[Parenthèse] L’été en Juillet

Beaucoup de mois sont passés, oui beaucoup…
Le temps m’a aidé à retrouver mon chemin, celui de l’amour et de l’amitié.
L’été est arrivé en Provence, avec son souffle brûlant et sa lumière vive.
La thèse a repris son court au rythme des vacances : c’est la thèse, la thèse à la plage…

L’été en Juillet

Un été qui avait déjà commencé à la fin Juin, avec les premières chaleurs qui cognent déjà fort pour le mois. Depuis la mi-juin, j’avais repris l’écriture de ma thèse avec certes peu d’entrain, peu d’envie mais il y avait ce petit quelque chose qui me poussait à revenir vers elle : le manque, le besoin, la conscience professionnelle ? A la fin de juin, mon laboratoire tenait sa dernière réunion annuelle. Là, j’y croisais quelques personnes qui me redonnaient l’envie d’écrire que ce soit ici, dans mon cabarnet ou là-bas, dans ma thèse. Quant à mon directeur de thèse, je crois que je lui serai éternellement reconnaissante d’être à ce point si attentif et compréhensif : un homme aux mots justes, oui il est celui qui a la justesse du langage. Il me parle de ma grand-mère, il me parle de lui et puis de la thèse. Il me donne son adresse pour que je puisse lui envoyer la suite de mes écrits pendant l’été : de ne pas hésiter ! Alors, je n’hésite pas et ce matin, je pars lui envoyer ma cinquantaine de pages.

Juillet est passé si vite. Les jours passent si vite en vacances alors qu’on procrastine la plupart du temps. Peut-être passent-ils encore plus vite depuis que j’accorde à ma thèse quelques heures d’écriture à la fraîcheur du matin, tôt, avant qu’il ne fasse trop chaud, si chaud qu’une torpeur vous envahit et vous pousse inexorablement dans une sieste salvatrice. Juillet par un été en Provence, c’est comme être en vacances sans avoir besoin de voyager parce que la lumière, la cagnasse, les bruits de voisinage changent. J’ai installé les moucharabieh aux fenêtres : ils me protègent du soleil et s’amusent de sa lumière. Les volets d’en face sont définitivement clos depuis le début du mois : les étudiants ont déménagé. Les cigales ont pris place dans le décor sonore et parfois un voisin joue de la trompette certains après-midi.1 A l’heure du repas (vers 14h), quelques verres s’agitent entre les assiettes et des discussions sourdes s’échappent des balcons. La rue est calme en journée, animée à la nuit tombée où les amoureux se déchirent sous ma fenêtre, où les trop joyeux chantent à tue-tête. Mais tout cela me plaît : c’est la saveur des vacances en Provence. Au marché, les maraichers ont étendu les parasols multicolores au milieu des platanes, et les couleurs des fruits et légumes n’ont qu’à bien se tenir à leur ombre. Beaucoup de touristes à cette saison : on parle anglais et allemand en ce moment. On se retrouve autour des fontaines, là où l’air est encore respirable dans les rues d’Aquae Sextiae, Aix-en-Provence la bien nommée : les mamies, les mamans et leurs enfants, les amoureux et les gourmands qui se dépêchent de finir leur glace avant qu’elle ne fonde comme neige au soleil. A Aix-en-Provence, il n’y a pas la mer, mais il y bel et bien le clapotis de l’eau partout, au détour de chaque coin de rue : une fontaine apaisante.

 
 

Je vous raconte cet été en Provence, car c’est aussi l’été de la rédaction de ma thèse. Et je voulais partager avec vous ce quotidien entre vacances et écriture. Est-il possible de travailler en vacances ? Est-il possible de profiter des vacances en travaillant ? Sûrement oui mais avec un autre rythme calé sur la température des jours passants. Est-ce que le fait d’être restée à la maison y est pour quelque chose ? Si j’étais partie ailleurs et n’étais pas restée ici, aurais-je écrit autrement ? Et pourtant, il m’arrive de prendre la route et de rouler vers cet ailleurs. Oh pas bien loin non plus, mais en bord de mer, où je découvre à chaque visite une nouvelle calanque. Et j’avoue que ces journées passées en Méditerranée me ressourcent et m’inspirent. Au retour, je dors comme un bébé. Cela me rappelle l’enfance, quand je rentrais d’une longue journée de plage avec mes grand-parents, ma tante ou mes parents : j’étais comme vidée mais remplie d’une immense satisfaction qui m’enveloppait dans un bien-être si moelleux que je pouvais m’endormir au pays imaginaire… Le lendemain, au réveil, je me sens bien ! Il est 6h et je sens en moi l’envie de réaliser de grandes choses mais vite, avant qu’il ne soit trop tard et que la chaleur ait raison de moi.

C’est la thèse à la plage
Et l’écran à mes yeux
Ecrits et coquillages
Avec eau et mots bleus 

Je vous enverrai quelques billets mouillés comme des cartes postales au goût de sel, à la lumière de la Provence pour vous dire comment se portent la thèse, son auteure et les poissons au fond de la mer bleue.

Des bises

  1. Il y a deux ans, c’était le violoncelle qui me réveillait aux premières lueurs du jour. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *