[Explorer l’Urbex] Avertissement aux lecteur.trice.s

Ce qui va suivre ici concernant ma recherche anthropologique1 sur la pratique de l’urbex ne sera en rien billets ou articles finalisés. Mon carnet de recherche en ligne sera alimenté par des photos2, des éléments informatifs comme le profil des urbexers, des réflexions, des ébauches de pensées, de la matière qui prête à penser et donne à réfléchir comme des paroles prononcées, des gestes, des attitudes, etc. Ici donc, je poserai sur cette page numérique ce que j’ai vécu, l’objectif comme le subjectif, le rationnel comme l’émotionnel : ce carnet sera en quelque sorte mon carnet de bord, de voyage, d’aventure où sera compilé un maximum d’informations pour ne pas en perdre une miette puisque le génie (ce malin) est dans le détail.

L’expérience de l’écriture de la thèse m’a apprise plusieurs choses :

  • tout d’abord, il faut écrire avec régularité, tous les jours, au quotidien et quelques heures. Pour ma part, j’écrivais au mieux en moyenne quatre heures par jour ;
  • ensuite, j’ai toujours eu avec moi pendant la période de mon terrain un cahier (moleskine) sur lequel je collectais, sous forme de notes ou de schémas, tous les éléments potentiellement utiles à ma réflexion scientifique, gravitant autour de moi ; dans la pratique de l’urbex, je pense qu’il me sera difficile de prendre des notes de la sorte. Pour cette première expérience, nous sommes restés une heure sur place, et je doute que les urbexers passent leur journée entière dans un même lieu et qui plus est pendant plusieurs jours. Mais, peut-être que je me trompe et l’avenir me le dira. Aussi, c’est en rentrant que je rédigerai mes notes et pourquoi pas sur ce carnet de recherche qui se prête parfaitement à ce genre d’exercice. D’autant qu’au final, c’est avec mon appareil photo numérique3 que je vais collecter le plus d’informations pour commencer. Elles trouveront assurément une bonne place ici ;
  • enfin, si j’avais su, j’aurais rédigé ma thèse en même temps que j’arpentais mon terrain d’étude. J’ai écouté les conseils de mon directeur de thèse et collègues de travail mais en réalité, je pense qu’il n’y a pas de recettes et qu’il faut agir en son âme et conscience. Bien sûr, je n’aurais pas pu rédiger ma thèse dans son état final au début de mon enquête ! Mais déjà, j’avais de nombreuses idées qui germaient et je regrette de ne pas les avoir rédigées plus tôt, au lieu de déposer quelques notes à l’envolée sur mon petit carnet. Aujourd’hui, je sais que lorsque je ressentirai ce besoin de rédiger plus clairement quelque chose, de rentrer plus profondément dans ma réflexion, je le ferai. Je le ferai parce que je sais (et c’est là la condition sine qua none) que ce n’est pas là le résultat final de ma pensée. Je le ferai pour avoir cette matière à retravailler, à affiner et à améliorer. C’est ainsi que je travaille et je l’ai désormais bien compris.

Cela ne veut pas dire que je renie désormais mon petit carnet de papier. Lui aussi trouvera sa place dans toute cette histoire…

Je compte aussi réaliser une bibliographie dédiée à ce travail de recherche4 : elle comprendra certes des articles et ouvrages scientifiques mais aussi des œuvres littéraires et des livres photographiques, des sites Internet dédiés à l’urbex, etc. N’hésitez pas à venir déposer ici en commentaires quelques références si vous en avez pour enrichir son contenu.

Et puis, si vous pratiquez l’urbex et que vous acceptez que je puisse vous accompagner dans votre pratique dans le cadre de ma recherche anthropologique, vous pouvez me contacter sur twitter @misanthropolog ou par commentaire ici.
Par contre, ce n’est pas la peine de me contacter pour obtenir des adresses. Dans le cadre de ma recherche, je respecte les codes établis par l’urbex et je préserve donc l’anonymat des lieux ainsi que celui des urbexers5.

Merci à tou.te.s de votre attention.

  1. Une recherche personnelle, réalisée de mon propre chef. []
  2. Personnelles mais aussi d’autres fournies par les urbexers avec leur consentement. []
  3. Bien que je songe à prendre mon argentique avec moi dans ce genre de lieux mais il faut que je me méfie : c’est déjà l’artiste qui sommeille en moi qui parle alors que je dois privilégier avant tout le regard de l’anthropologue. Chaque chose en son temps… Lorsque le terrain me sera plus connu, j’aviserai. []
  4. Vous pouvez déjà retrouver quelques pistes bibliographiques dans le précédent billet  » Génèse « . []
  5. Selon les doléances établis par chacun, j’utiliserai soit un prénom, un pseudonyme, un chiffre, une lettre, etc. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *