[Explorer l’Urbex] La génèse

Alors que je m’apprêtais à soutenir ma thèse, une autre idée de recherche germait déjà en moi. Après avoir étudié les objets donnés/abandonnés, voici que je souhaitais en savoir plus sur ce que les espaces et autres lieux abandonnés avaient à nous raconter. J’imagine que c’est l’architecte en moi qui me poussait à reprendre ce chemin là : on ne peut vraiment jamais renier son passé et encore moins d’où l’on vient. Je suis une architecte, et je pense que je l’ai toujours été même avant de réaliser mes études d’architecture. Les bâtiments (chateau, maison, église, ferme, etc) m’ont toujours fasciné et de nombreuses fois, je rêvais de pousser leurs portes pour découvrir ce qui s’y cachait. Comment y vivait-on, comment étaient agencées les pièces, qui habitait là ? Je faisais des plans de ces maisons rêvées, vues ou imaginées. Je suis certes une architecte mais je me sens aussi l’âme d’une anthropologue et aujourd’hui, je me sens enfin complète. J’ai quitté un temps le métier d’architecte car quelque chose me manquait, quelque chose que j’ai cherché pendant quelques années et que j’ai enfin trouvé : la part de l’homme. Aujourd’hui, je me retrouve avec moi-même dans cette entité entière et inséparable que je suis désormais : architecte et anthropologue.

Ainsi donc, je souhaitais désormais explorer les espaces abandonnés. Mais évidemment, il me fallait trouver un terrain « vierge », un terrain encore inexploré ou encore trop peu : beaucoup de choses ont déjà été écrites sur les ruines et plus majoritairement sur le patrimoine (que convient-il de conserver ? comment le réhabiliter ? etc.). Je cherchais aussi du côté de l’urbex (urban exploration) et à ma grande surprise, je trouvais bien peu de recherches réalisées à ce jour à ce sujet. Certes, cette pratique est plutôt récente en France (aux alentours de 10 ans selon une de mes sources) mais je pensais que suite aux différents articles parus dans la presse et suite aux gros titres de quelques scandales comme la restauration de la fameuse horloge Wagner du Panthéon en 2005/2006 par Untergunther, ce sujet aurait trouvé preneur chez les scientifiques du monde des SHS mais non, ou tout du moins très peu. Voici ce que me propose Cairn avec le mot clé « urbex » :

et avec les mots clés « exploration urbaine » :

Même si la plupart de ces articles abordent les thèmes de l’urbex et de l’exploration urbaine, elles ne sont en rien des études spécifiques à ce mouvement : ce sont des sujets qui viennent étayer le contenu du discours. De plus, à bien y regarder, il s’agit d’étude géographies, philosophiques, littéraires, mais jusque là, rien d’anthropologique ! Il ne m’en fallut pas plus pour me décider : je tenais là un terrain suffisamment vierge pour répondre à mes attentes d’anthropologue.

Seulement voilà, après ma soutenance de thèse et celle de mon conjoint, l’avenir s’annonçait incertain. Allions-nous rester dans la région marseillaise ? Allions-nous partir à l’étranger ? Allions-nous déménager ou rester ? Aussi, je mis cette idée de côté en attendant d’avoir quelques certitudes. Au retour de cet été 2014, le destin fit que nous restâmes ici. Pour commencer cette nouvelle année « universitaire », il nous fallait nous réorganiser et je décidais de m’occuper de notre chez nous dans un premier temps avant de repartir sur un quelconque projet. Un soir de septembre, le 24, je recevais un mail d’une jeune femme, Morgane, qui ayant obtenu son master en anthropologie, s’était inscrite en master cinéma documentaire. Elle me sollicitait afin de réaliser un projet d’ethno-vidéo sur l’urbex. Les propos contenus dans ce mail faisaient écho à ma recherche : objet réanimé, humain, non-humain, relation, rencontre, etc. Je compris alors que le destin me rattrapait. Cette idée que j’avais rangé dans un des nombreux tiroirs de ma tête, revenait à moi. Ce mail reçu me rappelait à l’ordre et me disait en quelque sorte : « Qu’est ce que tu attends ? Tu vois bien que c’est le moment où jamais ! » Je rencontrais alors Morgan qui m’expliqua son projet. Et je voyais alors tout son potentiel : il y a de la poésie dans l’air !

S’en suivit alors une démarche de plusieurs jours (environ 3 semaines) afin de prendre contact avec quelques « urbexers » de la région marseillaise dans un premier temps. Je suivais déjà quelques personnes sur Instagram que je pus retrouver sur Twitter. Deux d’entre elles me répondirent qu’elles étaient d’accord. Je continuais mes investigations. Mais solliciter les gens, c’est aussi essuyer quelques refus. Sur le groupe Facebook « Urbex en Provence », je laissais un message résumant ma démarche. Sur les 67 personnes qui l’ont lu, deux personnes m’ont contacté par message personnel (l’un me proposant de découvrir l’arrière pays niçois et l’autre me demandant de préciser ma démarche), et une autre m’a laissé un commentaire laissant entendre combien j’étais une néophyte dans cette pratique.
Mais je les comprends. Le risque pour eux est de rencontrer une énième personne qui souhaite faire de l’urbex parce que c’est à la mode sous le couvert d’une pseudo recherche : mais c’est aussi devoir montrer, faire découvrir ces lieux dont les adresses ne doivent jamais être divulguées ; et puis, c’est aussi la crainte de voir leur travail saccagé, leur pratique réduite à une caricature comme ce fut le cas pour les deux lapins d’Urbex Session. Suite à leur article publié en ligne à propos de leur exploration de la maison de Marc Dutroux, un journal belge les a contactés. Ce qui fut publié dans ce journal réduisait leur travail photographique et la pratique de l’urbex a une caricature criarde : « tous les deux fans de faits divers » ! Déception et coup de colère de la part des deux lapins qui n’hésitèrent pas à donner leur point de vue sur la question dans un droit de réponse, histoire de remettre les pendules à l’heure. Je vous laisse apprécier aussi les extraits audio qui se trouvent sur ce dernier lien où les personnes interviewées dénoncent « le voyeurisme » de ce genre de pratique. Ils iront jusqu’à parler de « passion morbide », « passion bizarre ». C’est justement ce que je veux éviter à tout prix ! Je souhaite étudier cette pratique qu’est l’exploration urbaine sans ces a priori faciles et amalgames du même enre. Et si l’on parle de passion, n’a-t-elle pas simplement à voir avec une « passion ordinaire » telle que définit par Christian Bromberger ?

Ainsi donc, après quelques semaines de recherche, de prises de contact, deux urbexers (homme et femme en couple) ont accepté que Morgan et moi les accompagnions dans l’exploration d’un nouveau spot. Mais cela, je vous le raconterai dans un prochain billet.

Pour en savoir plus sur l’urbex (urban exploration), voici une liste d’ouvrages en anglais dénichée sur goodreads. La plupart sont avant tout des ouvrages photographiques.

Il y a aussi de nombreux sites internets tenus par les urbexers eux-mêmes, en voici quelques-uns :

Si ma démarche vous intéresse et si vous souhaitez participer à mon travail anthropologique, n’hésitez pas à me contacter via commentaire. Merci à vous.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *