[Vivre avec les Démons] Avertissement au lecteur

 Cher lecteur,

Les écrits que tu trouveras ici sont en pleine réflexion. Il s’agit d’une recherche en cours. Aussi ne t’étonnes pas de ne pas toujours trouver toutes les références bibliographiques que tu aimerais y voir ; d’avoir parfois la sensation d’un texte inachevé ; de te demander somme toute “mais où est-ce que l’on va ?”. Et bien, je te l’avoue, je ne le sais pas moi-même. C’est un chemin sinueux, qui demandera sûrement de se perdre en route pour mieux se retrouver ; c’est un chemin fait d’embûches et de peurs aussi. Mais sache que “même dans l’obscurité, il y a toujours la lumière“. Cette phrase, je me la suis répétée souvent dans les derniers mois avant de laisser le Démon derrière moi. J’avais compris que j’étais tombée dans un enfer qui n’était pas le mien. Et dans ce monde de ténèbres, partout où mes yeux se posaient, il y avait toujours de la lumière et plus particulièrement celle du soleil. Ce soleil si chaud, si écrasant et si gros devint soudainement un gage d’espoir. Tout n’était pas perdu car la lumière était là, encore, toujours, partout. 

Oui, ces écrits sont en chantier, ces écrits aideront aussi au travail de deuil. Ce fameux travail dont Freud et Racamier ont si bien parlé. Il y aura de la perte car, de ces écrits, tout ne sera pas gardé. Mais il y aura aussi ce qu’il s’y gagne : la création anthropologique, le partage d’un expérience de terrain d’une décade, la sublimation du laid en beau. Partout où il y a de l’amour, il y a de la vie et de l’alchimie. Tout peut se sublimer même les choses les plus monstrueuses pour peu qu’on soit rempli d’amour. Je devrais faire attention à ne pas trop m’égarer sur les chemins des sentiments, mais tu ne m’en voudras pas trop, cher lecteur, car je sais que tu es indulgent et bienveillant quand la recherche se fait, là, sous tes yeux, qu’elle se construit petits bouts par petits bouts, qu’elle se compose, se décompose et se recompose. Tu sais ce que je pense de l’écriture, qu’elle est comme une mélodie. Et rien n’est plus beau, qu’une mélodie d’amour.

Bien à toi.

Sigmund FREUD, extrait de Métapsychologie
traduction revue et corrigée par Jean Laplanche et J.B. Pontalis, 
Paris, Gallimard, 1986 (1ère publication 1915), p. 145-171
[En ligne] https://www.cairn.info/revue-societes-2004-4-page-7.htm#

Paul Claude RACAMIER, Le génie des origines
Paris, Payot, 1992.
https://www.payot-rivages.fr/payot/livre/le-g%C3%A9nie-des-origines-9782228885126


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.