[Explorer l’urbex] Toute première fois – Photographie

De cette première exploration réalisée en octobre 2014, il reste quelques photographies. La photographie est inhérente l’activité de l’explorateur urbain. Trash P1nup et Tombaldave sont bien équipés avec leur appareil photo Canon Eos : chacun le sien ! Ils prennent aussi avec eux un trépied au cas où certaines prises nécessiteraient une pause plus longue.

De mon côté, j’étais équipée de mon appareil photo compact Sony. Pour cette première fois, je souhaitais plus me concentrée sur le lieu et les comportements que sur la photo mais au final, je me suis laissée prendre au jeu.

Lorsque je demande à Trash P1nup et à Tombaldave si l’urbex peut se pratiquer sans la photo, Trash me répond du tac au tac que ce n’est pas possible ! Bien sûr, il est tout à fait possible d’explorer des lieux abandonnés sans avoir un appareil photo avec soi, mais elle m’explique que cela est très frustrant : il faut qu’elle puisse garder une trace de ce lieu arpenté, de ce moment vécu. Souvenir ? Trophée ? Quelle est l’utilité de la photographie dans l’exploration urbaine ? C’est une question cruciale me semble-t-il dans le cadre de cette recherche. Pour le moment, je n’ai que peu de retours pour développer une réflexion ou établir un concept. Les réseaux sociaux m’apportent quelques réponses à ce sujet, sur les groupes et les forums. Aujourd’hui, la plupart des explorateurs urbains partagent leurs photos avec la communauté des urbexers (sur des pages ou groupes Facebook dédiées, des groupes Flickr, des forums, etc.) mais aussi plus largement : leurs photos se trouvant sur leur site personnel, il est tout à fait possible de les regarder et cela même si nous ne sommes ni explorateur urbain, ni expert en urbex. C’est par l’usage d’Internet que l’urbex fut médiatisé est ainsi révélé au grand public.

The visible global cohesion of the practice isrelatively new, facilitated by widely available internetaccess and communication possibilities, like many contemporaneous movements. […] Facilitated by the internet, the first generation of cohesive urban exploration groups coalesced from the1970s – 90s. […] The first large-scale internet-facilitated urbanexplorer « meet was » attended by about 30 individualsin Brooklyn, Spring 2002, organised by the LTV Squad,a graffiti-turned-urban-explorer-crew, followed by aneven larger meet in Toronto, June 2004, where 65people organised to go exploring together. If there ever was a moment when a global « community » was formed,certainly the years 2000 – 05 were a pivotal period.

Bradley L. Garrett, 2013. « Undertaking recreational trespass: urban exploration and infiltration », Transaction of the Institute of British Geographers.

C’est donc par le biais de nombreuses photographies diffusées sur Internet que ces lieux abandonnés, oubliés de tous se sont soudainement retrouvés sous les feux de la rampe. La photographie comme révélateur mais révélateur de quoi ? De ce qui se trouve sous nos yeux et que nous ne sommes plus capables de voir, pris dans le chemin routinier du train-train ? De ce qui nous échappe ? Du passé ? Du présent ? D’un présent qui se décompose ? D’un passé qui n’en finit plus de s’écrire au présent ? D’une histoire perdue ? D’une émotion ? Peut-être… Mais laquelle ? Celle du photographe ou la nôtre ? La place du temps dans l’exploration urbaine me semble indéniable.

Si certains explorateurs urbains exposent leurs photos sur Internet, d’autres les conservent. Mais alors qu’est-ce qui compte : prendre la photo ou l’exposer ? S’agit-il de partager un souvenir ou de montrer un trophée ? Les urbexers sont-ils en compétition dans leur quête de nouveaux lieux encore inexplorés ? Ou au contraire fonctionnent-ils plutôt comme une « tribu » ? De nombreuses questions qui trouveront une fois de plus leurs réponses avec le temps…

Mais revenons à cette première exploration et au discours de Trash P1nup concernant la retouche de ses photos :

Jusqu’à présent, il ne me semble pas avoir rencontré d’explorateurs urbains qui ne retouchent pas ses photos avant de les publier sur Internet. C’est une question qui s’est posée pourtant dernièrement sur le groupe « Urbex France » de Facebook : « Que pensez-vous de la modification de photos ? Pour vous, la photo doit-elle restée brute ou alors elle est mieux avec l’ajout d’un filtre, ou autre ? » À cette question, plusieurs réponses et notamment un parallèle fait avec l’argentique : « Faut plutôt voir ça comme un développement. Ta photo n’est pas terminée à l’instant où tu la prise. » En effet, même avec l’argentique, on ne peut pas vraiment parler de photos « brutes » ou « pures ». Le temps d’exposition, le jeu avec la lumière, les révélateurs, les effets de superpositions et autres techniques permettent au photographe de « révéler » son sujet et plus encore.

Voici ce que m’en dit Tombaldave :

« En toute honnêteté, je ne maîtrise pas encore mon appareil photo comme je l’aimerais. Les applis outils de retouche du genre Snapseed ou Picsart me permettent de palier à cette insuffisance… De toutes façons, même si je maîtrisais le Canon parfaitement, je retoucherais forcément pour renforcer l’atmosphère de mon image. Et puis bon, avec tous les outils qu’on a sous la main, pourquoi ne pas les utiliser ! Quand on y pense, ce n’est pas qu’une retouche, mais je dirais plutôt ma touche. »

Sa touche ! C’est donc bien son point de vue, son émotion ressentie que l’explorateur urbain souhaite transmettre par le biais de ses photos. Mais est-ce là, sa seule intention ? Encore une autre piste à explorer… En attendant, voici les photos de Trash P1nup (à gauche) ainsi que les miennes (au milieu prises avec mon appareil photo et à droite retouchées avec Instagram pour apporter ma « touche » et révéler… quoi ?). Que ressentez-vous ? Et Trash et moi, qu’avons-nous ressenti ? La photo de l’explorateur urbain agit-elle comme une carte postale ?

Explo1-TrashMoi1

Explo1-TrashMoi2

Note à moi-même > « Redonner vie ! » Voilà une expression qui mérite toute mon attention.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *