Archives par mot-clé : anthropologie

[Explorer l’Urbex] Toute première fois

Les passages surlignés en vert servent de rappels à ma future réflexion.

avec Tombaldave et TrashP1nup, le 25 octobre 2014.

  • Tombaldave > homme, 37 ans, en activité, en couple avec TrashP1nup, pratique l’urbex depuis 3 ans, a débuté dans le sud de la France
  • TrashP1nup > femme, 29 ans, sans emploi, en couple avec Tombaldave, pratique l’urbex depuis son adolescence, a débuté dans le nord de la France

J’ai pu rentrer en contact avec Tombaldave et TrashP1nup grâce à Instagram1. De là, nous avons pu continuer notre conversation sur Twitter puis par mail. Après une présentation de mon projet de recherche, ce couple accepte que je les accompagne dans leur prochaine exploration. TrashP1nup m’explique qu’ils ont déjà procédé à un repérage préalable et qu’à sa plus grande surprise (et non sans joie dissimulée), elle a trouvé un accès aisé. Elle m’explique que ce sera une exploration facile, qu’une simple paire de baskets suffira. Parfait ! Je les remercie chaleureusement de m’accorder de leur temps et de tolérer ainsi ma présence à leurs côtés ainsi que celle de Morgane qui m’accompagnait ce jour-là. Continuer la lecture de [Explorer l’Urbex] Toute première fois

  1. Application de retouche photo pour iPhone et Smartphone. []

[Explorer l’Urbex] La génèse

Alors que je m’apprêtais à soutenir ma thèse, une autre idée de recherche germait déjà en moi. Après avoir étudié les objets donnés/abandonnés, voici que je souhaitais en savoir plus sur ce que les espaces et autres lieux abandonnés avaient à nous raconter. J’imagine que c’est l’architecte en moi qui me poussait à reprendre ce chemin là : on ne peut vraiment jamais renier son passé et encore moins d’où l’on vient. Je suis une architecte, et je pense que je l’ai toujours été même avant de réaliser mes études d’architecture. Les bâtiments (chateau, maison, église, ferme, etc) m’ont toujours fasciné et de nombreuses fois, je rêvais de pousser leurs portes pour découvrir ce qui s’y cachait. Comment y vivait-on, comment étaient agencées les pièces, qui habitait là ? Je faisais des plans de ces maisons rêvées, vues ou imaginées. Je suis certes une architecte mais je me sens aussi l’âme d’une anthropologue et aujourd’hui, je me sens enfin complète. J’ai quitté un temps le métier d’architecte car quelque chose me manquait, quelque chose que j’ai cherché pendant quelques années et que j’ai enfin trouvé : la part de l’homme. Aujourd’hui, je me retrouve avec moi-même dans cette entité entière et inséparable que je suis désormais : architecte et anthropologue.

Ainsi donc, je souhaitais désormais explorer les espaces abandonnés. Mais évidemment, il me fallait trouver un terrain « vierge », un terrain encore inexploré ou encore trop peu : beaucoup de choses ont déjà été écrites sur les ruines et plus majoritairement sur le patrimoine (que convient-il de conserver ? comment le réhabiliter ? etc.). Je cherchais aussi du côté de l’urbex (urban exploration) et à ma grande surprise, je trouvais bien peu de recherches réalisées à ce jour à ce sujet. Certes, cette pratique est plutôt récente en France (aux alentours de 10 ans selon une de mes sources) mais je pensais que suite aux différents articles parus dans la presse et suite aux gros titres de quelques scandales comme la restauration de la fameuse horloge Wagner du Panthéon en 2005/2006 par Untergunther, ce sujet aurait trouvé preneur chez les scientifiques du monde des SHS mais non, ou tout du moins très peu. Voici ce que me propose Cairn avec le mot clé « urbex » :

et avec les mots clés « exploration urbaine » :

Même si la plupart de ces articles abordent les thèmes de l’urbex et de l’exploration urbaine, elles ne sont en rien des études spécifiques à ce mouvement : ce sont des sujets qui viennent étayer le contenu du discours. De plus, à bien y regarder, il s’agit d’étude géographies, philosophiques, littéraires, mais jusque là, rien d’anthropologique ! Il ne m’en fallut pas plus pour me décider : je tenais là un terrain suffisamment vierge pour répondre à mes attentes d’anthropologue. Continuer la lecture de [Explorer l’Urbex] La génèse

[Thèse] La réanimation des objets mourants

Le 3 juin 2014 à 14h, en la salle 4 de la MMSH d’Aix-en-Provence, je soutenais ma thèse.

IMG_6891

Juste avant de soutenir, on procède aux derniers réglages.

 14342378554_78b13c3f12_o 14341393242_4336c3af39_o

C’est ainsi que j’obtins le grade de Docteure en Anthropologie.

Et que maintenant vous pouvez lire ma thèse en ligne quand le cœur vous en dit.

Cette thèse souhaite mettre en lumière les répercussions sur les comportements sociaux que peut avoir une « ressourcerie » dans le quartier où elle s’établit et dans le cas qui nous intéresse ici, le quartier Noailles à Marseille. Les « ressourceries » sont des structures associatives qui se caractérisent par un profond intérêt écologique centré principalement sur la prévention des déchets et leur réduction. On y trouve des objets à vendre en tout genre mais leur spécificité est d’être de seconde main. Ces objets donnés sont collectés, ou glanés dans la rue, ou encore issus des apports volontaires. Puis, ils seront valorisés par réemploi afin d’être redistribués, vendus pour des sommes modiques. Suite à une enquête réalisée au sein de la « ressourcerie », l’auteure développera sa réflexion en deux temps. Tout d’abord l’étude ethnographique de l’association, du local et de l’équipe permettra de dégager un way of life dans un entre-deux. Puis une réflexion anthropologique sur ce que sont les objets qui se donnent et se vendent à la « ressourcerie », amènera à repenser les notions d’objet et de déchet. Plus encore, ces rencontres mêlées d’hommes (humains) et d’objets (non humains) interrogeront sur ce que les objets nous invitent à faire avec eux.

Après la soutenance de thèse, j’ai reçu plein de gentils mots doux et aussi de belles fleurs.

14340608471_96925aa13a_o

Bonne lecture et merci à tous et toutes de m’avoir accompagnée pendant ces années de doctorat.