[Passage] Avis

21 octobre 2011
Par

… de Passage

Au cours de mon séjour au RECYCLODROME, j’ai récupéré quelques objets et pas n’importe lesquels.

Quand j’y pense, j’ai essentiellement choisi des objets de type “sentimental”, ceux qui faisaient vibrer ma corde sensible, ceux qui parlaient d’un temps passé, ceux qui avaient un vécu mais dont l’histoire, je le savais, ne se révèlerait vraiment jamais. Mais, ils me parlent, ils font écho à quelque chose d’enfoui dans “le sombre abîme du temps”. Ils existaient dans le passé de mes prédécesseurs, ils existent dans mon présent, ils existeront, je le leur souhaite, dans le futur des acquéreurs. Ces objets traversent le temps et l’espace. Certains gardent des traces de vies : signatures, écritures, annotations, déchirures, salissures, pliures, etc. Ils sont les gardiens des temps, ils sont des Janus immobiles gardant précieusement au présent le secret de leurs destinées passées et à venir. Lorsque je touche ces objets, j’ai conscience de leur matière vieillie, usée, patinée… Et de savoir que je les touche comme ont pu les toucher tous mes prédécesseurs m’émeut toujours. Ces objets sont le réceptacle de tant de vies, de tant d’époques qui se mélangent dans l’instant. Ils catalysent tous les temps et les espaces dans un même lieu au présent. Je les trouve fascinants, forts, troublants… Ils contiennent tout ce qui nous échappe au plus près, ils contiennent toute la fragilité de nos âmes fugaces. Ils sont les temples où reposent nos vies finies. En les transmettant, c’est bien plus qu’un objet que l’on donne, c’est un miracle !

Je ressens cette même sensation quand je traverse les villes. Je regarde ces bâtiments qui me dominent et je sais qu’ils me survivront bien des siècles encore après ma mort. Ils sont magnifiques ! Ils traversent les âges comme des paquebots échoués. Les marques du temps ne sont que salissures ou fissures. Je les regarde et je lis des livres d’histoire sur  la ville et son patrimoine, etc. J’apprends certaines choses précises mais pas l’essentiel. Que se passait-il entre ses murs ? Les chagrins d’amour et les naissances, les joies et les peines, les fêtes et les moments de solitude… Voilà ce que j’aimerais (re)voir ! Mais cela est impensable aujourd’hui. Peut-être les pierres comme les objets émettent-ils des échos du passé. Peut-être ne sommes-nous pas encore en mesure de les écouter et de pouvoir les comprendre. Peut-être un jour, les échos du passé s’ouvriront à nos âmes et entendrons-nous les voix dans les couloirs, les rires dans les pages, le souffle du temps dans l’espace.

J’ai longuement hésité sur le titre à donner à cette réflexion, mais au final le mot “passage” était évident. Le passage comme un couloir, une rue, un pont ; le passage comme un début, un milieu, une fin ; le passage comme un fragment, un morceau, une partie. Il représente finalement le temps et l’espace et les indices qu’ils nous livrent. Et ces indices, ces traces, ces ruines sont à reconstruire pour en découvrir toutes les histoires.

Parmi les prochains billets à venir, il y aura au passage des histoires de poupées, des partitions jaunies, des photographies oubliées, des mariés partis en voyage de noce, etc.

-

Bibliographie

AGACINSKI Sylviane, 2000. Le passeur de temps, Modernité et nostalgie. Paris, Seuil.

BENJAMIN Walter, 1997. Paris, capitale du XIXème siècle : le livre des passages. Paris, Cerf.

CHOAY Françoise, 1992. L’allégorie du patrimoine. Paris, Seuil.

CHOUQUER Gérard, “Une année d’exception pour l’archéogéographie”, Études rurales, Palestine, http://etudesrurales.revues.org/document3111.html

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

GUILLAUD Dominique, « L’archéogéographie : pour une reconnaissance du passé dans l’espace », EchoGéo [En ligne], Numéro 4 | 2008, mis en ligne le 13 mars 2008. URL : http://echogeo.revues.org/2278

HAINARD Jacques, KAEHR Roland, 1985. Temps perdu, temps retrouvé. Voir les choses du passé au présent. Neuchâtel, Musée d’ethnographie.

HEINICH Nathalie, 2009. La fabrique du patrimoine. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

JEUDY Henri Pierre, 1990. Patrimoines en folie. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

OLIVIER Laurent, 2008. Le sombre abîme du temps, Mémoire et archéologie. Paris, Seuil.

PEREC Georges, 1965. Les Choses. Paris, René Julliard.

PEREC Georges, 1989. L’infra-ordinaire. Paris, Seuil.

RICOEUR Paul, 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli.  Paris, Seuil.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.

VIGOUROUX François, 2008. L’âme des objets. Paris, Hachette Littératures.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Thèse, Passages

Un commentaire pour “ [Passage] Avis ”

  1. infusoir le 24.10.2011 à 9:37

    J’ai voyagé le temps d’une lecture, parmi des émotions, des souvenirs, des récits. Merci d’ouvrir notre regard sur tous ces murmures qui ne demandent qu’à être entendus.

Laisser un commentaire

Les Espaces Réflexifs

BandeauVR

Presque Partout

(PP)Bandeau1

Objets à voir

L'objet

Lecture

6109511_orig

RSS IDEMEC

  • Une erreur est survenue, le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

Carnets de recherche