[Vivre avec les Démons] La mythomanie

Définition – […] la tendance pathologique, plus ou moins volontaire et consciente, au mensonge et à la création de fables imaginaires. […] une tendance constitutionnelle qui pousse certaines catégories d’individus à mentir, à simuler et à inventer, par l’activité pathologique de l’imagination créatrice, des fables et des situations dépourvues de réalité objective. (p. 5)

La mythomanie pathologique […] représente un stigmate majeur de dégénérescence mentale, […], étroitement associée à d’autres marques de déséquilibration psychique. […] l’activité mythique est mise au service, chez les sujets anormaux, de tendances vicieuses, de perversions instinctives ou d’appétits morbides ; […] et représente alors, non plus un instrument de jeu, mais bien une arme de guerre, d’autant plus dangereuse que le malade est plus intelligent. (p. 16)

Certains dégénérés atteints de perversion des instincts affectifs, que leur tempérament, fait de faiblesse et de lâcheté, éloigne des actes de violence et de brutalité, sont incités, par leur malignité, à des manœuvres insidieuses de ruse et de dissimulation, parmi lesquelles le mensonge et la fabulation s’offrent naturellement au choix électif des mythomanes. L’activité mythopathique aboutit, chez eux, à la médisance, à la calomnie, à l’hétéroaccusation, et à des œuvres complexes de simulation et de fabulation dirigées contre autrui et destinées à perdre la victime choisie par l’auteur du complot. (p.19) […] ces sujets pervers […] s’attaquent ainsi à des personnes qui n’ont en rien mérité leur rancune ou leur animosité. (p.21)

La mythomanie, Messieurs, est le résultat de la persistance, chez l’adulte, de l’activité mythique infantile : elle représente un mode d’infantilisme intellectuel qui, par ses manifestations tardives, contraste avec le reste de la mentalité et détone avec l’ensemble de la personnalité adulte. […] si l’on devient menteur, on naît mythomane. […] le sujet qui, sans mobiles pressants ou durables, manifeste toute sa vie, dans les occasions les plus diverses, le plus souvent sans utilité et même contre ses intérêts et ceux d’autrui, des tendances à altérer la vérité, à mentir, à simuler et à créer des fables imaginaires, celui-là est mythomane. (p.28)

[…] chez l’adulte mythomane, on peut reconnaître chez lui les impulsions vaniteuses, les impulsions malignes, et, parmi les impulsions perverses, celles qui ont trait à la cupidité […], et celles qui relèvent des appétits génitaux […]. (p.30)

Mythomanie maligne. – […] s’associe aux formes si variées de l’instinct de destruction, depuis la simple malice jusqu’à la férocité la plus acharnée. (p.43)

Le mobile incitateur de l’activité mythopathiques est souvent la haine. (p.47)

Mythomanie perverse. – […] est celle dans laquelle la fabulation est mise en oeuvre dans une mentalité amorale par des mobiles vicieux, tend à satisfaire une intention soit cupide, soit lubrique, soit simplement passionnelle ou intéressée. L’activité mythopathique se déploie au service de la fraude sous toutes ses formes, de la perversion génitale, d’appétits vicieux en général. Très souvent, sur le fonds commun de l’égoïsme et de la débilité morale, l’élément pervers, dans le complexus mythopathique, s’associe à l’élément vaniteux et surtout à l’élément malin. (p.50-51)

[…] la forme lubrique […] pousse le mythomane à faire de la tromperie et du mensonge la règle de sa conduite amoureuse. […] les séducteurs professionnels, qui recommencent incessamment auprès de leurs victimes successives, le même manège de fausse chevalerie. (p.54)

Dupré E., (1905). « La mythomanie. Etude psychologique et médico-légale du mensonge et de la fabulation morbides. » Clinique des maladies mentales. Institut de Médecine légale et Psychiatrie. Paris. [En ligne] https://archive.org/details/BIUSante_156766x10/page/n2/mode/2up 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.