[Assises] Compte-rendu des 1ères Assises Régionales de la Gestion Territoriale des Déchets

Après…

Mercredi 21 septembre, j’ai pu assister aux 1ères Assises Régionales de la Gestion Territoriale des Déchets qui se tenaient au Centre des Congrés d’Aix-en-Provence.
Pour rappel, voici le programme complet de la journée.
De mon côté, j’ai décidé d’assister aux ateliers suivants :

  • Atelier 2 – Les nouveaux procédés de traitement pour valoriser au mieux les ressources issues des déchets
  • Atelier 4 – Réemploi/réutilisation, enjeux et innovations d’une nouvelle filière

Dans ce billet, j’aborderai plusieurs points :

  1. Méthodologie (outils de communication, diffusion et sauvegarde)
  2. Questionnement
  3. Rencontres
  4. Emergence d’idées

1. Méthodologie (outils de communication, diffusion et sauvegarde)

Twitter – Instagram – Flickr – dIctaPhone
smartphone, iPhone : restez connectés !

J’avoue que j’avais énormément apprécié le principe des tweets en direct lancé par les participants de l’Université d’Eté du CLEO via le hashtag #uecleo. De ce fait, j’ai décidé de fournir une intervention en direct sur twitter à toute personne désireuse d’en savoir plus sur la gestion des déchets.

Dans un premier temps, j’avais taggé comme suit : #assisesrégionales #aixenprovence #déchets
Timeline 1

J’ai vite réalisé que cela état « kharaktovore » (du grec kharaktere : caractère) puisque l’espace d’écriture pour twweter se limite à 140 caractères, et que si je voulais allier une efficacité du message contenu avec une action rapide, je devais changer le hashtag. Ce que je fis en proposant #argtd (assises régionales de la gestion territoriale des déchets). J’ai d’ailleurs tweeter ce message de façon à définir le hashtag. De plus, j’ai fait suivre l’information à mes contacts sur twitter concernés par ce sujet : @Ressourcerie, @Ecologic_France, @RedactionWiki2D, etc. Certains ont suivi, certains ont fait suivre, et d’autres pas : ainsi vont les messages sur twitter !

J’ai eu quelques retours positifs notamment de la part de Julien Fortin (responsable de la communication et de la sensibilisation au réseau des ressourceries) qui n’arrivant que dans l’après-midi à ainsi puis suivre la séance plénière d’ouverture.

Un tweet a été retweeté par deux twitteurs (ou twittistes) dont un est dans mes contacts et l’autre non, qui sont @Ecologic_France et @CORREIA : « #argtd le meilleur #déchet est celui qu’on ne produit pas »

J’ai trouvé cet exercice intéressant mais malgré tout périlleux et peut-être même porteur de mal-entendu. En effet, on ne diffuse qu’une infime partie de l’intervention, la phrase est sortie de son contexte global et les personnes recevant les tweets peuvent ne pas en comprendre tout le sens. Pour exemple, la réaction de @herveduroux : « @misanthropolog tout dépend du coût énergétique de cette captation… » Il répondait à ce tweet : « #Déchet : il faut y voir une matière à requalifier ou une énergie à capter ! Paul Deffontaine #CNR #argtd ». Cela aurait pu être propice à débat mais je n’aurais pas pu répondre à une succession de tweets alors que j’écoutais attentivement la plénière.

Twitter est intéressant pour communiquer instantanément et partager un évènement au plus grand nombre mais il faut rester vigilant sur le contenu des messages très courts et donc porteurs d’un risque de mal-entendu (mal-lu).

J’ai profité aussi de cet évènement pour prendre quelques photos-souvenirs afin d’immortaliser chaque moment de cette journée : l’acquisition du badge, la plénière, les ateliers, le repas, etc. Une façon de mettre en image les quelques mots envoyés sur twitter afin de plonger le lecteur éloigné physiquement dans l’ambiance de ces assises. L’utilisation de l’apps Instagram pour iPhone me permettait de pouvoir faire suivre l’url de la photo directement sur twitter. Elle se trouvait aussi diffusée sur mon compte Instagram en ligne ainsi que sur mon compte Flickr. Encore une autre façon de partager l’action mais cette fois-ci par l’image.

A côté de cela et dans le cadre de ma thèse, j’ai entièrement enregistré chaque intervention grâce à l’apps Dictaphone par défaut dans l’iPhone. Ceci me permet de réécouter à loisir le discours de chaque invité. C’est vraiment très pratique ! Bien plus que de prendre des notes. Cela me permet d’être concentrée à 100% sur l’évènement mais aussi de pouvoir noter mes réflexions et mes questions sans me soucier de perdre le fil du discours.

Il est à noter qu’une vidéo sera disponible très prochainement sur le site des Assises Régionales.

2. Questionnement

Évidemment, toutes ces allocutions ont éveillé en moi un intérêt notoire dans le cadre de ma thèse.

Dans la plupart des propos, le terme PREVENTION revenait plus que régulièrement. Nous dirons que chaque représentant de sa catégorie, de son entreprise ou de sa communauté a vite compris que le travail en amont serait bien plus profitable à la gestion des déchets en aval. Cette prévention passe par une sensibilisation du citoyen quant à sa façon de gérer ses propres déchets. Nombre de campagne publicitaire sont mises en place ces derniers temps par le Grenelle de l’Environnement.

Par antonomase, un Grenelle désigne dans le langage médiatique – par facilité politique et journalistique – un débat réunissant des représentants du gouvernement et d’associations professionnelles et/ou d’ONG, portant sur un thème spécifique et visant à légiférer ou à prendre position.
Wikipédia

Publicité – Grenelle de l’Environnement

Mais ces campagnes publicitaires sont-elles suffisantes ? Et surtout sont-elles pertinentes ou percutantes ? Il semblerait que les citoyens ne soient pas encore suffisamment sensibilisés face à la quantité de déchets produits.

Mais tout d’abord qu’est-ce-qu’un déchet ? Il y a quelques mois, j’en avais déjà donné les quelques définitions sur mon tumblr.
L’intervention de Carole Lenoble (architecte DPLG et professeur à l’ENSA-Marseille) reprenait ces quelques notions du déchet malheureusement trop souvent lié à une image négative de salissure, de dégradation et par extension à une perte de dignité humaine. Le projet audacieux de Jean Marc Huygen assisté de Carole Lenoble est de réemployer les déchets, objets abandonnés et plein de ressources dans les projets architecturaux. Cela engendre bien sûr nombreuses difficultés administratives car ces matériaux en devenir ne sont pas « nomenclaturés » dans la législation en vigueur. Mais tout est à faire, et tout changement ou évolution ne s’est pas fait sans quelques difficultés.

Pour en revenir à la prévention, que peut-on faire pour rendre le citoyen pleinement participatif ?

  1. D’abord, éviter de lui parler en tonnage. A l’échelle de l’homme, ces chiffres sont disproportionnés et il est difficile d’imaginer à quoi correspond des tonnes et des tonnes de déchets transformés en énergie. Il est certes important d’informer et de fournir une transparence quantitative du déchet jusqu’à sa transformation mais il faut, il me semble, sensibiliser le citoyen à son échelle et surtout lui donner les moyens de comprendre pour mieux faire. Beaucoup de termes techniques, spécifiques à la « rudologie » (science du déchet) et à la transformation des déchets ont été utilisés durant ces assises : méthanisation, réfiom, lixiviat, PET, etc. Je vous avoue très sincèrement que jusqu’à ces assises, je n’en connaissais pas le sens et je me mets à la place du simple citoyen face au jargon du scientifique. Il faut intéresser les foules et ne pas les embarrasser. Quand on ne comprend le discours de l’orateur, on est vite perdu. L’auditoire perd son attention, se désintéresse et se disperse pour passer à autre chose. Rares sont les personnes qui auront la démarche d’aller chercher dans un dictionnaire ou sur internet tous les mots dont il n’aura pu en saisir le sens. Le discours doit être accessible et compréhensible par le plus grand nombre car les déchets sont le souci de chacun.
  2. Comment sensibiliser le citoyen sans le culpabiliser ? En effet, il y a une véritable contradiction entre le discours de la société de consommation et celui de la réduction des déchets. Comment réduire ses déchets quand on nous pousse toujours à consommer plus ? Le consommateur risque de se sentir tiraillé entre ses envies et les enjeux. Comment expliquer à quelqu’un qu’il consomme trop et mal alors que cette situation est maintenant inscrite depuis des années comme une évidence ? Revenir en arrière serait une erreur psychologique. La foule ne suivra pas le mouvement. Il faudrait donc réussir à trouver une solution temporaire (ou tampon) qui rendrait possible la gestion des déchets tout en continuant de consommer. Ce passage sera nécessaire pour qu’une prise de conscience se fasse doucement mais sûrement (prise de conscience qui a déjà grandi dans les habitudes de certains citoyens). Ce serait l’occasion de rééduquer les foules, de sensibiliser le citoyen sur les aspects de sa consommation et notamment de dissocier la consommation par nécessité et la consommation par plaisir. Aujourd’hui, les deux sont amalgamées et on achète son pain comme on achète un téléphone portable. Le sentiment est devenu le même pourtant l’un devrait être de l’ordre de la nécessité (manger) et l’autre de celui du plaisir (pouvoir appeler un contact à tout moment et n’importe où).
  3. Pour reprendre le discours de Paul Deffontaine et Carole Lenoble (cf. La poubelle et l’architecte de Jean Marc Huygen), le déchet est de l’énergie en devenir. Il faut aussi faire prendre conscience aux citoyens que le déchet est transformable, et il n’y a pas de transformation sans diffusion d’énergie. L’idée est de dépenser le moins d’énergie possible pour fabriquer le mieux possible. Le discours du développement durable ne fait que reprendre les attitudes pleines de bon sens des générations antérieures. Je repense à mes grands-parents et pas si loin à mon père. Je l’ai toujours vu réparer le mobilier ou l’électro-ménager à la maison. Il les réparait jusqu’à ce qu’ils atteignent leur statut d’irréparable. Quand cela n’était plus possible pour lui, il démontait l’objet ou la machine pour récupérer les pièces utiles à une intervention future sur d’autres objets, puis il les jeter à la poubelle ou les emmener en décheterie. Ma grand-mère a toujours cuisiné sans perte. Tout était réutilisé à d’autres fins. Et ce qui ne pouvait pas être réutilisable, elle le jetait au fond du jardin, créant ainsi un compost qui à son tour aller servir à nourrir la terre du potager. Des exemples de ce genre ne manquent pas et je suis sûr que dans votre entourage aussi ! Mais aujourd’hui, tout est différent. Comment réparer ce qui se veut irréparable dès le début ? Tout est programmé pour péricliter au plus vite : c’est la fameuse obsolescence programmée. Alors que faire ? On demande aux citoyens de moins jeter mais la société de consommation continue de créer des objets jetables : un vrai paradoxe !

L’histoire du frigo

Un frigo tombe en panne. Que faire ? Dans un monde parfait, on diagnostiquerait la panne (avec l’aide d’une personne qualifiée ou par le biais de recherches sur internet). On ôterait la pièce défectueuse puis on irait s’enquérir d’une pièce neuve de remplacement auprès d’un revendeur agréé et l’on rentrerait chez soi avec le St Graal prêt à sauver le frigo d’une destinée funeste : finir dans une décheterie. Au final, on ne recyclerait qu’une pièce de quelques cm3 au lieu d’un frigo de quelques m3. Mais voilà, aujourd’hui, impossible de changer la pièce. Pourquoi ? Soit parce que le frigo est moulé d’une seul bloc et aucune vis visible ne peut vous permettre d’accéder au thermostat. Soit parce que la pièce n’est plus produite. Alors que faire ? Acheter un nouveau frigo. Mais qu’est ce que cela sous-entend ? Se débarrasser de l’ancien frigo. Certains revendeurs s’occupent de le récupérer au moment où ils vous livrent le nouveau frigo. Mais ce n’est pas le cas partout. De devoir déplacer un frigo jusqu’à une décheterie est en vérité un vrai parcours du combattant. D’abord si vous êtes seul, contactez vite un ami (vous risqueriez un lumbago). Ensuite parce que vous n’avez peut-être pas de voiture, et aussi parce que votre voiture est peut-être trop petite. Vous rendez-vous compte de toutes les étapes de découragement que le citoyen lambda vient de subir.

  1. Il souhaite réparer son frigo mais c’est désormais impossible : pièce introuvable, frigo moulé d’un bloc
  2. Il doit acheter un nouveau frigo : obligation, budget, coût
  3. Il doit se débarrasser de l’ancien frigo : problème du poids, problème du transport

Tout cela n’engendre que frustration et déception. Ce qui n’est vraiment pas propice à motiver le citoyen concernant la gestion de ses déchets. Il veut bien faire mais tout devient très vite compliqué !

Vous l’aurez compris beaucoup de questions restent encore sans réponse… Reste l’idée du « Cradle to Cradle », sujet qui n’a nullement été abordé au cours des Assises. Le concept du « Cradle to cradle » (du berceau eu berceau en français) a été pensé par l’architecte William Mc Donough. Un livre dernièrement traduit en français a été écrit en collaboration avec le chimiste allemand Michael Braungart. L’idée en est simple et reprend les quelques propos de mon questionnement. La société de consommation étant installée dans nos modes de vie (sociétés industrialisées), il sera difficile de faire machine arrière dans l’esprit du consommateur. Hors comme je l’expliquais précédemment, on nous pousse pour autant à moins jeter, à moins gaspiller, à être plus responsable vis-à-vis de notre environnement. Comment réussir à allier société de consommation et gestion des déchets ? C’est ce que propose William Mc Donough avec une implication en amont des industries. L’objet produit doit immédiatement être pensé comme ressource en devenir. Chaque composant et matériau de l’objet devra pouvoir être recyclable, réutilisable, transformable, réintégrable et cela de la façon la plus simple qui soit.

« Il s’agirait de réinventer les processus industriels afin de produire des solutions propres et de créer une industrie où tout est réutilisé – soit retourné au sol sous forme de ‘nutriments biologiques’ non toxiques, soit retourné à l’industrie sous forme de ‘nutriments techniques’ pouvant être indéfiniment recyclés ».
Source

Une façon de coupler industrie et environnement. Bien sûr, je reste convaincue qu’il y a encore un long chemin à faire pour redonner conscience de la valeur des choses à chaque citoyen. Car en ayant conscience de ses besoins et de la valeur d’usage ou de plaisir de chaque objet, le citoyen pourrait canaliser sa consommation.

3. Rencontres

J’ai cité le nom de quelques personnalités précédemment. Ces rencontres ont été stimulantes et enrichissantes concernant ma réflexion autour de la seconde vie des objets.

  • Paul Deffontaine
    Président du CNR (Cercle National du Recyclage)

Voici un extrait de son discours lors de la Séance Plénière d’Ouverture.

Paul DEFFONTAINE – CNR

Il est l’un des rares seuls intervenants à avoir aborder la notion de « ressource » dans les objets et aussi le concept des « ressourceries » au cours de la séance plénière d’ouverture. Son discours avait une dimension presque philosophique. Certes, il y a du tonnage, des moyens transformer les déchets par des procédés techniques, etc. Mais il mettait aussi en avant l’implication du citoyen dans son rôle à jouer face aux déchets.

