Archives du mot-clé Gil Bartholeyns

[Objets (f)utiles] – Ép. 1

Pour information : à la demande de Gil Bartholeyns, les citations sont modifiées conformément au texte qu’il m’a fait suivre. Depuis le 14 avril 2015, le texte est donc modifié comme suit.

-

Episode 1 – De la necessitas

Objets utiles, objets futiles !
Objets nécessaires, objets éphémères !
Objets d’études, objets de mon cœur !

Objets encore et toujours, réels ou virtuels… vous êtes partout ! Combien de fois utilisons-nous le mot objet au cours d’une vie ou plus humblement en une journée ?  Sans compter tous ses remplaçants : choses, trucs, machins, bidules, ustensiles, outils, propos, thèmes, substances, matières à toucher ou à penser…

Mon enquête de terrain au sein d’une ressourcerie ainsi que les quelques manifestations scientifiques auxquelles j’ai pu assister apportent quelques réponses concernant mon “objet” d’études.
Dans une société d’hyper consommation où l’offre en matière d’objets est toujours plus croissante, quels objets trouvent grâce à nos yeux ? De l’utile au futile, quels sont ceux auxquels on épargne une vie de déchet par l’abandon ? De l’utile au futile, quels sont ceux  au contraire que l’on jettera sans regret ? Comment se détermine le choix délicat de la conservation ou de la séparation ? Question d’utilité ou de futilité ?

Au colloque des Irremplaçables du 22 mai dernier, Gil Bartholeyns, historien et professeur à l’Université de Lille, nous a offert quelques définitions fort à propos autour de l’objet.

Les mots remplaçable et irremplaçable n’apparaissent qu’au XIXe siècle. Le verbe remplacer est attesté au XVIe siècle et au début du XVIIe dans le sens d’une chose ou d’une personne qu’on met ou qui se met à la place d’une autre, ou de faire jouer à quelque chose ou quelqu’un le rôle d’une autre.

Mais alors quels mots remplaçaient l’irremplaçable en son absence ?

[…] le terme indispensable […] prend le sens qu’on lui connaît au XVIIe siècle et signifie d’abord « ce dont on ne peut être dispensé » au sens d’exempté, en empruntant au verbe latin dispensare, dont un des sens est « distribuer ».

Mais alors, qu’est-ce qui est nécessaire ? Qu’est-ce qui relève de la necessitas ou de la nécessité, puisque ce mot signifie exactement, dès 1155, « ce dont on ne peut pas se passer » ? Ces mots sont associés aux besoins naturels tels que dormir et manger. Dans la tradition biblique, la nourriture, le vêtement et l’habitation sont les trois choses matérielles jugées les plus « nécessaires ». Les évangiles et les écrits de Paul sont traversé par le leitmotiv ne vous souciez que du nécessaire, tout le reste est superflu (Mtt 6,34, Mc 12,44, Ph 4,6, etc.). Le couple utile/superflu ou fonctionnel/superflu des sagesses gréco-romaines se durcit au passage du christianisme en une opposition nécessaire/superflu.

Ainsi utile, fonctionnel, nécessaire, indispensable rejoignent ce même mot : le besoin, ce dont on a besoin pour vivre, en l’occurrence de la façon la plus stricte qui soit. C’est ce qu’on pourrait appeler aujourd’hui dans le jargon populaire le minimum vital ou le strict minimum.

Mais revenons à notre objet : l’irremplaçable. Il transporte avec lui son antonyme “remplaçable” lequel avant même d’exister se voyait déjà remplacé par d’autres. Quelle ironie !

Il semble que ce soit du côté de la notion de substitution qu’il faille chercher des éléments de réponse. Car, si les médiévaux semblent avoir penser l’irremplaçabilité sur le mode du nécessaire et du minimum vital, sur un registre essentiellement moral, il ont pensé au fait même du remplacement, au sens de mettre une chose à la place d’une autre, par le terme bas latin substitutio et le mot substitution à partir du XIIIe siècle (l’équivalent donc de remplacement trois siècles plus tard). Mais pour notre affaire il manque un antonyme à substitution, et un adjectif pour indiquer l’impossibilité du remplacement, c’est-à-dire l’objet qui, pour une raison ou pour une autre, ne peut être échangé avec un autre. Quoi qu’on pourrait dire que le terme « substitution » porte en lui l’idée d’une certaine irremplaçabilité, puisque le préfixe sub- indique implicitement l’infériorité du substitut par rapport au substitué, le non-équivalence. Ceci étant dit, ce qui se rapproche finalement le plus de la désignation d’un objet irremplaçable, si on fait abstraction du champ d’usage éthique, c’est la chose qui sera qualifiée de nécessaire à une action ou à un état.

Aujourd’hui, irremplaçable a pris une dimension plus sacrée (même dans le domaine du profane) : il est unique et précieux selon ses synonymes. On le retrouve souvent au cœur de nombreux rituels et de cérémonies car sans lui, rien ne pourrait se passer comme il le faudrait : la bougie ou la couronne ou encore le sceptre, etc.

De très nombreux objets sont souvent impliqués dans les rites d’institution et d’installation des personnes de manière apparemment inconditionnelle. […] Je prends l’exemple du sacre du roi de France au XIIIe siècle tel qu’il est censé se dérouler selon les ordines, c’est-à-dire les textes prescriptifs de la cérémonie. (…)Il faut 34 objets et substances pour faire un roi. Les paroles redoublent l’action des objets. […]

Mais quels objets étaient vécus comme indispensables, faisaient « ce que ni les gestes ni les mots ne suffisent à faire »?
(Cette dernière phrase est un extrait de l’article “Les biens non substituables dans l’occident médiéval” de G. Bartholeyns, publié dans la revue Techniques et Cultures n°58, 2012.)

Tout autant d’objets futiles aux yeux du néophyte qui n’en voit que la forme mais utiles à ceux qui en connaissent l’histoire et les implications. L’ours en peluche qui nous tourne le dos sur l’affiche nous rappelle ce “nounours” ou “doudou” de notre enfance, ce jouet aimé plus que tout, qu’aucun autre n’aurait pu remplacer : qu’il fut beau ou laid, que nous importait ! Utile comme une objet cérémoniel ou futile comme un ours en peluche, l’irremplaçabilité de l’objet se cache alors peut-être dans l’attachement, dans le lien indéfectible que l’on crée entre lui et nous.

-

A suivre…