[Parenthèse] Lire à la plage

Découverte des Calanques et de la Côte Bleue.
Recherche qui avance au rythme des vacances.
Initiation à la lecture en bord de mer. 

Je pourrais vous dire : « La mer est belle, le soleil brille et le ciel est bleu. »
Je pourrais vous dire : « La thèse est belle, les pages brillent et les mots sont bleus. »

La thèse à la plage, c’est un savant mélange de sérieux et de… farniente !

Les livres se mélangent aux crèmes solaires, leurs textes deviennent paroles sur la musique des cigales, et surtout ils me protègent du soleil par leur ombre précieuse.

Au loin, les enfants jouent et crient : « Non, non arrête, je vais me noyer ! » ou encore « Maman, regarde, regarde, je nage avec papa ! » Les voix de plage sont étouffées et rebondissent moelleusement sur les parois des Calanques : elles sont rondes comme le soleil.

Je lis, il lit, nous lisons : chacun à son ouvrage. Livre pour la recherche en cours, livre pour les vacances en cours. « Économie solidaire » pour moi, « Les Vikings » pour lui. Mais lire… Lire est un passe-temps de plage quand on ne nage pas ou qu’on ne mange pas. Lire en se dorant la pilule au soleil : côté pile, côté face ! Au soleil, on offre son corps en même temps qu’on lui tourne le dos. Bien étrange relation que celle avec le soleil d’été ! On le cherche, on le désire. On le trouve, on le fuit. Et pourtant on reste. Oui étrange relation que celle avec le soleil d’été ! Au zénith, on s’en protège à coup de crème solaire et d’écran total, on s’abrite à l’ombre des pins ou d’un chapeau de paille. Mais quand ses rayons sont plus doux, au matin et en fin d’après-midi, on s’expose volontiers à sa lumière. Véritable jeu de cache-cache entre ombre et lumière que cette étrange relation que l’on entretient avec le soleil d’été.

A cet instant, mon livre semble flotter dans les airs. Il s’accroche au ciel comme une mouette. Son contenu lui reste accroché aux pages. Chaque page se tourne au rythme du va-et-vient des vagues. Lire à la plage est bien différent que lire à la maison. Le temps n’existe plus vraiment… Sa notion s’évapore aussi vite que la crème solaire sur ma peau. Vite une gorgée d’eau ! A la plage, on vit au rythme des vacances. Que la lecture soit celle de la recherche ou celle du divertissement, pendant les vacances elle se fait hors temps. Les chapitres filent… les pages se tournent… Je lis, il lit, nous lisons.

Lire à la plage, c’est lire en maillot de bain fleuri, allongée sur une serviette fuchsia, le corps sentant la crème d’été, les yeux bien à l’abri derrière les lunettes de soleil. Je rajoute à cela un large chapeau blanc. Jamais je ne lirais de cette façon à la maison. Il n’y a qu’à la plage que je puis lire vêtue de la sorte. Il n’y a que la plage pour faire du moindre livre, une lecture de vacances. Il n’y a ni pression, ni urgence, ni situation stressante : juste la mer, la plage et le soleil. Et ce décor suffit à faire d’un livre, tout un univers inédit. Lire un ouvrage qui traite de l’économie solidaire pourrait s’avérer compliqué voire rebutant à la plage mais il n’en est rien, bien au contraire… la musicalité ambiante, l’atmosphère du littoral en fluidifient la lecture : je surfe sur les phrases comme sur la vague !

Je lis, il lit, nous lisons : moi allongée sur la plage, lui trônant sur son rocher. Je lis en vacances mais je n’oublie pas que je lis pour la thèse. J’encadre des paragraphes, je souligne des phrases et entoure des mots. Je corne les pages importantes. Je prépare mon retour à la maison pour la future réflexion. Mais je lis en vacances et je lui déclame parfois certains passages à haute voix. Je crois que je les formule ainsi, en partie pour les partager, mais aussi pour mieux en mémoriser leur contenu : son audition renforce son discours visuel. Il fait de même, soudainement, sans prévenir : à haute voix ! Des fois, c’est du sérieux mais d’autres fois, ce n’est vraiment pas sérieux alors on rit. Je donne un avis sur ma lecture, agréable ou désagréable en fonction des espoirs que je fondais sur le titre du chapitre. Je le dis tout haut et je n’en pense pas moins tout bas. Et je lis, et il lit, et nous lisons.

[Ville] Méjean – Calanques des Figuières – 13.08.2012

Soudain, une vague ! Plus forte que les autres, plus bruyante ! J’arrête ma lecture et j’observe. Elle chahute les vacanciers qui s’écartent du rivage. Je lui dis de regarder et à son tour, il arrête sa lecture. La vague a provoqué d’autres vagues puissantes en chaîne. On regarde, un peu et puis… on retourne à nos lectures. Je finis mon livre, lui non. Mon livre était court, le sien est bien plus long… l’histoire des Vikings ne se lit pas en un jour.

J’ai lu, il a lu, nous avons lu… allongés sous le soleil de la plage.

BOYER Régis, 2004. Les Vikings. Sarthe, Perrin
LAVILLE Jean-Louis, 2011. L’économie solidaire. Paris, CNRS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *