Archives par mot-clé : enchanter

[Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (2)

La maison de l’histoire de l’eau a été ainsi nommée car en son sein, on trouve un lavoir que le petit groupe à la tâche (dans le cadre de la réhabilitation de la Villa Megglé) espère voir un jour remplir sa fonction en se remplissant d’eau de nouveau. En attendant, quelques étudiants s’occupent de « murer » la façade de ce lavoir. Pas question de boucher la façade tel que pourrait le laisser entendre l’expression « murer » ! Il est plutôt question de jouer avec les matériaux disponibles, la lumière et les effets d’ouverture et de fermeture pour mettre en valeur l’ensemble : bref, le lavoir se fait ravaler la façade ! Le résultat est aussi surprenant que ludique.

IMG_6942

Je vais m’attarder un peu sur cette façade que (et là, c’est tout à fait personnel) je trouve d’une grande réussite tant esthétiquement qu’ingénieusement. Toutes ont été réalisées à l’aide de palettes qui se trouvaient sur la Place de vie. Au départ, cette Place de vie n’était en réalité qu’un vaste dépotoir qu’il a fallu nettoyer et dont les déchets/objets abandonnés ont été récupérés pour servir de matériaux de (re)construction en vue de la réhabilitation de cet espace. C’est là tout l’enjeu de ce module, être capable de construire avec ce que nous offre l’environnement, le milieu. Ainsi James J. Gibson distingue les objets attachés des objets détachés que sont, dans le cas qui nous intéresse ici, les palettes.

Les invites de ce que nous appelons avec imprécisions objets sont extrêmement variées […]. Les objets détachés doivent être comparables, au plan de la taille, à l’animal considéré s’ils doivent inviter à un comportement. Ceux qui le sont invitent à une surprenante diversité de comportements – spécialement chez les animaux dotés de mains. Les objets peuvent être manufacturés et manipulés. […] je souhaite suggérer ici que ce que nous percevons lorsque nous regardons les objets sont leurs invites, et non leurs qualités.
(Gibson, 2014 : 219 – 221)

Le concept d’invite est dérivé de ces concepts de valence, d’invitation et d’exigence, mais avec une différence cruciale : l’invite de quelque chose ne change pas en fonction des changements des besoins de l’observateur. L’observateur peut percevoir ou ne pas percevoir l’invite, y être attentif ou non, en fonction de ses besoins, mais l’invite, étant invariante, est toujours présente et susceptible d’être perçue. Une invite n’est pas octroyée à un objet par le besoin d’un observateur qui accompagnerait la perception de cet objet : l’objet offre ce qu’il offre parce qu’il est ce qu’il est.
(ibid., 2014 : 227)

Continuer la lecture de [Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (2)

[Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (1)

Dans la maison, des jeunes femmes s’occupent du sol. Elles le remettent à niveau et posent des tommettes. L’exercice n’est pas facile car elles n’usent que de terre, d’un peu d’eau et de maillets. Mais ce n’est pas leur travail que je vais mettre en lumière car l’endroit étant exigu, je ne me suis pas installée à l’intérieur de la maison de l’histoire de l’eau (ainsi nommée car étant l’ancien lavoir de la villa Megglé) mais à l’extérieur afin de ne pas gêner leur labeur.