La collaboration des citoyens est indispensable à la réussite des programmes de collectes sélectives. C’est pourquoi les messages délivrés aux usagers pour les impliquer dans une gestion moderne des déchets doivent être simplifiés au maximum. La recherche d’une forte adhésion de la population passe par une organisation technique élémentaire et commode ainsi que par une information pratique et adaptée, diffusée dans la durée.
Source

Et bien sûr, il fit la remarque pertinente de la localisation des produits et de leurs lieux de récupération. Il faut rendre accessible les lieux de dépôts pour le citoyen. Une façon de motiver la démarche du don, du tri sélectif, etc. mais aussi une façon d’être plus productif tout en baissant les coûts et la déperdition d’énergie (transports, transformation, etc.).

Voici un extrait audio de l’intervention de Cyrille Berge au cours de l’Atelier 4.

Cyrille BERGE – Ressourcerie

Cyrille Berge, agent de développement au RECYCLODROME (une des trois ressourceries de Marseille) a mise en avant le rôle de la Dynamique Régionale PACA mise en place en 2009. Il en énoncé point par point les différentes actions et notamment pour cette année 2011 :

    • promouvoir la Dynamique Régionale et les ressourceries en PACA
    • aider les ressourceries à se professionnaliser
    • accompagner les projets

Chacun de ces 3 axes est validé par des fiches d’actions. Une façon de mieux gérer l’organisation et l’implication de chacun et aussi de pouvoir communiquer les résultats de façon efficace et comprise par tous entre la Dynamique Régionale et le Réseau des Ressourcerie, du régional au national. La Dynamique Régionale a pour objectif de :

    • favoriser la coopération entre les ressourceries
    • aides les ressourceries à se professionnaliser
    • apporter une cohérence territoriale pour des actions communes
    • promouvoir le concept de « ressourcerie »
    • favoriser l’essaimage sur le territoir

Créé en 2001, le réseau des ressourceries en France compte désormais 73 adhérents. En région PACA,la première ressourcerie a ouvert ses portes en 2006. Aujourd’hui en 2011, il existe 11 ressourceries dans la région : une belle évolution en 5 ans sur ce territoire.

  • Carole Lenoble
    Architecte DPLG – Enseignante à l’ENSA-Marseille

Voici un extrait de son intervention lors de l’Atelier 4.

Carole LENOBLE – Architecte DPLG

https://docs.google.com/viewer?embedded=true&url=http://www.grenoble.archi.fr/cours-en-ligne/huygen/061024_VS1.pdf

La présentation du projet d’architecture mené par l’architecte Jean-Marc Huygen par Carole Lenoble ouvrait des pistes nouvelles pour les constructions futures dans l’optique de réemployer l’objet en dégageant le moins d’énergie possible. On prend l’objet en l’état et on l’utilise dans la construction sous sa forme première. C’est un réemploi : il  n’est pas réutilisé dans sa fonction première, il n’est pas recyclé, c’est-à-dire réduit à sa matière. Il est réemployé comme matériau de construction mais aussi comme trace de son passé. L’exemple du mur était concret : de loin, il ne s’agit que d’un mur fait de bric et de broc mais de près; cet amalgame d’objets en tout genre n’est plus un simple mur mais l’accumulation de vécus. Si vous êtes intéressés par ce sujet, un workshop est prévu en Octobre à la Friche de la Belle de Mai à Marseille. Pour le moment, les deux difficultés majeures sont dans un premier temps de trouver les objets en grande quantité et d’obtenir des autorisations car ce dispositif ne rentrant pas encore dans la norme en vigueur (comme je l’expliquais plus haut).
Plusieurs réalisations illustrent le propos de l’architecte  :

Mais sans aller chercher très loin, les bidon-villes et autres favelas se sont construits grâce aux déchets ! Preuve qu’avec de l’imagination, l’homme est encore capable de construire beaucoup avec des éléments de récupération. Et que loin des idées reçues, le déchet n’est pas synonyme de pauvreté. C’est un objet en devenir, plein de ressources qui revalorisé, affirme l’identité de son nouveau propriétaire : un être humain au grand pouvoir d’imagination, plein de ressources et qui ne manque jamais d’idées.

