[Vivre avec les Démons] Présentation sommaire

Vivre aux côtes d’un être aux prises avec ses propres démons m’a permis malgré moi d’expérimenter une situation nouvelle et pourtant familière. Ce terrain de 12 ans, en immersion totale dans ces dernières années, m’offre aujourd’hui la possibilité de réaliser une étude anthropologique sur le sujet de la manipulation, du harcèlement ou du mensonge. J’hésite à employer le terme de perversion tant ce mot a été galvaudé avec le temps. En effet, dire que l’on a été sous l’emprise d’un pervers narcissique vous expose aujourd’hui à toutes les moqueries et petites railleries du quotidien sous le prétexte que vous ne supporteriez pas la moindre contrariété ou d’avoir été “jeté”. Il y a une très grande différence à être en conflit avec quelqu’un de sain et être en conflit avec quelqu’un de malsain. 

Je souhaite réaliser cette étude dans la posture qui a été la mienne : celle de proie, puis d’objet de haine pour finir victime. Ce n’est pas une posture choisie car la victime ne s’offre pas en sacrifice. La victime subit la méchanceté, l’injustice et la haine de QUELQU’UN. Comment ai-je pu me laisser séduire puis “empriser” ? Pourquoi n’ai-je pu réagir ? Pourquoi être restée ? Quelles pratiques du quotidien m’ont permis d’entrer en résistance ? Quels comportements ai-je adoptés vis-a-vis de moi-même, du persécuteur, de l’entourage ? etc. Les questions sont nombreuses et la pensée se détaillera à chaque nouveau billet.

Il n’est pas question ici de réaliser une énième étude clinique car les psychologues et psychiatres ont déjà écrits bien des ouvrages sur le sujet. Il me tient à cœur d’ouvrir une réflexion anthropologique sur ce phénomène d’emprise qui nous lie à l’autre, sur cette relation de victime à bourreau et surtout d’entrer dans une phénoménologie de l’intime, du quotidien aux côtés de la haine (voir de la folie) au sein du couple. Un retour réflexif ne pourra être évité dans un aller-retour nécessaire à maintenir une distance objective quand il y a eu autant d’investissement émotionnel totalement subjectif. C’est le risque lorsqu’on décide de devenir son propre sujet d’étude mais je le prends. Car s’il y a là dans cette analyse, une quête personnelle de l’ordre thérapeutique, il y a aussi cette nécessité, pour ne pas dire urgence d’écrire sur le sujet tant il est d’actualité.  Le harcèlement se décline sous toutes les formes possibles et inimaginables et à grandeur.  Signe des temps ? Probablement. Dans une société qui promeut la réussite, l’argent, la gloire de l’ego et la matérialité, le Narcisse ne peut qu’y croître inexorablement. Nous avons tous un ego, mais lorsqu’il dérive, il devient mortifère à nous-mêmes mais aussi à l’entourage et au final à la société. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.