[Séminaire Deuxième Vie des Objets] Compte-rendu de la 2ème séance

12 décembre 2011
Par

EHESS – 190 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Jeudi  8 décembre 2011 – de 9h30 à 13h (salle 587, 5ème étage)

  • Déchet et produit recyclé dans les sociétés industrielles
    • V. Moulinié (CNRS, IIAC) – De l’épave au chef d’œuvre : l’auto biographique, à propos des “oeuvriers”
    • E. Anstett (CNRS, Iris) – Gérer la pénurie en contexte industrialisé, le cas soviétique.
    • Discutant : T. Bonnot (CNRS, Iris)

-

Comme la dernière fois, je suis arrivée sur Paris la veille. C’est plus confortable et plus sûr quand on connait les caprices ferroviaires.

Le compte-rendu sera plus court que la dernière fois. Tout d’abord n’ayant pas à régler les affaires administratives universitaires car prenant en charge mon déplacement. Ensuite car j’utilise la même méthode que précédemment à savoir prise de notes et enregistrement audio. A ce propos, je signale que ces enregistrements sont à des fins personnelles uniquement dans le cadre de ma recherche en cours. De plus, je présente ici mes excuses aux précédents participants de la 1ère séance. Pensant rentrer dans le cadre de la citation, j’ai mis en ligne quelques extraits audio (très courts) sans en faire une demande préalable auprès des personnes concernées. Je l’ai fait non pour vous offenser mais parce que je me référais à la loi sur la citation et à voir, on m’a signalé que je me trompais (je remercie d’ailleurs la personne d’avoir soulevé ce point crucial). De ce fait et pour éviter tout quiproquo par la suite, je fais suivre  désormais une demande préalable par mail. Merci de votre compréhension.

-

La séance

Cette fois-ci, la salle est au 5ème étage. J’apprécie ce voyage en vertical dans cette cabine de verre : pour peu qu’on ne soit pas atteint d’acrophobie, on se surprend l’espace de quelques secondes à rêver d’Icare. Mais pas le temps de se brûler les ailes : nous sommes arrivés au 5ème ciel ! Je suis en avance : j’en profite pour prendre un bon café bien chaud (la femme du Sud que je suis à toujours autant de mal à s’habituer au froid humide de Paris) et consomme de bonnes viennoiseries (je conseille d’ailleurs les pains aux raisins bien crémeux). Chacun arrive petit-à-petit, les invités et le public. La salle sera-t-elle assez grande pour contenir tout ce beau monde ? Oui ! Quelques chaises pliantes deci-dela, disposées de façon stratégique et tout le monde trouve sa place.

> Thierry Bonnot
Notre discutant nous présente son projet actuel. Toujours autour de l’objet de collection mais cette fois-ci autour des moules((“Objet solide, façonné en creux, destiné à être rempli d’une substance plus ou moins fluide qui, en se solidifiant, prend la forme exacte de ce creux.” – http://www.cnrtl.fr/definition/moule)). Les photos projetées sont fascinantes. On découvre toutes ces formes sous la terre : c’est étrange mais je me surprends à penser à l’excavation de cadavres dans les cimetières… On fait ressurgir de la terre tout un passage de l’histoire de cette région, toute une époque pas si lointaine mais qui semble déjà oubliée. Tous ces objets ont été entassés là puis enterrés : d’objets utiles, ils sont devenus futiles. On les a dissimulés, cachés, enfouis… de façon intentionnelle. On les a rejetés, abandonnés : d’objets, ces moules sont devenus déchets. Un vaste dépotoir où git une masse de poteries, de moules, de ratés de cuisson qui “croustillent sous le pied”. Voilà ce qu’il reste : un magma boueux, un mélange de choses enlisées dans le végétal. Nous sommes proches du travail de l’archéologue. Ce cimetière d’objets voués à un oubli certain se voit soudainement éventré, révélant ses entrailles au grand jour : ces objets seront d’une toute autre utilité que celle déterminée pour eux au départ, mais ils nous marqueront de nouveau de la trace de leur présence.
Je repense au choix du titre provisoire de ma thèse : “La réanimation des objets mourants”. C’est un peu de cette magie dont il est question : de celle qui fait sortir de l’oubli les objets voués à une mort certaine en leur proposant une autre utilité, une autre façon d’exister au grand jour.

T.Bonnot – Intervention

> Véronique Moulinié
Je ne sais pas si vous avez déjà eu la chance d’écouter Véronique Moulinié, mais je vous invite à ne pas manquer ses interventions quand elles ont lieu. Outre le fait que son propos est riche de son expérience, son discours est des plus captivant ! Je m’excuse d’avance car je ne pourrai certainement pas rendre l’effervescence de ses mots dans ce texte mais les histoires de G. et de T. étaient palpitantes. Il a été question de dons, tant d’objets que de savoirs-faires. De l’inutilité d’un objet naît un nouvel usage : ces objet mis au rebut sont donnés. Mais pas à n’importe qui et pas à n’importe quel “prix”. Il n’est certes pas question d’argent mais plutôt de service. Ces objets qui transitent, engendrent une circulation des savoir-faires mais aussi du service rendu. L’expression “à service rendu, service tenu” prend ici tout son sens. Pas question de rendre aussi vite que l’on reçoit : on sait ce qui a été donné et par qui il a été donné. Ce service sera rendu en son temps et son heure. J’ai aussi apprécié l’originalité du terme “œuvriers”. Très belle tournure pour qualifier ces ouvriers qui créent des objets pour “affirmer” leur savoir-faire. Je vous laisse à la lecture de l’excellent article paru dans la revue Terrain n°32 de mars 1999 consacrée au “Beau”.
De l’intervention de Véronique, j’ai réalisé plusieurs choses concernant ma thèse. Impossible de ne pas parler de mon père au milieu de tous ces objets. Mon père dont le bricolage n’a jamais eu de secret. Nous aussi nous avions un garage pour deux voitures qui n’en contenait qu’une parce que l’autre place était occupée par l’établi de mon père. Il y réparait tout, même mes jouets. Et puis il récupérait tout, toujours l’oeil à terre à ramasser le moindre écrou et la moindre vis. Il allait souvent à la décharge du coin, à l’époque où l’on pouvait encore accéder aux objets-déchets. Il y allait pour récupérer quelques pièces nécessaires à la réparation de la machine à laver ou de la tondeuse. De rien, il faisait tout comme ma maison en carton d’emballage de frigo. On l’avait peint ensemble, enfin c’est ce que je vois sur la photo (j’étais vraiment petite… 3 ans peut-être ?). Je me souviens aussi des ballades dans les brocantes le dimanche à la campagne… Peut-être que c’est à partir de ce moment que tout à commencer : le geste de la récupération comme le geste qui sauve, qui préserve, qui transforme et offre une autre vie.

> Elisabeth Anstett
Après la Seconde Guerre Mondiale, la Russie va se reconstruire doucement. Les objets issus de l’importation sont en limitation. Comment vivre avec la pénurie ? Comment vivre avec un déficit d’objets ? Beaucoup d’astuces se dessinent au milieu de ce climat tendu. On se réapproprie les objets de rebut. On les réinvente dans leur utilité au quotidien. Tous ces objets sont de véritables supports et expressions sur les rapports sociaux. La valeur à cette époque n’est pas attachée à l’argent mais au réseau social, aux interconnaissances qui donnent accès à des services. Ces objets ont fait “l’objet” d’un ouvrage devenu très rare : “Home-made” par Vladimir Arkhipov. Un site existe aussi sur les objets issus du bricolage à l’usage domestique : vous y trouverez des idées, des liens et vous pouvez même participer en soumettant votre objet. En 2008, le Projet Russian Povera regroupait des oeuvres d’art réalisées par des artistes issues d’objets du quotidien pour certains devenus rebuts pour offrir “un regard critique sur la culture matérielle de l’époque soviétique”.

Les rencontres

Le séminaire c’est aussi des rencontres. J’ai pu mettre un visage sur Valérie Guillard dont j’ai pu lire la thèse en ligne. Je ne pouvais pas passer à côté de son sujet : “La tendance de certains consommateurs à tout garder.” J’ai aussi pu rencontrer Aurélie Dehling dont le sujet de thèse semble très prometteur et autour duquel nous aurons sûrement beaucoup de choses (objets) à échanger via skype, mail et pourquoi pas directement à Toulouse. Olivier Bonjean, architecte DPLG était aussi présent et nous a présenté son livre “De l’or dans nos poubelles”.

Ce qu’il reste…

C’est l’espoir un peu fou que Thierry Bonnot croisera Christian Bobin quelque part dans Le Creusot et qu’il lui dira merci de ma part…

-

Prochaine séance

Jeudi 9 février 2012 – de 9h30 à 13h
Tri et systèmes de valeurs

S. Tabois (Université de Savoie) et S. Beldjerd (Université de Poitier) : Appropriation et redécouverte de la valeur des objets familiers
N. Ortar (MEDDTL, Entpe) : Jeter ou garder ? Le contenu des garages aux USA.
Discutant : A. Gagnebien (Université Paris 13).

Toutes les informations sur le carnet de recherche hypotheses de la Deuxième Vie des Objets – Anthropologie et sociologie des pratiques de récupération

-

Bibliographie du séminaire

ARKHIPOV Vladimir, 2006. Home-made. Hardcover.

BONNOT Thierry, 2002. La vie des objets, MSH et Mission du Patrimoine ethnologique, collection Ethnologie de la France.

MOULINIÉ Véronique, 1999. « Des “œuvriers” ordinaires. Lorsque l’ouvrier fait le/du beau… » Terrain, n° 32, pp. 37-54.

SCHÜSSLER Alexandra, 2009. Villa Sovietica, Objets soviétiques : import-export. Infolio.

 

 

 

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Évènements, Séminaires

2 commentaires pour “ [Séminaire Deuxième Vie des Objets] Compte-rendu de la 2ème séance ”

  1. marie-haude caraës le 13.12.2011 à 10:08

    Bonjour,
    Puis-je vous suggérer une lecture ? Bien à vous
    Rikimbili – Une étude sur la désobéissance technologique et quelques formes de réinvention | Ernesto Oroza

    Une étude sur la désobéissance technologique et quelques formes de réinvention.

    ——————————————————————————–
    Volet cubain de la recherche Vers un design des flux. Une recherche sur l’innovation familiale, le designer Ernesto Oroza analyse dans Rikimbili ou la désobéissance technologique, la production familiale à Cuba.

    Depuis un demi-siècle, la situation économique, sinon politique, a placé les Cubains devant l’obligation de se substituer à une industrie défaillante et à faire durer les objets industriels au-delà de toute vraisemblance. Ils ont dû faire preuve d’astuce, imaginer des détours, trouver des solutions ingénieuses, bref inventer un système industriel familial. Cette production qui réalise un usage optimal des ressources, réinterroge les matières industrielles, les besoins des individus, la durée de vie des objets et leur signification. Tout le processus productif classique et ses résultats est questionné. « La désobéissance technologique n’est pas seulement le refus et la transgression de l’autorité des objets industriels et des modes de vie qu’ils contiennent et projettent. Elle incarne surtout une déviation face aux aspérités économiques du contexte cubain. » C’est parce que le besoin devient central dans la nouvelle perspective d’emploi raisonnable des ressources et de réduction de la consommation à l’échelle planétaire que l’expérience cubaine de production familiale peut montrer au design et au secteur industriel, comment des individus – sous la contrainte – ont su oser cette alternative.

    ——————————————————————————–

    L’auteur
    Designer et artiste, Ernesto 0roza s’est attaché depuis 1996 à répertorier les inventions vernaculaires de Cuba. Diplômé de l’École supérieure de design de La Havane en 1993, il enseigne de 1995 à 2000 à l’Institut Polytechnique de La Havane et est professeur invité à l’ENSCI à Paris en 1995 et 2004. En 2002, Ernesto Oroza a publié en 2002 en collaboration avec Pénélope de Bozzi, Objets Réinventés. La Création populaire à Cuba.
    Son travail a été exposé entre autres à la galerie Haute Définition à Paris, au Musée des Beaux-arts de Montréal, à la galerie l’Exit Art et au Musée d’Art moderne de New York ainsi qu’au Laboral, centre d’art et de création industrielle de Gijón. En 2006, artiste en résidence pour la Fondation Christoph Merian à Bâle, en 2007 et 2008, lauréat d’une bourse à la Fondation Guggenheim et à la Cintas Foundation de New York, Ernesto Oroza, depuis 2008 vit et travaille aux États-Unis.

    • Stéphanie Messal le 13.12.2011 à 11:18

      Bonjour,
      Les suggestions bien à propos sont toujours les bienvenues.
      Merci pour cette référence.
      Bien à vous.

Laisser un commentaire

Les Espaces Réflexifs

BandeauVR

Presque Partout

(PP)Bandeau1

Objets à voir

L'objet

Lecture

6109511_orig

RSS IDEMEC

  • Une erreur est survenue, le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

Carnets de recherche