[Anthropobotic] Comment ? Du bruit dans la télépsychologie

Avec ma collègue Aurore Caffier, psychologue clinicienne, doctorante au PCPP (Université de Paris), nous avons participé le 7 et 8 octobre 2021 au colloque international pluridisciplinaire La communication numérique au prisme des transformations numériques organisé par le laboratoire Communication et Sociétés à l’Université Clermont Auvergne. 

Nous y présentions notre travail de recherche réalisé pendant l’année 2020/2021 dans le cadre du diplôme universitaire de cyberpsychologie dirigé par Serge Tisseron. 

Vous trouverez ci-dessous notre présentation. Le texte n’est pas l’article définitif qui lui sera publié dans un prochain ouvrage collectif (2022). Cet ouvrage reprendra l’ensemble des interventions des invités à ce colloque.


Introduction

Depuis plusieurs années, lorsque cela était nécessaire, les thérapeutes ont pu trouver un relais grâce aux outils de téléconsultation afin d’éviter les ruptures dans le travail en cours. Parmi les raisons qui motivent ce passage de la thérapie en cabinet à la thérapie via les TIC, nous pouvons citer entre autres l’expatriation. Faisant suite aux problématiques engendrées par les confinements successifs depuis mars 2020 et à la nécessité de mettre en place un protocole de suivi à distance pour ne pas arrêter le travail thérapeutique en cours, nous avons constaté une augmentation significative des travaux sur la télépsychologie.

Si les TIC se sont techniquement améliorées, il n’en reste pas moins qu’il est toujours possible de se retrouver confronté à quelques problèmes comme un arrêt brutal de l’application. Comment gérer la relation à son patient lorsque surgit ce genre d’incidents inopinés ? Nous proposons de fournir quelques éléments théoriques de compréhension du problème technique des TIC et de questionner la place de ce phénomène dans un cadre thérapeutique. De quelle manière le bruit peut-il être considéré comme un matériel clinique à intégrer au travail d’interprétation du clinicien ? 

Revue de littérature

Dans le champ de la psychologie clinique, les auteurs s’accordent à dire qu’il est possible de poursuivre un suivi régulier par l’outil de communication à distance bien que celui-ci comporte des spécificités et qu’il soit préférable de privilégier une rencontre classique lorsque cela est possible. Pour A. Gibeault (2011) les difficultés en lien avec la technique peuvent être considérées comme des résistances. Celles-ci peuvent s’exprimer sous la forme d’attaque du cadre. Plus encore, il pose le postulat que les défaillances de la technologie peuvent, si elles sont analysées, « donner lieu à un travail sur la rupture, la non-fiabilité et la perte ». Pour S. Tisseron (2020) la communication numérique pourrait entraîner une insécurité pour le sujet qui serait alors préoccupé par le maintien de la stabilité du lien plutôt que l’échange sur des représentations. Pour Eiguer (2017) le dialogue analytique se voit altéré par la technique. Il évoque les préoccupations qui ont pu naître chez lui à la suite de ses pertes de mots, d’images, de sons. Dans une séance classique, ces sensations de l’analyste auraient pu faire l’objet d’une lecture contre-transférentielle. Elles auraient été significatives de ce qui se déroulait dans la séance. Ce qui est également le cas pour lui, lorsque ses éléments sont issus de la technique.

En anthropologie, sur le sujet particulier que nous avons choisi, le bruit dans la communication à distance via l’outil technologique numérique, il me fut délicat de trouver quelques références. Si quelques textes parlent du glitch comme Glitch studies manifesto (Mekman, 2010), ils sont la plupart du temps traités sous l’angle artistique ou politique. Le numéro 72 de la revue Techniques et culture, En cas de panne, semblait être une piste prometteuse (2019). C’est pourtant dans Les cahiers de la justice que j’ai trouvé un cas ethnographique complet sur ce qu’il se passe face à une panne de connexion pendant une visioconférence (2011). C. Licoppe et L. Dumoulin insistent sur l’importance d’ethnographier « les dysfonctionnements techniques assez significatifs pour être remarquables ». Nous nous étonnons alors que si peu d’études aient été à ce jour réalisées sur le sujet et nous espérons que notre contribution participera à un regain d’intérêt significatif. 

Méthodologie

Nous avons réalisé cette étude dans le cadre d’un diplôme universitaire en cyberpsychologie dirigé par S.Tisseron. Nous avons diffusé sur différents réseaux sociaux une annonce du protocole de recherche expérimentale à laquelle trois personnes ont répondu. La participante 1 (P1, 47 ans) utilise quotidiennement ce type de matériel notamment dans le cadre de son travail. L’usage de la visioconférence de la participante 2 (P2, 36 ans) a significativement augmenté depuis mars 2020. La participante 3 (P3, 24 ans) est coutumière du numérique, elle envisage de se reconvertir dans le domaine. Chacune bénéficiait de six séances d’accompagnement psychologique apparentées à des séances de psychothérapies d’orientation psychanalytique, une fois par semaine. Toutes trois ayant déjà fait des thérapies en présentiel. C’est la « méthode clinique » (Fernandez et Pedinelli, 2006) qui a été utilisée, spécifiquement la méthode de l’entretien clinique qualitatif.

Pendant que Aurore dirigeait la séance, j’étais installée face à un moniteur de contrôle comme vous pouvez le voir sur le schéma. Je pouvais voir et entendre sans être vue, et procéder à une observation directe, non-participante durant laquelle je prenais des notes. Cette collecte de données aura permis d’établir une typologie des bruits ainsi que leurs fréquences d’apparitions regroupées sous forme de tableaux. À la fin des six séances, j’ai pris contact avec chaque participante (téléphone ou Skype) afin de procéder à un entretien semi-directif. Avec ces résultats, Aurore en tant que psychologue clinicienne a pu effectuer une analyse clinique des données.

Analyse ethnographique

Dans un premier temps je vais vous présenter l’analyse ethnographique puis dans un second temps, Aurore présentera l’analyse clinique

1. Typologie des bruits

L’observation non-participative nous aura permis d’établir une typologie (Taylor, 2002) des bruits : bruits internes et bruits externes. 

Les bruits internes sont propres aux appareils utilisés. Ils sont en général liés au son et à l’image mais pas uniquement. Par exemple, pour le son, nous avons relevé des bruits comme la distorsion, l’écho ou des coupures. Pour l’image, des problèmes liés à un appareil non reconnu ou bien une qualité d’image médiocre (pixelisée ou flou). Enfin, parmi les autres bruits internets non liés à l’image ou au son, il y a la connexion internet instable ou encore un logiciel défectueux. 

Les bruits externes, eux,  proviennent de l’environnement et non en lien avec les appareils. Par exemple un animal de compagnie ou un contre-jour. 

2. Résultats obtenus sur la répétition des bruits

Les résultats ont été obtenus en réalisant 4 tableaux pour chaque type de bruits. Nous avons noté pour chaque séance le nombre de répétitions de ces différents bruits et cela pour chaque patiente. C’est leur fréquence d’apparition que nous avons retenue. Nous constatons que les bruits ont été nombreux : entre 97 pour la participante 3 et 188 pour la participante 2. Le panel de trois personnes n’est certes pas suffisant pour établir avec certitude une moyenne (ici, 142,5). Pourtant, la participante 1 est représentative de cela avec un total de 142.

3. Invariants

Suite aux données collectées et grâce aux réponses obtenues à la suite des entretiens, j’ai pu établir une liste d’invariants – au regard de la pratique de la télépsychologie – par une étude comparative des propos (narration descriptive) de chaque participante

  • Premier invariant : Les bruits

Les bruits externes liés à l’environnement semblent plus dérangeants ou marquants que les bruits internes liés aux appareils : avoir dû faire une séance en urgence sur son lieu de travail pour P1 ; le reflet du soleil dans la caméra pour P2 qui craignait que cela empêche la psychologue de bien la voir à l’écran ; et le chat pour P3 ainsi que pour Aurore.

Concernant les bruits internes, P1 et P2 ainsi que Aurore sont dérangées par les coupures de son et d’image. Il est intéressant de noter que c’est là le seul bruit interne dont elles parlent alors que l’observation non-participative en a révélé un nombre bien plus important (plus d’une trentaine) dont certains se répétaient au cours de la séance. Nous pouvons en conclure que tant que le bruit ne vient pas perturber l’échange conversationnel de type audiovisuel, il est négligeable.

Aucune des participantes n’avait envisagé un plan de secours en cas de panne car toutes font confiance à la technologie. De plus, dans leur environnement immédiat, il y a d’autres objets connectés lesquels sont parfaitement intégrés à leurs modes de vie. Ils sont aisément accessibles autour d’elles, tant au domicile que sur le lieu de travail.

  • Deuxième invariant : Le choix du matériel 

Chez toutes les participantes, la taille de l’image est primordiale. Sans doute une grande taille d’écran permet de se rapprocher de la dimension réelle du corps physique de l’autre. Ainsi elles réussissent à recréer une rencontre presque réelle à taille humaine dans la mesure du possible car malgré tout, les interlocutrices sont toujours dans un cadre qui ne permet de percevoir qu’une partie de leur corps comme nous pouvons le voir pendant ce colloque en visioconférence (Haddouk, 2020). Le choix de la dimension de l’écran se confirme du côté de Aurore lorsqu’elle me parle de son ordinateur : « Oui, c’est un assez grand écran. » Le grand écran permet une meilleure visibilité de l’autre et offre une meilleure immersion dans cette relation numérique à l’autre.

Plus la personne apparaît comme petite à l’écran et moins la relation est propice à s’installer confortablement voire durablement. La taille de l’autre dans l’écran semble devoir se rapprocher d’une échelle proche de la taille humaine réelle sous peine d’être dépersonnalisé et n’être perçu que comme un personnage et non plus une personne.

  • Troisième invariant : Le son et l’image

(Le son) Pour Aurore, les bruits liés au son ont été une véritable gêne. Tout d’abord concernant les sons aigus liés à un buzz (25 fois) engendré par un câble mal connecté avec P3. Ensuite à propos des échos (38 fois) plus ou moins forts provoqués par le chevauchement des voix avec P2 qui précisera à ce sujet : « La psychologue, qu’est-ce qu’elle a entendu ? Et du coup, on va devoir recommencer. Et peut-être en recommençant, est-ce qu’on dit de la même façon exactement ? Peut-être que ça peut changer. » 

(L’image) Concernant les problèmes liés à l’image, Aurore retiendra le fond flou proposé par Skype afin de dissimuler l’environnement architectural et décoratif, option utilisée par P1 et P3. Le flou a du mal à saisir les contours de la personne et pour peu que la couleur des cheveux ou du vêtement soient identiques à celles de l’arrière-plan, le flou se propage alors sur la personne sur une surface plus ou moins grande. Pour P1, la mauvaise qualité de l’image retour de la psychologue sur son écran a été problématique. « Ça souligne tellement le fait que c’est virtuel. Que ce n’est pas une vraie personne en face. » Je vous rassure tout de suite, Aurore est une vraie personne. 

Il conviendrait de réaliser une étude quantitative sur un panel de participants plus large afin de déterminer quels sont les bruits les plus notables en télépsychologie : ceux liés au son, à l’image ou aux deux ? Pour le moment, il nous sera difficile de trancher d’autant que P3 n’a identifié que la panne de connexion Internet. 

4. Discussion

Globalement, seuls les bruits qui vont empêcher la bonne communication ont été évoqués dans les entretiens semi-directifs. Lorsque j’ai demandé à l’ensemble des participantes en guise de conclusion de définir ces bruits, elles ont répondu respectivement « anodins pour P1, insignifiants pour P3, un peu gênants pour P2, gênants légèrement pour Aurore » (Leroux, 2020). Ceci peut sembler paradoxal quand nous savons que pendant l’entretien des mots comme « assez gênant, invalidant, désagréable, chiant » ont été prononcés. Les personnes évoquaient alors des moments particuliers. Mais, lorsque les séances sont pensées dans leur ensemble, le dérangement provoqué par les divers bruits est perçu comme minime. Finalement, les participantes venaient pour réaliser un travail thérapeutique de six séances qui a pu être mené jusqu’au bout. Nous pourrions dire que les avantages gagnés au cours de ces séances ont compensé les désagréments liés aux bruits et ainsi les ont relégués au second rang dans un statut proche de l’insignifiant : il semble tout à fait possible de s’en accommoder dès lors que la balance penche en faveur des bénéfices liés à la thérapie.

Analyse clinique

Nous remarquons que la gêne liée aux bruits est inversement proportionnelle aux bénéfices perçus de la télépsychologie. Plus nos participantes ont perçu un bénéfice personnel grâce à la consultation à distance (facilitation du lien ou de l’organisation) moins elles ont donné d’importance aux bruits. 

1. Participante 1

P1 est celle pour qui les bruits ont été les plus dérangeants au bon déroulement de la thérapie. Pour autant, la fréquence de ses bruits se situe dans la moyenne de notre panel. Au vu de l’analyse clinique de nos entretiens, nous pensons que l’importance qu’elle donne aux bruits est à mettre en lien avec sa problématique subjective. 

Nous relevons pour elle une prévalence de bruits liés à la multiplicité des activités (multiplication des supports, séances manquées, double appel, appareils multitasking), ainsi que des bruits liés à un mouvement de l’image (shaky camera, cadre mouvant, image sacadée, image fixe, changement de caméra, changement d’orientation). Les bruits liés au son étant principalement relatifs à la qualité de la voix (voix robotique).

Durant nos séances, elle fait état de la période de surcharge qu’elle est en train de traverser (travail, examens,reconversion professionnelle, vie de famille etc.). P1 éprouve la sensation que le support numérique est intimement lié à l’activité de travail. Celle-ci change à plusieurs reprises son matériel. Elle a la sensation que passer par le numérique « change la profondeur de la connexion humaine » et elle éprouve un transfert négatif sur l’outil numérique qui est intimement lié à l’activité de travail. C’est également la seule a avoir oublié une séance, ce qu’elle explique par la forme du travail thérapeutique « J’avais pas le même engagement corporel là-dedans donc j’ai oublié » ; et la seule à signifier la gêne que représente le fait de ne pas croiser le regard de son psychologue. Pour autant, à l’issue de nos entretiens et lors du temps de reprise subjective de l’expérience, P1 évoque vouloir reprendre des séances avec son précédent psychanalyste afin de pouvoir explorer des problématiques liées au corps et à la sexualité. Cela peut-être mis en lien avec la nature des bruits liés à l’image lesquels, au cours des séances, nous ont fait penser à un glissement progressif vers le divan :  « Je n’étais pas trop fixée sur mon image. Je voyais mon image mais je n’étais pas trop fixée sur mon image. Je n’étais pas trop fixée sur la psychologue non plus. J’avais souvent le regard ailleurs, à chercher des choses dans ma tête. ». Il semblerait donc que pour elle, le travail à distance relève d’un écueil.  En mettant le corps de côté, il ne lui permettrait pas de travailler « la symbolisation de l’absence » (Gibeault, 2011). 

2. Participante 2

Pour P2, nous relevons que la télépsychologie a l’avantage d’aller dans le sens de son fonctionnement psychique au point où celle-ci en viendrait presque à n’y trouver que peu d’inconvénients. Le rôle de l’image réflexive et l’importance qu’elle donne au maintien de la fluidité de la communication nous montrent que les bruits entraînent une insécurité pour le sujet : il est alors davantage préoccupé par le maintien de la stabilité du lien que par l’échange sur les représentations (Tisseron, 2020).

Nous relevons pour elle une prévalence de bruits liés au son (coupure, saturation, effet Larsen, chevauchement de dialogue) ainsi que certains bruits externes et internes spécifiques (contre-jour, appareil non reconnu, logiciel inadapté).

Lors de nos séances, P2 évoque avoir le désir d’être plus flexible sur la gestion de ses tâches ménagères. Selon nous, les bruits internes ou externes que nous avons relevés peuvent correspondre à des tentatives de maîtrise du cadre. Ainsi,  P2 est la seule à présenter les bruits « logiciels inadaptés », « appareil non-reconnu » et « contre-jour ». Ne disposant pas du logiciel Skype, nous lui proposons de passer par la plateforme Jitsi. Lors de notre première séance, face au dysfonctionnement de sa caméra, celle-ci nous propose alors la plateforme Zoom qu’elle connaît bien. Ainsi, en choisissant le logiciel, tout se passe comme si elle tentait de disposer d’une base sécurisante dans laquelle pourrait se déployer un lien. Le bruit contre-jour à été une gêne conséquente pour elle puisque celle-ci a passé un long moment à tenter de le résoudre. Elle partage également l’écran de manière équivalente avec la psychologue, ce qui fait que toutes deux sont côte à côte et de même taille. Cela nous permet de signifier l’importance de l’image réflexive pour elle. Que ce soit pour les bruits liés au son ou à l’image, ce qui semble la perturber est que cela puisse entraver la fluidité de la communication avec la psychologue ou que celle-ci puisse interpréter différemment ce qui est déposé dans le cadre de la séance « S’il y a un ou deux mots qui changent, pour la personne professionnelle, j’entends, qui va devoir interpréter ce qui se formule autrement ». L’importance et le sens qu’elle donne à ces bruits nous montre ici que ce qui se joue pour elle se trouve au niveau du lien et que cela entrave l’échange de représentations. L’usage de la télépsychologie lui permet de s’adapter en partie au côté organisationnel de son fonctionnement psychique et à ses obligations familiales tout en lui permettant, grâce à l’image réflexive de travailler ses problématiques subjective.

3. Participante 3

Pour P3, la consultation à distance représente un lieu transitionnel pour l’établissement d’un transfert avec son thérapeute. Dans le sens de Gibeault (2011), la multitude de bruits externes que nous retrouvons dans ces séances sont la traduction de ses  résistances au travail de psychothérapie et représentent des attaques du cadre. 

Les bruits principalement relevés chez P3 sont des bruits relatifs à l’environnement externe (déplacement dans la pièce, notification sur un appareil extérieur, animal de compagnie, propagation etc.). Les bruits liés au son ou à l’image étant principalement consécutifs aux bruits externes ou aux mouvements de P3 dans l’espace.

P3 souffre d’insomnies depuis le premier confinement, elle ne parvient à s’endormir qu’au petit matin. Ce manque de sommeil ajouté au fait qu’elle n’a plus d’activité professionnelle pour la structurer et la cadrer provoque chez elle un temps de réorganisation. Cette période met à jour l’angoisse laissée par le vide et l’inactivité. Au fil de nos séances, nous la voyons évoluer dans son espace (passant d’une pièce à l’autre, ajustant son micro, son écran d’ordinateur, buvant son café, parlant à son chat). Celle-ci nous révèle dans son entretien avec l’anthropologue que cette mise en mouvement du corps apparaît comme une stratégie d’évitement de l’angoisse qu’elle est en train de vivre. Cette possibilité d’avoir recours à l’action pour différer ses émotions est selon elle un avantage de la télépsychologie, en particulier parce que cela permet de montrer à la psychologue des éléments de son fonctionnement auxquels l’une comme l’autre n’auraient pas accès habituellement. P3 est également la seule à présenter le bruit de « propagation ». Elle nous montre comment des éléments du cadre s’intègrent à son discours et lui servent de défense contre ses propres émotions et contre celle des autres. Cela est pour nous significatif d’une certaine perméabilité de son fonctionnement psychique et est à mettre en perspective avec la question des limites qui touche notre participante aussi bien au niveau de sa subjectivité que de ses rapports aux autres : « Je sais jamais comment réagir quand je vois quelqu’un pleurer […] Vous voyez c’est juste, comme un chat qu’on déplace, qui arrive dans un endroit et qui, je suis comme sidérée, je sais pas quoi faire, je sais pas quoi dire ». Enfin, il est intéressant de relever que P3 est plus à l’aise avec l’idée de commencer une psychothérapie par le virtuel, avant d’avoir des moments potentiels de présentiel. Cela représenterait pour elle la possibilité d’ajuster sa relation avec la psychologue dans laquelle elle n’aurait pas à se soucier de la juste distance.

Conclusion

Nous pouvons corroborer le fait que la réaction aux bruits puisse aller dans le sens du transfert (Eiguer, 2017) et que ceux-ci doivent être traités dans le cadre de la relation transférentielle (Leroux, 2020). La prévalence de certains bruits plutôt que d’autres serait un élément pouvant s’intégrer à la compréhension du sujet.

Le psychologue, lorsqu’il prend la décision de proposer des consultations de télépsychologie, devra alors s’assurer de la tenue et de la souplesse de son cadre afin que les bruits puissent représenter des virtualités et des indicateurs de transfert. Les bruits n’empêcheraient pas le travail thérapeutique. Au contraire, ils seraient des éléments auxquels le psychologue aurait à prêter attention afin de garantir la bonne gestion de son cadre analytique à distance. La prise en compte des bruits dans la télépsychologie ne pourrait-elle pas à son tour enrichir les théories du cadre thérapeutique en présentiel ?

Bibliographie

Bourrier, M. et Nova, N. (dir.) (2019). En cas de panne. Techniques et culture, 2 (72). [En ligne] https://www.cairn.info/revue-techniques-et-culture-2019-2.htm 

Eiguer, A. (2017). La thérapie et la cure analytique à distance. In Tordo, F. & Darchis, E. (dir), La cure analytique par Skype : Skype sur le divan. L’harmattan éditions.

Fernandez, L. et Pedinielli, J. (2006). La recherche en psychologie clinique. Recherche en soins infirmiers, 1(1), 41-51. https://doi.org/10.3917/rsi.084.0041

Gibeault, A. (2011). La psychanalyse en Chine et les enjeux de l’analyse à distance. Revue française de psychanalyse, 75, 1023-1033. https://doi.org/10.3917/rfp.754.1023 

Leroux, Y. (2020). Quelques remarques à propos de la supervision en ligne. Nouvelle Revue de l’Enfance et de l’Adolescence, 3, 181-195. https://doi.org/10.3917/nrea.003.0181

Licoppe, C. et Dumoulin, L. (2011). Réflexions sur une panne de connexion lors d’une formation à l’École nationale de la magistrature. Les Cahiers de la Justice, 2, 53-71. https://doi.org/10.3917/cdlj.1102.0053 

Mekman, R. (2010). Glitch Studies Manifesto. [En ligne] http://amodern.net/wp-content/uploads/2016/05/2010_Original_Rosa-Menkman-Glitch-Studies-Manifesto.pdf 

Taylor, A. (2002). Invariants et variabilité en anthropologie. In Lautrey, J., Mazoyer, B., & Van Geert, P. (Eds.), Invariants et variabilités dans les sciences cognitives. Éditions de la Maison des sciences de l’homme. https://doi.org/10.4000/books.editionsmsh.6717  

Tisseron, S. (2020, 02 octobre). Du virtuel, psychique et numérique [notes de cours]. DU de cyberpsychologie, Université de Paris. 



Citer ce billet
Stéphanie Messal (2021, 4 novembre). [Anthropobotic] Comment ? Du bruit dans la télépsychologie. Misanthropologue. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rgox

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.