[Enchant(i)er] La maison de l’histoire de l’eau (1)

Dans la maison, des jeunes femmes s’occupent du sol. Elles le remettent à niveau et posent des tommettes. L’exercice n’est pas facile car elles n’usent que de terre, d’un peu d’eau et de maillets. Mais ce n’est pas leur travail que je vais mettre en lumière car l’endroit étant exigu, je ne me suis pas installée à l’intérieur de la maison de l’histoire de l’eau (ainsi nommée car étant l’ancien lavoir de la villa Megglé) mais à l’extérieur afin de ne pas gêner leur labeur.

Autour de la maison, un groupe d’étudiants déblaie le petit canal1 près de la souche du platane laquelle interroge d’ailleurs : pourquoi avoir planté en son temps, un platane devant l’entrée du lavoir ? Était-il là avant le lavoir ? Auquel cas, pourquoi avoir créer un accès à cet endroit ? Cette situation suscite sûrement bien des questions du fait qu’elle rassemble, ainsi que l’aurait décrit James J. Gibson, un obstacle (la souche anciennement platane) et une ouverture (l’entrée) de manière suffisamment proche pour qu’une gêne physique palpable surgisse lorsque l’on circule dans ce lieu précisément dès lors qu’on veut passer par « là » : il faut se contorsionner, trouver un bon appui avec le pied au sol alors que les racines épaisses rendent le terrain chaotique, etc. « L’ouverture invite à passer alors que l’obstacle invite à la collision » explique James J. Gibson (2014 : 351). L’incompréhension de la situation est d’autant plus grande que la souche de l’arbre est encore bien enracinée dans le sol et en fait un objet attaché (de même lorsque le platane n’avait pas encore été scié). Un objet détaché faisant obstacle à une ouverture peut être déplacé. Mais ici, il n’en est rien. A-t-on voulu condamné cette ouverture en plantant un arbre juste devant ? Que ce soit l’entrée ou le platane qui fut là en premier, le mystère reste entier2… Il ne reste donc que la souche, le platane ayant été diagnostiqué « malade », une souche qui continue d’obstruer l’accès. Mais cette souche n’est pas qu’un obstacle.

IMG_6976

Le travail de déblayage du petit canal va m’en donner la preuve : j’ai vu là quelques « beaux » gestes. Dans le cadre de cet atelier, il est censé avoir aucun outil sur le terrain3. Les étudiants doivent se débrouiller par eux-mêmes avec l’environnement et ce qu’il offre4. L’un d’eux a dégoté deux têtes de pioche. Aidé d’un de ses partenaires, ils ont trouvé des rondins de bois qui vont pouvoir parfaitement faire office de manches. Il ne reste plus qu’à « enfiler » la tête de pioche sur le manche.

TeteDePioche

Le geste du départ fut assuré et certain : la tête de pioche fut introduite par ce qui allait être le bas du manche. Puis, redressant l’ensemble, le garçon se saisit des deux extrémités de la tête de pioche dans chaque main, et pose ce qui sera la partie haute du manche (celle sur laquelle reposera définitivement la tête de pioche) sur la souche, et là, relevant ses bras, il vient cogner le manche sur la souche comme on pilerait du grain . Il répètera ce geste autant de fois que nécessaire pour que la tête de pioche descende le long du manche. André Leroi-Gourhan5 classe ce geste dans la catégorie des percussions. Il s’agit là de « percussion lancée […] qui est assez imprécise. […] la force de percussion est considérablement accrue au cours de la trajectoire » (2010 : 48). C’est exactement là l’effet recherche : décupler la « force musculaire humaine » (2010 : 87) grâce à l’effet de « percussion perpendiculaire lancée » (2012 : 151) pour faire petit-à-petit descendre la tête de pioche le long du manche et peu importe si ce dernier tape plus ou moins au même endroit, tant qu’il vient cogner sur la souche.

Seulement, arrive ce moment où la tête de pioche se trouve à quelques centimètres (environ vingt centimètres à peine) du bout du manche (la partie haute). Le geste étant moins ample, la tête de pioche ne descend plus vraiment. Aussi, il reprend le même geste mais cette fois, en tenant fermement le manche pour une raison des plus évidentes : « la marge de sûreté » (Gibson, 2014 : 359). L’utilisation d’objets (d’outils) nécessitent une plus grande attention et invitent à être prudent : pour les outils, certaines règles doivent être respectées. En lâchant la tête de pioche pour se saisir du manche, l’étudiant s’assure de ne pas blesser ses mains. Le temps de l’action en sera certes allongé… Une bonne demi heure plus tard, la tête de pioche arrive enfin en butée du haut du manche qui sous l’effet des coups, s’est écrasé. Son camarade a procédé de même avec la deuxième tête de pioche. Ils ont ainsi obtenu des pioches pour déblayer le canal en plus des deux pelles déjà disponibles.

La question est ici de savoir si ces étudiants avait déjà réaliser ce type d’outil ? Ou bien avait-il déjà vu faire quelqu’un ? Ou bien ont-ils agi par intuition ? Il m’aurait fallu les interroger à ce sujet6. Je ne crois pas qu’il s’agisse là d’intuition mais plutôt de ce que James J. Gibson nomme « l’éducation de l’attention » (2014 : 386). Il est de nombreux gestes que nous réalisons au quotidien sans vraiment s’interroger sur le « comment ont-ils été acquis ? » Il n’est pas question de parler ici d’inné ou d’acquis. Non. Il est vraiment question de ce temps passer à assimiler des informations par prélèvement, à aiguiser notre attention : si parfois cet acte est conscient lorsque l’on veut de notre propre initiative apprendre à faire une chose en particulier, pour répondre à un désir conscient ou à un besoin, notre capacité d’attention permet aussi d’enregistrer, sans qu’un quelconque désir soit conscient à notre esprit, bien plus d’informations qu’on ne l’imagine. C’est cela l’éducation de l’attention. Et elle ne se limite pas seulement à notre propre accumulation de connaissances par « prélèvement de l’information »7), elle est aussi les connaissances de l’autre qui se transmettent par héritage, génération ou apprentissage, etc.

Certes, la connaissance de l’environnement se développe avec la perception, s’étend avec les voyages des observateurs, s’affine à mesure qu’ils apprennent à scruter, se prolonge au gré des évènements appréhendés, devient plus complète à mesure qu’ils voient plus d’objets, et s’enrichit à mesure qu’ils voient plus d’invites. Une connaissance de cette sorte ne « vient » de nulle part ; on l’obtient en regardant, ainsi qu’en écoutant, en sentant, en humant et en goûtant. L’enfant aussi, bien sûr, commence à acquérir une connaissance qui vient des parents, des enseignants, des Images, et des livres – mais il s’agit alors d’un genre différent de connaissance.
(Gibson, 2014 : 384)

Ces pioches ont certes servi à déblayer le canal mais pour ce premier jour, elles ont surtout été très utiles afin d’extraire de terre les rhizomes de bambou. Car pour ceux et celles qui ne le sauraient pas encore, planter du bambou est certes joli, mais cela revient à planter du liseron ou du chien-dent. Impossible à éradiquer autrement qu’en déterrant les rhizomes afin de les supprimer ! Plus encore, il faut parfaitement parquer les massifs de bambou que l’on souhaite conserver sous peine de voir proliférer la « chose » un peu partout dans le jardin8.  Le bambou, c’est coriace, qu’on se le dise ! Je reviendrai dans un prochain billet sur ce bambou qui a invité les étudiants à bien d’autres choses qu’à uniquement stopper sa prolifération effrénée.

Cette approche particulière du terrain, basé sur une rencontre de l’humain avec l’environnement n’est pas sans me rappeler ces quelques phrases d’André Leroi-Gourhan et notamment en ce qui concerne la fabrication de l’outil « pioche » afin de pouvoir mener à bien quelques projets, quelques intentions :

Que l’homme ait d’abord trouvé ce tranchant dans un silex naturellement éclaté, puis qu’il l’ait artificiellement produit, il importe peu, la première question que s’est toujours posée l’ouvrier devant la matière est : « Comment prendre contact ? »
(2012 : 385)

James J. Gibson lui aurait répondu qu’il fallait « s’approcher » :

La règle la plus générale de l’approche est la suivante : pour saisir les invites positives de quelque chose, agrandissez sa structure optique à un degré qui permette la rencontre avec cette chose.
(2014 : 357)

Pour prendre contact, pour créer la rencontre de soi avec son environnement (fut-il humain ou non-humain), il faut s’approcher afin d’atteindre et de saisir :

L’atteinte est une élongation de la forme-bras et un rapetissement de la forme-main à cinq extrémités jusqu’à ce qu’ait lieu un contact. Si l’objet a la taille de la main, il est saisissable […].
(Gibson, 2014 : 358)

La tête de pioche, le rondin de bois et au final la pioche, tous ces objets sont entrés en contact avec l’étudiant ; ou bien l’étudiant est entré en contact avec eux ; ou plus simplement, ils sont entrés en contact. Les objets ne sont alors plus pensé en objets et plus particulièrement l’objet final, la pioche, qui devient outil, qui devient prothèse : « la chose n’est dès lors plus à portée-de-la-main mais sous- la-main » (Ingold, : 187). J’irai jusqu’à dire que cet objet n’est alors plus pensé comme détaché mais en « relation à la main » (Gibson, 2014 : 345) et donc en relation avec soi. La pioche ne fait plus alors partie de l’environnement extérieur et devient, ou plutôt est perçue comme partie intégrante de l’étudiant dans l’action en cours à « arranger » son milieu.

Tim Ingold, 2013. Marcher avec les dragons. Zones sensibles
James J. Gibson, 2014 (1ère éd. 1979). Approche écologique de la perception visuelle. Dehors.
André Leroi-Gourhan, 2010 (1ère éd. 1943). L’homme et la matière. Albin Michel.
—, 2012 (1ère éd. 1945). Milieu et techniques. Albin Michel.

  1. Il a été trouvé lors du séjour précédent. []
  2. Aussi entier que celui de la poule et de l’œuf… []
  3. Même si j’ai vu passer un mètre, une scie, deux marteaux, un tournevis et une pince : après tout, le programme fourni n’interdit pas de venir équiper. Certains étudiants auront su anticiper le travail à venir. []
  4. Ou ce qu’ils auront donc amené avec eux, voir ndbp précédente. []
  5. La référence préférée de mon directeur de thèse, Christian Bromberger. []
  6. Mais si jamais, ils lisent ceci, je serai ravie s’ils pouvaient m’en dire plus par commentaire. []
  7. Je me réfère ici au « chapitre 14, La théorie du prélèvement de l’information et ses conséquences », dans l’ouvrage Approche écologique de la perception visuelle de James J. Gibson (2014 : 363-398 []
  8. Par exemple, en faisant une tranchée profonde tout autour du massif pour venir y déposer une palissade de bois, ou un ensemble maçonné de briques, ou un assemblage de tuiles, etc. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *