Archives par mot-clé : violence

[Vivre avec les Démons] Sommaire évolutif

Je livre ici le premier jet du sommaire. Il n’est pas gravé dans le marbre, bien au contraire, il est évolutif comme tous les sommaires dont l’ouvrage est en cours de réalisation. Cette ébauche de sommaire sert de fil conducteur à la réflexion à venir. Elle est cette ligne directrice souple tel un fil de coton ou de laine. Le résultat final de l’ouvrage lui donnera sa forme définitive. 


SOMMAIRE

Méthodologie

  • Raconter et analyser l’intime
  • Observation participante malgré soi
  • Soi comme objet de recherche anthropologique (réflexivité)
  • Risque : tomber dans la dimension clinique (psychologie, etc.)
  • Risque 2 : tomber dans l’émotionnel et perdre l’objectivité (de l’intérêt d’une thérapie)

Introduction

La psychose (perversion/paranoïa) s’infiltre partout en filigrane comme un poison sournois et vicieux qui se répand insidieusement en prenant tout son temps. La perversion suintera au fil des pages.

Séduction

  • Laisser rentrer le loup dans la bergerie (problématiques personnelles non réglées)
  • Vivre un conte de fée 
  • Se convaincre (faire avorter tout doute qui émerge dans l’œuf, car oui, il y a des doutes à ce moment précis)
  • Se décentrer : être sourde à ses intuitions, donner le gouvernail de sa vie à l’autre, donner toute sa confiance à l’autre et s’oublier soi

L’amour face la haine

  • Etude comparée des mécanismes d’amour face aux mécanismes de haine (les mots, les actes, les situations, etc.)
  • De l’alliance au conflit (anthropologie de l’amour, anthropologie de la guerre), de l’ami à l’ennemi
  • Etre dans une crise perpétuelle : la boucle
  • Droiture vs perversion
  • Création vs destruction (projets avortés, gâcher les jours de fête)

La méchante de l’histoire

  • Basculer dans l’illusion : quand la réalité devient scène de théâtre
  • Instrumentalisation : devenir jouet du marionnettiste , objet interchangeable
  • La méchante (ostracisation, ragots, déformation de la réalité, miroir déformant, etc.)
  • L’insoumise (je ne me suis jamais sentie « victime » ni « soumise » ni « masochiste »)
  • L’entourage : deux comportements distincts, ceux qui écoutent (amis ou personnes ayant vécues une expérience similaire) et continuent de vous voir réellement ; et ceux qui fuient (peur de la violence, de la folie ? ou soumis aux manipulations du Démon ?) car vous percevant méchante dans l’illusion

Accepter l’inacceptable

  • Mensonge et tromperie (anthropologie du secret)
  • Harcèlement moral (anthropologie de la violence)
  • Manipulation (double contrainte, injonction paradoxale)
  • Tyrannie du quotidien
  • Normalisation/banalisation de la violence
  • La peur (peur de l’abandon, peur de tout perdre, peur de l’avenir, etc.)
  • L’investissement (temps, sentiments, conseils, soutiens, souvenirs, au nom de l’amitié, au nom de l’amour, etc.)
  • De la souillure (humiliation, atteinte à l’image du soi, dégoût, etc.)
  • L’amour rend-il aveugle ?
  • Les chats : quête d’une présence réconfortante

Comprendre à tout prix

  • Tout dépend de la personnalité de la « proie » choisie par le Démon
  • L’énigme à résoudre 
  • Se questionner soi et l’autre (remise en question perpétuelle face à la conviction dogme) : pourquoi ?
  • Entrer en résistance
  • Parler et trouver une écoute infaillible
  • Ecrire

Symptômes

  • De l’envie de fuir à l’envie de disparaître
  • S’isoler 
  • Fatigue, démotivation
  • Se penser folle
  • Ne plus être (dépersonnalisation)
  • Somatisation (surdité et vertiges)
  • Pensée suicidaire et tentative (anthropologie de la mort)

Révélation 

  • Par la thérapie, la lecture et les retours d’expérience
  • La désillusion, moment critique : détresse, colère, désir de revanche
  • L’intime mystifié : la pire des perversion ? (anthropologie de l’amour, anthropologie du couple, de l’intime )
  • Du prince charmant au démon : un détour par le dragon
  • Les cauchemars (arracher le masque, désir viscéral de faire éclater la vérité au grand jour)

Libération

  • Préparer son évasion
  • De l’importance de bien faire son deuil
  • Retrouver Dieu : voir des signes et y croire, la prière (croyances et religions)
  • Se retrouver soi (anthropologie du soin)
  • Sublimation 

[Vivre avec les Démons] Avertissement au lecteur

 Cher lecteur,

Les écrits que tu trouveras ici sont en pleine réflexion. Il s’agit d’une recherche en cours. Aussi ne t’étonnes pas de ne pas toujours trouver toutes les références bibliographiques que tu aimerais y voir ; d’avoir parfois la sensation d’un texte inachevé ; de te demander somme toute « mais où est-ce que l’on va ? ». Et bien, je te l’avoue, je ne le sais pas moi-même. C’est un chemin sinueux, qui demandera sûrement de se perdre en route pour mieux se retrouver ; c’est un chemin fait d’embûches et de peurs aussi. Mais sache que « même dans l’obscurité, il y a toujours la lumière« . Cette phrase, je me la suis répétée souvent dans les derniers mois avant de laisser le Démon derrière moi. J’avais compris que j’étais tombée dans un enfer qui n’était pas le mien. Et dans ce monde de ténèbres, partout où mes yeux se posaient, il y avait toujours de la lumière et plus particulièrement celle du soleil. Ce soleil si chaud, si écrasant et si gros devint soudainement un gage d’espoir. Tout n’était pas perdu car la lumière était là, encore, toujours, partout. 

Oui, ces écrits sont en chantier, ces écrits aideront aussi au travail de deuil. Ce fameux travail dont Freud et Racamier ont si bien parlé. Il y aura de la perte car, de ces écrits, tout ne sera pas gardé. Mais il y aura aussi ce qu’il s’y gagne : la création anthropologique, le partage d’un expérience de terrain d’une décade, la sublimation du laid en beau. Partout où il y a de l’amour, il y a de la vie et de l’alchimie. Tout peut se sublimer même les choses les plus monstrueuses pour peu qu’on soit rempli d’amour. Je devrais faire attention à ne pas trop m’égarer sur les chemins des sentiments, mais tu ne m’en voudras pas trop, cher lecteur, car je sais que tu es indulgent et bienveillant quand la recherche se fait, là, sous tes yeux, qu’elle se construit petits bouts par petits bouts, qu’elle se compose, se décompose et se recompose. Tu sais ce que je pense de l’écriture, qu’elle est comme une mélodie. Et rien n’est plus beau, qu’une mélodie d’amour.

Bien à toi.

Sigmund FREUD, extrait de Métapsychologie
traduction revue et corrigée par Jean Laplanche et J.B. Pontalis, 
Paris, Gallimard, 1986 (1ère publication 1915), p. 145-171
[En ligne] https://www.cairn.info/revue-societes-2004-4-page-7.htm#

Paul Claude RACAMIER, Le génie des origines
Paris, Payot, 1992.
https://www.payot-rivages.fr/payot/livre/le-g%C3%A9nie-des-origines-9782228885126

[Vivre avec les Démons] Présentation sommaire

Vivre aux côtes d’un être aux prises avec ses propres démons m’a permis malgré moi d’expérimenter une situation nouvelle et pourtant familière. Ce terrain de 12 ans, en immersion totale dans ces dernières années, m’offre aujourd’hui la possibilité de réaliser une étude anthropologique sur le sujet de la manipulation, du harcèlement ou du mensonge. J’hésite à employer le terme de perversion tant ce mot a été galvaudé avec le temps. En effet, dire que l’on a été sous l’emprise d’un pervers narcissique vous expose aujourd’hui à toutes les moqueries et petites railleries du quotidien sous le prétexte que vous ne supporteriez pas la moindre contrariété ou d’avoir été « jeté ». Il y a une très grande différence à être en conflit avec quelqu’un de sain et être en conflit avec quelqu’un de malsain. 

Je souhaite réaliser cette étude dans la posture qui a été la mienne : celle de proie, puis d’objet de haine pour finir victime. Ce n’est pas une posture choisie car la victime ne s’offre pas en sacrifice. La victime subit la méchanceté, l’injustice et la haine de QUELQU’UN. Comment ai-je pu me laisser séduire puis « empriser » ? Pourquoi n’ai-je pu réagir ? Pourquoi être restée ? Quelles pratiques du quotidien m’ont permis d’entrer en résistance ? Quels comportements ai-je adoptés vis-a-vis de moi-même, du persécuteur, de l’entourage ? etc. Les questions sont nombreuses et la pensée se détaillera à chaque nouveau billet.

Il n’est pas question ici de réaliser une énième étude clinique car les psychologues et psychiatres ont déjà écrits bien des ouvrages sur le sujet. Il me tient à cœur d’ouvrir une réflexion anthropologique sur ce phénomène d’emprise qui nous lie à l’autre, sur cette relation de victime à bourreau et surtout d’entrer dans une phénoménologie de l’intime, du quotidien aux côtés de la haine (voir de la folie) au sein du couple. Un retour réflexif ne pourra être évité dans un aller-retour nécessaire à maintenir une distance objective quand il y a eu autant d’investissement émotionnel totalement subjectif. C’est le risque lorsqu’on décide de devenir son propre sujet d’étude mais je le prends. Car s’il y a là dans cette analyse, une quête personnelle de l’ordre thérapeutique, il y a aussi cette nécessité, pour ne pas dire urgence d’écrire sur le sujet tant il est d’actualité.  Le harcèlement se décline sous toutes les formes possibles et inimaginables et à grandeur.  Signe des temps ? Probablement. Dans une société qui promeut la réussite, l’argent, la gloire de l’ego et la matérialité, le Narcisse ne peut qu’y croître inexorablement. Nous avons tous un ego, mais lorsqu’il dérive, il devient mortifère à nous-mêmes mais aussi à l’entourage et au final à la société.