Archives du mot-clé mots

[RDV] Miroir, mon beau miroir...

... dis-moi tout !

Il y a quelques jours, Mélodie FauryYann Calbérac et moi nous sommes donnés rendez-vous sur le net pour découvrir les joies de l'écriture collective : c'était un jeudi, le 29 septembre 2011 à 14h. Mélodie nous avait facilité la tâche en nous fournissant le lien magique de Pirate Pad. Il n'y avait plus qu'à se lancer.

Méthodologie

  • Rendez-vous à 14h tapante sur skype !
    C'était la façon la plus simple de s'informer de notre présence. Après un bonjour cordial et amical, nous nous sommes vite plongés dans le vif du sujet.
  • Mélodie nous fournit le lien vers notre Pirate Pad.
    Chacun y écrit son nom et choisit sa couleur de surlignage attitrée pour mieux se repérer dans la conversation : vert pour Mélodie, orangé pour Yann et violet pour moi.
  • Détermination du sujet.
    Nous avions précédemment échangé quelques mails dans le but de nous éclairer sur les thèmes de nos travaux respectifs et sur des thèmes plus personnels. Forts de ces informations, nous avons choisi trois mots chacun. Personnellement, j'ai opté pour ceux qui se recoupaient dans nos mails à savoir "miroir""thé", et "passage".
  • Ecriture collective.
  • Fin de l'écriture à 15h, suivie de quelques impressions via clavardage sur skype.
    Il était nécessaire de déterminer le temps que nous voulions passer à écrire ensemble. Il est aisé avec ce genre d'outil chronophage de se laisser prendre au piège au risque de perdre du temps sur nos travaux respectifs en cours. Nous voulions partager un agréablement moment, découvrir les fondements d'une écriture collective mais surtout pas au détriment de nos impératifs. Au bout d'une heure environ, Mélodie a disparu du Pirate Pad. Mon tour a suivi assez vite. Est-ce un simple bug ou un signe du destin ? Le fait est qu'au bout d'une heure, chacun notre tour avons été déconnectés sans vraiment comprendre pourquoi : perte de connexion, écriture assez longue, bug, etc. Nous avons échangé nos impressions sur skype en calvardant. Chacun avait beaucoup à dire encore. C'est pour cela qu'il a été convenu d'écrire un billet-retour de nos impressions sur nos carnets de recherches respectifs.
  • Enregistrement du document.
    A la fin, nous avons hésité à sauvegarder le texte ou pas. Fallait-il le laisser ainsi, voué à disparaître, le penser comme une écriture de l'instant ? Ou fallait-il le conserver, en garder une trace comme le souvenir d'une écriture partagée ? J'ai sauvegardé le texte en RTF et PDF, les deux seuls formats qui conservaient les codes couleurs. Huit pages au total ! Je les ai fait suivre à mes acolytes. Je l'ai sauvegardé pour pouvoir y revenir plus tard afin de réaliser ce billet. Etant donné que mon planning à venir concernant ma recherche était assez chargé, les jours passants risquaient de me faire oublier le fil de notre écriture. L'enregistrement du fichier a du bon quand on est débordé !

Ecriture collective

Après la détermination des couleurs (pour rappel : vert pour Mélodie, orangé pour Yann et violet pour moi), place à l'écriture ! La détermination du sujet parmi notre trois choix respectifs s'est imbriquée dans l'écriture comme suit :

De ce long échange autour des miroirs, des reflets, des images, du moi, etc. voici ce que j'en retiens :

  • Chacun écrivait au départ à la suite de l'autre. Pour être plus claire, nous commencions nos phrases à la fin de celles des autres. Une façon d'être poli, j'imagine alors que l'outil nous permettait de pouvoir écrire librement que ce soit en début, fin ou milieu de phrases. Vers la fin, Mélodie la première a osé franchir le pas non sans s'excuser préalablement.

  • Le principe des couleurs m'a beaucoup plus. Comme un grand jeu de Tetris, les mots s'emboîtaient en créant un mur de lignes colorées. Plus que le contenu du texte et les propos du discours, ces blocs colorés en disent long sur la discussion. C'est une façon efficace de repérer chaque "écrivain". C'est aussi un bon moyen pour voir ceux qui lancent les conversations, ceux qui y répondent, ceux qui avancent au fil de l'écriture, ceux qui reviennent en arrière, etc.

  • C'est justement l'un des avantages de Pirate Pad : on peut avancer ou revenir dans l'écriture ! Pendant qu'on écrit, on est à ce que l'on écrit mais pendant que les autres écrivent, on est à la lecture. On peut décider de laisser les autres écrire, avancer dans l'écriture et rester sur un passage qui nous a plus interpelé pour prendre le temps de la réflexion et de la rédaction. Mais c'est aussi l'inconvénient de Pirate Pad. A la fin de l'heure impartie et après relecture du PDF, j'ai découvert ce que Mélodie et Yann avaient écrit plus bas dans les pages. Le choix est délicat : difficile d'être à la fois lecteur et écrivain.

  • Le contenu de tout cela était très personnel au final : chacun y a exprimé son expérience et son vécu. Le sujet croisait parfois l'intime comme l'histoire du grand-père de Mélodie. Il a permis aussi d'échanger une certaine bibliographie (Montaigne, Perec, Lanzmann). Il nous a permis de découvrir nos façons de vivre le terrain : l'action et l'émotion, comment les combiner ? Nous avons aussi abordé la place du "moi" en tant qu'individu ou que chercheur, et aussi les problèmes de légitimité de conservation des documents. Nous étions aussi surpris face à la construction de notre écrit en direct : blocs de couleurs, va-et-vient, échanges de nos histoires, etc. Tout autant de pistes qui s'offrent à nous pour des prochaines écritures collectives.

A faire et à refaire ! Ne serait-ce que pour le plaisir de partager des points de vue différents. La rencontre de plusieurs univers à la croisée d'une page blanche engendre un jet de couleurs spectaculaire dans lesquels les mots s'intègrent pour obtenir un discours de choristes.

-

Le reflet selon Mélodie...