[Vivre avec les Démons] Nommer

Pour préserver la vie privée de tout à chacun, j’utiliserai des noms d’oiseaux pour identifier les différentes personnes de cette étude d’anthropologie phénoménologique car il s’agit bien de cela : observer dans le quotidien chacun de ces détails et en comprendre les causes et les effets.  C’est une tranche de vie, une anthropologie du quotidien, du vivre, du faire, du dire, du penser et du croire (entre autres) au contact de la psychopathologie, qui s’écrira ici.

Avant de nommer, je citerai une phrase de Christian Bobin, écrite dans La folle allure et vous faire part de ma réflexion sur le sujet.

Ce sont les noms qui font peur. Les choses sans les noms ce n’est rien, pas même une chose.

Tant que je ne fus pas capable de pouvoir mettre un mot, un nom exact sur ce qui se trouvait face à moi et que je percevais comme un problème irrésolu à résoudre, je ne suis pas partie : je suis restée pour plusieurs raisons sur lesquelles je reviendrai en son temps. Mais en ce qui concerne ici le sujet de la nomination, une fois que le mot fut prononcé,  la vérité s’étant révélée en même temps que le problème fut résolu dès lors que nommé, je fus comme délivrée. Nommer avait suffi à me libérer. Ce qu’il y avait désormais ne m’inquiétait plus, ne m’impressionnait plus et ne m’effrayait plus. La peur était certes encore là mais sous une autre forme, différente, pour une autre raison : celle de savoir et ainsi de réaliser les risques à être dans une tel relation et pire encore d’y rester. Si avant l’inconnu me semblait inquiétant tout autant que fascinant dans cette quête de savoir et de découvrir ce qu’il se cachait derrière tous ces mensonges, ces manipulations, ces chantages, ce harcèlement, ces tromperies, etc., la vérité énoncée me rappela à la réalité et la peur, la saine peur qui vous fait prendre conscience du danger, s’activa et me fit prendre la décision qui s’imposait le plus rationnellement à ce moment-là : partir ! Pour être tout-à-fait honnête, c’est le mot « fuir » que j’entendais dans ma tête mais ce mot sera l’occasion d’un autre billet car ce n’était pas la première fois qu’il se manifestait à mon esprit. 

Avec le nom prononcé, la parole de vérité s’était exprimée et ainsi je fus donc libérée instantanément, me permettant de prendre une décision que je ne regrettai nullement.

Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.

Jean 8:32

Donner des noms d’oiseaux

D’où m’est venue cette idée de donner ainsi aux différentes personnes intervenant de cette situation des noms d’oiseaux ? C’est souvent sous la douche que me viennent les idées et e jour-là, j’écoutais un cours du Collège de France, Qu’est-ce que comparer ? donné par Philippe Descola. Alors qu’il parlait de classification, mon esprit, ce rigolo, m’a suggéré de donner des noms d’oiseaux plutôt que de simples numéros, lettres ou fausses initiales. Cela faisait un moment que je réfléchissais à comment parler de ces autres sans les nommer nommément pour préserver leur identité propre. Lorsque je lis des ouvrages où l’auteur emploie des « Madame A » ou « Monsieur X », ou encore « Professeur C. F. » ou bien « Patient n°14 », je ressens un sentiment de gêne : cela coupe l’élan de ma lecture. Le degré d’impersonnalité totale est bel et bien atteint et peut-être trop au final, trop au point de se demander si on parle bien de sujets et non d’objets voire d’abstractions.  
Et puis, ce serait mentir que de dire que derrière cette idée de noms d’oiseaux, il n’y a pas une petite moquerie car l’expression « Donner des noms d’oiseaux à quelqu’un » signifie insulter ou injurier une personne. J’aime plaisanter et plus encore lorsqu’il s’agit d’amener de la légèreté dans des situations trop lourdes. Le rire, bon enfant ou moqueur, aura fait parti des outils ô combien utiles à la bonne marche de mon travail de deuil. Comme il s’agit ici d’anthropologie phénoménologique, c’est dans ce type de détail précisément que se trouvent les matériaux nécessaires à l’étude analytique et comparative. 
Enfin, les oiseaux ont tenu un rôle important dans ces dernières années. Des oiseaux auxquels j’ai accordé une symbolique forte. Je percevais par exemple les colibris émeraudes du jardin comme des protecteurs et des soutiens. En deux ans, je n’en avais jamais vu et soudain, ils étaient là. Plus j’allais mal, plus je projetais des signes angéliques (pour ne dire divins) de soutien sur toutes les choses qui me procuraient une émotion positive ou un bon sentiment : l’esprit met en place bien des mécanismes et des stratégies quand il s’agit de survivre. 
Ce rapport aux oiseaux ne datent pas non plus d’hier. Je garde en mémoire ce dessin animé des années 80 où deux enfants traversent un écran de télévision pour atterrir  dans un monde magique afin de trouver l’oiseau bleu du bonheur pour soigner leur mère malade et mourante. J’ai aussi le souvenir du corbeau de mon enfance, oiseau fort intelligent ; le pivert et la huppe de la maison de famille. 
Et pour rester dans les métaphores symboliques, c’est à un drôle d’oiseau que j’ai eu affaire pour ne pas dire un oiseau de malheur. Mais à la fin, l’oiseau s’est envolé !

Le volatile contenu dans l’oiseau fait écho au langage des oiseaux cher aux alchimistes. Après être revenue des « Enfers » (putréfaction), j’en ai tiré des leçons et pris quelques décisions. « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort », certes. A la condition de faire un véritable travail de fond, un processus d’analyse (calcination) profonde qui va nous permettre par la suite d’opérer une transformation, une métamorphose dans notre nature, notre caractère et notre âme. C’est ainsi que l’on se trouve soi (distillation). C’est alors que notre rapport à l’autre s’offre sous un nouveau jour (conjonction). De cette expérience douloureuse, imprégnée de tristesse, de doutes, de colère, de frustration, d’incompréhension, etc., il est possible de procéder à une sublimation. Même la chose la plus horrible peut être sublimée en une chose merveilleuse. Cela passe par l’écriture en ce qui me concerne : une écriture anthropologique, une écriture du phénomène, une écriture pour que les mots restent puisque les paroles s’envolent comme des oiseaux. Alors les noms d’oiseaux lesquels, écrits, resteront mais garderont toujours en eux le léger, l’air, le souffle : le volatile. 


Liste ouverte et extensive

Dans les futurs billets, la distinction entre les oiseaux et les humains se fera par l’emploi de la majuscule en début du nom d’oiseau lorsqu’il s’agit du surnom attribué à un humain

  • Le marabout
    II. − Échassier de grande taille, vivant en Afrique et en Inde, charognard, à la stature presque verticale, à la tête et au cou déplumés, ayant un bec très fort et une poche à la base du cou.

Cette liste s’enrichira de noms d’oiseaux au fur et à mesure des billets à suivre incluant d’autres personnes. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.