[Vivre avec les Démons] Stéphanie you win

12 septembre

Auteur : S. Messal, 12 septembre 2019

Le soir, je devais retrouver Fauvette Couturière. En atten-dant, je me promenais dans le quartier où je résidais pour ce court séjour. Je déambulais ainsi jusqu’à être attirée par cette librairie qui exposait toute sorte d’ouvrages bradés pour la modique somme de dix euros les trois livres. Je décidais de jeter un coup d’œil aux titres, sait-on jamais quelle bonne affaire pourrait pointer le bout de son nez. Trouvé ! Il y avait là, Les frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski en trois volumes. Cela faisait longtemps que je souhaitais lire cette histoire et l’occasion faisant le larron, je me saisis de cette aubaine. Alors que je m’emparais du deuxième volume, un ange vint me surprendre, caché derrière, dorure gravée sur un petit livre de cuir rouge. Au moment de régler le tout, le libraire m’en fit cadeau : « Je ne me souvenais même plus qu’il était là. Si vous l’avez trouvé, c’est qu’il vous était destiné. Prenez-le ! » 

 ————————————————————————– Flash back

13 juillet
C’est l’anniversaire de Paradisier. Nous sommes en terrasse, profitant des bienfaits des boissons fraîches et des glaces par ce jour chaud et ensoleillé d’été. Voulant vérifier l’heure qu’il est, je vois qu’un numéro inconnu en provenance de l’étranger à tenter de me joindre à plusieurs reprises : une fois par appel téléphonique, une autre fois par appel Whatsapp et enfin en me laissant un message vocal sur cette même application que j’écoute. Le message est très bref, dans une langue que je ne connais pas. Il y a pourtant un mot que je reconnais distinctement : le prénom de la jeune femme sur laquelle Marabout a jeté son dévolu avant même que notre divorce soit prononcé. Je la nommerai ici Bengali Rouge. Avec Paradisier nous sommes stupéfaites. Qui sont ces personnes : ses parents, sa famille, des amis ? Pourquoi m’appellent-elles ? Comment ont-elles eu mon nouveau numéro de téléphone ? Pensent-elles vraiment avoir appeler Bengali Rouge ? Non, ce serait absurde… Est-ce une blague ? Est-ce une menace ? Une foule de questions nous assaille tant la situation est étrange autant  qu’inattendue. Heureusement pour moi, Fauvette Couturière est en relation avec des connaissances parlant cette langue aussi je lui transfère le message vocal. Elle en obtiendra la traduction suivante : « Bengali rouge, rappelle-nous ! »1 Que faire ? Je décide de laisser faire car après tout ce n’est plus mon affaire…

Les jours passent. Je me pose beaucoup de questions suite à ce message. Dois-je me taire ? Dois-je les rappeler ? En connaissant la vérité, en ayant les moyens de contacter et de prévenir ces personnes mais ne faisant rien, est-ce que je ne mens pas par omission ? Après tout ne rien leur dire alors que je le peux revient à dissimuler la vérité. 

OMISSION, subst. fém.
3.
THÉOLOGIE
b)
 (Mensonge), mentir par omission. (Action de) taire la vérité, (d’)empêcher qu’elle ne soit révélée en gardant le silence. 

Tout est là ! Les cartes du Destin ont été distribuées et avec elles la clé qui me donne accès à Bengali Rouge. Le choix désormais me revient. Mais de quel droit devrais-je agir de la sorte ? Au nom de quoi, de qui ? J’ai fait le choix de divorcer, ce qu’il advient ensuite ne m’appartient plus. 

Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché.
Jacques 4:17

Le Destin se manifeste une fois de plus. En effet, à l’époque, comme le divorce approchait à grand pas, Il m’avait révélé des choses concernant Marabout2. Je ne sais si Dieu me fit ainsi comprendre que j’avais pris la bonne décision en quittant une situation dans laquelle je souffrais beaucoup trop mais à partir de là, des éléments, des signes, des indices furent laissés à mon appréciation. Cela couplé à ma capacité d’analyse et d’investigation, et aussi au soutien de certains amis, il me fut alors facile de dévoiler la duplicité de Marabout. Mais soyons clairs, sans les premiers mes compétences auraient été inutiles. C’était très étrange de pouvoir soudainement voir avec une tel limpidité les actes et les mots trompeurs de Marabout. La vanité était omniprésente et c’est cette vanité qui aura participé à me servir sur un plateau d’argent beaucoup d’agents révélateurs.  En récompense à ma délivrance, Dieu m’avait fait cadeau de la clairvoyance.

CLAIRVOYANCE, subst. fém.

C.− Au fig. Qualité de discernement qui permet de voir clair dans la confusion, de déjouer le leurre et l’imposture des fausses apparences

Quoiqu’il en soit, je suis en proie à un cas de conscience, en pleine crise avec ma morale. Je sais et je ne dis rien ; je sais et je reste muette et je crois que faire vœu de silence sur ce sujet me condamnerait à une culpabilité sourde qui finirait par me ronger de l’intérieur. Déjà que…

CONSCIENCE, subst. fém.
D.−
[La conscience morale du point de vue de son application dans des domaines particuliers]
2.
 [La conscience morale appliquée aux obligations religieuses]
− Cas de conscience. Difficulté créée par une situation ambiguë où la conscience hésite à se déterminer dans un sens précis faute d’une prescription religieuse à laquelle se référer dans un tel cas.
♦ P. ext., cour. Situation conflictuelle délicate à résoudre, sa solution engageant la conscience morale du sujet ; scrupule. Se faire un cas de conscience de qqc. a) Avoir scrupule à faire quelque chose que l’on ressent comme allant à l’encontre de sa conscience morale. b) Se tenir pour obligé de faire quelque chose parce que l’on en ressent l’obligation morale. 

N’arrivant à prendre cette décision seule, je décide alors de demander son avis à mon entourage. Aigle Royal dit que ce ne sont pas mes affaires et que je devrais penser à moi avant tout. Faucon Pèlerin dit que Bengali Rouge devrait vite se sauver. Fauvette Couturière propose l’aide d’un ami afin de trancher. Colibri de Linné me conseille d’en rester aux faits si jamais je me décidais à les contacter. Et la majorité dira : « Tu sais ce qu’il en est, ce serait mieux de la prévenir quand même ».  Je vais jusqu’à l’église du village où je réside pour en discuter avec le prêtre qui me dira ceci : « Attendez un peu avant de le faire si jamais vous prenez la décision de le faire. Vous êtes la personne la plus mal placée pour leur (les personnes qui m’ont contactée) en parler même si vos intentions sont bonnes. Mais vous restez l’ex-épouse et vous savez comment sont les gens en général : la jalousie, la vengeance, la méchanceté, voilà ce qu’ils se diront. Je vous conseille d’attendre et de voir ce qu’il adviendra. Ce n’est pas une décision facile à prendre, j’en conviens. Prenez le temps avant d’agir car ce ne sont pas là des informations anodines mais, si vous agissez dans la bienveillance, Dieu sera à vos côtés. » Là-dessus, il écourta notre conversation qui avait l’air de l’avoir choqué (je me demande même s’il m’a crue…).

Plusieurs choses vont me décider…

Le drame avec les individus du genre Marabout, c’est qu’il vous considère comme  un truc sorti ex-nihilo, un chose sans attache, sans lien, sans filiation. C’est évidemment faux. Je suis la fille de ma mère et de mon père ; petite-fille de grands-parents paternels et maternels ; cousine de cousines ; nièce d’oncles et de tantes ; etc. Lorsque j’ai annoncé à ma mère que je divorçais et que je lui ai exposé dans le moindre détails pourquoi je prenais cette lourde décision, elle était effondrée, profondément choquée et très en colère ! La vérité n’est pas toujours bonne à dire car elle fait mal mais aussi parce qu’elle est parfois trop insoutenable à entendre et/ou à regarder3.

VÉRITÉ, subst. fém.

1re Section. Toujours au sing. [Le plus souvent avec art. déf.]
I.
A. −
2. Lang. cour.
a)
α) [P. oppos. à erreur, ignorance] Connaissance conforme à ce qui existe ou a existé; expression de cette connaissance. 
b)
α) Conformité d’une affirmation à la réalité. 
II.
A. − [P. oppos. à fiction, légende, rêve] Ce qui existe indépendamment de l’esprit qui le conçoit. Synon. réalité.

2e Section. Au sing. ou au plur. [Le plus souvent avec art. indéf.]
I.
A. − PHILOS., THÉOL., lang. des sc. Énoncé conforme à la réalité.
B. − Lang. cour.
1. Idée conforme à la réalité ou tenue pour telle.

Lorsque je me suis retrouvée à vivre avec ma mère temporairement le temps de me retourner suite au divorce4, je me suis rendue compte qu’elle déniait parfois ce qu’il m’était arrivé comme si cette vérité ne pouvait pas être possible, une vérité trop horrible pour être assimilée et acceptée. Mais la vérité n’est ni bonne ni mauvaise : elle est. La vérité est la mise en lumière des faits tel qu’ils sont. L’accueillir est autre chose… Bengali Rouge est aussi la fille, la cousine, la petite fille, la nièce de quelqu’un. Elle n’est pas juste la nouvelle et énième conquête de Marabout. Elle existe de bien des façons : par la filiation, les amitiés, les collègues, son emploi, ses voyages, etc. Elle « est » de par sa propre histoire biographique comme chacun de nous tous. Pensant à ma mère et voyant avec quelles difficultés elle prenait la nouvelle, je n’osais imaginer ce qu’il en serait dans une famille aux traditions encore bien ancrées dans leur pays : quels troubles cette relation jetterait-elle sur le plan inter-relationnel (réputation, discrédit, etc.) ?

Je commençais à rêver d’elle la nuit… Je n’avais pourtant pas à me sentir coupable de sa situation. Après tout, le seul responsable de tout cela était Marabout même s’il a toujours feint de l’être : il est tellement plus aisé de désigner des boucs émissaires. Je n’avais pas non plus à me sentir coupable de cette rencontre : je ne les avais pas présentés, je ne la connaissais même pas ! Et pourquoi devrais-je me sentir coupable pour quelqu’un qui est venue dans ce qui fut « ma » maison et qui a mangé à cette table où je siégeais avant ? Si seulement les murs avaient pu parler, sûrement se serait-elle enfuie… Beaucoup de chagrins entre ces murs, beaucoup trop mais c’était mon foyer5. Afficher les photos de ce lieu quelques semaines après le divorce me paraissait tout à fait inconvenant pour ne pas dire obscène. Mais je crois qu’il s’agit là avant tout d’une question générationnelle : autres époques, autres outils technologiques, autres mœurs. Je culpabilisais tout simplement parce que je savais avec qui elle était, que j’avais les moyens de la prévenir par un tiers interposé et que je ne faisais rien. C’était comme mentir. 

Je me moquais régulièrement de son physique. Avec Paradisier et Geai Bleu nous en riions beaucoup. Un jour, Fauvette Couturière m’interpella sur ce fait : c’était peut-être trop, non ? Et pourquoi se moquer de quelqu’un qu’on ne connait pas ? C’était tombé sur elle comme cela aurait pu tomber sur une autre : cela n’aurait fait aucune différence… Il est vrai que rire à un côté libérateur. Mais pourquoi se moquer, pourquoi tourner en dérision ? En y réfléchissant, singer cette situation me permettait de la dématérialiser : devenue fiction, elle prêtait à rire. Et quelque part, si ce n’était pas « pour de vrai » alors ce n’était peut-être pas si grave et on pouvait en rire grassement. Certes, il est bon de rire mais la moquerie n’est qu’illusion. Et la réalité revient avec les questions, les doutes et les cauchemars… 

J’appris que Marabout l’avait amenée en voyage. C’est ainsi que je fis mon choix et que décision fut prise de répondre à ces gens qui m’avaient appelé un mois avant. Rien de ce qui avait été vécu ensemble avec Marabout n’avait de valeur. Rien. Qui amène sa nouvelle compagne dans la ville où il s’est marié après seulement trois mois de divorce ? Qui va dans les même restaurants ? Qui fait visiter les mêmes choses de la même façon à toutes ses conquêtes ? Assurément Marabout ! Aussi, Bengali Rouge ou une autre, quelle importance  : une chose en remplace une autre et voilà tout. Autour de moi, les gens étaient stupéfaits. « Mais il ne respecte donc rien ? » ; « Sérieux ? Là où vous vous êtes mariés ? Mais c’est glauque ! » ; « La pauvre, si elle savait… », etc. En général, lorsqu’une histoire de couple se finit, les gens aspirent à vivre autre chose et retournent rarement aux endroits où ils ont vécu des histoires avec leur ex conjoint ou alors plus tard, bien plus tard. Et ils le font encore moins avec la nouvelle relation car ils aspirent à construire un vécu qui sera autre et nouveau. Ceci ressemblait plutôt à une espèce de pèlerinage malsain. 

Mi-Août.
Ma décision est prise. J’écris ! Le premier jet est trop personnel, trop plein de mon état émotionnel fébrile. Je laisse décanter. Les faits et uniquement les faits. Quelques faits bien ancrés dans la réalité, des faits vérifiables. J’essaie de mettre les formes tout de même car la vérité qui s’énonce est, je l’ai compris désormais, d’une rare violence et d’une laideur certaine. Cette vérité sera lue par des gens qui ne s’attendent certainement pas à cela, non, vraiment pas. Qui pourrait s’y attendre et plus encore y croire ? Il y a des gens qui liront cette lettre, des gens que je ne connais pas mais nous avons un point commun : Marabout. Pour moi s’en est fini, pour eux ce n’est que le début. Je suis sincère dans ma démarche. Mais la sincérité ne fait pas tout, surtout lorsqu’on ne s’est jamais vu et qu’on ne se connait pas… Aussi trouver les mots justes, mettre les formes, être concise et simple me semblent plus qu’essentiel à ce moment précis. Cela tiendra sur une page. Je contacte une traductrice et lui explique la situation : elle est sensible à ma démarche et me fait un prix d’ami. J’y vois là un bon présage et preuve que cet acte  est juste et bienveillant. J’appelle Paradisier et lui demande si on peut envoyer ce message ensemble car c’est ensemble que nous étions lorsque j’ai été contactée.

22 Août
Avec Paradisier, nous nous retrouvons dans un café. Je prépare le message. Je sors aussi l’icône de la Sainte Vierge Noire afin de la prier pour que ce message arrive à bon port, c’est tout ce que je souhaite. Ils m’ont contactée et après un mois de réflexion, je leur réponds. Ce qu’il adviendra ensuite ne me concerne en rien : j’aurai fait ce que ma conscience m’aura dicté dans cette conduite d’être honnête et juste. Le message part sur Whatsapp. Les deux petites encoches bleues m’indiquent que le message a été vu. A partir de là, le destinataire me bloque et c’est très bien comme ça car il n’y a rien à rajouter. 

———————————————————————— Flash foward

13 Septembre
Jour de grève nationale. Je dois me rendre à un rendez-vous pour le lancement d’un ouvrage collectif. J’espère qu’un bus passera et je le vois qui arrive enfin. Formidable ! Dans le bus, je regarde les images sur Instagram. Je décide de passer sur le compte de Bengali Rouge qui est pourtant en privé. Étonnement, son profil apparaît en public avec ce message qui m’est clairement adressé6 : « Stéphanie you win ! » Ma lettre a donc été prise en compte.  

Est-ce que j’ai gagné ? Non. D’abord parce que ce message n’attendait rien. Il était juste l’énonciation de faits véritables et vérifiables. Le destinataire avait le choix de le prendre en compte ou de le jeter aux oubliettes. Ensuite il n’y a aucune victoire dans cette histoire car il ne s’agissait ni d’un jeu et encore moins d’une guerre. Mais il est vrai que de la bouche de Marabout, j’ai plus que souvent entendu des expressions bien martiales lorsqu’il s’agissait de décrire notre relation : « Je veux gagner ma guerre », « J’ai perdu le combat », « Encore une défaite », etc. Ce à quoi je répondais encore et toujours : « Mais nous ne sommes pas des ennemis, nous sommes un couple donc des partenaires, nous sommes là pour nous aider l’un l’autre. Quelle guerre ? Quel combat ? De quoi tu parles ? » Mais ça, c’était parce que je refusais de voir l’évidence : dans son esprit, j’étais devenu son ennemi ce qui justifiait son comportement à mon égard… Nulle victoire car rien à gagner ! Si ce n’est peut-être un grand soulagement de savoir que Bengali Rouge n’aurait pas à vivre aux côtés du mensonge et de la tromperie drapés dans les beaux atours des mots doux, des cadeaux et autres charmes qui ne sont là que sortilèges au service de la séduction.

SÉDUCTION, subst. fém.
A. −
 Le fait de détourner du droit chemin, du bien, du devoir. 
− En partic. Action d’amener à des relations sexuelles fautives.
B. − Tout ce qui, dans une personne ou une chose exerce un attrait irrésistible.

Je me suis moi-même demandée comment j’aurais réagi si quelqu’un m’avait prévenue au sujet de Marabout. Honnêtement ? J’aurais sûrement dit à cette personne de se mêler de ses affaires. Mais au moins, cet avertissement serait resté en ma mémoire et sûrement qu’au moment venu, cela aurait éclairé ma lanterne et m’aurait permis de couper court beaucoup plus rapidement à cette relation. J’aurais sûrement par la suite recontacter ce messager pour m’excuser de l’avoir chassé et le remercier d’avoir été franc et surtout aussi bien avisé.

Les psychologues ont une expression : « Avec le pervers, on perd tout ! » Spontanément, j’ai le sentiment d’avoir beaucoup perdu, à commencer par du temps. Et puis, l’innocence bien plus que la naïveté. La possibilité d’être mère, ma féminité, mon ami et mari7, mon foyer, mes chats, des opportunités professionnelles, etc. Toutefois, si je devais réfléchir à ce que j’y ai « gagné », je dirais une confiance pleine et entière en moi-même. Il faut être forte, courageuse, solide, droite et volontaire pour tenir le cap face à la violence blanche du quotidien. Et ce ne fut pas tous les jours évident. J’ai réalisé tant de belles choses à mon sujet, choses que je ne m’étais jamais accordées jusque là. J’ai trouvé l’amour de moi, cette estime juste de ce que je suis. La résilience8 m’aura fait faire un pas de géant dans l’apprentissage de la vie. Je l’ai vécu comme une renaissance à moi-même dans une prise de conscience proche de la révélation. 

Si j’ai gagné quelque chose alors je l’ai gagné par moi-même dans un long travaille d’analyse et de recherche pour faire un deuil convenable de ce que je venais de vivre afin que jamais, ô grand jamais 1) Marabout ne revienne un jour dans ma vie et 2) je ne retombe dans le même schéma relationnel. Ce n’était ni une revanche, ni une victoire et encore moins une vengeance. Non, il n’y a rien de tout cela quand il s’agit d’énoncer la vérité. Je possédais ce savoir, savoir que le Destin m’a permis de partager. 

Le problème avec les types du genre Marabout, c’est qu’ils arrivent à faire de leurs victimes des ennemis entre elles car leur devise est : « Diviser pour mieux régner ». J’ai bien compris que Bengali Rouge faisait de moi le bouc émissaire à cette situation : il fallait bien trouver quelqu’un à accuser pour justifier la colère, la tristesse, le chagrin, ce mélange de sentiments confus et d’émotions qui vous étreignent. Dans un certain sens, j’en ai fait de même lorsque je me moquais d’elle. Cela est bien regrettable car ne nous trompons pas de sujet ! Partout où les Marabouts passent, partout la discorde, le chaos, la folie. Perdus dans le tourbillon des émotions, on finit par faire des victimes les coupables et des bourreaux les victimes. Je ne suis pas l’ennemi de Bengali Rouge, sans être non plus son amie. J’ai juste été un messager. La Providence a fait en sorte que je puisse la prévenir. Bengali Rouge détient désormais partie de la vérité. Ainsi soit-il. 

PS : Bengali Rouge ignorait à ce moment-là qu’elle n’était pas la seule que Marabout séduisait. Il y avait un autre oiseau avec qui il roucoulait : Tangara d’Été. 

13 Septembre – Épilogue
Je reçois un mail du Conservatoire à rayonnement régional qui m’apprend que j’ai été prise dans deux chorales suite aux auditions passées quelques jours plus tôt. Est-ce que les Anges existent ? Assurément. Ils sont de précieux messagers. Soyez attentifs à leur présence, écoutez leurs conseils et remerciez-les de vous guider. La veille, un ange m’est apparu. S’en est suivi des annonces aussi remarquables l’une que l’autre. Et si je ne devais en tirer qu’une leçon, elle serait la suivante : même le mensonge le plus crédible ne peut rien face à la parole de vérité. 

Bibliographie

cnrtl.fr

Cyrulnik, B. (2018). Traumatisme et résilience. Rhizome, 69-70(3), 28-29. doi:10.3917/rhiz.069.0028.

Dostoïevski, F. (1934). Les frères Karamazov. Ed° Librairie Gallimard. Paris.

saintebible.com/

  1. Plus tard, avec Fauvette Couturière nous déduirons qu’il s’agissait plutôt d’un « Rappelez-nous ! » car assurément, ils savaient qu’ils n’appelaient pas Bengali Rouge. []
  2. Le Destin, la Destinée ou Dieu ne sont pour moi qu’une seule et même chose et j’aurai l’occasion dans d’autres billets de revenir sur le sujet plus en détail. []
  3. C’est ainsi qu’après ma dernière rencontre avec Grandala qui me demandait pourquoi je divorçais, elle ne m’a jamais recontactée, sûrement sidérée par ce que je lui avais révélé. []
  4. Marabout m’avait écrit qu’il ferait en sorte que je ne retourne pas vivre chez mes parents si nous divorcions, qu’il m’aiderait à me réinstaller. Que de belles paroles ! Les faits sont là. Ma mère m’a accueillie et lui, il n’aura pas respecté cette parole comme tant d’autres d’ailleurs mais je reviendrai sur ces différents sujets que sont le mensonge, la tromperie, l’incapacité à l’engagement ou encore l’irresponsabilité dans les billets qui suivront. []
  5. Je fais beaucoup de notes de bas de page pour vous dire que je reviendrai sur tel ou tel sujet mais il y a tant à dire. Le foyer est un lieu primordial dans la relation de couple, c’est le lieu de toutes les « scènes » qu’il conviendra d’analyser. []
  6. Message qui restera plusieurs jours d’affilé. []
  7. Oui, j’ai perdu cette personne à tout jamais car pour moi, il était cela. []
  8. « La définition de la résilience fait référence à la reprise d’un nouveau développement après un fracas traumatique. »(Boris Cyrulnik, 2018) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.