[Vivre avec Les démons] Au commencement…

J’ai pris mon temps. J’ai pris tout le temps nécessaire afin de faire un travail de deuil convenable. Je parle ici du travail de deuil sur le plan psychologique/psychanalytique. 

B.− P. ext.
1. Sentiment de profonde tristesse liée à une cause occasionnelle (départ, rupture, etc.).
https://www.cnrtl.fr/definition/deuil 

Comme tout le monde, je suis passée par ces 5 fameuses étapes établies par la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross : 

  • le choc et le déni
  • la colère
  • la négociation
  • la dépression et la douleur
  • l’acceptation

L’acceptation d’avoir vécu avec une personne atteinte de troubles psychopathologiques est venue très vite dès lors que les mots avaient pu être clairement posés au cours de ma thérapie. Le fait de savoir m’a libérée et m’a permis de prendre la décision de partir. Ce fut malgré tout un véritable choc, choc terrible qui m’a fait devenir subitement sourde et avoir des vertiges terribles comme si, dans le fond, je tombais de très haut. Je savais ce qu’il en était mais une part de moi avait malgré tout du mal à se résoudre à avoir été ainsi manipulée de la sorte ou plutôt bercée d’illusions. J’ai beaucoup négocié avec moi-même avec une discipline constante dès que je me laissais aller à du vague à l’âme. Je faisais alors appel à ma raison et me concentrer sur les faits et uniquement les faits tel qu’ils avaient été dans la réalité. Quant à la douleur… J’ai vu le moment où je mettais fin à mes jours, mais j’y reviendrai dans un autre billet. Je vivais déjà la tristesse, je vivais déjà la douleur : douleur d’être insultée, humiliée, rejetée, trompée, etc. Mais surtout cette douleur de se savoir haïe. Je reviendrai là aussi sur ce qu’est la haine qui n’est en rien la détestation. La haine est bien différente. Et j’en ai pleuré. Mais qu’est-ce que j’ai pu pleuré ! Trop sûrement. Mais là aussi, j’explorerai dans un futur billet les territoires de la peur pour vous expliquer pourquoi je suis restée.

Ce qui aura duré le plus longtemps au final, c’est la colère. Vous savez, cette colère qui vous surprend d’un coup. Où vous vous mettez d’un coup à insulter l’autre à autre voix, où vous vous imaginez lui mettre la raclée de sa vie. Et cette colère vient jusque dans vos rêves…  Dans un autre billet, je ferai une psychanalyse d’un rêve en particulier où j’arrachais son visage. Nul besoin de s’appeler Freud pour en comprendre les tréfonds. Merci à mon imaginaire d’être ainsi si puissant me permettant ainsi de me libérer des démons ! J’ai donc attendu que cette colère s’apaise. Cela ne sert à rien d’écrire dans la colère (ou de faire quoique ce soit d’autre d’ailleurs). La colère est mauvaise conseillère. J’ai attendu patiemment que cette colère se diffuse, se calme, s’atténue. Le temps guérit tout, oui, il est vrai mais à condition de savoir se libérer comme il convient. 

Tant de choses à écrire sur le sujet. Déjà plein de billets qui se préparent comme vous l’aurez compris. Des billets sur le mensonge et la vérité ; sur l’infidélité comme pire des trahisons ; sur le corps parlant ; sur la peur et l’investissement ; etc. 

Plus j’y pense et plus je vois cette épreuve de vie comme un rite initiatique : quelque chose a profondément changé en moi. Je me suis révélée à moi-même. J’ai découvert tellement de belles choses à mon sujet, des choses que je n’avais jamais été capable de voir jusque là. Je crois que la leçon de tout cela au final, c’est l’amour. L’amour est affaire de justice et il convient d’être juste avec soi-même et de savoir s’aimer, s’estimer à sa juste valeur. Quand on est aligné avec soi-même alors il se passe un phénomène de l’ordre du merveilleux qui fait que l’on devient conscient d’être au monde et de bouger dans un même mouvement d’harmonie. Tout devient clair. « Revelatio ! »

En ayant traversé cette épreuve avec dignité, tu as anobli ton âme. 

Paroles de C.

J’ai pris aussi le temps pour revenir car c’est un sujet délicat où l’on peut vite tomber dans certains travers : la colère qui vous rattrape bien sûr ;  mais aussi revêtir la panoplie de la victime et vouloir que les gens s’apitoient ; ou pire être mue par un esprit revanchard de vengeance. Non. Ce n’est pas du tout ce que je souhaite faire en revenant sur ce carnet de recherche. J’ai surtout envie de développer une analyse anthropologique – et aussi psychologique car j’ai beau retourné le problème dans tous les sens, il me faudra parfois y recourir pour expliquer certains événements et situations – sur ce qu’est le quotidien au côté d’une personne atteinte d’une psychopathologie. C’est un sujet « casse-gueule », ne nous leurrons pas car il y a évidemment tout le pan de l’autobiographie mais je fais le choix de sublimer ce temps vécu (plus de 10 ans de terrain) et d’en faire une étude : à moi d’être capable de tenir la distance et si vraiment je n’y arrive pas, je n’insisterai pas. 

RAPPEL ! Il s’agit d’un carnet de recherche, c’est-à-dire que vous y lirez des textes d’une recherche qui se fait, qui se pense, qui se construit. C’est de la recherche en cours en rien figée. Ce que j’écris à un instant donné, je peux venir l’invalider à un autre moment car ayant découvert un nouvel élément crucial.  Je partage avec vous mes réflexions et analyses sur le sujet au fur et à mesure. Ne soyez pas surpris par exemple que je puisse passée d’un sujet à un autre dans les articles. La construction ne sera pas nécessairement linéaire. Plus tard, lorsque grâce à ce carnet j’aurai créé assez de matière à penser, j’entreprendrai la rédaction d’un ouvrage. 

Que dire de plus si ce n’est que à côté de cela, pendant le temps où je faisais mon travail de deuil et prenais soin de moi, je me suis prise d’intérêt pour l’intelligence artificielle (robotique, cybersécurité, etc.). C’est un fait, l’IA est à la mode en ce moment. Peut-être revivra-t-elle un nouvel hiver mais malgré tout, c’est quelque chose qui attisent bien les passions dans le monde de la recherche depuis bien des décades. Aussi, en parallèle de ce projet « Vivre avec les démons », j’ai l’intention d’utiliser ce carnet pour partager mes réflexions sur l’IA. Je vais donc créer un onglet spécialement pour. J’ai déjà lu pas mal de choses sur le sujet, j’ai suivi un MOOC réalisé par le CNAM sur la plateforme FUN et je me suis mise à Python. Python est le langage de programmation à la mode (même si j’ai l’impression que Julia gagne du terrain mais peut-être que je me trompe). Je n’ai pas l’intention de devenir une programmeuse professionnelle mais il me semble essentiel de maîtriser ce vocabulaire spécifique afin de pouvoir comprendre ce qui se fait en matière de programmation quand on parle IA. 

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.

Jean 1:1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.