[JRCD] Percevoir le déchet comme un reste

Dans le cadre des Journées Régionales de la Concertation sur les Déchets (JRCD) qui ont eu lieu le 17 et 18 Octobre 2012 à Marseille, l’association Arènes m’avait proposé d’intervenir à la Table Ronde « Quelles concertations, quelles participations autour des déchets et de leur prévention? ».

Après mon intervention, plusieurs personnes sont venues me solliciter et m’ont demandé s’il était possible de retrouver ce texte quelque part. C’est pour cela que je poste ici, l’intégralité de mon propos dans le cadre de cette intervention. En vous souhaitant une bonne lecture.

Introduction – Le rapport entre l’homme et ses déchets

Nous sommes une machine à fabriquer du déchet : nos propres excréments, notre urine, nos cheveux, notre peau par le renouvellement cellulaire, etc. Et puis notre propre mort. Notre corps devenu inerte retournera à la terre.

La mort, la perte, la disparation… Je ne suis pas venue ici pour vous faire une psychanalyse en règle sur nos rapports à la mort : Freud et ses successeurs le font très bien. Malgré tout, le déchet est ce qui représente au mieux notre dégradation, voué à une mort certaine. Et c’est sûrement là qu’il faut aussi regarder : du côté de ce qui fait peur, de ce qui dégoûte, de ce que l’on dénie. La présence des déchets en devient gênante, dérangeante, tant pas leur aspect difforme, compactés, entassés, amalgamés que par leur odeur de pourrissement. Alors, le geste le plus simple (mais pas nécessairement le plus efficace et nous sommes là pour en débattre) est encore de les éloigner de soi, de les dégager hors de sa vue, de les cacher. Ainsi non visibles, ils disparaissent et n’existent plus. Tout du moins en théorie car dans la pratique, les poubelles débordent.

Alors que faire ? Je n’ai pas de solution à vous offrir aujourd’hui, mais je vous propose des pistes de réflexion qui pourront peut-être permettre je l’espère d’aborder la notion du déchet sous un autre jour

Le déchet qu’est-ce que c’est ? 

 C’est le sale et l’impropre, l’impur, le malsain, l’inutile. Voilà ce qu’à développer dans l’esprit du public toutes les théories hygiénistes de la fin du 19ème siècle. Il s’oppose au propre, au pur, au sain et à l’utile.  Il est une menace pour la triade « propreté, ordre et beauté » pour reprendre ici l’expression de Dominique Lhuilier1.  Un peu plus loin, il rajoute : « Le déchet est le produit d’une condamnation à mort. » De nouveau, cette notion de déchéance, et d’ailleurs, parler d’une personne en tant que déchet est, nous le savons bien, d’une connotation des plus négatives.

Mais le déchet n’est pas que cela. Il est selon le code de l’environnement ce que l’on abandonne par le jet. Devient donc déchet ce qui n’a plus de valeur à nos yeux et ces objets ainsi « refroidis »2 ne trouvent alors plus de grâce à nos yeux et finissent au fond d’une poubelle ou sur le bord d’un trottoir, ou encore dans un collecteur ou une déchetterie. Ce qui ne nous atteint plus, ne nous touche plus émotionnellement parlant, est bon à disparaître et à être jeté ! Plus que le jet en tant que geste, c’est tout le rejet qui est à prendre en compte : c’est un jet double, physique et moral à la fois ! On jette l’objet dans son esprit et le geste se joint à la pensée. Jet et rejet !

Le déchet à entendre le discours et les définitions qu’on nous en fait arbore des allures bien ingrates aux connotations négatives voire péjoratives. Mais que nous ont donc fait ces déchets pour mériter un tel châtiment ? L’évolution linguistique a sûrement joué un rôle à ce niveau. « Decet », de decere en latin est l’action de convenir : on peut dire que notre déchet à une lettre près ne nous convient plus alors changement de décor ! Quant à l’homophonie entre « décès » et « déchet », elle ne tient qu’à un léger chuintement.

Pour parler étymologie, « déchiet » dans le dictionnaire du moyen français signifiait, chute ou encore perte. (XIIIème siècle), dérivé de déchoir dont l’origine latine est cadere. De cette même racine naît une famille lexicale très intéressante. Bien sûr, tout le monde va immédiatement penser à des mots comme : choir, chute, décadence, déchéance, rechute. Mais auriez-vous pensé à ces mots-là ? Méchanceté, s’enchoir, cadence et étrangement chance ? Qu’est-ce que la chance a à voir avec le déchet ? Histoires de sort ou d’occasions à saisir ? La chance, c’est avant tout un jeu de dés. « Coup de dé; point(s) que donne un dé en tombant. » est la définition que nous pouvons trouver sur le site du cnrtl3. Par extension, cette chance s’est appliquée à tous les jeux et plus encore, la chance a commencé à prendre place dans les actes du quotidien : on croise les doigts avant d’aller passer un entretien d’embauche pour invoquer la chance, on dit qu’on a eu de la chance lorsque l’on sort indemne d’un accident, on trouve que certains sont vraiment chanceux surtout lorsqu’ils gagnent au loto ! Quelle chance pour le déchet que d’être né sous la même étoile de la fortune étymologique. Et peut-être qu’au final, il n’y a pas de hasard…

La chance, c’est le possible en devenir, faveur ou défaveur accordée par le sort ce que d’autres nomment encore le destin. Et quelle est la destinée du déchet ? Est-il irrémédiablement voué au jet, à l’abandon, à la destruction ? Non. Parce qu’avant d’être un objet abandonné, le déchet est aussi mais surtout « ce qui tombe d’une matière que l’on travaille. » C’est la première définition que nous en donne le cnrtl. Et la lecture continue par : « On considère que le déchet peut être réutilisé. », synonyme alors de reste. Et ce qui reste est parfois loin d’être en reste pour reprendre l’expression d’Octave Debary.

Le reste en devenir

Le reste possède en son sein son possible devenir. « Le reste est potentiellement réassimilable dans le cycle de la vie. » nous dit Dominique Lhuilier en opposition complète avec ce qu’il écrivait précédemment sur le déchet. Des restes d’un repas, on fera un autre dîner. Des restes d’un bâtiment, on parlera de ruine ou de vestige que l’on classera au patrimoine. Des restes d’objets anciens deviendront objets muséographiques. Les exemples sont nombreux et vous aussi avez sûrement un jour accommodés vos restes. Nous sommes proches d’un discours archéologique notamment concernant les ruines, les vestiges, les reliques, toutes ces choses du passé enfouies et qui ressurgissent au présent. Ces restes parlent d’un temps, d’une époque, dans certains cas d’une civilisation. Ils sont les traces d’un passé vécu et la mémoire qui continue de se construire. Mais sans aller aussi loin dans des ères reculées et pour parler de façon plus terre à terre, que reste-t-il d’une vie ? Pierre Sansot a écrit à ce sujet4. Et au final, il reste beaucoup ou peu selon le point de vue de chacun. Le reste est difficilement quantifiable : il peut être tout et rien à la fois. Il est aussi parfois difficilement qualifiable et on l’englobe dans un tout qui est rien : « C’est tout le reste ! » Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a un reste, un restant, un excédant, quelque chose de présent ou tout du moins de tangible.

Et si nous décidions de regarder les déchets comme des restes et non comme des objets abandonnés… Nous pourrions alors émettre l’hypothèse que ces objets sont en reste. Ils n’attendent que nous pour retrouver leur utilité potentielle. Nous pourrions aussi imaginer que le jet de l’objet par l’usager pourrait être transformé, et plutôt que de penser que l’objet gêne, le percevoir plutôt comme un « plus qu’il n’en faut» ce qui revient à dire « avoir du reste ». Ce reste serait alors échangeable, transformable, donnable, en quelque sorte réutilisable par soi ou par un tiers (famille, voisin, ami, association, entreprise, etc.) C’est une façon de repenser la société par le reste et non plus par le déchet.

Le reste… du gaspillage ?

Pour autant, il ne faudrait pas oublier ce que nous dit Jean Baudrillard dans son ouvrage La société de consommation : « Nous vivons le temps des objets : je veux dire que nous vivons à leur rythme et selon leur succession incessante. C’est nous qui les regardons aujourd’hui naître, s’accomplir et mourir, alors que, dans toutes les civilisations antérieures, c’étaient les objets, instruments ou monuments pérennes, qui survivaient aux générations d’hommes. »5 Pierre Sansot nous rappelle aussi ceci : « Dans la mesure où nous produisons plus intensément donc industriellement et où nous consommons de plus en plus, les déchets ne peuvent que s’accumuler. » Et Delphine Corteel et Stéphane Le Lay de rajouter : « La société d’abondance issue de la seconde guerre mondiale accélérait considérablement le cycle de production/consommation/rejet et augmentait la production de déchets. »

Lavoisier l’avait prouvé : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » L’objet devient déchet. Mais la boucle ne se boucle pas et nous croulons sous nos objets déchus trop lents à se décomposer. L’équilibre est rompu.

Jean Baudrillard replace la notion du gaspillage dans la société : que ce soit par sacrifice ou rituel, pour des raisons religieuses, politiques ou sociétales, il y a toujours eu du gaspillage. « C’est dans la consommation d’un excédent, d’un superflu que l’individu, comme la société se sentent non seulement exister mais vivre. » Parce que le gaspillage est synonyme d’abondance. « L’abondance n’a de sens que dans le gaspillage ». Le gaspillage, c’est la consommation au-delà du nécessaire. C’est le « quelque chose en plus » qui crée la différence de soi sur l’autre. Ce qui est nouveau, c’est que ce gaspillage n’a plus de fonction symbolique. « Cette dilapidation spectaculaire a pour fonction la relance économique de la consommation des masses. » Ce qui augmente ainsi la fréquence du cycle production/consommation/rejet : le rythme est plus effréné que jamais. De plus, « ce qui est produit aujourd’hui ne l’est pas en fonction de sa valeur d’usage ou de sa durée possible, mais au contraire en fonction de sa mort. » Le discours de Jean Baudrillard peut sembler pessimiste et sombre mais il nous dit surtout que de nos jours, les objets manufacturés sont déjà des déchets avant même d’avoir existés.

Conclusion – Que reste-t-il de nos objets ?

Pourrait-on dire que nous n’achetons plus des objets mais que nous ne consommons plus que du déchet ? Que reste-t-il de nos objets ? Quelle valeur leur accordons-nous encore ? Celle de celui à venir ?

Il faudrait repenser l’objet avec tout son potentiel en devenir. Cet objet qui n’est pas en reste et qui n’attend que notre envie ou notre désir pour lui redonner vie. Réemploi ou réutilisation, deux formes de recyclages simples, à la portée de chacun. On voit naître de plus en plus de ressourceries en France. Ces ressourceries bien nommées ont su voir  et se servir de toute les ressources que contiennent ces objets et ces restes d’objets. D’autres ont ouvert des forums sur internet pour s’entraider dans la réparation de leurs biens. Ces personnes souhaitent dans un premier temps agir en harmonie avec leurs convictions et leurs idéaux écologiques. Ce ne sont que quelques exemples d’un mouvement qui a toujours été présent mais qui a juste été étouffé un temps par le grondement de la machine à consommer. Aujourd’hui, il retrouve sa place et son sens.

La valeur accordée à un bien n’est pas uniquement marchande, elle est aussi sentimentale. On aime garder, protéger et choyer ce qu’il reste d’une personne chère, ce qu’il reste d’un doux souvenir, ce qu’il reste d’une vie. Des évènements comme un décès ou un déménagement sont toujours le moment-clé d’un tri. Et l’on découvre combien un simple objet peut raviver de façon magique quasi instantané tout ce qui semblait être oublié. Quant à ce que l’on ne veut plus… Offrons lui une autre chance ! Donnons-lui la possibilité d’être en reste !

Je repense à Paul Deffontaine du CNR6. Il soulevait cette idée que la distance à parcourir entre chez soi et le lieu de don ne doit pas être trop grande sinon la personne n’ira pas au bout de son geste. C’est quelque chose que j’ai aussi retrouvé dans la thèse de Valérie Guillard, La tendance de certains consommateurs à tout garder. Elle nous explique ceci : « La décision de se séparer d’un objet est le résultat d’un arbitrage entre son coût et son bénéfice. Les individus sont réticents à l’idée de se séparer d’un objet dès lors que le coût perçu de ne plus avoir l’objet excède le bénéfice perçu de s’en séparer. » Et plus loin : « Pour se débarrasser des objets, il est donc nécessaire d’y consacrer une certaine énergie. »7 Energie qui ne doit donc pas excéder un certain seuil. Si cela demande trop de temps, trop d’investissement ou que cette action devient longue et fastidieuse, alors à coup sûr, la majorité des personnes garderont cet objet dans un coin au rebut ou le jetteront à la poubelle sans autre forme de procès. L’objet sera en quelque sorte sanctionné par la peine de mort, reportant sur lui tout l’agacement, l’énervement et la frustration que cette envie inassouvie de s’en débarrasser n’ait pu être réalisée. Une fois encore la mort, au lieu du potentiel.

Pour conclure je dirais qu’il faut réapprendre à aimer, à écouter et à regarder ses restes. Observer ce qui change dans ce qui reste et ne plus rejeter ce qui reste. Comprendre que l’objet n’est que « le produit d’activité humaine » (J. Baudrillard) et que nous sommes encore capables dans contrôler les flux, les formes, les fonctions, etc. Que nous pouvons les transformer à volonté, les adapter, les modeler. Que loin d’être des déchets à entasser en montagne ou à enfouir de trou en trou, ils sont un excédant, une matière première de restes en devenir. Il ne tient qu’à nous d’en redéfinir les contours, les sens et les valeurs.

Pour citer cet article
Messal S. (18 octobre 2012). [JRCD] Percevoir le déchet comme un reste. Misanthropologue [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://misanthropologue.hypotheses.org/

  1. Lhuilier D. (2011) Souillure et transgression : le travail sur le négatif psychosocial In D. Corteel et S. Le Lay (Eds.), Les travailleurs des déchets (pp. 35-43). Villematiers : érès. []
  2. François T.V. et Desjeux D. (2000) L’alchimie de la transmission sociale des objets. In I. Garabuau-Moussaoui et D. Desjeux (Eds.), Objet banal, objet social (pp. 83-116). Condé-sur-Noirot : L’Harmattan. []
  3. Centre national de ressources textuelles et lexicales – http://cnrtl.fr/ []
  4. Sansot P. (2009). Ce qu’il reste. Dijon-Quetigny : Rivages poches. []
  5. Baudrillard J. (2010). La société de consommation. Saint-Amand : folio essais. []
  6. Centre national du recyclage – http://www.cercle-recyclage.asso.fr/ []
  7. Guillard V. (2009). La tendance de certains consommateurs à tout garder. Paris :  Thèse. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *