[Explorer l’Urbex] Toute première fois

Les passages surlignés en vert servent de rappels à ma future réflexion.

avec Tombaldave et TrashP1nup, le 25 octobre 2014.

  • Tombaldave > homme, 37 ans, en activité, en couple avec TrashP1nup, pratique l’urbex depuis 3 ans, a débuté dans le sud de la France
  • TrashP1nup > femme, 29 ans, sans emploi, en couple avec Tombaldave, pratique l’urbex depuis son adolescence, a débuté dans le nord de la France

J’ai pu rentrer en contact avec Tombaldave et TrashP1nup grâce à Instagram1. De là, nous avons pu continuer notre conversation sur Twitter puis par mail. Après une présentation de mon projet de recherche, ce couple accepte que je les accompagne dans leur prochaine exploration. TrashP1nup m’explique qu’ils ont déjà procédé à un repérage préalable et qu’à sa plus grande surprise (et non sans joie dissimulée), elle a trouvé un accès aisé. Elle m’explique que ce sera une exploration facile, qu’une simple paire de baskets suffira. Parfait ! Je les remercie chaleureusement de m’accorder de leur temps et de tolérer ainsi ma présence à leurs côtés ainsi que celle de Morgane qui m’accompagnait ce jour-là.

C’est à leur domicile que nous nous sommes donnés rendez-vous : nous partirons ensuite dans leur voiture pour découvrir ce lieu laissé à l’abandon. L’accueil est très chaleureux : café, thé, bavardages… La décoration du salon est originale avec un mur recouvert de tableaux, d’encadrements datés, de miroirs, de compositions personnelles réalisées par le couple. L’ensemble n’est pas sans rappeler les cabinets de curiosité d’un autre temps. Je découvre que notre couple chine régulièrement : vide-greniers et brocantes mais aussi sites internets, à la recherche d’objets datés, anciens, d’objets possédant la patine d’un certain vécu, celle du temps qui est passé et qui passe encore. C’est en roulant en direction de ces vide-greniers ou en revenant qu’il arrive, au détour d’un virage, qu’un lieu abandonné pointe le bout de son nez. Alors, ils se garent, font le tour du propriétaire avant de se lancer pour un repérage qui peut aboutir sur une issue favorable comme défavorable. Nous discutons beaucoup : peut-être même que je parle trop ! J’ai tellement envie d’expliquer dans tous les détails ce projet qui me tient à cœur, j’ai envie de rassurer ces personnes, qu’elles ne voient pas ce travail de recherche comme une simple curiosité anodine et non comme une véritable réflexion scientifique à venir. Mais la science s’est tellement à ce point déconnectée du grand public qu’elle peut paraître « snob », « hautaine », prenant les personnes néophytes de haut alors qu’il n’en est rien, en tout cas en ce qui me concerne. Trash et Tomb me racontent leurs diverses expériences. Surtout Trash qui a commencé cela bien plus jeune : « Après la première explo, j’ai été piquée par le virus ! » Tomb, lui a commencé par accompagner Trash dans ses explorations, plus pour la protéger (en cas de problème) que par goût. Mais petit-à-petit, il a découvert le potentiel photogénique de ce genre d’endroit. Sa pratique de la photographie s’est alors élargie : « J’aimais surtout prendre des photos de choses abîmées et surtout rouillées. Et puis, avec l’urbex, j’ai eu envie de photographier ces endroits pour montrer quelque chose, pour partager un message avec ceux et celles qui regardent mes photos et peut-être aussi pour les générations futures.« 

15h, après avoir pris un café pendant que Trash et Tomb finissaient leurs sandwichs, nous nous mettons en chemin. En voiture, tout le monde ! Après une heure de route, nous arrivons à destination. Trash et Tomb prennent leur matériel photographique (trépieds et sacs à dos) ainsi que leurs lampes torches (des Maglite grand modèle). Cet équipement est certes nécessaire pour prendre quelques clichés et éclairer les coins sombres mais sert aussi d’armes défensives « au cas où mais jusqu’à présent, il ne s’est jamais rien passé de grave et on préfère ça« . Trash m’explique qu’il me faut rester le plus naturel possible lorsque nous allons franchir le grillage qui sert d’enclos: « Tu verras, il y a une ouverture, un passage tout con et je vais le franchir… comme ça ! » Je la vois enjamber alors le muret où effectivement le grillage a été arraché et la suis instinctivement dans un même mouvement. Elle se dirige vers une porte, celle qu’elle avait repéré lors de la première visite mais il y a un problème : « Merde ! La poignée est pétée ! » Tomb arrive pour vérifier. Difficile de tourner cette poignée dès lors qu’elle est cassée : chacun essaie mais la porte reste fermée. Je ressens leur déception mais ils ne vont pas s’en laisser compter. Ils décident de faire le tour du bâtiment à la recherche d’une autre entrée. « On pourrait crocheter les serrures mais ce n’est pas notre truc, et encore moins de casser les fenêtres. L’idée, c’est de pouvoir pénétrer le lieu sans effraction aucune. On laisse faire, on n’est pas là pour dégrader le lieu. Au contraire ! Nous, notre kiff total, ce serait de trouver un endroit abandonné encore vierge de visite. Parce que là, quand on voit le bâtiment, c’est clair qu’à l’intérieur, il est déjà bien dégradé. » Je vois en effet que quelques fenêtres aux étages sont déjà brisées. Trash remarque une chaise en plastique : « Regarde ! Elle est là maintenant la chaise. Ça, ce sont les mecs qui surveillent le bâtiment. C’est pour signifier que c’est un peu leur chasse-gardée. En général, ce sont ceux qui viennent pour récupérer du matos ou des fois ça peut être des histoires de deals. Faut faire gaffe ! Là, où elle est placée maintenant, jetée comme ça à l’arrache, c’est pas grave. » Nous continuons notre tour du bâtiment à la recherche d’un accès mais toujours sans succès. Nous commençons à nous résigner… « C’est comme ça« , me dit Trash. » Ça fait partie de la règle du jeu. » Et puis, contre toute attente, Tomb arrive à faire tourner la poignée cassée. Il a persisté et signé et le lieu est désormais ouvert à la découverte.

Mais voilà, alors que nous pénétrons dans un couloir, je vois de chaque côté des éléments de ferraille entreposés de chaque côté, prêts à partir. J’ai un moment d’inquiétude : soyons franche, j’ai peur. J’ai peur parce que quand je découvre la salle juste à côté complètement éventrée, je sais ce que cela signifie. Les « récupérateurs »2 sont passés par là, peuvent encore être là ou revenir à tout moment. Que se passera-t-il si nous nous retrouvons nez à nez ? Tomb me rassure en me disant qu’à cette heure de la journée, ils ne sont pas là. Mais que par contre, ils vont sûrement revenir ce soir pour emporter la marchandise. J’avoue que je le suis sans vraiment me sentir à l’aise. La mauvaise rencontre n’est pas qu’une histoire à faire peur3. Trash me dresse un portrait rapide de chaque type de rencontre possible : « Bon les dealers et tout ce qui touche à la drogue et puis évidemment les récupérateurs font partie des plus mauvaises rencontres que tu puisses faire. Vaut mieux se la jouer cool avec eux et partir sans les emmerder. Les squatters, ça dépend : s’ils sont drogués, c’est comme je t’ai dit, sinon, tu t’excuses de l’avoir déranger et que tu ne savais pas que c’était habité et tu t’en vas tranquille. Il y aussi des joueurs de Airsoft : dans ce cas là tu te manifestes vite. Comme ça, ils vont jouer dans une aile pendant que toi tu fais les photos dans l’autre. Il y a aussi d’autres urbexers et amateurs de photo. Ça, c’est sympa en général parce que tu papotes, tu échanges ton point de vue sur le lieu, ton sentiment et puis des adresses d’autres spots du coup. Ça tu peux aussi le faire avec les graffeurs : ils sont toujours friands de ce genre d’endroit pour s’exprimer pleinement. Les flics, c’est limite si tu ne vas pas vers eux pour taper la conversation. En général, ils sont cool. Ils vont te dire de faire ta petite photo et de partir parce que c’est pas bien d’être là. Après, il y a des fois aussi où tu crois que c’est vide mais en fait, il y a encore quelqu’un genre un gardien. Bon pareil, tu t’excuses platement. Franchement, en général, si tu ne te le ramènes pas et que tu la joues poli et calme, ça se finit bien.« 

Nous explorons l’endroit. Ma peur se dissipe petit-à-petit et le regard de l’architecte finit par se substituer au regard de l’anthropologue. Quel gâchis ! Le bâtiment est éventré, les boyaux sortent de partout : des murs et des plafonds pendent gaines de plastiques et fils électriques. Pourtant la structure porteuse est encore en parfait état. Que s’est-il passé ? Ai-je précisé qu’il s’agissait d’une clinique ? La bétadine recouvre en partie le sol du rez-de-chaussée : c’est glissant, il faut faire attention. Des poches de sérum physiologique sont encore entreposées dans les cartons. Du matériel chirurgical est encore disponible dans son emballage. C’est incroyable et la simple citoyenne que je suis trouve cela quelque peu scandaleux. Mais je dois me ressaisir et ne pas laisser libre court à mes pensées personnelles. Je suis ici pour observer une pratique.

Trash et Tomb me semblent très à l’aise. Très à l’aise et surtout expérimentés. Ils connaissent désormais la portée des petits bruits et savent reconnaître ceux qui préviennent du danger et donc du départ immédiat de ceux qui ne sont que rires d’enfants, vent qui souffle et plancher qui craque. Ce qui n’était pas du tout mon cas et m’obligea parfois à m’enquérir de leur avis sur un bruit qui me semblait suspect. Je sentais combien j’étais étrangère à cette pratique : mélange de peur et d’inquiétude à me demander ce que je faisais là et pourquoi je m’infligeais cela et en même temps dans cette excitation profonde (pour ne pas dire exaltation) que procure l’exploration. L’explorateur repousse les limites et arpente les marges. Il ose aller dans ces lieux inconnus et découvrent des « trésors » d’histoire insoupçonnés. Trash aperçoit une cible (silhouette de combat) au sol et quelque chose qui brille : « Attends, il faut que j’aille voir, ça ne me plaît pas. » Elle scrute rapidement la chose : « Ah non, ouf, ce n’est qu’une vis. Ça aurait été une balle, on serait tous sorti immédiatement ! Ça tu vois, c’est le signe que des joueurs de airsoft sont passés par là.« 

Trash et Tomb n’explorent pas nécessairement le bâtiment ensemble. Chacun va de son côté mais n’oublie pas régulièrement de se faire signe, de manifester sa présence à l’autre. L’appareil photo est armé, prêt à être dégainé dès lors qu’une perspective intéressante se présente, qu’un angle de vue particulier se dévoile. « Faire de l’urbex sans photo, ce n’est pas possible ! C’est trop frustrant ! Je dois absolument conserver quelque chose de cet endroit : je veux conserver la trace de ce que j’ai ressenti« , m’explique Trash. Le ressenti, l’émotion procurée par la rencontre de soi au lieu est un élément crucial, me semble-t-il de la pratique de l’urbex. C’est là, quelque chose qu’il me faudra aussi observer plus attentivement et qui soulève déjà quelque questions sur ce que recherche les urbexers : des lieux abandonnés certes, mais aussi des émotions et puis peut-être se retrouver à la croisée des temps, etc. ? A ce stade de l’écriture de mon article et après l’avoir relu, je me rends compte combien le sujet de la rencontre sera primordial à cette recherche : rencontre de soi au lieu, de soi aux temps, de soi à l’autre mais peut-être aussi rencontre de soi à soi…

Au final, nous serons resté une bonne heure dans ce lieu dont nous avons arpenté chaque étage. J’y ai vu d’ailleurs quelques objets inattendus au milieu des fauteuils et des cartons comme des santons (une homme et une femme) de Provence. Nous repartons en empruntant le même chemin que précédemment. De cette première visite, je retiendrai surtout cette peur primaire puis l’enchantement provoqué tour à tour par notre présence inédite en ce lieu qui n’attend à la base plus personne, le rendant plus habité qu’on ne pourrait l’imaginer, puis par la découverte de nouvelles perspectives. En effet, les trous et autres perforations dans les cloisons engendraient des points de vue inattendus. Ainsi « accidenté », le bâtiment se découvrait sous un jour nouveau.

IMG_8614

Dans un prochain billet, je reviendrai sur la prise photographique de ce lieu par Trash, Tomb et moi-même : le choix des appareils photos, trouver le bon angle, composer avec le lieu et ses objets, retoucher, etc.

Je remercie Trash et Tom chaleureusement pour m’avoir laissée les accompagner, m’avoir accordée leur confiance et m’avoir rassurée quand il le fallait.

  1. Application de retouche photo pour iPhone et Smartphone. []
  2. Difficile d’identifier clairement les personnes qui pratiquent cette activité de récupération illégale de la matière dans ce lieu en vue de servir un marché parallèle. Sans plus d’informations sur elles, je préfère les appeler « récupérateurs » afin d’éviter les idées reçues. []
  3. Cela fera l’objet d’un prochain billet. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *