[Explorer l’urbex] Toute première fois – Photographie

De cette première exploration réalisée en octobre 2014, il reste quelques photographies. La photographie est inhérente l’activité de l’explorateur urbain. Trash P1nup et Tombaldave sont bien équipés avec leur appareil photo Canon Eos : chacun le sien ! Ils prennent aussi avec eux un trépied au cas où certaines prises nécessiteraient une pause plus longue.

De mon côté, j’étais équipée de mon appareil photo compact Sony. Pour cette première fois, je souhaitais plus me concentrée sur le lieu et les comportements que sur la photo mais au final, je me suis laissée prendre au jeu. Continuer la lecture de [Explorer l’urbex] Toute première fois – Photographie

[Explorer l’Urbex] Toute première fois

Les passages surlignés en vert servent de rappels à ma future réflexion.

avec Tombaldave et TrashP1nup, le 25 octobre 2014.

  • Tombaldave > homme, 37 ans, en activité, en couple avec TrashP1nup, pratique l’urbex depuis 3 ans, a débuté dans le sud de la France
  • TrashP1nup > femme, 29 ans, sans emploi, en couple avec Tombaldave, pratique l’urbex depuis son adolescence, a débuté dans le nord de la France

J’ai pu rentrer en contact avec Tombaldave et TrashP1nup grâce à Instagram1. De là, nous avons pu continuer notre conversation sur Twitter puis par mail. Après une présentation de mon projet de recherche, ce couple accepte que je les accompagne dans leur prochaine exploration. TrashP1nup m’explique qu’ils ont déjà procédé à un repérage préalable et qu’à sa plus grande surprise (et non sans joie dissimulée), elle a trouvé un accès aisé. Elle m’explique que ce sera une exploration facile, qu’une simple paire de baskets suffira. Parfait ! Je les remercie chaleureusement de m’accorder de leur temps et de tolérer ainsi ma présence à leurs côtés ainsi que celle de Morgane qui m’accompagnait ce jour-là. Continuer la lecture de [Explorer l’Urbex] Toute première fois

  1. Application de retouche photo pour iPhone et Smartphone. []

[Explorer l’Urbex] Avertissement aux lecteur.trice.s

Ce qui va suivre ici concernant ma recherche anthropologique1 sur la pratique de l’urbex ne sera en rien billets ou articles finalisés. Mon carnet de recherche en ligne sera alimenté par des photos2, des éléments informatifs comme le profil des urbexers, des réflexions, des ébauches de pensées, de la matière qui prête à penser et donne à réfléchir comme des paroles prononcées, des gestes, des attitudes, etc. Ici donc, je poserai sur cette page numérique ce que j’ai vécu, l’objectif comme le subjectif, le rationnel comme l’émotionnel : ce carnet sera en quelque sorte mon carnet de bord, de voyage, d’aventure où sera compilé un maximum d’informations pour ne pas en perdre une miette puisque le génie (ce malin) est dans le détail.

L’expérience de l’écriture de la thèse m’a apprise plusieurs choses :

  • tout d’abord, il faut écrire avec régularité, tous les jours, au quotidien et quelques heures. Pour ma part, j’écrivais au mieux en moyenne quatre heures par jour ;
  • ensuite, j’ai toujours eu avec moi pendant la période de mon terrain un cahier (moleskine) sur lequel je collectais, sous forme de notes ou de schémas, tous les éléments potentiellement utiles à ma réflexion scientifique, gravitant autour de moi ; dans la pratique de l’urbex, je pense qu’il me sera difficile de prendre des notes de la sorte. Pour cette première expérience, nous sommes restés une heure sur place, et je doute que les urbexers passent leur journée entière dans un même lieu et qui plus est pendant plusieurs jours. Mais, peut-être que je me trompe et l’avenir me le dira. Aussi, c’est en rentrant que je rédigerai mes notes et pourquoi pas sur ce carnet de recherche qui se prête parfaitement à ce genre d’exercice. D’autant qu’au final, c’est avec mon appareil photo numérique3 que je vais collecter le plus d’informations pour commencer. Elles trouveront assurément une bonne place ici ;
  • enfin, si j’avais su, j’aurais rédigé ma thèse en même temps que j’arpentais mon terrain d’étude. J’ai écouté les conseils de mon directeur de thèse et collègues de travail mais en réalité, je pense qu’il n’y a pas de recettes et qu’il faut agir en son âme et conscience. Bien sûr, je n’aurais pas pu rédiger ma thèse dans son état final au début de mon enquête ! Mais déjà, j’avais de nombreuses idées qui germaient et je regrette de ne pas les avoir rédigées plus tôt, au lieu de déposer quelques notes à l’envolée sur mon petit carnet. Aujourd’hui, je sais que lorsque je ressentirai ce besoin de rédiger plus clairement quelque chose, de rentrer plus profondément dans ma réflexion, je le ferai. Je le ferai parce que je sais (et c’est là la condition sine qua none) que ce n’est pas là le résultat final de ma pensée. Je le ferai pour avoir cette matière à retravailler, à affiner et à améliorer. C’est ainsi que je travaille et je l’ai désormais bien compris.

Cela ne veut pas dire que je renie désormais mon petit carnet de papier. Lui aussi trouvera sa place dans toute cette histoire…

Je compte aussi réaliser une bibliographie dédiée à ce travail de recherche4 : elle comprendra certes des articles et ouvrages scientifiques mais aussi des œuvres littéraires et des livres photographiques, des sites Internet dédiés à l’urbex, etc. N’hésitez pas à venir déposer ici en commentaires quelques références si vous en avez pour enrichir son contenu.

Et puis, si vous pratiquez l’urbex et que vous acceptez que je puisse vous accompagner dans votre pratique dans le cadre de ma recherche anthropologique, vous pouvez me contacter sur twitter @misanthropolog ou par commentaire ici.
Par contre, ce n’est pas la peine de me contacter pour obtenir des adresses. Dans le cadre de ma recherche, je respecte les codes établis par l’urbex et je préserve donc l’anonymat des lieux ainsi que celui des urbexers5.

Merci à tou.te.s de votre attention.

  1. Une recherche personnelle, réalisée de mon propre chef. []
  2. Personnelles mais aussi d’autres fournies par les urbexers avec leur consentement. []
  3. Bien que je songe à prendre mon argentique avec moi dans ce genre de lieux mais il faut que je me méfie : c’est déjà l’artiste qui sommeille en moi qui parle alors que je dois privilégier avant tout le regard de l’anthropologue. Chaque chose en son temps… Lorsque le terrain me sera plus connu, j’aviserai. []
  4. Vous pouvez déjà retrouver quelques pistes bibliographiques dans le précédent billet  » Génèse « . []
  5. Selon les doléances établis par chacun, j’utiliserai soit un prénom, un pseudonyme, un chiffre, une lettre, etc. []

[Explorer l’Urbex] La génèse

Alors que je m’apprêtais à soutenir ma thèse, une autre idée de recherche germait déjà en moi. Après avoir étudié les objets donnés/abandonnés, voici que je souhaitais en savoir plus sur ce que les espaces et autres lieux abandonnés avaient à nous raconter. J’imagine que c’est l’architecte en moi qui me poussait à reprendre ce chemin là : on ne peut vraiment jamais renier son passé et encore moins d’où l’on vient. Je suis une architecte, et je pense que je l’ai toujours été même avant de réaliser mes études d’architecture. Les bâtiments (chateau, maison, église, ferme, etc) m’ont toujours fasciné et de nombreuses fois, je rêvais de pousser leurs portes pour découvrir ce qui s’y cachait. Comment y vivait-on, comment étaient agencées les pièces, qui habitait là ? Je faisais des plans de ces maisons rêvées, vues ou imaginées. Je suis certes une architecte mais je me sens aussi l’âme d’une anthropologue et aujourd’hui, je me sens enfin complète. J’ai quitté un temps le métier d’architecte car quelque chose me manquait, quelque chose que j’ai cherché pendant quelques années et que j’ai enfin trouvé : la part de l’homme. Aujourd’hui, je me retrouve avec moi-même dans cette entité entière et inséparable que je suis désormais : architecte et anthropologue.

Ainsi donc, je souhaitais désormais explorer les espaces abandonnés. Mais évidemment, il me fallait trouver un terrain « vierge », un terrain encore inexploré ou encore trop peu : beaucoup de choses ont déjà été écrites sur les ruines et plus majoritairement sur le patrimoine (que convient-il de conserver ? comment le réhabiliter ? etc.). Je cherchais aussi du côté de l’urbex (urban exploration) et à ma grande surprise, je trouvais bien peu de recherches réalisées à ce jour à ce sujet. Certes, cette pratique est plutôt récente en France (aux alentours de 10 ans selon une de mes sources) mais je pensais que suite aux différents articles parus dans la presse et suite aux gros titres de quelques scandales comme la restauration de la fameuse horloge Wagner du Panthéon en 2005/2006 par Untergunther, ce sujet aurait trouvé preneur chez les scientifiques du monde des SHS mais non, ou tout du moins très peu. Voici ce que me propose Cairn avec le mot clé « urbex » :

et avec les mots clés « exploration urbaine » :

Même si la plupart de ces articles abordent les thèmes de l’urbex et de l’exploration urbaine, elles ne sont en rien des études spécifiques à ce mouvement : ce sont des sujets qui viennent étayer le contenu du discours. De plus, à bien y regarder, il s’agit d’étude géographies, philosophiques, littéraires, mais jusque là, rien d’anthropologique ! Il ne m’en fallut pas plus pour me décider : je tenais là un terrain suffisamment vierge pour répondre à mes attentes d’anthropologue. Continuer la lecture de [Explorer l’Urbex] La génèse

[Publication] Déchet d’hier et d’aujourd’hui

J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie du Supplément n°14 au Cahier de l’ASER, Déchet d’hier et d’aujourd’hui. Disponible depuis septembre 2014 pour la modique somme de 10€, ce numéro fait suite à une journée d’étude organisée par l’association ASER du Centre-Var avec la collaboration du SIVED et la commune de Néoules. C’est avec Coline Morice, doctorante en anthropologie au LAPCOS, que j’ai co-dirigé ce numéro et je remercie Philippe Hameau pour la confiance qu’il nous a accordé.

Ci-dessous, la couverture et le sommaire. Cliquer sur le titre de mon article « Les beaux restes » vous mènera directement sur HAL : l’article y est mis en ligne (I love OA). Bonne lecture !

Microsoft Word - 1 - Couverture.docSommaire

Préface – pp. 5-8
Agnès Jeanjean (Ethnologue au LAPCOS)

agnes.jeanjean@gmail.com

Introduction – pp. 9-12
Stéphanie Messal (Doctorante en anthropologie à l’IDEMEC)    

et Coline Morice (Doctorante en ethnologie au LAPCOS)

La gestion des déchets pendant la Préhistoire : quelques exemples – pp. 13-25­
Philippe Hameau (Anthropologue au LAPCOS)

hameau@unice.fr

Les beaux restes – pp. 27-36
Stéphanie Messal (Doctorante en anthropologie à l’IDEMEC)

misanthropologue@orange.fr

Artisanats forestiers et pastoralisme dans le Midi européen : gestion et usages des « déchets » de la fin du Moyen Âge à nos jours – pp. 37-47
‘Ada Acovitsioti-Hameau (Anthropologue à l’ASER)

aser2@wanadoo.fr

Les Grands Nettoyages des Rikikibians – Dynamique spatio-temporelle de cette pratique sociale sur le territoire départemental des Alpes-Maritimes – pp. 49-58
Coline Morice (Doctorante en ethnologie au LAPCOS)

colinemorice@mailoo.org

Ordures, corruptions et panthères vertes – pp. 59-70
Tobias Girard (Anthropologue, chercheur associé au IIAC-Laios)

tobiasgirard@yahoo.fr

Les déchets radioactifs et leur gestion en France – pp. 71-81
Hubert Séguret (Ancien cadre de l’ANDRA)

hub.seguret.83@wanadoo.fr

La transformation du déchet aujourd’hui – pp. 83-84
Nadine Pouillard (Directrice du SIVED)
sived@sived83.com

[Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (2)

La maison de l’histoire de l’eau a été ainsi nommée car en son sein, on trouve un lavoir que le petit groupe à la tâche (dans le cadre de la réhabilitation de la Villa Megglé) espère voir un jour remplir sa fonction en se remplissant d’eau de nouveau. En attendant, quelques étudiants s’occupent de « murer » la façade de ce lavoir. Pas question de boucher la façade tel que pourrait le laisser entendre l’expression « murer » ! Il est plutôt question de jouer avec les matériaux disponibles, la lumière et les effets d’ouverture et de fermeture pour mettre en valeur l’ensemble : bref, le lavoir se fait ravaler la façade ! Le résultat est aussi surprenant que ludique.

IMG_6942

Je vais m’attarder un peu sur cette façade que (et là, c’est tout à fait personnel) je trouve d’une grande réussite tant esthétiquement qu’ingénieusement. Toutes ont été réalisées à l’aide de palettes qui se trouvaient sur la Place de vie. Au départ, cette Place de vie n’était en réalité qu’un vaste dépotoir qu’il a fallu nettoyer et dont les déchets/objets abandonnés ont été récupérés pour servir de matériaux de (re)construction en vue de la réhabilitation de cet espace. C’est là tout l’enjeu de ce module, être capable de construire avec ce que nous offre l’environnement, le milieu. Ainsi James J. Gibson distingue les objets attachés des objets détachés que sont, dans le cas qui nous intéresse ici, les palettes.

Les invites de ce que nous appelons avec imprécisions objets sont extrêmement variées […]. Les objets détachés doivent être comparables, au plan de la taille, à l’animal considéré s’ils doivent inviter à un comportement. Ceux qui le sont invitent à une surprenante diversité de comportements – spécialement chez les animaux dotés de mains. Les objets peuvent être manufacturés et manipulés. […] je souhaite suggérer ici que ce que nous percevons lorsque nous regardons les objets sont leurs invites, et non leurs qualités.
(Gibson, 2014 : 219 – 221)

Le concept d’invite est dérivé de ces concepts de valence, d’invitation et d’exigence, mais avec une différence cruciale : l’invite de quelque chose ne change pas en fonction des changements des besoins de l’observateur. L’observateur peut percevoir ou ne pas percevoir l’invite, y être attentif ou non, en fonction de ses besoins, mais l’invite, étant invariante, est toujours présente et susceptible d’être perçue. Une invite n’est pas octroyée à un objet par le besoin d’un observateur qui accompagnerait la perception de cet objet : l’objet offre ce qu’il offre parce qu’il est ce qu’il est.
(ibid., 2014 : 227)

Continuer la lecture de [Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (2)