4. Emergence d’idées

Evidemment, suite à cette journée bien remplie et grâce aux longues conversations échangées en fin de journée avec les différents protagonistes, quelques idées émergent sur une réflexion couplant anthropologie et architecture (on ne peut pas renier ses origines). Voici ce qui me semble être à ce jour (la suite de mes recherches m’amèneront peut-être vers d’autres pistes encore) les trois points essentiels issus de ces assises, de mes observations sur mon terrain d’enquête (RECYCLODROME) ainsi que de mon parcours d’architecte :

  • La revalorisation de l’objet c’est aussi la revalorisation de l’homme.
  • Les espaces de revalorisation des objets tels que les ressourceries sont des lieux de passage, de transit mais aussi de requalification.
  • Ces lieux de sociabilité vont dans le sens de la ville soutenable (J-M Huygen).

L’idée pourrait être alors de créer des lieux de mutualités via le don. Il s’agirait d’un espace où les personnes viendraient déposer leurs objets dans des bacs prévus à cet effet tout en restant accessibles : textile, vaisselle, décoration, jouets, livres, etc. Ce serait des lieux d’échanges à moindre frais (si ce n’est que ceux d’entretien et encore, chacun pourrait se responsabiliser et mettre la main à la pâte en entretenant régulièrement le lieu.) où certains donnent et d’autres prennent (échange indirect) ou reçoivent (échange direct). On éviterait ainsi une surconsommation par foyer (car avant d’acheter, il pourrait prendre l’initiative de choisir dans les dons) et donc une surproduction de déchets à l’arrivée. De plus, pour reprendre le discours de Paul Deffontaine, on éviterait ainsi un coût de transport (ainsi qu’une déperdition d’énergie) puisque des objets en devenir seraient à disposition des habitants du quartier : pas la peine de prendre sa voiture ou un autre transport. Ces espaces de mutualisation seraient implantés dans le quartier comme des « petites maisons » ou pourrait venir s’installer dans des habitats déjà existants (locaux commerciaux, hangars, locaux à l’abandon, etc.). Ainsi l’homme se réapproprierait l’objet avec un minimum de dépense énergétique (effort, transport, etc.).

On peut donc percevoir cet espace comme un lieu de passage, de transit pour des objets en devenir. Chargés du vécu de leur donateur, ils attendent de revivre dans les mains des donataires. Des lieux de passages, comme une salle d’attente pour des objets plein d’avenir. Grâce à mon observation au sein d’une ressourcerie à Marseille, ces lieux de devenir pour objets sont aussi des lieux de devenir pour homme. Le quartier Noailles à Marseille vit simultanément la richesse et la pauvreté de sa mixité sociale et ethnique. C’est un quartier douloureux et merveilleux. C’est un quartier en délabrement qui pourtant se reconstruit quotidiennement. Il s’agit là d’une question de dignité. La précarité au sein de ce quartier (cf. M. Sengel, F. Pourcel) se répend sur les murs, les rues et déborde aux alentours. Certains habitants ont perdu toute dignité humaine en même temps que leurs espoirs. Atteints d’incurie, ils sont tels des « déchets », à savoir abandonnés. Certains ont justement abandonné toute idée de pouvoir s’en sortir. Pourtant, il suffit de peu pour redonner le goût à la vie. A la ressourcerie, les objets changent de place régulièrement et au bout d’un certain temps, s’ils n’ont pas été vendus, ils se retrouvent dans le bac à donner ou dans les bacs à 10 cts placés à l’extérieur de la boutique. Cette aubaine pour les habitants du quartier est vécue de la façon la plus positive qui soit : une requalification au sein la société. En devenant propriétaire d’un objet choisi, l’homme affirme son identité. Il peut ainsi revenir dans un statut social grâce à l’acquisition. En devenant propriétaire, il retrouve ainsi sa dignité. Ce sont des personnes qui reviennent régulièrement. Si au départ, elles se contentaient d’un petit bonjour ou d’un signe de tête et repartaient très vite, avec le temps elles prennent plaisir à venir, à regarder longuement et à échanger quelques mots. Dans une société où la consommation a une place de choix, pouvoir y trouver sa place, c’est pouvoir se retrouver et affirmer son identité. « Dis moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es ! » peut ici se transformer en « dis moi ce que tu prends (achètes), je te dirai qui tu es ! » Même si certains affirment ne consommer que par nécessité, il n’empêche qu’il y aussi à faire avec les histoires de goût. Une table est une table mais selon les goûts, elle sera choisie en bois, en verre, en métal, de couleur, grande, petite, etc. (cf. Objets (f)utiles – Episode 2 – Utile dulci).

Ces lieux de transformation de l’objet, transforment aussi l’homme. C’est un lieu de revalorisation technique mais aussi de revalorisation humaine. Un espace dédié à l’objet abandonné et plus qu’abandonné en devenir, riche de ses ressources : un espace dédié à l’homme, à l’échelle du quartier, de la proximité, basé sur un principe d’échanges, de partages, de valorisations que ce soit de savoirs-faire, de brèves de comptoir, de rires, de confidences, de retrouvailles. Et d’ailleurs, faire une trouvaille, n’est-ce pas trouver avec bonheur ?

Quelques sites internet à consulter

Actu-environnement

ADEME

Assises nationales des déchets

Cradle to cradle

Développement durable

Ecoemballages

Ecologic-france

Réseau des ressourceries

Wiki2d

Bibliographie

BARBIER Rémy, 2002. « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, 48/49 : 35-46.

CLOT Yves, GORI Roland, 2003. Catachrèse : éloge du détournement. Nancy, Presses universitaires de Nancy.

DEBARY Octave, TURGEON Laurier, 2007. Objets et Mémoires. Paris, La Maison des sciences de l’homme. Québec, Les Presses de l’Université Laval.

FOULQUIER Laura, 2009. “La métamorphose des pierres. Les remplois, entre rebut et souvenir.” Histoire de l’art et anthropologie.

GUILLARD Valérie, 2099. La tendance de certains consommateurs à tout garder. Paris,  Thèse.

HAINARD Jacques, 1984. Objets prétextes, objets manipulés. Neuchâtel, Musée d’ethnographie.

HAINARD Jacques, KAEHR Roland, 1985. Temps perdu, temps retrouvé. Voir les choses du passé au présent. Neuchâtel, Musée d’ethnographie.

HEINICH Nathalie, 2009. La fabrique du patrimoine. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

HUYGEN Jean-Marc, 2008. La poubelle et l’architecte. Luçon, Actes Sud.

JEUDY Henri Pierre, 1990. Patrimoines en folie. Paris, La Maison des sciences de l’homme.

LEROI-GOURHAN André, 1943. L’homme et la matière. Paris, Albin Michel.

MAUSS Marcel, 2007. Essai sur le don. Paris, Presses Universitaires de France.

NEAMTAN Nancy, 2003. « L’économie solidaire comme radicalisation de la démocratie. » Revue de MAUSS, 21 : 128 à 134.

NEYRAT Frédéric, 2005. « Heidegger et l’ontologie de la consommation », Rue Descartes, 49 : 8-19.

RICOEUR Paul, 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli.  Paris, Seuil.

SANSOT Pierre, 2009. Ce qu’il reste. Pari, Payot et Rivages.

SENGEL Marie, POURCEL Franck, 2007. De gré ou de force. Noailles à l’heure de la réhabilitation.Marseille, P’tits Papiers.


Une réflexion au sujet de « [Assises] Compte-rendu des 1ères Assises Régionales de la Gestion Territoriale des Déchets »

  1. Merci pour ce passionnant et riche billet, qui accompagne (je prend mes habitudes de lectrices) une nouvelle fois mon trajet en train.
    Une de mes collègues inculque le principe suivant à ses enfants : avant d’être jeté (tiens pourquoi pas donné d’aulleurs ?), un objet doit avoir vécu par deux utilisations. J’y ai réfléchi depuis dans mon quotidien, et faire cet effort aiguise l’imagination !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *