[Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (1)

Dans la maison, des jeunes femmes s’occupent du sol. Elles le remettent à niveau et posent des tommettes. L’exercice n’est pas facile car elles n’usent que de terre, d’un peu d’eau et de maillets. Mais ce n’est pas leur travail que je vais mettre en lumière car l’endroit étant exigu, je ne me suis pas installée à l’intérieur de la maison de l’histoire de l’eau (ainsi nommée car étant l’ancien lavoir de la villa Megglé) mais à l’extérieur afin de ne pas gêner leur labeur.

Autour de la maison, un groupe d’étudiants déblaie le petit canal1 près de la souche du platane laquelle interroge d’ailleurs : pourquoi avoir planté en son temps, un platane devant l’entrée du lavoir ? Était-il là avant le lavoir ? Auquel cas, pourquoi avoir créer un accès à cet endroit ? Cette situation suscite sûrement bien des questions du fait qu’elle rassemble, ainsi que l’aurait décrit James J. Gibson, un obstacle (la souche anciennement platane) et une ouverture (l’entrée) de manière suffisamment proche pour qu’une gêne physique palpable surgisse lorsque l’on circule dans ce lieu précisément dès lors qu’on veut passer par « là » : il faut se contorsionner, trouver un bon appui avec le pied au sol alors que les racines épaisses rendent le terrain chaotique, etc. « L’ouverture invite à passer alors que l’obstacle invite à la collision » explique James J. Gibson (2014 : 351). L’incompréhension de la situation est d’autant plus grande que la souche de l’arbre est encore bien enracinée dans le sol et en fait un objet attaché (de même lorsque le platane n’avait pas encore été scié). Un objet détaché faisant obstacle à une ouverture peut être déplacé. Mais ici, il n’en est rien. A-t-on voulu condamné cette ouverture en plantant un arbre juste devant ? Que ce soit l’entrée ou le platane qui fut là en premier, le mystère reste entier2… Il ne reste donc que la souche, le platane ayant été diagnostiqué « malade », une souche qui continue d’obstruer l’accès. Mais cette souche n’est pas qu’un obstacle.

IMG_6976

Continuer la lecture de [Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (1)

  1. Il a été trouvé lors du séjour précédent. []
  2. Aussi entier que celui de la poule et de l’œuf… []

[Enchant(i)er] S’installer à la Villa Megglé

Cession du 8 mai au 10 mai 2014 – villa Megglé, Barjols

J’ai eu l’opportunité d’être invitée au projet ubat par Jean-marc Huygen, architecte et enseignant à l’ENSA-Marseille (école nationale supérieure d’architecture de Marseille). Ce projet a été mis en place en 2013. Dans le cadre de leur formation, les étudiants de troisième année (dernière année de licence) peuvent choisir en option le module « Matériaux soutenables » qui leur permet ainsi de pouvoir participer activement au projet ubat. Chaque année, deux cessions de trois à quatre jours sont organisées : en automne (septembre ou octobre) et au printemps (mai ou juin). Une quarantaine d’étudiants se retrouvent alors à Barjols, à la villa Megglé, villa « abandonnée » à l’apparence dégradée, avec pour objectif de réhabiliter ce lieu. Ils arrivent avec leur tente sous le bras et l’envie de réaliser « des choses », de faire « quelque chose » de cet espace.

Je n’ai pu assister qu’à la première journée de travail1. Mais je savais que cette journée ne serait pas comme les suivantes puisqu’elle était la journée de l’arrivée, de la découverte. C’est le temps de l’installation, de l’appropriation du terrain où chacun cherche ses marques : certains font le tour du propriétaire ; d’autres vérifient si les constructions passées ont résisté aux intempéries ; d’autres encore finissent leur nuit et somnolent dans leur tente ; certains sont déjà en train de planifier leurs excursions nocturnes ou comment organiser une bonne soirée ; d’autre sont déçus de voir avec quelle rapidité le bambou a déjà repoussé, etc.

IMG_6974
Les tentes Quechua ont décidément la cote !

J’ai beaucoup apprécié ce moment passé, dans la chaleur douce du matin qui annonce déjà la fournaise de l’après-midi. Je me suis surprise à aimer être, certes aux côtés de ces étudiants avec ce grand retour nostalgique à cette époque où j’étais moi-même étudiante en architecture, mais aussi aux côtés de ces nombreux insectes qui effraient lorsque l’on est en ville : guêpes nombreuses à ras le sol, xylocopes en vadrouille sous les charpentes, araignée au corps rebondi et zébré de jaune et de noir, et même scorpion  caché sous un tas de planches de bois. Aucun ne m’a fait bondir de peur comme cela peut m’arriver trop souvent en bonne citadine. J’ai retrouvé en plus de l’adolescence, un bout de l’enfance, celle où j’aimais ce moment délicieux où nous nous rendions à la ferme familiale de Grenade-sur-Garonne.

Continuer la lecture de [Enchant(i)er] S’installer à la Villa Megglé

  1. À l’époque, je devais préparer mon oral de soutenance de thèse. []

[Thèse] La réanimation des objets mourants

Le 3 juin 2014 à 14h, en la salle 4 de la MMSH d’Aix-en-Provence, je soutenais ma thèse.

IMG_6891

Juste avant de soutenir, on procède aux derniers réglages.

 14342378554_78b13c3f12_o 14341393242_4336c3af39_o

C’est ainsi que j’obtins le grade de Docteure en Anthropologie.

Et que maintenant vous pouvez lire ma thèse en ligne quand le cœur vous en dit.

Cette thèse souhaite mettre en lumière les répercussions sur les comportements sociaux que peut avoir une « ressourcerie » dans le quartier où elle s’établit et dans le cas qui nous intéresse ici, le quartier Noailles à Marseille. Les « ressourceries » sont des structures associatives qui se caractérisent par un profond intérêt écologique centré principalement sur la prévention des déchets et leur réduction. On y trouve des objets à vendre en tout genre mais leur spécificité est d’être de seconde main. Ces objets donnés sont collectés, ou glanés dans la rue, ou encore issus des apports volontaires. Puis, ils seront valorisés par réemploi afin d’être redistribués, vendus pour des sommes modiques. Suite à une enquête réalisée au sein de la « ressourcerie », l’auteure développera sa réflexion en deux temps. Tout d’abord l’étude ethnographique de l’association, du local et de l’équipe permettra de dégager un way of life dans un entre-deux. Puis une réflexion anthropologique sur ce que sont les objets qui se donnent et se vendent à la « ressourcerie », amènera à repenser les notions d’objet et de déchet. Plus encore, ces rencontres mêlées d’hommes (humains) et d’objets (non humains) interrogeront sur ce que les objets nous invitent à faire avec eux.

Après la soutenance de thèse, j’ai reçu plein de gentils mots doux et aussi de belles fleurs.

14340608471_96925aa13a_o

Bonne lecture et merci à tous et toutes de m’avoir accompagnée pendant ces années de doctorat.

[RDV] Rendez-vous à la Villa Réflexive

IMG_0792Durant le mois de janvier 2013, je suis retournée écrire dans les Espaces Réflexifs. Ils ne sont plus tout à fait des espaces à définir : c’est désormais dans une villa accueillante que je m’installe, près du feu de cheminée, à partager le « chant » de la science.

Vous pouvez (re)découvrir ces quelques articles en ligne « L’écriture, il faut que ça chante ! »1 :

  • It may be winter outside et les flammes swinguent dans la cheminée !
  • Le Black Metal à l’assaut des Mathématiques par Florian Caullery
  • Claude Lévi-Strauss, ce musicien…
  • L’écriture, il faut que ça chante !
  • Morceaux choisis

Profitez-en pour rencontrer les premier.ère.s invité.e.s en tout genre, de l’année 2014.

  1. Certains articles ont été republiés en décembre 2013. []

[Radio Thésards] La ressourcerie

Depuis lundi 20 janvier 2014, vous pouvez écouter mon entretien pour Radio Thésards, sur France Culture Plus, intitulé « La ressourcerie ».

Après un diplôme d’architecte DPLG, Stéphanie Messal a poursuivi sa carrière pendant 5 ans à Toulouse, Paris et Nice.
Trouvant que la place de l’homme était trop souvent mis de côté dans son métier d’architecte, elle a repris ses études pour faire un doctorat en anthropologie à l’IDEMEC (Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative) UMR 7307, installé à la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) à Aix-en-Provence.

Merci à David Christofell pour sa gentillesse et son accueil.