Autour de la maison, un groupe d’étudiants déblaie le petit canal1 près de la souche du platane laquelle interroge d’ailleurs : pourquoi avoir planté en son temps, un platane devant l’entrée du lavoir ? Était-il là avant le lavoir ? Auquel cas, pourquoi avoir créer un accès à cet endroit ? Cette situation suscite sûrement bien des questions du fait qu’elle rassemble, ainsi que l’aurait décrit James J. Gibson, un obstacle (la souche anciennement platane) et une ouverture (l’entrée) de manière suffisamment proche pour qu’une gêne physique palpable surgisse lorsque l’on circule dans ce lieu précisément dès lors qu’on veut passer par « là » : il faut se contorsionner, trouver un bon appui avec le pied au sol alors que les racines épaisses rendent le terrain chaotique, etc. « L’ouverture invite à passer alors que l’obstacle invite à la collision » explique James J. Gibson (2014 : 351). L’incompréhension de la situation est d’autant plus grande que la souche de l’arbre est encore bien enracinée dans le sol et en fait un objet attaché (de même lorsque le platane n’avait pas encore été scié). Un objet détaché faisant obstacle à une ouverture peut être déplacé. Mais ici, il n’en est rien. A-t-on voulu condamné cette ouverture en plantant un arbre juste devant ? Que ce soit l’entrée ou le platane qui fut là en premier, le mystère reste entier2… Il ne reste donc que la souche, le platane ayant été diagnostiqué « malade », une souche qui continue d’obstruer l’accès. Mais cette souche n’est pas qu’un obstacle.

IMG_6976

Continuer la lecture de [Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (1)

  1. Il a été trouvé lors du séjour précédent. []
  2. Aussi entier que celui de la poule et de l’œuf… []

[Enchant(i)er] S’installer à la Villa Megglé

Cession du 8 mai au 10 mai 2014 – villa Megglé, Barjols

J’ai eu l’opportunité d’être invitée au projet ubat par Jean-marc Huygen, architecte et enseignant à l’ENSA-Marseille (école nationale supérieure d’architecture de Marseille). Ce projet a été mis en place en 2013. Dans le cadre de leur formation, les étudiants de troisième année (dernière année de licence) peuvent choisir en option le module « Matériaux soutenables » qui leur permet ainsi de pouvoir participer activement au projet ubat. Chaque année, deux cessions de trois à quatre jours sont organisées : en automne (septembre ou octobre) et au printemps (mai ou juin). Une quarantaine d’étudiants se retrouvent alors à Barjols, à la villa Megglé, villa « abandonnée » à l’apparence dégradée, avec pour objectif de réhabiliter ce lieu. Ils arrivent avec leur tente sous le bras et l’envie de réaliser « des choses », de faire « quelque chose » de cet espace.

Je n’ai pu assister qu’à la première journée de travail1. Mais je savais que cette journée ne serait pas comme les suivantes puisqu’elle était la journée de l’arrivée, de la découverte. C’est le temps de l’installation, de l’appropriation du terrain où chacun cherche ses marques : certains font le tour du propriétaire ; d’autres vérifient si les constructions passées ont résisté aux intempéries ; d’autres encore finissent leur nuit et somnolent dans leur tente ; certains sont déjà en train de planifier leurs excursions nocturnes ou comment organiser une bonne soirée ; d’autre sont déçus de voir avec quelle rapidité le bambou a déjà repoussé, etc.

IMG_6974
Les tentes Quechua ont décidément la cote !

J’ai beaucoup apprécié ce moment passé, dans la chaleur douce du matin qui annonce déjà la fournaise de l’après-midi. Je me suis surprise à aimer être, certes aux côtés de ces étudiants avec ce grand retour nostalgique à cette époque où j’étais moi-même étudiante en architecture, mais aussi aux côtés de ces nombreux insectes qui effraient lorsque l’on est en ville : guêpes nombreuses à ras le sol, xylocopes en vadrouille sous les charpentes, araignée au corps rebondi et zébré de jaune et de noir, et même scorpion  caché sous un tas de planches de bois. Aucun ne m’a fait bondir de peur comme cela peut m’arriver trop souvent en bonne citadine. J’ai retrouvé en plus de l’adolescence, un bout de l’enfance, celle où j’aimais ce moment délicieux où nous nous rendions à la ferme familiale de Grenade-sur-Garonne.

Continuer la lecture de [Enchant(i)er] S’installer à la Villa Megglé

  1. À l’époque, je devais préparer mon oral de soutenance de thèse. []