir d’assister à la réunion de présentation  du livre liquide Réflexivité(s) (ESBC), dirigé par Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau.  Dans cet ouvrage, vous trouverez trois articles en mon nom dont les origines remontent à la Villa réflexive

A lire en ligne :

Edito


L’idée du livre liquide (Liquid Book) est de proposer des livres d’un nouveau genre : nés de textes moissonnés sur des carnets de recherche et des blogs, ils présentent des modes d’écriture native du web, hypertextuelle, augmentée et multimédiatique. Comme les blogs, les ouvrages permettent de naviguer de fenêtre en fenêtre, de regarder tout en lisant, de lire tout en écoutant. Comme les blogs, ils font entendre plusieurs voix, celles des auteur.e.s des billets devenus textes, mais aussi celle des commentateur.trice.s qui ont augmenté l’écriture initiale en la rendant interactive.En lien direct avec le contexte d’une mise en valeur de la recherche en ligne en sciences humaines et sociales sur la plateforme Hypothèses, ce livre liquide propose des textes soigneusement sélectionnés dans les contenus du carnet de recherche Les Espaces réflexifs, et éditorialisés de manière à constituer un livre fluide, ouvert  aux commentaires et augmenté, notamment par les liens hypertextes et la circulation qu’ils permettent.Liquide, cela veut dire multiple dans les formes d’expression (texte, hypertexte, image, son), polyphonique dans la nature de l’écriture (l’augmentation par les commentaires) et évolutif dans les contenus de la recherche. Un livre liquide accueille la variété des approches, des écritures et des langues. Il a l’ambition de photographier l’état de la science en ligne à un moment donné de sa diffusion, en la rendant accessible par l’éditorialisation et le partage.

[Publication] Le terrain comme laboratoire

En 2016, je publie dans le premier numéro du Contour Journal lancé par l’EPFL : “Divergences in architectural research”.

Résumé


Voici un sujet qui ne peut me laisser indifférente. À 24 ans, j’obtenais mon diplôme d’architecte DPLG (diplômé par le gouvernement). Je commençais alors ma carrière de cabinet en cabinet d’architecture aux quatre coins de la France. Au bout de quelques années, je décidais d’arrêter mon activité d’architecte. Quelque chose manquait à ce travail, quelque chose qui me pesait véritablement : concevoir des bâtiments ne faisait pas tout et les vicissitudes administratives ont eu raison de ma créativité, pire encore, je me demandais à qui étaient destinées ces réalisations. Pensait-on vraiment aux futurs habitants ? Plus tard, je repris mes études pour obtenir un doctorat un anthropologie : la place de l’homme m’avait à ce point manquée en architecture… Aujourd’hui, je me sens enfin complète et j’appréhende l’architecture différemment : ce pas de côté m’a permis de la découvrir sous une autre perspective. De même, je m’interroge véritablement sur ce que l’architecture peut apporter à l’humain dans son quotidien en tant qu’habitant mais aussi sur ce qu’elle nous enseigne en tant que chercheur. Dans cet article, j’aimerais mettre en lumière en quoi l’architecture est à la croisée des sciences et en quoi elle est vecteur de transdisciplinarité : la géographie, l’histoire, les mathématiques entre autres et aussi dans le cas qui m’intéresse ici l’anthropologie. Elle est aussi ce vecteur de transdisciplinarité par cette rencontre spécifique de la science et de la technique avec les arts. Je rajouterai que les ” bâtiments […] sont façonnés par l’esprit humain. C’est l’Esprit fondamental de l’architecture ” (Wright, 2003 : 61). Et c’est bien l’esprit humain qui ” façonne ” aussi la science. L’approche de cet article sera de type autobiographique, s’appuyant sur mon expérience d’architecte et d’anthropologue désormais, mais aussi en faisant référence à quelques ouvrages scientifiques et/ou d’architecture.

A lire en ligne http://contourjournal.org/index.php/contour/article/view/53 dans Contour Journal (EPFL).

“Contour is peer-reviewed journal for interdisciplinary research in architecture, urban design and planning. Its themes emerge from a common interest to explore the environments of everyday life and the many, often overwhelming tools, methods and theories for investigating their complexities. Disciplinary divides need to be dissolved and traditions questioned. Placing the next generation of researchers at its centre, the journal seeks to explore the epistemological and ontological multiplicity that makes up the sciences today and that comprises the boundary, the periphery, the contour of research in architecture and the sciences of the city. As a journal based in Switzerland in the heart of Europe, Contour embraces linguistic multiplicity while questioning the hegemony of one single scientific language or mode of expression: how do we harness the communicative potential of images, video, drawings? In combination with print, the journal maintains a presence on the web, allowing for readers and editors to communicate in near real-time, blurring the lines between traditional publication and the participation afforded by evolving information and communication technologies. Contour recognizes the need to move beyond the self-referentiality of architectural research and the idea that the social and natural sciences are foreign territory.  The contour is not comprised of spaces of separation, but places of a collective desire to investigate and understand our shared world.”
ISSN 2297-6906

[Publication] Des objets et des déchets loin d’être en reste

Je viens de me rendre compte que j’avais laissé aux oubliettes cette section sur mes publications. Quel dommage ! Il est temps de remettre un peu d’ordre dans tout cela.

Je reprends avec cette publication qui date de 2015, dans la revue Géographie et cultures (CNRS) intitulée pour l’occasion “Géographie des objets”. Je remercie l’équipe pour leur patience et leur gentillesse.

Résumé 


L’étude d’une « ressourcerie » m’a conduite à interroger la place de l’objet vis-à-vis du déchet. Le déchet est partout, nos poubelles débordent, affirment les média ! On nous parle de sa prolifération et des modes de prévention à mettre en place contre cet indésirable. Mais ne faudra-t-il pas s’interroger avant tout sur ce qu’est le déchet : un détritus ou un reste ? Quel avenir peut-on lui réserver : un sort funeste pour cet inutile, voué à être détruit et enseveli, ou un « encore » possible qui le destine à une réutilisation ? En circulant, cette triade objet-détritus-reste se confond et se mélange : l’objet chute et se perd ou se donne à d’autres.

Plan


Introduction
Définir le déchet
– Définition donnée par le CNRTL
– Définition donnée par le Code de l’environnement
– DÉCHET dans l’imaginaire populaire
L’ambivalence du déchet
Sur quoi se construit l’activité de la « ressourcerie » ?
– Collecter
– Valoriser
– Distribuer
Conclusion
 

A lire en ligne https://journals.openedition.org/gc/3437 dans la revue Géographie et cultures.