[Enchant(i)er] S’installer à la Villa Megglé

Cession du 8 mai au 10 mai 2014 – villa Megglé, Barjols

J’ai eu l’opportunité d’être invitée au projet ubat par Jean-marc Huygen, architecte et enseignant à l’ENSA-Marseille (école nationale supérieure d’architecture de Marseille). Ce projet a été mis en place en 2013. Dans le cadre de leur formation, les étudiants de troisième année (dernière année de licence) peuvent choisir en option le module « Matériaux soutenables » qui leur permet ainsi de pouvoir participer activement au projet ubat. Chaque année, deux cessions de trois à quatre jours sont organisées : en automne (septembre ou octobre) et au printemps (mai ou juin). Une quarantaine d’étudiants se retrouvent alors à Barjols, à la villa Megglé, villa « abandonnée » à l’apparence dégradée, avec pour objectif de réhabiliter ce lieu. Ils arrivent avec leur tente sous le bras et l’envie de réaliser « des choses », de faire « quelque chose » de cet espace.

Je n’ai pu assister qu’à la première journée de travail1. Mais je savais que cette journée ne serait pas comme les suivantes puisqu’elle était la journée de l’arrivée, de la découverte. C’est le temps de l’installation, de l’appropriation du terrain où chacun cherche ses marques : certains font le tour du propriétaire ; d’autres vérifient si les constructions passées ont résisté aux intempéries ; d’autres encore finissent leur nuit et somnolent dans leur tente ; certains sont déjà en train de planifier leurs excursions nocturnes ou comment organiser une bonne soirée ; d’autre sont déçus de voir avec quelle rapidité le bambou a déjà repoussé, etc.

IMG_6974
Les tentes Quechua ont décidément la cote !

J’ai beaucoup apprécié ce moment passé, dans la chaleur douce du matin qui annonce déjà la fournaise de l’après-midi. Je me suis surprise à aimer être, certes aux côtés de ces étudiants avec ce grand retour nostalgique à cette époque où j’étais moi-même étudiante en architecture, mais aussi aux côtés de ces nombreux insectes qui effraient lorsque l’on est en ville : guêpes nombreuses à ras le sol, xylocopes en vadrouille sous les charpentes, araignée au corps rebondi et zébré de jaune et de noir, et même scorpion  caché sous un tas de planches de bois. Aucun ne m’a fait bondir de peur comme cela peut m’arriver trop souvent en bonne citadine. J’ai retrouvé en plus de l’adolescence, un bout de l’enfance, celle où j’aimais ce moment délicieux où nous nous rendions à la ferme familiale de Grenade-sur-Garonne.

Mais revenons à la villa Megglé puisque c’est bien ici que nous étions tous réunis ! Voici quelques plans trouvés au hasard de mes déambulations.

IMG_6983

IMG_6962

Pour le moment, les travaux de réhabilitation se concentrent essentiellement autour du jardin qui a été rebaptisé « Place de vie »2. Quatre groupes d’étudiants se répartissent les tâches afin de réhabiliter la villa Megglé uniquement en faisant appel à ce que l’environnement offre. Il s’agit de :

faire émerger un nouveau modèle économique, qui assure des compétences et une subsistance locale à partir de l’emploi de la matière pensée autrement.

Dans un premier temps, ils devront constituer :

une réserve de matière récupérée, par le glanage dans Barjols d’objets obsolètes3, sans propriétaires et considérés comme déchets. Ce « magasin de matériaux » sera établi dans un ancien moulin voisin de la salle des fêtes4. Pendant sept jours intensifs (répartis en deux séjours), des étudiants en architecture effectueront ce travail (glanage + classement), tout en établissant des relations avec les habitants : il s’agit ici de co-travailler. Parallèlement, à partir de la matière glanée, seront réalisées de petites structures dans le moulin et dans le jardin de la maison Méglé.

Dans les prochains billets, je souhaite mettre en lumière le travail réalisé par les étudiants en architecture à l’aide de matériaux issus de la récupération : sont-ils encore perçus comme des détritus, des restes ou des objets au cours de leur utilisation ? Quels savoir-faire sont mis en place pour mener à bien cette réhabilitation ? Les étudiants sont-ils en apprentissage ou mettent-ils en application des techniques déjà apprises et assimilées ou font-ils preuve d’astuce et ont-ils recours à la metis ? Que se passe-t-il à la villa Megglé ? Qu’y fait-on ?

C’est au jardin pour le moment que s’affairent les étudiants, aussi mes billets auront pour titre les noms des différentes « maisons » qui délimitent la « Place de vie » selon les plans fournis :

  1. La maison de l’histoire de l’eau
  2. La maison de la nature et des mots
  3. Les maisons de l’habitat et de la conscience
  4. Les maisons du déjà-là

Chaque maison ne pouvant se penser sans son environnement immédiat, la « Place de vie » (le jardin) y sera régulièrement évoquée. J’appuierai ma réflexion sur le travail de Gaston Bachelard, de James J. Gibson et de Tim Ingold entre autres. Il y aura des beaux gestes et des beaux restes, des cabanes connectant le ciel et la terre, de nombreuses tentatives de classification, beaucoup beaucoup de bambous et surtout un chantier enchanté.

  1. À l’époque, je devais préparer mon oral de soutenance de thèse. []
  2. Il y a beaucoup à dire sur le choix de ce nom mais j’y reviendrai plus tard dans les prochains billets. []
  3. Mais aussi est surtout dans le jardin de la villa Megglé qui était devenu un vaste dépotoir. []
  4. Et aussi directement sur place, à la villa Megglé. []

Une réflexion au sujet de « [Enchant(i)er] S’installer à la Villa Megglé »

  1. Je crois qu’il y a aussi des étudiants de l’Université Joseph Fourier : des « ingénieurs » qui collaborent aux ateliers de réemploi avec les architectes. C’est l’une des composantes de ces ateliers : faire travailler ensemble des architectes et des ingénieurs afin de réemployer les objets obsolètes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *